News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L'envers du décor : Emergence : Impuissance de l’Etat ?

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre pour tous : Source : Mazleck.info le Lundi 6 Décembre 2010 à 08:34 | Lu 1053 fois



Réaction bien tardive du gouvernement face aux tracasseries quotidiennes des abonnés de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). En décidant l’encadrement de la distribution de l’eau et l’électricité, les pouvoirs publics ont le dos au mur. Il ne se passae pas un jour sans récrimination des consommateurs. Alors, le conseil des ministres a élevé une protestation énergique !

Extraits de la déclaration : « Depuis des années, la SEEG pratique des méthodes de suspension de ses prestations pour retard de paiement de factures en portant atteinte à la dignité du consommateur, le plus souvent à la veille d’un week-end ou d’un jour férié. Devenue humiliante pour nos concitoyens, cette pratique laisse ces derniers sans défense face à une société en situation de monopole.

Afin de mettre bon ordre dans ce secteur stratégique, le gouvernement a décidé d’encadrer les décisions de suspension de fourniture d’électricité et d’eau sur le territoire national […] A ce titre, la suspension de la fourniture d’eau ou d’électricité […] pour cause de non-paiement est désormais interdite d’être effectuée un vendredi, un samedi, un dimanche ou un jour déclaré férié. »

Les consommateurs sont-ils sortis d’une galère qui dure une éternité et qui semble insoluble, du moins pour le moment ? Le véritable problème ne se pose pas en termes d’interruption de fourniture pour non-paiement. Le problème, tout le monde le sait, porte sur l’expertise de Veolia, le repreneur de la SEEG. Aujourd’hui, le groupe français, dont la spécialité est le traitement de l’eau, est en déphasage avec la demande.

Le groupe Veolia a sauté sur le contrat de concession au moment où le Gabon amorçait un boom démographique et un développement des villes d’une manière générale. Or, la SEEG est quasiment restée figée dans les schémas des années 70 pendant lesquels on tablait sur une population estimée autour de 800.000 habitants. Les cols blancs de Veolia n’ont vu que du feu avec le doublement de la population en une vingtaine d’années.

Pendant ce temps, les rapports entre la SEEG et l’Etat sont des plus excécrabes. Face à la montée des réclamations, ce dernier donne l’impression de « tenir » une société contre-performante. Au début de son mandat, le chef de l’Etat est allé jusqu’à annoncer la fin du monopole, ce qui a laissé entrevoir l’implantation d’une entreprise concurrente. Peine perdue !

Il y a également une querelle de clochers qui perdure. La SEEG laisse entendre que l’Etat ne remplit pas toutes ses obligations en ce qui concerne le volet des subventions. Au Gabon, les factures impayées de l’Etat totalisent la somme de 15,5 milliards de francs. L’Etat rétorque faisant état de seulement 4,1 milliards. Qui dit vrai ? La SEEG a-t-elle intérêt à mentir ?


Lundi 6 Décembre 2010
LVDPG - Média Libre pour tous : Source : Mazleck.info
Vu (s) 1053 fois




1.Posté par dipouma le 06/12/2010 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les accusations entre l'état et la SEEG vont aller de gré en gré et ce toujours au détriment du consommateur qui est roi ailleurs sauf au Gabon!
Aucune politique de développement de la SEEG, aucune stratégie, cette entreprise en oligarchie assure la pauvreté dans notre pays. A quand le pouvoir des consommateurs?Est-ce que l'état est capable de protéger ces citoyens afin de leur garantir eau et énergie 24h/24 et 7jours/7?
Si dans un pays le citoyen n'a pas ce strict minimum, on ne peut malheureusement pas parler d'un amorce du processus de développement. L'état en privatisant la SEEG, a perdu son pouvoir en cédant un domaine stratégique.
Je crois que l'état doit arrêter ces turpitudes et donner à la SEEG les moyens d'action en urbanisant ses villes. Ainsi, toute de défaillance, toute perturbation, tout désagrément causé aux consommateurs serait sanctionné par une amande lourde envers la SEEG. L'état devrait mettre en place un organisme vers lequel les consommateurs victimes de cette mauvaise politque de la SEEG. Toutes ces recommandations ne peuvent fonctionner que dans un état de droit, une démocratie, ce qui n'est pas le cas du Gabon, suivez mon regard!!!

2.Posté par Bifoun le 06/12/2010 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ dipouma,
Vous avez tout a fait raison. D'ailleurs dans un article paru la semaine dernier sur ce site, M. Joel Mbiamany-N'tchoreret a fait une analyse de la situation de la production et de la distribution d'eau au Gabon de la SEEG comme étant un paradoxe du développement du Gabon au regard entre autres des ambitions affichées par ce gouvernement de l'émergence de faire émerger le Gabon. Lisez son article et vous serez éddifié sur les probleme l'incapacité de la SEEG a assurer l'approvisionnement en eau et en électricité au Gabon. Selon M. Joel Mbiamany-N'tchoreret cette difficulté résulte de l'absence d'une politique d'eau laquelle a conduit a une mauavise gestion de la SEEG. Les problemes récurrents de l'eau sont les memes que ceux de l'énergie. M. Joel Mbiamany-N'tchoreret invite le gouvernement justement a établir une politique de l'acces a l'eau, et meme de l'energie, laquelle politique doit etre suivi par une regelementation et un cadre de financementy adéquat pour renouveler les infrastructures en vue d'étendre les capacités de la SEEG au regard des demandes des populations Gabonaises.

3.Posté par Elombessica le 06/12/2010 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La tragédie de l’accessibilité à l’eau potable au Gabon : problèmes et solutions
Cet article est le premier d’une série d’articles faisant état du paradoxe du développement au Gabon. Celui-ci présente les difficultés liées à l’accès à l’eau potable dans ce pays. Il montre que, au-delà des ressources fluviales abondantes dont dispose le pays, l’eau potable comme priorité dans le bien-être social n’a jamais été prise en compte dans le souci du développement socio-économique du pays. Cela est dû au statut ambigu du développement social où le rapport entre les visées économiques et celles du bien-être social a été profondément altéré par une évolution économique en vue de favoriser le paraître. Alors que nous aurions cru les nouvelles autorités enclines à fonder leurs ambitions sur la réalisation des projets socio-économiques essentiels au bien-être des Gabonais, le développement dit émergeant initie des projets de développement économique en faisant fi de ce qui est prioritaire. Certes, en l’état actuel du pays, tout est prioritaire. Quoi qu’il existe des besoins d’existence qui ne peuvent attendre. Lorsqu’on est un gouvernement qui veut faire émerger les citoyens de leur abîme, il faut savoir connaître leurs besoins immédiats. En l’occurrence, l’accessibilité à l’eau potable pour tous à moindre frais est une priorité nationale d’importance. Au regard de nos critiques, nous proposons une voie de sortie de ce drame que le gouvernement peut emprunter.

4.Posté par Le CHE le 06/12/2010 13:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La seeg a tout á fait raison. Dpui bongo père au bongo nous avons souvent assisté aux ménaces du gouvernemen enver dame seeg mais rien na jamais été fait pour ameliorer le service. Il se trouve que la famille bongo puise souventdans les fond de la seeg, meme le parti au pouvoir lors des élections la seeg finance le PDG. Cment voulons nous alors ke dame seeg puissent craindre les ménaces du gouvernement? En économie,certes je ne suis pas arivé loin> on nous aprend qu'il n'est pa bn de privatiser ls service public cme l'eau et électricité les gds pays capitaliste ne le font pas. Arrétons d'acusé Véolia,il cherche bénéfice, ki peut investir pour perdre? Au sénégal le président Wade était obligé de reprndre la sees privatisé plutot,pourquo

5.Posté par Bernard N I le 06/12/2010 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Le CHE,
pour completer votre analyse, je vais ajouter que VEOLIA est l' actionnaire majoritaire de la SEEG à plus de 50%, ce qui de facto lui donne un droit de véto absolu dans la gestion et les décisions à prendre au sein du groupe.
Dans aucun pays développé ou dans une vraie démocratie on ne peut observer ce genre de faits sauf bien sûr au Gabon.

6.Posté par Lapunu le 06/12/2010 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La SEES? C'est quoi cette société? au sengal il n'y a jamais eu de SEES, la société qui gere l'electricité au Sénégal s'appelle la SENELEC (Senegalaise d'electricité) et cette société est une société privatisée, ne racontez pas n'importe quoi juste pour vous rendre interessant.

De plus, au Sénégal le service de l'eau et celui de l'electricité ne sont pas gérés par la meme entreprise.

La société qui gere le service de l'eau au Senegal s'appelle la SDE (Senegalaise des eaux). Cette societé est aussi privatisé puisque c'est une filliale de véolia.

Vraiment que des abrutis à l'UN (Union des nantis). Heureusement que vous ne representez rien dans ce pays

7.Posté par Man ghana le 06/12/2010 14:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il doi etre punu kango or fourplace il melange tout this man le vin d palm sou le soleil. may try to update urself.

8.Posté par Bernard N I le 06/12/2010 15:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois que le post 6, n'est pas celui de Lapunu que nous connaissons sur ce site, cela doit encore être un usurpateur.

9.Posté par Mezzah le 06/12/2010 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je veux bien qu'on intervienne ici mais quand il s'agit d'un problème aussi important que celui de la SEEG, nous avons tout intérêt à être plus sérieux.

La SEEG a été privatisée en 1997 parce que l'Etat n'était plus capable d'assurer une gestion fiable et crédible à cette belle dame que nous aimons tant. La pauvre s’est retrouvée alors au bord de la faillite et par conséquent avait besoin de capitaux frais pour se relancer.

Alors s'est posée la question de savoir comment faire pour éviter le chaos. Quelques nationaux se sont prononcés pour dire qu'ils avaient le « miang » nécessaire pour relancer la machine. Dans des milieux avertis, on dit qu’OBO est rentré dans une grande colère parce qu’ils ne savaient pas qu’une poignée d’individus disposaient d’autant de liquidité. Cette solution fut donc balayée d’un revers de la main. Ah vous savez, quand OBO piquait ses crises de colère même SARKOZY n’y pouvait rien, le pauvre Bockel en a fait les frais.

Ensuite il a fallu lancer un appel d’offre. Permettez que je ne rentre pas dans les détails mais le fait est que c’est Vivendi dirigé par J6M (Jean Marie Messier Moi-Même Maître du Monde) qui l’a remporté en devenant actionnaire majoritaire à 51% alors que c’est la Lyonnaise des eaux déjà présente dans les locaux qui partait favorite. Vous savez quelle a été la réaction d’OBO ? Il a dit que le plus important c’était que ce soit un groupe français qui gagne. Ah cette franceafrique à multiple facettes nous entrainera loin.

Vivendi (la partie environnement) aujourd’hui devenue Veolia Eau a été à mon sens le meilleur choix. Le groupe est crédible, a de l’expertise, mettait pour la première fois pied au Gabon. Seulement il y eut un hic, mais à quel niveau ?
• d’abord en interne et tout le monde semble passer sous silence cet aspect. En effet plusieurs cadres gabonais n’apprécièrent guère de perdre le pouvoir qu’ils avaient, le changement de la gestion, le contrôle des opérations engagées, le soupçon de l’attribution des marchés de gré à gré qui permettaient à certains d’encaisser 10% du marché et/ou se faire construire des maisons. D’ailleurs ces pratiques perdurent à ce jour mais personne n’en parle.
• ensuite les engagements de l’Etat n’ont pas suivi : engagements financiers pour les grandes opérations, payement des factures de l’administration et de certains particuliers, aménagement du territoire pour mieux amener vers la population les fournitures d’eau et d’électricité. Comment imaginer à notre époque les constructions des maisons éloignées de toute voie carrossable.
• Enfin, au lieu d’être de vrais collaborateurs, les cadres gabonais ont commencé à faire du sur place, à mettre les battons dans les roues de Veolia, à aller voir OBO la nuit pour lui demander de « virer » les méchants blancs. La démobilisation s’est installée.

Le concours de toutes ces circonstances est à l’origine des maux que vit notre belle dame.

Mes chers frères er sœurs, tout ce que touchent les Bongo/Pdg ne peut réussir. Si vous les rencontrez sur votre chemin, ne fuyiez pas mais combattez-les jusqu’à ce que vous sortiez vainqueurs. Ils n’ont rien dans leur ventre, ils ne se sont jamais sentis menacés.

Qui vivra verra.







10.Posté par nietszche le 07/12/2010 04:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Partout on privatise, l etat rachete dans certains pays la production d electricité et cree des structures au niveau des collectivités pour se charger de la fournir au consommateur final .

Chaque ville ayant son service qui s occupe de la redistribution selon le plan d urbanisation et les besoins de la commune. Cela permet une reaction plus rapide aux changements qui peuvent intervenir, comme la creation de nouveaux quartiers ou de nouvelles habitations. Une decentralisation et le cogestion avec les municipalités des probemes liés à l eau et l electricité qui permet une meilleure gestion , une evaluation et une meuilleure adaptation aux realités du terrain. Beaucoup de chose echappe à l etat central.

D un autre coté le probleme n est pas la privatisation, mais les monopols qui ne s inscrivent pas dans la logique de liberalisation des marchés. L allemagne a par exemple Evonik (ex-RWE) et Eon . En France EDF,CNR , SNET, UEM, tous dans l electricité et Veolia environnement pour l eau. Des particuliers peuvent meme faire des installations tulisant la biomasse et et les energies renouvelables pour la revendre, lá oú l etat ne peut investir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...