News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’appel d’Eyéghé Ndong à une «majorité de gestion»

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 21 Décembre 2013 à 12:12 | Lu 1960 fois

Si l’on a toujours attendu que l’opposition radicale tende la main au pouvoir pour une détente du climat politique, en situation de guerre larvée, la fin des municipales et les stratégies pour la prise de l’Hôtel de ville de la capitale, sont sans doute l’occasion rêvée. Jean Eyéghé Ndong, candidat au poste de maire de Libreville, a appelé, le 20 décembre à Libreville, à l’«ouverture» pour la constitution d’une «majorité de gestion».



On le présageait en tout cas : Jean Eyéghé Ndong, candidat à la mairie de Libreville, va devoir faire ses preuves de négociateur s’il veut voir se réaliser son ambition de devenir l’édile de la capitale gabonaise. En effet, sur les 151 sièges à pouvoir dans la commune de Libreville, les listes indépendantes dites proches de la prohibée Union nationale (UN) en remportent 48, contre 42 pour le Centre des libéraux réformateurs (CLR) et 61 pour le Parti démocratique gabonais.

Alors qu’on s’attendait à ce qu’il dénonce d’abord les résultats finaux du scrutin du 14 décembre, officiellement rendus la veille dans la nuit, Jean Eyéghé Ndong s’est plutôt lancé dans une stratégie digne des enseignements de Sun Tzu, l’auteur de «L’art de la guerre». En effet, autour de l’ancien Premier ministre, au sein d’une bonne frange de l’opinion, et selon les premières estimations annoncées, tout le monde est convaincu de ce que bien de résultats des urnes ont été tronqués, notamment ceux réalisés par Chantal Myboto Gondjout, son alliée de l’UN. Mais, ce vendredi 20 décembre à sa permanence et QG de campagne du quartier Nkembo dans le 2e arrondissement, Jean Eyéghé Ndong a plutôt choisi d’adopter une démarche conciliante, pour ne pas dire diplomatique.

En compagnie de Marcel Djabio, Chantal Myboto Gondjout et Noé Abeke Madola, tous leaders de listes «Libreville pour tous», le candidat à la mairie de Libreville, Jean Eyéghé Ndong, a lu une déclaration devant la presse, les sympathisants et militants de l’UN. Passé les commodités d’usage consistant à planter le décor et à remercier tous ceux qui l’ont soutenu, il a laissé entendre que l’adhésion massive au projet «Libreville pour Tous», le «convainc davantage de la justesse de [sa] vision pour notre capitale qui demande, depuis plusieurs années, à être prise en mains en termes de gestion par un pouvoir municipal fort et déterminé. Un pouvoir municipal qui puisse y diffuser le progrès économique, social et culturel comme le prévoit la loi organique relative à la décentralisation.»

Précisant sa pensée pour la suite des évènements, Eyéghé Ndong, l’œil sur le rétroviseur, a indiqué : «en sollicitant vos suffrages, je n’ai pas manqué non plus de rappeler que les élections locales basées essentiellement sur une gestion de proximité, appellent une union des sensibilités politiques diverses, susceptibles d’être élues. En d’autres termes, la constitution d’une majorité de gestion.» Et, prenant en compte les forces en présence telles que proclamées par la Cenap, il s’est lancé dans une explicitation du concept de majorité de gestion : «Au vu du verdict que vient de nous livrer les autorités compétentes, la municipalité de Libreville sera nécessairement ouverte à une majorité de gestion.

J’en appelle donc au sens de l’intérêt général, ce dont je ne doute pas de ceux et celles qui viennent d’être élus à Libreville pour n’avoir dans leur vision que la première commune du Gabon dont le principal enjeu est de promouvoir son image et son attractivité, en terme économique, social et culturel. Il est hautement souhaitable que, quelles que puissent être nos appartenances politiques et nos ambitions, nous privilégions l’unité indispensable pour la gestion de Libreville, car les contributions des uns et des autres d’où qu’elles viennent seront d’une utilité indispensable dès lors qu’elles apporteront à notre ville les semences nécessaires à la promotion et au maintien de son prestige.»

Fort de ce qu’avec 48 conseillers municipaux sur les 151 que va compter Libreville, il ne peut parvenir seul au fauteuil de maire de la capitale, le dernier Premier ministre d’Omar Bongo, a rappelé que «le parti démocratique gabonais (PDG), le groupe des listes indépendantes des 1er, 2ème , 4ème, 5ème et 6ème arrondissements qui me soutiennent et le Centre des libéraux réformateurs (CLR) sont les trois entités restant en lice pour l’élection du bureau du conseil municipal de Libreville. Le scrutin pour l’élection des conseillers municipaux étant de type proportionnel, cette modalité n’a permis à aucune entité politique d’obtenir la majorité absolue.»

Pour conclure, Jean Eyéghé Ndong a effectué ce qu’un journaliste présent appellera ensuite une «main tendue». Il a donc clairement laissé comprendre qu’«au regard des enjeux que présente la gestion de la mairie de Libreville, enjeux qui transcendent les clivages politiques et ethniques, il ne s’offre à nous qu’une seule alternative, celle de la constitution d’une majorité de gestion pour la capitale du Gabon. Pour ma part, je reste dans l’esprit de ma déclaration de candidature du 23 août dernier : celui du rassemblement et de l’ouverture.»

Ouverture. Le mot a été lâché. Dans un contexte politique de gestion sans partage du pays, le parti au pouvoir, reproché d’égocentrisme depuis l’accession d’Ali Bongo à la présidence de la République, se voit là offrir une belle occasion d’ouvrir une ère de détente en examinant, et pourquoi pas en acceptant, la franche proposition de ce vice-président de l’Union nationale, parti politique dissous début 2011.

Le PDG se trouve maintenant face à dilemme : faire alliance avec le CLR, formation politique de la Majorité républicaine pour l’Emergence, qu’il a franchement combattu durant le processus électoral qui s’achève, et faire ainsi la paix avec cet allié de longue date ; ou briser l’impression de monopartisme que laisse entrevoir le Gabon avec un parlement monocolore et des institutions républicaines entièrement occupées par le parti au pouvoir, en adoptant une position de circonstance qui favorisait l’ouverture proposée par Eyéghé Ndong. La magnanimité et l’ouverture d’esprit d’Ali Bongo, dernier arbitre dans l’ombre ainsi que tout le monde en convient, va être éprouvée.

Source : Gabonreview

Samedi 21 Décembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1960 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par NGUEGANG le 22/12/2013 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moramebiang, Mengara Minko a ye bo dze ?
Mengara fera quoi ? Faut que nous réfléchissons sérieusement a la situation actuelle du Gabon,l'heure est grave, si nous attendons les bas Mengara,les enfants adoptifs de gagui odjufku ,serons president de nos petits fils.

13.Posté par Moramebiang le 22/12/2013 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eeeeeeeeeeeejhhhh! Mengara Minko, tu es où?

12.Posté par Hééééééééééééé le 22/12/2013 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TANT PIS POUR LUI IL VA SE FAIRE EMPOISONER COMME MANBOUNDOU, RAWIRI, MBA OBAME ETC...............

11.Posté par Léandre le 22/12/2013 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"majorité de gestion" ah ah ah . ça ne vous rappelle rien ?

Ah ceux qui disent "depuis quand le dernier tend la main au vainqueur. ?". Peut être parce que le dernier sait qu'il a été "élu" avant le vote. Depuis sa rencontre avec ali, la presse nous le présente subliminalement comme le nouveau maire de Libreville.

Personne ne parle de la tête de liste PDG, qui pourtant est arrivé en tête officiellement.

Quand à ceux qui pense changer les choses de l'intérieur en devenant maire, rappelez vous de Mba abessole, lui aussi voulais changer les choses...

Et puis je dirai avec quel moyen ? .

politiquement : il sera l'otage d'une coalition car aucun parti n'a la majorité du fait d'un mode de scrutin à un tour, et de la proportionnelle qui ne dégage aucun majorité.

Financièrement : la mairie n'a pas les moyens d'agir comme dans d'autre pays pour construire : voiries communales, logements, crèches, écoles.

Quelque soit le maire, rien ne changera pour vous .

A quoi sert alors de se présenter ? pour la pouvoir il s'agit d'apaiser le climat politique en laissant quelques fiefs aux opposants. Pour des opposants privés de strapontins depuis 2009, il faut retrouver des postes, et les mairies surtout celle de Libreville, représentent des postes juteux.

Bref, "l'appel à une majorité de gestion" est une invitation, de nos chers opposants radicaux si longtemps privé de tout pouvoir, à dresser la table du grand festin républicain en toute convivialité.

10.Posté par 3ekale le 21/12/2013 22:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pige ke dal a toute 7 merde...

9.Posté par Mambiga le 21/12/2013 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah Nza Fe!
Vous nous montrez que la politique est un art sans logique cartésienne. Et que vont devenir vos soutiens qui ruminent la haine envers le PDG et son chef? Si Ali vous est favorable, il faut avouer que vous aurez du mal à convaincre tonton Associé que vous avez attaqué publiquement pendant la campagne. Avouez que vous les hommes politiques êtes champions dans les intrigues: tantôt vous incitez les ouailles à détester vos adversaires par des attaques acerbes (stratégie intentionnelle pour rafler toutes les voies?), tantôt vous appelez à une cogestion (tentative d'apaisement soudain ou ruse tropicale digne de la flatterie du renard envers le corbeau?).
Quelques questions:
-si par compromis politique vous êtes adoubés maire de Libreville l'engraisseuse, assumeriez vous tout résultat de votre gestion à la fin du mandat ?
-avez vous pensé au sort politique de Mba Abess suite à son aveu d'échec sur la gestion de Lbv?
-si vous les grands vous êtes capables de vous entendre, pourquoi ne pas éduquez les militants de vos partis respectifs à en faire autant?
-si à la suite de votre appel vous n'êtes pas choisi maire, seriez vous fair-play?

Bon vent, pour le bien de notre capitale et des gabonais!

8.Posté par ptitmama le 21/12/2013 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article n'a aucune cohérence. Si le pdg a 61 sièges, JEN 48 et le CLR 42, comment le PDG qui sensé etre en tete va t il faire une alliance avec JEN, sachant k ce dernier est Candidat a la Mairie Centrale, si toute fois le PDG a des ambitions egalement de briquer cette mairie.
L'article aurait peut etre mis en evidence le fait que le premier c est a dire le pdg et JEN convoitent le CLR qui deviendra ds ce K l objet a avoir.
Bon maintenant s il s averait ke c etait l inverse, JEN 61, CLR 48 et PDG 42, la je comprendrais aisement k JEN fait des signes au PDG pour avoir une majorité et par dessus tout évincé ASSELE de la Mairie.
Mais la, je vois aisement que l auteur de cet article qui provient de GABONREVIEW a un pb avec la candidature de JEN

7.Posté par WARREN le 21/12/2013 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Evidemment, il fallait s'y attendre. Quelqu’un disait, avec raison, que « le chien qui aboie ne mort pas ». Qu’est-ce que nous n’avons pas entendu, les Gabonais, spécialistes de la critique, mais qui dans les faits, militent éternellement en faveur du statu quo ?
Il paraît que nous nous sommes exprimés le 14 décembre 2013. Et nous étions nombreux (plus de 500 000 individus). Curieusement, tout compte fait, malgré tous les problèmes auxquels nous sommes soumis, ceux là même qui nous les ont créés ont une fois de plus été plébiscités. Or, à ce qui semble, les casses des maisons vont se poursuivre....
La corruption et la fraude sont devenues légion. Comme de nombreux Gabonais vivant au Gabon, j’ai reçu la visite d’hommes et de femmes politiques, en quête de photocopies de fiches d’enrôlement. Pourquoi faire ? Une idée des délinquants politiques de mon pays, partisans du "tout sauf la démocratie en République Gabonaise. Des intellectuels de haut rang. Ceux-là ont parfaitement réussi leur coup.
Maintenant si certains sans doute plus habiles ont compris que la politique ne prospère que dans la négociation, au lieu de pleurer et crier depuis les appartements délabrés des grandes métropoles occidentales, il est peut-être grand temps, pour les autres, de proposer des alternatives meilleures. En attendant, ne nions pas l’évidence gabonaise depuis 1960 : nous vivons dans un pays où c'est toujours le même, celui qui prend sans demander, qui, au final, avec le temps, devient l’être le plus aimé de tous. De même, c’est celui là qui triche aux examens, falsifie les documents officiels, qui, très souvent, l’emportent toujours…

6.Posté par gasy le 21/12/2013 15:53 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALI SUR LES TRACES DE SON PERE ET JEAN EYEGHE NDONG SUR LES TRACES
DU PERE PAUL MBA ABESSOLO. IL Y A TOUT DE MEME DE FORTES CHANCES QUE TONTON ASSOCIE SOIT LE MAIRE DE LIBREVILLE.

5.Posté par un observateur du 5e LBV le 21/12/2013 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ha !!!! Mr EYEGHE NDONG, c'est seulement aujourd'hui que j'apprends que le perdant à un combat est le premier à tendre une main à ses adversaires... j'étais persuadé que ce rôle revenait au vainqueur afin d'apaiser les frustrations (si il y en a) et de respecter à un certain niveau l'avis de tous qui voter pour le perdant déclaré ( par le juge qui est la CENAP).
Ce qui me dérange vraiment c'est que j'ai l'impression que vous êtes finalement comme tous ceux pensent que le Gabon ou la Ville ne peuvent se développer que si vous êtes aux commandes d'une administration... L'élection avec biométrie était votre chance, vous n'avez pas convaincu suffisamment de librevillois, soit.... acceptez la défaite est soyez galant en félicitant vos adversaires (PDG et CLR= majorité républicaine) au lieu de risquer d'écorner votre images dans l'opinion....en négociant une place comme vous le faites... vous pouvez aider les gabonais même sans être maire centrale de Libreville Mr EYEGHE NDONG

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...