News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L'opposition dénonce une «dictature émergente, version officielle

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 12 Novembre 2009 à 15:11 | Lu 2934 fois

La Coalition des groupes et partis politiques pour l'alternance a tenu un point presse le 10 novembre dernier à Libreville pour dénoncer les «dérives totalitaires du régime». Dans la vague des réformes audacieuses prises par le nouveau pouvoir, l'opposition dénonce notamment la mise en oeuvre de l'article 64 sur la Fonction publique qui bâillonnerait les revendications «légitimes» des agents de l'Etat. Elle marque également sa réprobation quant à une application partisane de la Constitution concernant le report de 8 mois des élections partielles.



Gabon : L'opposition dénonce une «dictature émergente, version officielle
DÉCLARATION DE LA COALITION DES GROUPES ET PARTIS POLITIQUES POUR L’ALTERNANCE

«Alors que l’Europe célèbre avec joie et enthousiasme, à travers la chute du mur de Berlin, le triomphe de la liberté et de la démocratie, les démons des Pouvoirs illégitimes gagnent du terrain au Gabon depuis le 03 septembre 2009. Il serait difficile au commun des mortels de suivre, tant ils sont nombreux, les actes et les faits graves de ce Pouvoir qui tente de s’imposer avec brutalité et cynisme au peuple Gabonais.

Nous gagnerons du temps en nous abstenant d’analyser en profondeur la démission du Directeur de Cabinet du Président de la République, impliqué dans la déplorable affaire de détournement des fonds de la BEAC. Dans ce contexte, la Coalition concentre sa déclaration de ce jour sur deux faits fondamentaux qui traduisent clairement la dérive totalitaire du régime :

1. L’application spécieuse des dispositions de l’article 64 de la loi 1/2005 portant statut général de la fonction publique ;

2. Le report abusif des élections législatives et sénatoriales partielles. les élections organisées par le PDG !

SUR L’ARTICLE 64

En prenant le prétexte de l’application des dispositions de l’article 64 de la loi 1/2005 portant statut général de la fonction publique, le Pouvoir a clairement arrêté la stratégie de casser le mouvement social.

Il tente d’obliger par ce biais les responsables des syndicats de l’administration publique à choisir entre leurs emplois au service de l’État et leurs responsabilités syndicales pourtant reconnues par la Constitution.

Pour faire bonne figure face à l’intransigeance des syndicats, le Pouvoir a cru bon d’élargir sa tentative aux partis politiques et aux fédérations sportives, il ouvre-là ce que le quotidien "l’Union" a fort justement qualifié de "boîte de pandore".

Nul ne conteste la pertinence de l’article 2 de cette loi qui précise que la Fonction publique "… a pour mission, dans le respect de l’intérêt général et de l’égalité des personnes auxquelles elle s’adresse ou s’applique, de fournir au public, d’une façon régulière et continue, les services d’intérêt général conformément aux politiques arrêtées".

Et c’est bien pour garantir la continuité de ce Service public que cette même loi institue le régime d’incompatibilité défini à l’article 64.

Concernant les Partis politiques, les Syndicats et les Fédérations sportives, cette incompatibilité concerne le : "membre permanent du bureau directeur ou exécutif…".

Si l’on peut entendre par membre permanent, la personne qui occupe une fonction de manière stable et continue, en contrepartie d’une rémunération, dans les Partis politiques membres de la Coalition, comme dans l’ensemble des Partis politiques et l’ensemble des syndicats, les responsabilités dans les bureaux directeurs ou exécutifs ne constituent pas des emplois permanents et ne sont pas rémunérées au sens de l’article 64 de la loi 1/2005.

En conséquence, l’application immédiate aux Partis politiques, aux syndicats et aux fédérations sportives, des dispositions de l’article 64, concerne uniquement le Parti Démocratique Gabonais.

Ce Parti, il faut que nos concitoyens et le monde entier le sachent, est financé par les fonds publics. Ce sont bien les impôts des Gabonais qui assurent le fonctionnement du PDG et la rémunération des nombreux permanents qui sont à son service.

Le PDG ne pourra faire croire à personne que les 300 millions de Fcfa qu’il dépense chaque mois pour payer les salaires de ses permanents proviennent des cotisations de ses membres. La Cour des Comptes pourrait aisément mettre en évidence les milliards qui sont prélevés chaque année sur les fonds publics pour financer le PDG. Et si le Pouvoir conteste les affirmations de la coalition, nous le mettons au défi d’accepter une enquête parlementaire sur le financement des partis politiques et de rendre publiques les conclusions de ce rapport.

Une autre interprétation de l’article 64 de la Loi 1/2005, qui conduirait à placer d’office en position de détachement ceux des fonctionnaires qui, à titre bénévole, seraient membres des bureaux directeurs ou exécutifs des Partis politiques et Syndicats, confirmerait l’intention du Pouvoir d’entraver le fonctionnement des instruments de la démocratie et de bâillonner les forces vives de la Nation qui expriment clairement les préoccupations des populations et défendent leurs droits.

Le Gabon se veut un État de droit et nous entendons qu’il le soit. En conséquence, la coalition invite les Partis politiques partisans du changement, les syndicats et tous les autres acteurs du corps social national à ne pas céder à cette ultime manœuvre d’intimidation et à tout mettre en œuvre pour défendre leur droit à la libre expression démocratique.

Du reste, à l’examen et à l’analyse des articles 64 et 65 de cette loi 1/2005, par le seul fait que ces textes ne définissent pas la notion "d’emploi permanent" nécessaire à la constitution de l’incompatibilité, le recours à un texte d’application se révèle indispensable, c’est-à-dire préalable à la mise en application des articles considérés.

De plus, ni le Code du travail, ni la loi 18/92 fixant les conditions de constitution et de fonctionnement des syndicats des agents de l’État ne se sont pas préoccupés de donner cette définition.

Par rapport à cette absence de texte d’application et d’une définition législative ou réglementaire de la notion d’emploi permanent opposable à tous, l’application des articles 64 et 65 de la loi 1/2005 apparait précipitée et subjective, une application qui laisse la porte ouverte à toutes les supputations.

Si le Gouvernement vient à prendre unilatéralement la décision de mettre d’office en détachement des agents publics du fait de leurs engagements citoyens, nous invitons les Partis politiques, les Syndicats et les Fédérations sportives à demander à leurs membres de saisir le Conseil d’État pour excès de Pouvoir.

Le Gouvernement aurait tort de vouloir utiliser le bâton pour contraindre les syndicats à faiblir dans leurs positions, en faisant fi de leurs justes revendications.

Les faits sont là et ne mentent pas : l’agent public, qu’il s’exprime publiquement à travers son syndicat ou qu’il soit contraint au silence de par son statut, vit dans un malaise profond du fait de conditions de travail difficiles, de revenus couvrant à peine ou pas du tout les charges mensuelles du ménage, de profils carrières incertains. C’est l’absence de solutions concrètes et durables apportées par ce Pouvoir à leurs revendications qui explique la mobilisation actuelle des Syndicats.

Le Pouvoir, se sachant illégitime et se révélant désormais incapable d’apporter des réponses crédibles aux maux qui minent notre pays, ne pourra indéfiniment se cacher derrière l’arrogance, le recours à la force et les manœuvres de diversion qui ne trompent personne.

La démarche du Gouvernement voudrait laisser croire à l’opinion que les responsables des syndicats, des fédérations sportives et des partis politiques sont de mauvais fonctionnaires qui délaissent leurs responsabilités au service de l’État. Cela est inexact et même outrageant.

SUR LE REPORT DES ÉLECTIONS

Le 30 octobre 2009, la Cour Constitutionnelle, saisie la veille par le Premier Ministre, a décidé de renvoyer au premier semestre 2010, donc de reporter de 8 mois la tenue des élections législatives partielles des 4 sièges de députés anciennement occupés par Casimir OYE MBA, Jean ÉYEGHE NDONG, Paulette MISSAMBO et André MBA OBAME.

Avant même de se prononcer sur le fond de cette décision, la Coalition s’interroge et s’inquiète de la liberté que la Cour Constitutionnelle prend désormais avec les règles de procédure que lui impose la loi organique 9/91 modifiée relative à cette institution.

En effet, l’article 26 de cette loi organique dispose que : " Aucune décision ne peut être rendue, aucun avis ne peut être émis si la requête ou la demande n’a fait au préalable l’objet d’une instruction, diligentée par un rapporteur désigné par ordonnance du président de la Cour Constitutionnelle parmi les membres de cette Cour."

Il est surprenant, voir suspect, que la Cour ait pu en 24 heures rendre une décision dans le respect des règles de procédure que lui impose la loi. Sur le fond, il convient de rappeler ici que dans sa précédente décision en date du 12 septembre 2009, la Cour Constitutionnelle avait elle-même fixé la date de ces élections au mois de novembre 2009, dans le respect des dispositions pertinentes du Code électoral.

Pour rendre cette surprenante décision, la haute institution évoque le cas de force majeure que constituerait le défaut de disponibilité d’un budget pour organiser cette élection partielle.

Il est regrettable d’observer sur ce point qu’au lieu de rester fidèle à l’esprit de la loi allant dans le sens de restreindre les cas de force majeure, la Cour Constitutionnelle se livre à l’extension de cette notion au gré des intérêts du Pouvoir.

La Cour Constitutionnelle, en rendant cette décision vient confirmer ce qui s’est définitivement révélé à l’opinion dans sa gestion partisane de la transition. Nous sommes désormais en face d’une institution qui s’est définitivement détournée de sa mission gardienne de la Constitution pour servir les intérêts d’un clan qu’elle a contribué à placer au Pouvoir.

Au mois de juillet dernier, lorsqu’il s’est agi de l’élection Présidentielle anticipée, la Cour n’a accordé que 45 jours de report tout en constatant le cas de force majeure.

Comment comprendre qu’aujourd’hui la même Cour, pour les mêmes motifs, accorde 8 mois de report pour organiser des élections législatives sur seulement 4 sièges de député et un siège de sénateur ?

Le coût de l’organisation de ces élections partielles ne peut objectivement excéder une dépense financière de 100 millions de Fcfa.

Comment expliquer que le même Gouvernement qui s’autorise aujourd’hui des villégiatures à la Lopé avec le coût que cela laisse supposer, le même Gouvernement qui s’autorise l’achat de véhicules d’appoint, veuille priver des dizaines de milliers de Gabonais de leur représentation légitime à l’Assemblée Nationale pour une si longue période ?

En réalité, la décision de la Cour Constitutionnelle cache mal la crainte du Pouvoir qui sait pertinemment que ces élections partielles seront l’occasion de lui infliger la démonstration de son illégitimité.

Ces élections partielles donneront l’occasion au peuple Gabonais de rappeler au Pouvoir son imposture. Ce que vise en réalité ce report, c’est donner au Pouvoir le moyen et le temps d’organiser la fraude, de manipuler encore plus le fichier électoral et planifier le transfert des électeurs.

Ce que redoute le Pouvoir, c’est l’arrivée de ces leaders pour renforcer l’opposition parlementaire face à un Gouvernement d’amateurs.

Dans cette situation, la Coalition des Groupes et Partis Politiques pour l’Alternance demande aux populations de ne pas se laisser distraire par les effets d’annonce et de rester mobilisées pour combattre les mesures qui portent atteintes aux libertés d’opinion, d’expression et d’association et qui concourent au recul de la démocratie chèrement acquise dans notre pays.

Parce que le Pouvoir veut bâillonner les syndicats et les partis politiques, la Coalition appelle vigoureusement toutes les forces vives de la Nation à défendre leurs droits fondamentaux.

Aucune petite histoire de clan ne peut et ne pourra jamais justifier que l’on sacrifie l’espérance du peuple Gabonais qui a exprimé le 30 août dernier dans les urnes – et qui exprime encore aujourd’hui – sa réelle volonté de changement ! La Coalition continue de rappeler que le régime actuellement au Pouvoir, issu du coup d’État électoral du 03 septembre 2009 avalisé par la Cour Constitutionnelle dans sa décision du 12 octobre 2009, est une dictature émergente.

Fait à Libreville, le 10 novembre 2009».

l'avenir nous le dira de l'Etat du PDG

Jeudi 12 Novembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 2934 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par nazaire Boulingui le 17/11/2009 17:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'Ali Ben aille se faire foutre,lui ainsi que toute la délégation qui l'accompagne!Merci

20.Posté par leblagueur le 14/11/2009 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N° 575 12/11/2009

FRANCE-GABON
Ali Bongo, hôte d'un déjeuner à l'Elysée le 20 novembre
Selon nos informations, le président Ali Bongo sera en "visite de travail" en France du 19 au 21 novembre. Il déjeunera à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy le 20. Venant de Londres après avoir participé à Rome au sommet de la FAO (16-18 novembre), Ali Bongo sera accompagné d'une trentaine de personnes dont son épouse, "Sylvia", et les ministres Paul Toungui (affaires étrangères), Magloire Ngambia (économie et industrie), Jean-Félix Mouloungui (PME) - ancien représentant à Paris de l'opposant Pierre Mamboundou (UPG) – et Laure Gondjout (communication, poste et économie numérique). Sa sœur, Pascaline Bongo, haut représentant personnel du président, sera également du voyage ainsi que le chef de cabinet, Maixent Accrombessi, puisque le directeur de cabinet et très proche ami du président, Jean-Pierre Oyiba, a démissionné pour assurer sa défense dans le dossier de la BEAC. Première rupture à Paris avec son père : "Ali" s'installera à l'Hôtel George V et non à l'Hôtel Meurice !

On se mobilise tous ok?

19.Posté par Mezzah le 13/11/2009 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon frère Mi-homme-mi Femme,

Tu as raison sur toute la ligne. Ils nous poussent à bout.

Merci encore.

18.Posté par St. Michael le 13/11/2009 02:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
My bright People,

Vous avez tout dit et si bien dit…Comme nous pouvons être fiers de notre nouvelle et vraie Elite gabonaise.
Le français est l’un des facteurs d’abrutissement du Gabon.
Serait-il un hasard de voir que les colonies francophones trainent derrière les colonies anglaises en Afrique ? Même le Rwanda et la RDC qui ont connu pire, présentent des perspectives de développent meilleures que le Gabon. Même la Guinée Equatoriale a doublé le Gabon en moins de 5 ans depuis qu’ils ont commencé leur exploitation du Pétrole.
Le dénominateur commun de ces pays emergents c'est qu'ils sont bilingues tout comme la Côte d'Ivoire qui va avoir des élections presidentielles libres et transparents sans la main blanche de la France.

Oui nous devons aussi nous débarrasser de cette langue maudite ‘le français’.
Que mon frère Ibuango se prépare pour les nouvelles challenges nécessaires pour notre libération effective.
...It’s never too late...

17.Posté par Mi-homme-mi Femme le 12/11/2009 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon frere Mezza,
Ne repond pas a des provocations avec des injures. C'est justement ce que ces PDGistes veulent. Ils veulent la guerre pour justifier leur emprise. C'est une facon de demontrer a la communaute international que l'opposition est irresponsable Et de ce fais, incapable de gouverner. Hors ils se trompent! Leur plan a echoue parceque le front du refus et le peuple leur ont demontre totalement le contraire. Les PDGistes ne savent pas quoi faire en se moment. le charme ne marche pas non plus. Ils sont coinces!!! Ne te rabesses pas en les insultants. Essayes de les eduquer comme l'a fait St micheal! C'est vraiment ce qu'ils ont besoin.

16.Posté par Eboulou le 12/11/2009 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ibouango ,
Comme l' ironise si bien Leblagueur, pour toi le français est en fait un patois de chez nous ? Ton propos nous révele la bassesse de ton entendement .
L' anglais est la langue du XXIè siècle , celle de la globalistion du monde , la langue du monde évolué , si tu ne le sais pas encore . Et la parler comme le fait si bien Michael n'est que le début d' un long processus qui va nous emmener vers la liberté .
Nous avons compris que ta langue française ne nous valorise pas ,puisqu' elle n'est parlée que par les peuples esclaves de la France : nous, les peuples francophones méprisés et humiliés sans cesse par ces xénophobes français .
Pitié, mon cher , les insultes n'ont jamais contribué à l' élaboration d' une entente entre les enfants d'une même Patrie .

15.Posté par Mezzah le 12/11/2009 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ibouango,

On vous reconnaît, vous qui n'aimez pas leur pays. Vous êtes clairement identifiés.

On voit vraiment à quel point vous êtes limité, Mr Ibouango. Si le Gabon ne pouvait que compter sur vous, on reculerait au moyen âge. Dieu a voulu corriger ce défaut en nous donnant St Michael et bien d’autres pour représenter notre pays valablement dans de grandes institutions où ton français de merde ne vaut plus rien.

Toi aussi vas offrir ton cul à Ali comme l'ont fait Guy Zoumba, la merde de Boukibi, la pédale de Ndoungou, la pouffiasse de Mado. Oh, que la liste est longue.

Pauvre con.

14.Posté par leblagueur le 12/11/2009 18:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ibouango,

Commence par maîtriser correctement la langue française avant de faire des remarques aux autres. De plus, considères la langue française comme celle des gabonais? Étrange, je pensais que c'était la langue du colon…

13.Posté par St.Michael le 12/11/2009 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Ibouango,

Venir insulter les compatriotes ici est très mal poli et est caractéristique d’une limitation d’esprit. Rassurez-vous, toute insulte ou intimidation restera vaine pour des gabonais déterminés sans complexe.

Irrespective of your insults or intimidation, we will remain focused and undeterred. We do not lead by fear or by intimidation; we lead by principle and reasoning.
You have been warned……

12.Posté par St. Michael le 12/11/2009 04:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai dit purification et non epuration ni ethnic cleansing.
Le pays a été trop souillé par des impies venues d'ailleurs et qui nous ont contaminés.

Au village: se purifier = laver le corps.


1 2 3

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...