News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’économie gabonaise demeure trop dépendante des revenus pétroliers et autres matières premières, déclare le Premier ministre gabonais

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Samedi 23 Octobre 2010 à 13:38 | Lu 764 fois

Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghe Mba, a déclaré dans un entretien publié samedi dans le quoptidien l’Union qu’il est essentiel que le pays fasse connaître la réalité de tout son potentiel économique afin de convaincre les éventuels investisseurs.



« L’économie gabonaise demeure trop dépendante des revenus pétroliers et autres matières premières. De plus le secteur primaire qui a pourtant le potentiel de devenir un vecteur économique et d’emplois, contribue encore faiblement à la création de la richesse nationale et à la réduction de la pauvreté », a commenté le Premier ministre

« L’année 2009 a été difficile sur les plans économiques et politique. Mais l’année 2010 a bien démarré. Le président de la République Ali Bongo Ondimba a demandé aux ministres d’accroître le positionnement du Gabon sur la plate-forme économique internationale. Et nous sommes prêts à accueillir les investisseurs de tous les horizons », a ajouté M. Biyoghe Mba.


Samedi 23 Octobre 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 764 fois




1.Posté par Dr. Daniel Mengara le 25/10/2010 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Révélation : Scandale au Gabon: "Les 7 millions d’euros maltais d’Omar et Ali Bongo."

Quelques mois seulement après que le Congrès américain avait épinglé Ali Bongo et son défunt père Omar Bongo pour une affaire de détournement et de blanchiment d’argent volé, voilà que l’affaire rebondit, cette fois du côté de Malte, où le gouvernement maltais vient de dénicher 7 millions d’Euros dissimulés sur un compte dans ce pays par Bongo père et fils.

Outre, donc, les 70 comptes de la famille Bongo dénichés en France par la justice française en 2009, c’est à un véritable réseau de comptes emplis d’argent gabonais détourné par les Bongo que l’on a désormais affaire. De New York à Paris, de Paris à Monaco (où deux comptes à la Banque populaire de la Côte d’azur et à la banque Pasche contenant 2,4 millions d’Euros –soit 1,7 milliards de CFA - et appartenant à Edith Lucie Bongo, feue l’épouse de feu le dictateur Omar Bongo, ont été découverts), en passant par Malte et Beijing, la galaxie financière des Bongo est immense et tentaculaire.

Une galaxie financière faite non pas d’argent produit par le dur et honnête labeur, mais d’argent volé au peuple gabonais. Ces détournements par le défunt président gabonais et son fils apparaissent comme une ironie, surtout quand on sait ce qu’Omar Bongo, dans son “Petit Livre Vert” de l’époque où il faisait dans la propagande imbécile inspirée des pays communistes, disait de ce genre de comportements: “l’argent gagné malhonnêtement est un venin”, avait-il l’habitude de scander tous les matins à la radio. Ce qui est sûr c’est qu’Omar Bongo n’est pas mort de remords ni de … venin.

La chronologie de cette affaire de détournements montre une implication directe du Président gabonais actuel, Ali Bongo Ondimba. En voici le sommaire :

Jeudi 5 février 2010: Outre les détournements liés aux affaires familiales des Bongo aux Etats-Unis qu’il étale au grand public, avec notamment la confirmation de l’affaire des 25 millions de dollars donnés en cadeau par Ali Bongo à son ancienne épouse Inge Lynn Collins Bongo en 2006 pour s’acheter une villa dans le quartier sélect de Malibu aux abords de Los Angeles, ou même les 130 millions de dollars (66 milliards de FCFA) épinglés sur un compte d’Omar Bongo à la CITIBANK de New York par le Sénat américain en 1999, un nouveau rapport du même Sénat en 2010 fait une analyse accablante des “opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis en 2006 par l’ancien président gabonais Omar Bongo, aujourd’hui décédé, et par des membres de sa famille, dont son fils Ali, qui lui a succédé” (AFP).

Selon toujours l’AFP, « le document de 330 pages publié ce jeudi 05 février 2010 indique que l’ancien président et son fils, alors ministre de la Défense, ont déboursé 18 millions de dollars pour s’offrir les services d’un lobbyiste américain Jeffrey Birrell. Leur but: acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130. » 18 millions de dollars, c’est près de 9 milliards de FCFA. L’affaire remontait à 2006 et aurait pu rester inconnue si le Congrès américain ne s’en était pas mêlé.

Dimanche 2 mai 2010: L’affaire rebondit. On apprend d’un journal maltais, Malta Today, que le Ministre des finances maltais aurait lancé une enquête sur les avoirs d’Omar Bongo dans un compte que le gouvernement maltais vient de découvrir à la Fimbank. Et comme pour bien montrer à quel point Omar Bongo se confondait à l’Etat gabonais, le compte supposé appartenir à l’Etat gabonais avait, bizarrement, comme bénéficiaire et ayant droit, un certain “S.E. Omar Bongo Ondimba” (H. E. Omar Bongo Ondimba) qui, à son tour, devait passer par son contact parisien, en la personne de François Meyer, avocat.

Cette affaire éclabousse de nouveau Ali Bongo parce que les 7 millions d’Euros en cause sont le “reliquat” des 18 millions de dollars (14 millions d’Euros) qu’Omar Bongo et Ali Bongo avaient fait transférer dans les comptes américains de Jeffrey Birrell pour s’acheter ses services de lobbying dans le cadre de leur tentative d’acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130 pour le compte, soi-disant, de l’armée gabonaise. Mais, l’affaire n’ayant apparemment pas abouti, les 14 millions d’Euros se sont bizarrement volatilisés, ne laissant qu’une trace d’un million de dollars payés à Birrell en 2006 pour ses “bons et loyaux services” et, maintenant, les 7 millions d’Euros que l’on vient de découvrir à Malte, y dissimulés, de toute évidence, par Ali Bongo et son papa.

Le rôle de Birrell, comme l’avait bien expliqué le Sénat américain, était de recevoir, en les comptes de sa compagnie aux Etats-Unis, les 18 millions de dollars et autres versements devant servir dans le cadre des procédures accompagnant l’achat du matériel militaire. Il lui appartenait par la suite, une fois l’argent reçu, de le distiller sur des comptes additionnels aux Etats-Unis et dans le monde selon les directives d’Ali Bongo et de son père.

Birrell, selon Malta Today, avait en effet pu obtenir l’autorisation du gouvernement américain pour l’achat des fameux véhicules et avions militaires de seconde main auprès du gouvernement d’Arabie Saoudite, mais après que le deal avait échoué, il ne restait plus des 18 millions de dollars que 9,2 million (7 millions d’Euros) que Birrel transféra, non pas sur un compte au Gabon, mais sur un compte … maltais. On n’entendit plus parler de cet argent jusqu’à la semaine dernière où le gouvernement de Malte décida d’aller fouiner dans les affaires tordues des Bongo sur l’Ile.

Les transactions d’Omar Bongo et de sa famille, semble-t-il, obéissaient toujours aux mêmes procédures douteuses. C’est d’ailleurs ce qui a poussé le Sénat américain à conclure que “ces transactions doivent êtres vues comme suspectes car elles ont permis au président Omar Bongo de détourner des sommes considérables du Gabon et de les faire passer par les circuits internationaux de transfert d’argent [avec pour effet de les blanchir] vers des comptes pas directement associés à lui, rendant ainsi difficile toute traçabilité des mouvements de ces fonds, notamment de ceux transitant par les Etats-Unis avant d’aller vers leurs destinations finales.”

Vu qu’Ali Bongo, en tant que Ministre de la défense, était directement impliqué avec son père dans l’achat des fameux véhicules et avions militaires d’occasion, il était forcément au courant de la destination finale des 7 millions d’Euros de reliquat. Il sait aussi, forcément, la destination des autres 6 millions d’euros évaporés. Bongo père et Bongo fils se retrouvent ainsi non seulement complices dans une affaire de détournement d’argent public, mais également au centre d’une filière de blanchiment d’argent tiré du trésor public gabonais avec la ferme et évidente intention de le détourner vers un usage personnel et familial.

A y lire de près, le type de transactions incriminées ici était commun dans la galaxie des Bongo. On faisait semblant de sortir de l’argent du trésor public pour financer à l’international des projets aux apparences légitimes, mais on faisait par la suite sciemment échouer ces affaires pour créer la confusion et ainsi justifier l’évaporation de l’argent qui était alors tout simplement redirigé vers des comptes personnels ou familiaux, au travers justement d’intermédiaires comme les lobbyistes américains Jeffrey Birrell ou Jack Abramoff, ou alors des juristes ou avocats français tels François Meyer.

La culture de la corruption et des détournements est si généralisée au Gabon qu’elle engouffre près de la moitié du budget de l’Etat. Par ailleurs, tout l’appareil étatique étant fait d’emplois politiques au bénéfice du parti au pouvoir, c’est à un vrai système de parti-Etat que l’on a affaire au Gabon, avec comme coût ultime une masse salariale exagérément élevée pour un petit pays d’à peine un million d’habitants. La famille Bongo en est le plus grand bénéficiaire. De plus, Omar Bongo exerçait une véritable politique d’extorsion à l’encontre des compagnies pétrolières ou autres souhaitant s’investir au Gabon. D’où les 50 millions d’Euros (33 milliards de FCFA) que la compagnie Elf était obligée de lui verser à titre personnel chaque année en échange du droit d’exploiter du pétrole en terre gabonaise.

Au vu de l’implication d’Ali Bongo auprès de son père au cours de sa dernière décennie de règne, surtout dans un contexte de plus en plus marqué par l’anticipation de l’après-Bongo, il y a fort à parier que celui qui se dit aujourd’hui le promoteur d’un « Gabon émergent » devra, au préalable clarifier son implication dans les activités scabreuses qui le situent aujourd’hui au sein d’un scandale qui, dans un pays de moralité et de droit, aurait dû mener soit à sa démission immédiate, soit à sa destitution par le Parlement. Mais au pays des Bongo, la loi c’est le président, et dans l’idée d’émergence que promeut le dictateur émergent du Gabon, il n’y a aucune place pour la moralité, encore moins pour les principes d’état de droit qui se doivent de protéger la cité de telles malversations. Quand un pays a à sa tête un président criminel agissant en toute impunité, c’est la porte ouverte à la loi de la jungle. Il ne peut, dans ce contexte, y avoir aucune émergence pour le Gabon. Or, dans un état de droit, de tels scandales auraient dû, en amont, empêcher un criminel de se porter candidat à la présidence de la république.

Ali Bongo Ondimba est arrivé au pouvoir suite à des fraudes massives qui l’ont vu succéder à son père dans un Gabon où l’exercice du pouvoir présidentiel semble être devenu une affaire familiale et la prérogative des Bongo seuls, ce qui fait désormais de ce pays une quasi monarchie. Omar Bongo avait régné sur le Gabon pendant près de 42 ans. Il est officiellement décédé le 8 juin 2009 dans un hôpital espagnol, mais des doutes subsistent qui font état d’une machination par laquelle le régime aurait caché la date du vrai décès du dictateur qui serait survenu, selon des sources anonymes, le 6 mai 2009, soit un mois plus tôt.

Dr Daniel Mengara
Source: “Bongo Doit Partir”, http://wwww.bdpgabon.org.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...