News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’opposition arrimée au chronogramme de François Hollande.

Le site de la Liberté - D'AKOK le Lundi 11 Février 2013 à 09:11 | Lu 1071 fois

Alors qu’il était plus attendu sur les dossiers brulants de la France et de l’Union Européenne, François Hollande est passé à la vitesse supérieure en évacuant les instances de l’Afrique.



Gabon : L’opposition arrimée au chronogramme de François Hollande.
Le candidat Hollande en a très peu parlé durant la campagne. Mais depuis qu'il a été élu président de la République [le 6 mai 2012], François Hollande n'a de cesse de surprendre ses détracteurs qui le traitaient de néophyte sur le terrain africain. La rapidité de ses interventions et la précisions des actes posés en Afrique depuis son installation à l’Elysée créent des remous dans les hauts lieux à tel point que le doute commence véritablement à s’installer chez certains gouvernants.

Par ordre d’importance, l’administration de François Hollande s’attaque aux problèmes du sous-continent noir. Après la Centrafrique, le Mali, quelle sera la prochaine destination ?

Au Gabon, l’opposition temporise et semble coller à l'agenda de l'Elysée. Elle attend tranquillement que le moment fatidique du Gabon arrive. Moment où tous les dossiers seront certainement mis sur table. Car en effet, Hollande avait déjà annoncé ses couleurs avec certains présidents africains qui ne répondent pas aux critères démocratiques et de bonne gouvernance exigés par Paris tels que, le Gabonais Ali Bongo ou le Congolais Denis Sassou Nguesso.

L’Afrique ne sera jamais un continent "normal" pour Paris. Mais pour François Hollande, il est arrivé le temps de la « lucidité ». Il n’a de cesse d'annoncer la mort de la Françafrique, cette diplomatie parallèle animée par des réseaux d'influence souvent corrompus parfois mafieux. De Gaulle l'a mise en place, Mitterrand et Chirac l'ont adoubée, Sarkozy a prétendu rompre avec elle, mais la Françafrique est toujours là.

Le premier voyage en Afrique de François Hollande [12 et 13 octobre] était attendu. Symbole fort, il a choisi Dakar, la capitale sénégalaise, où son prédécesseur s'était mis à dos tout le continent, pour annoncer la mort de la Françafrique.

Serge Michailof, chercheur associé à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et consultant pour la Banque mondiale s’est d’ailleurs interrogé sur la question. Il s’est posé la question de savoir si Hollande réussira là où ses prédécesseurs ont échoué?

La Françafrique c'est avant tout des mécanismes de corruption qui permettent le financement des partis politiques français par des chefs d'Etat africains. De visiteurs du soir à l'Elysée, des émissaires occultes, la plupart des partis politiques français en ont bénéficié. On parle de néocolonialisme, la France ferait la pluie et le beau temps en Afrique. François Hollande annonce vouloir tourner cette page.

En son temps, Nicolas Sarkozy avait poussé sa vision « réaliste » de la politique africaine jusqu’au cynisme. François Hollande arrive plutôt avec un discours moralisateur où il imposerait les valeurs occidentales d’aujourd’hui. Cependant, la démocratie est une valeur universelle mais la manière dont on l'applique ne l'est pas. Les pays africains sont formés autour de multiples minorités.

Alexandre Vilar. Journaliste français spécialiste de l'Afrique reprenait ces propos de François Mitterrand du 20 juin 1990 qualifiés de discours de la Baule proclamé, devant les représentants de 37 Etats africains « il n’y a pas de développement sans démocratie ». Il leur annonçait d’ailleurs qu’il subordonnerait désormais l'aide française à l'introduction du multipartisme, déclarant à ses hôtes: «La France liera tout son effort de contribution aux efforts qui seront accomplis pour aller vers plus de liberté.»
Le 26 juillet 2007, devant des étudiants à Dakar, Nicolas Sarkozy avait estimé que le «drame de l'Afrique» vient du fait que «l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire», provoquant un tollé sur le continent noir.

Petit point commun entre ces deux discours, ils se voulaient en rupture avec la Francafrique, ce néologisme inventé par Félix Houphouët-Boigny (président de la Côte d'Ivoire de 1960 à 1993) dans les années cinquante, cette communauté d’intérêts obscurs patiemment érigée par les actions convergentes de Jacques Foccart (conseiller aux Affaires africaines de l'Elysée, de 1960 à 1974) et d’Omar Bongo (ancien président du Gabon).

Les illusions mitterrandiennes ont fait naufrage dans l’affaire Elf (une affaire politico-financière qui a éclaté en France à partir de 1994) et les imprécations sarkoziennes se sont transformées en volonté d’imposer la «démocratie par les bombes», en Libye ou en Côte d’Ivoire.

Mais, la Françafrique a échappé au massacre, et même vacillante, elle n’a pas rendu son dernier soupir.

Pour François Hollande, le temps de la lucidité est arrivé. "Lucidité vis-à-vis d'un passé commun, lucidité par rapport au présent caractérisé par des relations étroites avec les Etats qui respectent la démocratie, les droits de l'homme et améliorent leur gouvernance alors que l'Afrique continue sa percée économique.

"Il ne s'agit pas de réparer quoi que ce soit mais de porter notre vision de l'Afrique. On a parlé de la fin de la Françafrique, cela ne signifie pas notre désintérêt mais le développement de relations saines, transparentes, directes, respectueuses et fluides".

C’est ce que les Gabonais attendent aujourd’hui sagement.

Lundi 11 Février 2013
D'AKOK
Vu (s) 1071 fois




1.Posté par math le 11/02/2013 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
n attendez rien de françois hollande prenez votre courage en main et liberez le gabon chers leader si reellement vous etes conscient d avoir piller le pays et qu avant de mourire vous voulez le rendre au peuple faites l le l histoire retiendra ce courage

2.Posté par Un maboule:d'Akok le 11/02/2013 21:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allez lecher les couilles d'hollande pour qu'ils placent les barbares de l'UN au pouvoir.

3.Posté par Un maboule:d''Akok le 11/02/2013 21:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allez lecher les couilles d''hollande pour qu''ils placent les barbares de l''UN au pouvoir.

4.Posté par Ditengou le 12/02/2013 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des conneries cet article ! Tant que les Français peuvent pomper les richesses du Gabon, vous allez mourir le cul en l'air et le slip à l'envers ... Hollande voulait le départ de Bozizé en Centrafrique : ce sont les dictateurs du Tchad et d'Afrique centrale qui ont sauvé Bozizé ! un tissu de conneries cet article écrit par un con de l'UN

5.Posté par Lola le 12/02/2013 07:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Ditengou en réagissant sur ce post, tu avais certainement la bite d'un Pédé pdgiste remplie dans ton cul. Les gabonais ne sont pas des fénéants. Mets toi à la place des familles dont les balles des français ont troué les crânes à Port gentil en octobre 2009, pour comprendre, que le Gabon ne vous appartient pas. La prostitution vous rend ignare pourquoi ? Dégage.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...