News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’opposition et le pouvoir peuvent-t-ils maintenant «se parler» ?

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 25 Février 2010 à 18:46 | Lu 1701 fois

Les rancœurs nées de la dernière élection présidentielle entre le pouvoir et l’opposition vont-elles enfin s’estomper après la visite de Nicolas Sarkozy ? Arrivé à Libreville le 24 février, le président français s’est entretenu avec les deux «belligérants» sur le contentieux électoral. Après cette concertation, l’attitude à venir du pouvoir et de l’opposition devrait déterminer si Paris a réussi à faire fumer le calumet de la «paix» aux deux parties.



Gabon : L’opposition et le pouvoir peuvent-t-ils maintenant «se parler» ?
Depuis la fin de la transition ouverte par le décès du président Omar Bongo le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne, et clos par l’investiture d’Ali Bongo le 16 octobre, le nouveau pouvoir et la nouvelle opposition se regardent en chiens de faïence.

L’opposition n’a cessé, dès l’ouverture de la transition démocratique, de porter à l’attention de la communauté nationale et internationale les «violations flagrantes des dispositifs juridiques de la transition», à chacune des étapes de celle-ci.

Sans nier ces «violations» qu’elle a toujours considérées comme les scories du dispositif constitutionnel en vigueur, l’Autorité de la transition a toujours répété après chaque critique qu’il appartiendra à la classe politique recomposée après le scrutin 30 août 2009, de nettoyer ces scories.

Argumenté souvent avec condescendance, ce poncepilatisme de l’autorité de la transition, a sapé, aux yeux de l’opposition, la neutralité et l’impartialité de celle-ci. Pour l’opposition, l’Autorité de la transition s’est notoirement rangé du côté du candidat du pouvoir, faussant ainsi les conditions d’une élection juste et transparente.

Pour rééquilibrer la posture de l’Autorité de la transition, l’opposition a cherché des attelles en ameutant l’opinion nationale et internationale, mais en vain. Elle s’est même évertuée à tenir au collet la France, partenaire stratégique et considéré comme allié objectif du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), mais en vain.

Depuis le verdict de l’élection du 30 août 2009 contestée par l’opposition et l’investiture d’Ali Bongo le 16 octobre, l’opposition regroupée autour du Front de refus du coup de force électoral, puis en Coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance, n’a jamais cessé de dénoncer l’illégitimité du nouveau pouvoir et surtout l’ingérence de la France qui a «laissé faire en arrachant l’alternance démocratique au peuple gabonais».

La visite de Nicolas Sarkozy, le 24 février à Libreville, au-delà du volet coopération, a permis aux deux blocs protagonistes de la scène politique gabonaise de s’exprimer clairement sur le contentieux avec leur interlocuteur de Paris. L’opposition qui a rencontré Sarkozy, a eu l’occasion de régler de vive voix et face-à-face, ses comptes avec celui par qui leur malheur est arrivé ; lequel a d’ailleurs déclaré publiquement dans son discours qui a précédé sa rencontre avec l’opposition, qu’il est «fier de ce qui s’est passé ici».

Ce contentieux est-il pour autant vidé ? Sans doute pas ! Parce qu’il y a des aigreurs à vomir, des œillères à ôter, pour ne voir qu’un Gabon uni et arc-bouté sur la prospérité de ses filles et ses fils. Toutefois, cette discussion avec Paris est censée avoir brisé la glace entre l’opposition et le pouvoir. Et il serait utile que les deux blocs se parlent franchement, directement et sans tabous, afin que les erreurs des uns, comme les errements des autres, ne soient plus mis sur le dos des forces obscures.

Ce dialogue est important car, il est le support de l’espoir et de l’espérance que scandaient, au pas de course, des jeunes gabonais qui accompagnaient la dépouille du président Bongo le 11 juin de l’aéroport Léon Mba jusqu’au palais du Bord de mer : «la paix jusqu’au bout !».

Source : Gaboneco


Jeudi 25 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1701 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par St.Michael le 25/02/2010 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mba Abessolo Premier Ministre ???

Ce sera la bonne nouvelle selon l’évangile ‘’Démon Paul Mba Abessolo’’.

Mba Abessolo est mort Physiquement, Mentalement, Intellectuellement, Politiquement et Spirituellement.

Nous, UN=1, nous n’en ferons qu’une bouffée.

Clearly, les options de Alibet/pdg-francafrique sont limitées et la boucle sera bientôt fermée.

Achetons nos tickets (Adhesion massive à UN) pour jouer et assister au match entre les Vraies Elites (UN=1) et la maudite flamaçonnerie qui a opté pour la Stupidité non Intelligente mise au Service de la Folie : (Mind Dysfunction disease).

We can’t thank enough our GOD to steer us on the right path: Wisdom, Rightness and Respect for all human being.

Amen.

10.Posté par candace le 25/02/2010 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mba Abess premier ministre c'est la honte, quelle catastrophe. Quel moyen de pression sur Ali possède Mba Abess pour être en position d'exiger la primature?

9.Posté par Lili le 25/02/2010 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon. Sarkozy à fond derrière Bongo [Envoyé spécial]
25 février 2010 - Réagir à cet article
Premier jour de la minitournée africaine de Nicolas Sarkozy, hier, au Gabon, avant le Rwanda aujourd'hui. Le président français a affiché son soutien au président AliBongo, dont l'élection demeure contestée.

Selon le bimensuel Misamu, évoquant la présidentielle du 30août 2009: «Sitôt après la fermeture des bureaux de vote, les écoutes françaises avec leurs grandes oreilles auraient immédiatement communiqué à l'Élysée les vrais chiffres...». Et selon la rumeur publique, Ali Bongo serait arrivé bon dernier dans le tiercé de l'élection, le vainqueur réel étant André Mba Obame, qui accuse l'actuel président d'avoir orchestré un «coup d'État électoral». Aussi, l'opposition, désormais unie après avoir accusé Paris d'oeuvrer en sous-main pour que la dynastie Bongo reste au pouvoir, attend-elle du président français qu'il pacifie un climat délétère.

Or, Nicolas Sarkozy est bien décidé à ne pas faire la leçon à son nouvel homologue. Il préfère rendre hommage à «la maturité du peuple gabonais» qui témoignerait, selon lui, de son «ancrage dans la démocratie». On croit rêver. Si l'on ne pouvait attendre du chef de l'État français qu'il donne des conseils de gouvernance aux Gabonais pour sa troisième visite dans le pays, pourquoi en faire autant? Peur d'être suspecté de comportement néocolonial? De ne pas aimer l'Afrique? Ou tout simplement pour renforcer le poids des milliers d'entreprises françaises?

Regain de Françafrique

En se recueillant le matin même à Franceville sur la tombe du président Omar Bongo, puis en lui rendant hommage lors de son intervention à la bien nommée «Cité de la Démocratie», Nicolas Sarkozy ne s'inscrit guère en rupture de la Françafrique marquée par le retour dans la délégation officielle de Robert Bourgi. Lequel, en lointain hériter de Jacques Foccart, le «père Joseph» du continent noir sous De Gaulle, avait été quelque peu mis sous le boisseau après des déclarations fracassantes à RTL.

Purge de fonctionnaires

Vantant ses longues conversations sur le Continent noir avec le père Bongo et son rôle en faveur de l'unité du Gabon dans une salle où de grands posters illustrent la continuité de la relation franco-gabonaise sous les présidents successifs de la VeRépublique, Nicolas Sarkozy a donc clairement adoubé le fils avec l'air de ne pas y toucher. Car pour imprimer sa marque sur les affaires du pays, Ali Bongo a non seulement viré sa soeur
Pascaline, qui était la confidente de son père, mais aussi près d'un millier de fonctionnaires de la présidence.
Au point que certains parlent déjà d'un véritable parricide. Cette volonté de s'affirmer n'ira pas jusqu'à écarter les Fangs, l'ethnie majoritaire, du poste de Premier ministre qui lui est traditionnellement réservée. Ali Bongo, appartenant à l'ethnie minoritaire des Batékés, n'est pas fou. Toutefois, le partenariat stratégique conclu avec la France dans les domaines politique, diplomatique et militaire consolide clairement sa position fragile. Même les banques françaises sont mises à contribution pour réinvestir leurs dépôts sur place.

Des liens confortés

Ce partenariat enracine durablement le Gabon dans le camp français, ce qui n'est pas inutile quand on connaît les liens de l'hériter avec les États-Unis ou le Maroc. En décidant de supprimer les exportations de bois pour qu'il soit transformé sur place, ou en voulant instaurer la journée continue, ou encore le doublement du Smic, Ali Bongo défend sa position à l'approche du congrès extraordinaire de son parti, le PDG, les 13 et 14mars prochains. Dans ce pays dont on dit malicieusement «qu'il n'y a que le bois qui travaille, que les miroirs qui réfléchissent et que la forêt qui est vierge», notre président s'est fait un nouvel ami.

Source:Le telegramme.com

8.Posté par yacelio le 25/02/2010 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
non au retour au affaires des ces vieux coco !!! oui à leur mise au banc de touche ! jeunesse du gabon préocupe toi de politique non mais y a ceux qui sont nés avant la honte !!!
UN a ancore prouvé qu'ils ne sont que des vasseaux de la france ,pour faire de la politique au gabon faut entrer dans les bonnes graces du colon SARKO
ABESS est plus à applaudire pour avoir rencontré YA ALI !! lui au moins ne cire pas les chaussures de SARKO
mais je vous préviens y a plus de gouvernement pléthorique géo politique les opposanst restent dans l'opposition
pour l'altérnance ,il faut convaincre le citoyen gabonais !!!!!

7.Posté par opposant le 25/02/2010 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers tous bonjour

Juste pour vous informer que le piège du Gabon vient de se refermer sur Nicolas Sarkozy et l’UMP après cette troisième visite dans notre pays.

1- Il vient de se rendre compte que les éléments qui ont servi à ali bongo pour faire du chantage à sarkozy et à la France de manière générale, sont détenus par d’autres personnes ‘’opposant historique et certains membres de notre nouvelle formation politique’’ : c’est le dernier tout de passe-passe que le dictateur bongo père a bien voulu faire à cette france qui c’est montrée arrogante envers lui parce que le sachant en fin de vie ; et comme il était informé par vous savez qui des tractations de son fils avec la France, il s’est senti trahi et a donc préparé cette bombe qui peut vraiment coûter la présidentielle de 2012 à Sarkozy et mettre beaucoup d’hommes politiques hors jeux ‘’Bayrou par exemple’’.

2- L’opposition pour une fois a fait un coup de maître quelques soit ce que certains ont pu pensé, car le président français a eu l’occasion de noter que cette fois les choses ne se passerons pas comme ces colons le pensaient, et que le pseudo pouvoir d’ali ne tient qu’a un fil et qu’il peut basculer à tout moment et les intérêts de la France avec. D’autre part si Sarkozy refusait la rencontre il aurait contribué à faire grandir le sentiment anti-français qui est déjà très élevé au Gabon car la France est bien responsable de nos malheurs, tout simplement parce que les politiques français s’intéressent au richesses du Gabon et n’ont rien à foutre des populations.


3- Ali bongo a l’intention de nommer Mba Abessole comme premier ministre ; avec pour mission de former un gouvernement «d’UNION NATIONALE » ; et confié la vice présidence à Biyoghe Mba qui a déjà échoué.

4- Il faut maintenant que les gabonais s’engagent et prennent leur destin en main en adhérent massivement à UN (Union Nationale), car je vous le dis en vérité c’est un parti politique qui va faire mal au pdg et qui va plus rapidement que certains le pensent, accéder au pouvoir et transformer le quotidien des gabonais.

5- Manifestez-vous pour participer comme pilote à la grande campagne d’adhésion qui va être lancée d’ici peu.

Patriotiquement

6.Posté par Eboulou le 25/02/2010 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De même qu' au Rwanda , la situation qui prévaut au Gabon aujourd'hui sera aussi , un jour plus ou moins proche , reconnue comme" une grave erreur d' appréciation " de la part de la France , si elle continue sans scrupule à soutenir le pouvoir- état du biafrais .
Le biafrais sait très bien dans son for intérieur qu' il est une persona non grata au Gabon , un usurpateur , un voleur .
Nous avons commencé par l' émotion lorsque l' OBI JEFFREY le biafrais nous a volé nos votes .
Puis , nous sommes tombés dans l' humain en exhortant les leaders de l' UN à s' unir pour lutter ensemble contre l' axe du mal .
Ces deux premières étapes dépassées , nous utilisons maintenant la raison , parceque ce que nous attendons de ces enfants Gabonais , aujourd'hui c' est une attitude sincère et pragmatique , nous voulons un projet de société commun , efficace et durable , un projet dans lequel tout enfant Gabonais se reconnait et se sent impliqué comme acteur/sujet . Il faut donc , pour susciter une adhésion absolue de tout le peuple Gabonais opprimé et constamment humilié , que l' UN préconise un programme déterminé , connu et approuvé par tous .
Nous sommes tous convaincus que le développement de notre Nation ne peut se faire ni avec les gesticulations nauséeuses et les multiples effets d' annonce du biafrais émergent ni avec l' homme d' affaires français condescendant , xénophobe et fourbe Sarko .
Seuls les enfants Gabonais eux-mêmes doivent oeuvrer pour leur bien-être .
Que Seul l' Esprit Saint du Dieu omnipotent et omniprésent continue à vous inspirer , vous protéger et vous guider . Que Dieu bénisse tous ses enfants Gabonais . Amen.

5.Posté par Blaise le 25/02/2010 20:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous n'avons rien à attendre d'Ojukwu Obi Jeffrey,pour instaurer un dialogue.

Si,La venue de Sarko au Gabon avait pour But de légitimer le pouvoir d'Obi imatricule n°144, aux yeux des opposants, alors c'est raté!
En revanche , si son but était de sauvegarder les emplois en France, dans la filière BOIS, en demandant à son pion de révision sa position sur les exportations des billes.......... peut être!

L'objectif de l'opposition c'est affaiblir le PDG aux législtives de 2012! Et cette bataille là est plus importante que 1000 rencontres avec Sarkozy.

4.Posté par LeGaboma le 25/02/2010 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'UN ne s'est jamais rEclamE de l'opposition radicale, il refuse tout simplement et tout evidement de reconnaitre le biafrais comme prEsident d'un pays qui n'est pas le sien et vainqueur d'une election qui n'en etait pas une!

L'histoire politique de notre pays, et peut-etre mEme de plusieurs autres pays, dEmontre a suffisament que l'ppostion radicale et la politique de la chaise vide n'ont jamais apportE de fruits. Il faut toujours nEgocier. C'est lorsque la nEgociation ne donne rien que tout est envisageable.

Pourquoi l'opposition ne devrait-elle pas discuter avec la France? Refuser de discuter avec la France, c'est non seulement nier l'histoire de pays. mais plus dangereusement, s'exposer a l'ingratitude internationale! Ne soyons pas aveugles a ce point, le monde ne voit le Gabon que sous l'oeil de la France. J'en veux pour preuve, lorsque la France a fElicitE le biafrais, les autres pays ont suivi!

Bien sur, je ne suis pas en train de dire que c'est un etat de choses qui doit demeurer, mais c'est dans l'intelligence de la discution que cela doit se faire et non dans le radicalisme. Croyez-vous que c'est du jour au lendemain que la France va abandoner ses intErEts au Gabon? Ne rEvons pays comme des putes viErges! La cote d'Ivoire a essayE, voila ce que ca donne, une crise interminable!

Les leaders de l'UN ont amorcE "un" grand pas, celui d'oubliger Sarko a les ecouter. Si dans l'avenir ils se rendent compte que Sarko joue au chat et a la souris, a partir de la ils auront toutes les raisons du monde de refuser de le rencontrer. Pour le moment ce n'est pas le cas...

3.Posté par St.Michael le 25/02/2010 20:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Belafonté,

As tu aussi la tête et le cœur durs pour comprendre que St.Michale ne reçoit pas d’ordres des mortels sur terre ?

Tu es libre de faire ton interprétation, mais tu es surtout libre de t’abstenir de donner les ordres ici au risque de te brûler les doigts.

Je supporte UN=1 car ces braves leaders ont transcendé leurs egos et ambitions personnelles pour mettre les intérêts du peuple opprime devant tout autre intérêt.

Cela fait un peu plus de 3 mois (sous pseudonymes différents) que tu spécules l’entrée d’AMO et les autres dans le cercueil volant de ton président usurpateur, mais il n’en est rien.

Commences tu déjà à désespérer que tes prédictions sont erronées ?

Si tu ne l’as pas compris la première fois que je te l’ai dit, tu ne le comprendras jamais car c’est comme demander à ton président biafrais de comprendre qu’il n’est pas le président du Gabon.

C’est l’effet de la maladie incurable du ‘Mind Dysfunction Disease’ qu’on retrouve sur toutes les espèces qui ont côtoyé de près ou de loin le pédé-Gé et refusent de se faire soigner.

I am afraid my friend, I have ignored and dismissed you along time ago.
Do not waste your time to show me the way, I have set up my way and I do not value craftiness I only value the Intelligence since craftiness divides and Intelligent unifies.

Intelligence leads to UN=1.

Good luck.

2.Posté par Belafonté le 25/02/2010 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
St Michel ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué, sinon tu vas être déçu, et ce, dans peu de temps...

La rencontre avec Sarkozy avait pour but de mettre en place un processus de réconciliation nationale. L'UN n'aurait pas du chercher à le rencontrer, comme si c'est lui qui fait la pluie et le beau temps au Gabon...

Quand il va aux USA, est-ce que l'opposition américaine cherche à le rencontrer? Alors, si les membres de l'UN l'ont fait, c'est qu'ils donnent ouvertement ce pouvoir à Sarko. Dans ce cas, qu'ils ne viennent plus nous dire que la France n'a pas à se mêler de nos affaires, puisqu'ils viennent implicitement de demander à Sarkozy de le faire...

Et c'est bien dommage pour des leaders qui se disent de l'opposition radicale!!! Et dire qu'il y en a qui voit en eux des sauveurs!!!

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...