News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : La démission refusée d’Ida Reteno

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 19 Mars 2015 à 07:44 | Lu 3814 fois

Face à la crise dans le secteur de l’Education marquée par une grève qui dure depuis près de six semaines, le ministre de l’Education nationale a voulu présenter sa lettre de démission au chef du gouvernement. Mais, celui-ci lui a demandé de poursuivre sa mission au sein de l’équipe gouvernementale.



Selon des proches de la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, Ida Réténo Ndiaye Assonouet a failli quitter le gouvernement, mais sa lettre de démission a été rejetée par le Premier, Daniel Ona Ondo. Sept mois après le départ de Léon Nzouba pour des «raisons d’honneur et de dignité personnels», le ministère de l’Education nationale a failli connaître, au début de cette semaine, un autre «départ musclé».

Arrivée en octobre dernier à la tête de ce département, où elle venait remplacer Léon Nzouba, qui avait démissionné six semaines plus tôt, l’actuelle ministre de l’Education estime qu’elle ne peut pas continuer à travailler face à des syndicalistes qui ont déserté l’esprit de la Nation et tourné le dos à l’intérêt général. Elle dénoncerait aussi, selon ses proches, une certaine nonchalance des ministères financiers à régler les problèmes existant dans un secteur aussi important que l’Education, leur lenteur dans l’exécution des décisions prises de manière collégiale pour ce secteur, et surtout l’esprit de «sabotage» que semblent vouloir entretenir des agents syndiqués dans ce ministère de premier plan.

Ida Réténo Ndiaye Assonouet, 57 ans, est entrée au gouvernement en janvier 2011. Après les Relations avec les Institutions constitutionnelles qu’elle a cumulées avec la Justice en février 2012, tout en étant le porte-parole du gouvernement, elle a occupé les fonctions de ministre de la Culture et de l’Education civique avant d’atterrir, en octobre 2014, au ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique. L’ancienne directrice de cabinet de Richard Auguste Onouviet est connue pour être une femme d’autorité et de pouvoir qui n’aime pas s’en laisser conter. Daniel Ona Ondo lui a demandé de poursuivre sa tâche au sein du gouvernement, mais combien de temps dureront ces manœuvres de retardement ?

gabonreview

Jeudi 19 Mars 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3814 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par NEM le 31/03/2015 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le texte dit "qu'elle a voulu démissionner". Il ne faut pas vouloir; Il faut le faire. Cette femme s'attire de l'affectif.

11.Posté par Moukoula Faustin né à FOUGAMOU le 30/03/2015 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et voila la fin d'un règne, Chère Ministre, tu ferras mieux de quitter avent le temps, au risque de ne pas être dévorer par les Gabonais plus tars avent 2016

10.Posté par dalia le 21/03/2015 11:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Commentaire *vous avez encore rien vu,il nest pas trop tard,quittez avant que vous aller quitter en courant. je connais,vous avez la plus grande responsabilté sur ce pays. mais on va encore faire comment??? obliger de supporter

9.Posté par Marianne X le 20/03/2015 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les femmes gabonaises après concertation ont crée l'Union Révolutionnaire des Femmes Gabonaises (URFG). Notre mouvement qui regroupe des femmes gabonaises patriotes sans considération idéologie et religieuse entend rester dans la clandestinité jusqu'à la date prévue de l'insurrection populaire au Gabon.
Devant l'inertie et la lâcheté des hommes, nous avons décidé d'agir. Face aux discours sans consignes de lutte du Front, nous avons décidé de passer à l'action. Nous lançons un appel à d'autres femmes patriotes qui veulent se joindre à nous de le faire dès maintenant. Nous faisons le recrutement de façon discrète et vous prions de pas informer vos époux. Du moins ce qu'il en reste.
Les révélations faites par certains gabonais à l'étranger sur des pratiques peu recommandables entre hommes dans certains milieux nous imposent un maximum de discrétion et de méfiance à l'égard de nos hommes. Elles sont fondées. Certaines d'entre nous qui avons des maris dans les milieux du pouvoir le savent et sont lasses de voir ces derniers rentrer à la maison en pleurant.
Notre insurrection est programmée pour cette année. Il n'y aura pas de défilé du 17 août.
Nous ne tenons pas d'assemblée générale pour éviter des infiltrations. Nos réunions se font par groupe de trois au maximum pour éviter des fuites.
Femmes libres, Gabonaise révoltées, adhérez à notre mouvement populaire.

8.Posté par GEORGES le 19/03/2015 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


LE PDG EST ENTRAIN DE SE DEPEUPLER , DIEU NE VOUS A PAS PERMI DE FAIRE DU GABON CE QUE VOUS ETES ENTRAIN DE FAIRE . VOTRE FIN EST PROCHE PEDEGISTE .

7.Posté par CECILIA le 19/03/2015 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Nos mères Gabonaises ne devraient plus servir ce parti D'imbeciles , comme on dit ils n'ont encore rien vu , nous allons leur pourrir la vie . que le mouvement se durcir .

6.Posté par AbdourahmaneDavidMartin le 19/03/2015 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pipo de maillot.....

5.Posté par Leïla le 19/03/2015 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame, si vous êtes une femme digne, rejoignez notre mouvement parce que après, il sera trop tard pour la plupart d'entre vous. Nous sommes en concertation à Libreville et à Lambaréné. Nous serons bientôt à Oyem et à Franceville et croyez moi, chère madame, nous avons bien l'intention de faire partir ce type du pouvoir avant la fin de l'année.

4.Posté par LE LIBRE PENSEUR le 19/03/2015 10:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C''etait une charge lourde pour la dame. Pourquoi démissionner si elle n''a pas le pouvoir de décision? L'' éducation nationale est soumi à l''économie du pays

3.Posté par NEM le 19/03/2015 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on sait que dans l'arrière pays les enfants apprennent à l'air libre encadrés par des volontaires parce que les enseignants ne supportent pas les situations sociales imposées (pas de logement de fonction; pas de salaire; pas de dispensaire à des kilomètres à la ronde; pas de marché alentour pour se nourrir et pas de fusil de chasse pour survivre), quand on sait qu'on n'a aucun budget pour résoudre les problèmes primaires posés par les syndicats du Ministère et autres, quand on sait que l'argent est confisqué à la Présidence gabonaise par un béninois et ses amis, quand on se met à la place de ceux qui revendiquent le minimum vital sans l'obtenir, et quand on sait qu'on est un humble parent des enfants qui ne peuvent pas suivre une scolarité normale à cause de l'Etat, on finit par démissionner comme le Ministre Zouba. Et dans ce cas on a une déontologie morale et l'on défend une certaine éthique.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...