News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem

Le site de la Liberté - Source : AGP le Jeudi 23 Septembre 2010 à 14:33 | Lu 2007 fois



Gabon : L’armée rassure sur les roquettes découvertes à Oyem
Le chef d’Etat major général des forces armées gabonaises, le général Ella Ekogha, a indiqué, dans un entretien exclusif au quotidien Gabon matin, que les roquettes découvertes sur l’axe reliant Oyem à Assock Medzeng, un village frontalier avec la Guinée-Equatoriale, étaient bel et bien la propriété de l’armée.

Ces roquettes avaient été enfouies dans une zone servant de champ de tirs, depuis plusieurs années, au détachement militaire de la deuxième région du Woleu-Ntem (nord). Situé au village Aloum, sur la route de Mengomo, à 8 km d’Oyem, le chef-lieu de province, le site a été gracieusement cédé à l’armée par un notable, M. Simon Pierre Okoua Meye.

L’insolite découverte a été réalisée par la société Mika Services, sollicitée par les pouvoirs publics pour réhabiliter un certain nombre de routes dans la province. En exécutant les travaux sur l’axe reliant Oyem à Assock Medzeng, les responsables de Mika Services, qui ont eu besoin de latérite, se sont introduits dans une zone propriété de l’Armée pour se ravitailler, a expliqué le chef d’Etat major général des forces armées gabonaises.

Selon le général Ella Ekogha, les roquettes découvertes à la suite des fouilles effectuées sur le site par l’entreprise, sont des munitions n’ayant pas explosé pendant les séances de tirs. Elles ont été enfouies dans le sol, notamment dans le champ de tirs, en attendant l’arrivée d’une équipe spécialisée en provenance de Libreville, pour procéder à leur destruction, a-t-il précisé.

Les explications du chef d’Etat-major avaient pour but de mettre un terme aux rumeurs les plus folles qui ont couru après la découverte des roquettes à Oyem, certaines allant jusqu’à soupçonner ‘’une tentative de déstabilisation du régime en place, orchestrée par le commandant de la région militaire sortant, le lieutenant colonel Constant Yaloula Ngoulou.

L’affaire aurait pris, à partir de cet instant, des proportions ‘’inquiétantes’’ à cause notamment du fait que le mis en cause venait que quitter ses fonctions dans le chef lieu de la province du Woleu-Ntem, note Gabon matin.

Citant des informations dignes de foi, le quotidien ajoute qu’après la découverte des roquettes, le procureur de la République ‘’a immédiatement ouvert une information judiciaire, pour faire la lumière sur une affaire, qui a suscité émoi et commentaires divers’’.

Entre temps, un mandat avait déjà été donné pour que les éléments de la gendarmerie locale mettent la main sur le commandant de la deuxième région militaire, afin de le faire comparaître devant le Parquet, indique le journal édité par l’Agence gabonaise de presse (AGP), ajoutant que n’eut été l’intervention du chef d’Etat major général, le colonel Ngaloula ‘’en aurait eu pour son matricule’’.

Selon Gabon matin, l’affaire a visiblement été montée en épingle pour ‘’discréditer l’armée, notamment le chef d’Etat major général, le crédit dont jouissent ses éléments auprès des populations et mettre à mal la cohésion sociale.


‘’Cette affaire des roquettes, qui défraie la chronique, ressemble, à y regarder de très près, à une tempête dans un verre d’eau’’, souligne le journal, rappelant qu’elle vient s’ajouter à une autre affaire de braconnage, mettant aussi injustement en cause le lieutenant colonel Constant Yaloula Ngoulou.

L’incident a éclaté non loin de la zone protégée de Bordamur, après que des agents des Eaux et forêts eurent rencontré des éléments de la deuxième région militaire en possession de gibier provenant de la chasse dans un site classé.

Gabon matin relève que cette affaire a refait surface trois mois après son dénouement heureux à la suite des explications qu’a eu le chef de la région militaire avec l’inspecteur provincial des Eaux et Forêts, en présence du gouverneur du Woleu Ntem, Jean Gustave Méviane M’Obiang. Le colonel Yaloula Ngoulou a dénoncé ‘’une volonté manifeste de nuire’’.


Jeudi 23 Septembre 2010
Source : AGP
Vu (s) 2007 fois




1.Posté par BOUTELESI le 23/09/2010 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aussi longtemps que l´imposteur sera à la tête du gabon , la pseudo cohésion sociale ne tiendra que sur un fil . Ali Bongo à mon goût n´a ni la posture encore moins les capacités morales et intellectuelles de gérer l´héritage macabre de Bongo 1 . En effet à la lecture de la situation socio-politique actuelle c´est à dire depuis la disparition de Bongo1 le gabon tend lentement mais surement vers le syndrome ivoirien( côte d´ivoire post Houphout Boigny) . Aussi ce n´est pas le revêtement des routes , la construction de quelques échangeurs à libreville , les promesses mirobolantes de faire du gabon un pays émergent qui vont jeter les bases d´une véritable cohésion nationale . Ce climat de suspicion , de dénonciation calomnieuse est savemment orchestré par les griots du pouvoir ( RTGPDG, Gabon matin, Téle africa ...) et quelques individus en quête de reconnaissance de la part du nouveau roi du gabon . Le pouvoir usurpé d´Ali Bongo devient schizophrène tout le monde est soupsonné , l´affaire du géneral Ntoupa n´a pas encore connu son épilogue et voilà le commandant Ngoula qui a été soupconné de vouloir porter atteinte au régime illégitime de Bongo 2 , cela dénote la fébrilité du régime !

2.Posté par marie ndong le 24/09/2010 03:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne peut pas dire que certaines voix inspirées par des dérives que je ne souhaite pas au Gabon, fassent quelque chose pour apaiser le climat.

Le mandat que leur a remis le peuple ne visait nullement à les conforter dans leurs postures qui consistent à prêcher le chaos ou à mettre de l huile sur le feu là où ils ont l impression qu’amplifier la moindre petite flamme puisse leur être profitable.

Loin d être aux aboies le système ajuste le niveau de vigilance à celui des écarts verbaux et à l option du choix des sentiers de la perdition pris par d anciens Seigneurs peu décidés à concéder un seul repis, et loin d avoir compris qu’ il y a désormais un seul et un unique nouveau président. Que des devoirs d ordre nationaux qui invite à se concentrer sur ce qui fait l intérêt majeur du citoyen plutôt que sur son petit ego et sa "grande" personne, même s il n y a plus d invitations à la « Soupe ».

Sous l emprise d une telle logique, pas étonnant alors d entendre dire « ce n´est pas le revêtement des routes, la construction de quelques échangeurs à Libreville qui vont jeter les bases d´une véritable cohésion nationale ».

Si ce n est ne serait ce ca ? Quoi d autre alors ? 50 ans de « Soupe collective » de plus.

3.Posté par marie ndong le 24/09/2010 04:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que des devoirs d ordre nationaux invitent à se concentrer sans passion mais avec raison et sans exces mais avec le sens des responsabilités attendus d eux , sur ce qui fait l intérêt majeur du citoyen

4.Posté par BOUTELESI le 24/09/2010 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ah... M/Me marie Ndong !!!
Ceux là que vous voulez faire passer pour des pyromanes ne sont guère responsables du climat pesant qui prévaut au gabon depuis le coup de force du monstre que Omar Bongo a laissé !!!! C´est plutôt la résultante des conditions dans les quelles Ali a pris le pouvoir qui en sont à l´origine , ce n´est point ceux qui aujourd´hui sont dépositaires de mandats électifs ( députés) qui ont manipulé un certain journaliste à la veille du vote ! Ce n´est pas eux non plus qui ont donné l´ ordre de tirer sur des gabonais à Port gentil ! Ce n´est pas les membres du camps adverses qui ont fait usage de la coruption á quelques heures du vote( distribution des billets de banque à tous les soldats , montée en grade de chacun des précités...) , une chose est de gérer un ministère surtout quand on est le fils du roi , une autre est de gérer un pays , et je crois pour ma part que le costume est trop grand pour l´imposteur raison pour la quelle il est presque impossible de faire une lecture de sa feuille de route .

5.Posté par marie ndong le 24/09/2010 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La logique actuelle des bunkers, d où on lance de temps à autre une salve peu réfléchie telle l irrigation du débat publique par des divinations de coups de force militaire, ce n est pas non plus un geste d apaisement de la part d un politique qui se voudrait plus responsable et qu on souhaiterai, conforté par ses pourcentages, beaucoup plus rassurant et politiquement serein.

On peut se gargariser en faisant valoir des arguments subjectifs tels la filiation mais je crois pouvoir dire que diriger c est diriger et les états de service de ceux qui ont changé de bord , passés sous votre microscope n en font nullement le coryphée de ceux apte à conduire l avenir de ce pays ( à moins que nous ne meritions que ...).

La feuille de route ne manque pas de clarté , les chantiers sont vastes et la critique relevante simpliste.

6.Posté par BOUTELESI le 24/09/2010 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faire usage des méthodes peu orthodoxes pour accéder au pouvoir ne peut que traduire une certaine hostilité de la part de ceux qui s´estiment abusés! Ne faisons pas le hooliganisme intellectuel en voulant justifier par des arguments falacieux les comportements d´un autre âge !! Les gabonais attendent depuis un an les rapport détaillés de l´ audit relatif au recencement des fonctionnaires , à la construction des 5000logements/an, à la couverture santé pour tous .

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...