News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’altérité en politique ou le regard de l'autre

Le site de la Liberté - URDP le Jeudi 17 Janvier 2013 à 13:23 | Lu 848 fois

Analyse politique proposée par Guilou Bitsutsu-Gielessen , Secrétaire Exécutif de l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès (URDP), parti de l'opposition gabonaise, membre de la CPPA et de l'UFA



Gabon : L’altérité en politique ou le regard de l'autre
L'altérité se définit simplement par la qualité de ce qui est autre tiré à la fois des mots latin «altéritas» qui signifie différence et « alter » qui signifie l'un, l'autre. L'altérité, ainsi comprise grâce à l'étymologie, met donc en jeu à la fois mon rapport à autrui et le sentiment que j'en retire de ma différence. Le questionnement des Gabonais dans leur relation ethnique participe à la redéfinition de chacun dans sa position dans la société. Ceci permet le passage de l'altérité (ce qui est autre) à la modernité (ce que je suis dans l'ensemble social). Ce sentiment péjoratif de ce qui est l'autre doit progressivement laisser la place à NOUS, la Nation.

Le refus de la dictature par la majorité des Gabonais est une chance inouïe et sans précédent d'accéder à l'idéal national. L'unité de ce pays et sa cohésion en Nation Gabonaise aboutie, sortiront vainqueur de ce combat démocratique que nous menons face à la dictature.

Rappelons-nous les Grecs au Ve siècle, alors disséminés en petits royaumes sans lien politique étroit, doivent résister à la poussée des Perses, qui tentent de coloniser la Grèce. Les Grecs sont obligés de se coaliser pour résister et par la suite remporter la victoire. Cette guerre contre les Perses est fondamentale: d'abord parce qu'elle occasionne l'alliance entre les Grecs, ensuite la constitution d'une politique. Elle donne naissance à une culture commune : l'Hellénisme. Aussi, parce qu'elle déclenche une véritable réflexion grecque sur le rapport à l'autre :
1-) Pourquoi les Grecs, jusqu'alors isolés dans de petits royaumes, ont-ils souhaité se coaliser pour s'opposer aux conquérants?
2-) Qu'est-ce qui définit la différence entre les cultures ethniques ?

Au Gabon, nous faisons vite un plongeon dans une nation non pas en devenir mais en stagnation. Nous sommes encore au stade primitif ou chacun trouve barbare et sauvage tout ce qui n'est pas de son usage. Le manque de tolérance des uns vis-à-vis des autres, d'une ethnie à l'autre, s'ajoutent: les ambitions démesurées des uns, la convoitise des autres, la jalousie du voisin, l'égoïsme de tous. L'attitude des Gabonais est simplement déconcertante, on est bien loin du courage de l'ensemble des ethnies Grecques du Ve siècle face aux Perses.

Comment expliquer,cette forme de lâcheté qu'ont nos compatriotes ne pouvant faire face à leurs revendications face au pouvoir s'en prennent gratuitement à des innocents? Ainsi, ceux qui veulent mener et organiser des actions se heurtent à l'obstruction de leurs concitoyens qui ont choisi de jouer le pourrissement: du genre si "ce n'est pas moi ce ne sera pas lui, même pas eux..." Vu du pouvoir, tant que les Gabonais se querellent entre-eux, la paix sociale est assurée. Nous sommes loin de la théorie de Marx sur la lutte des classes, moteur de l'histoire.

Aussi, c'est triste de manquer d'imagination, d'avoir à toujours penser que le Gabon serait à la fois: un éternel recommencement, une entité sans mouvement. Simplement parce que le pouvoir en place le souhaite. En d'autres termes, cela revient-il à considérer de façon insultante que le Gabon est à l'image des déclarations de Hegel ou encore récemment de Sarkozy sur l'Afrique et les Noirs? Une civilisation, un peuple sans histoire.

Les Gabonais manquent t-ils autant de culture au sens où Montaigne abordait la question c'est-à-dire dans la promotion de l'homme, de l'autre? Cette attitude humaniste qui passe par la prise en compte de l'autre, la mise en vérité d'autrui ?

Vous comprenez dès lors, avec quelle facilité le pouvoir va réduire le débat à sa plus simple expression ethnique et, dans cette posture le peuple Gabonais est efficacement divisé. Aussi à y regarder en mode paysage, en lisant certaines déclarations, on constate que beaucoup d’opposants brillent par l’empoisonnement du débat public. Ils jettent des peaux de banane, s'opposent à l’union face à la dictature. Les débats sur les réseaux sociaux, les assises de Mouila sont là pour en témoigner.

Cela laisse à penser que les Gabonais ne se sentent en rien concernés par les évènements qui ont lieu dans leur pays et leur silence est consentant et coupable.
Aussi, peut-on penser que le régime au pouvoir depuis 45 ans est-il capable à lui tout seul de manipuler tout un ensemble d'ethnies aussi disparates que différentes sans le concours des uns et des autres? Dans ce chaos politico-social, la responsabilité collective n'est-elle pas engagée?

Sans se tromper, les Gabonais résument les problèmes de leur pays de façon binaire et primitif:
1-) Les problèmes du Gabon « C'est le PDG »;
2-) Les problèmes du Gabon « Ce sont les Fang »...

Autant d'excuses qui ne passent pas. Le problème du Gabon devient tellement complexe, compliqué, entrelacé et entremêlé qu'on peut se poser la question suivante:
N'y-a-t-il pas un problème gabonais?

Pourquoi nous insistons sur la CNS? Parce qu'au-delà de la refondation de nos institutions républicaines; au-delà de la mise en place de la démocratie pour tous; au-delà de la rédaction d'une nouvelle constitution; au-delà de la mise en place de l’État de droit; au-delà de la mise en place d'un système électoral fiable: nous devons nous parler franchement. Y a-t-il un problème de vivre ensemble?

La science, le minimum de bon sens nous impose un minimum de critique, d'autocritique. Comme dit la chanson “l'avion ne regarde pas en arrière parce qu'il n' y a pas de rétroviseur”.

Gabonais ayez de l'audace et non l’extension de la polémique et de l'altérité.

Déjà au XVIe, Thomas More, dans la première partie d'Utopia, disait : « On se trompe en pensant que la misère du peuple est une garantie de paix... ». Pendant que le pouvoir prive les Gabonais de liberté fondamentale; pendant que les Gabonais vivent une misère d'un autre âge : pouvoir d’achat, éducation aux rabais, transport public inexistant, délinquance économique, banditisme, système de santé moyenâgeux, nivellement par le bas, crimes rituels… Certains s'amusent à se demander qui est Fang, qui est avec les Fang, qui soutient les Fang.. .?

Personne ne prend le temps de se demander quel est le bilan des promesses de l’émergence? Comment avons nous fait pour se retrouver dans un pays ou la mainmise des étrangers devient sans équivoque ? Pourquoi entre nous le débat ethnique est récurrent ?

Nos élites, nos ports étendards, qui en ne relevant pas le débat concourent activement à l'abrutissement des populations. Finalement on prend le risque de se dire qu'il existe des leaders ethniques, une élite accrochée à ses origines ethniques, un discours et une offre politique limitée, une population culturellement sous développée et cupide. Comment peut-on, va-t-on construire l'alternance? Ainsi, pour se maintenir les 20 prochaines années, le régime au pouvoir prend le risque de diviser les Gabonais, de désolidariser la nation. Personne ne sera épanouit, en paix à cause de "l'autre".

Les aspirations des uns, les ambitions des autres, les oubliés, les revanchards, les suiveurs et les faux prophètes.....Nous sommes dans une situation telle que: si aujourd'hui le régime s'écroulait brutalement, on est à même de se demander si on ne rentrera pas dans un chaos, dans une guerre ethnique. A force de brandir la fibre ethnique, à terme, les risques sont réels.

A moi, il m'est demandé : « Pourquoi tu es dans un petit parti politique? » C'est quoi l'URDP? Aussi, personne ne prend la peine de se poser la question suivante: si un parti politique à lui tout seul s'octroie par bidouillage électoral 112 députés sur 120, il condamne tous les partis politiques du pays à rester des petits partis. En politique la grandeur d'un parti se mesure au nombre de ses élus.

A moi, il m'est demandé : « Votre parti n'est-il pas un parti familial? ». Personne ne prend la peine de réaliser que le vrai parti familial du Gabon c'est le PDG. Le grand camarade président fondateur n'a-t-il pas été remplacé par son fils à la tête du parti ?

On veut nous faire accepter que tout ce qui se passe au Gabon est du domaine du normal, tout est normal: 45 ans de dictature, c'est normal; l'enrichissement illicite, c'est normal; la pauvreté des Gabonais, c'est normal; l'usurpation du pouvoir, c'est normal.... Voilà la réalité du pays, l'indexation de tous ceux qui veulent que les lignes bougent. Pendant ce temps, que font les autres ? Eh ben! Ils sabrent le champagne.
Ainsi, au manque de légitimité du pouvoir en place, l'opposition et la majorité des Gabonais répondent: par manque de cohésion; luttes intestines et absence de stratégies. Tout cela laisse à croire que cet équilibre arrange tout le monde.

L'année 2016 sera un tournant, un sacré nettoyage dans cette phase ultime du combat politique. Beaucoup de leaders politique de part et d'autre des lignes atteints par l'âge, par l'assèchement des biens mal acquis, entretenant un discours élastique, seront naturellement éliminés.

Jeudi 17 Janvier 2013
URDP
Vu (s) 848 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par ASSELE AMOGHO le 18/01/2013 00:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'APPELLE TOUS LE G2 A RENIER OJOUKOU ALI , C'EST PAS QUELQU'UN COMME ON DIT AU QUARTIER,CE N'EST QU'UN INGRAT .

11.Posté par OJOUKOU ALI le 18/01/2013 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

POUR FAIRE QUOI AVEC CHER GUILOU ?
DONNE TON FACE BOOCK

10.Posté par Guilou Bitsutsu-Gielessen le 17/01/2013 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A vous tous voici mon adresse mail: guilousteeve@gmail.com

9.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 17/01/2013 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Bitsutsu-Gielessen,

Votre article met le doigt sur une de nos tares permanentes. J'en avais tant à vous dire, cependant les précédents post dégagent quelque chose d'irrespirable aux narines du Gabonais que je reste parmi tous les Gabonais des neuf provinces, et pas une de moins, contrairement à cette pseudo alliance (certainement née dans la puanteur pipi-caca du "Nouveau Boulbess" des "Masseux") lâchée comme une boule-puante. J'ai d'ailleurs soudain envie de gerber...pouah !

8.Posté par Ntem le 17/01/2013 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J 'APPELLE TOUS LES FANGS A VOTER MASSIVEMENT ALI EN 2016. SI AMO NE PASSE PAS, ALORS, IL VAUT MIEUX VOTER ALI ! QUE CEUX QUI ONT DES OREILLES M'ENTENDENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

7.Posté par Koko le 17/01/2013 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Fangs et les Tékés-Obamba doivent rester unis pour garder le pouvoir pendant des siècles. C'est tout. Quand Léon Mba était Président, Bongo était son Second, quand Bongo a pris, Il a toujours pris un Premier Ministre Fang, son fils aussi fait la même chose; il pense tjrs au Fang. D'ailleurs, son meilleurs amis ce ne sont pas Jimi Ondo, AMO, Mba Andeme, Engogha Owono. Alors, faut pas suivre ceux qui veulent embrouiller les gens, Fang et Haut-Ogooué nous sommes UN(Union Nationale).

6.Posté par Olouma Tsoussou (Le Coq) le 17/01/2013 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hubert ne fait que dire ce que bcp pensent, je suis du Haut-Ogooué, je le pense aussi. C'est vrai que la vérité fait mal mais c'est la vérité, on va encore faire comment?

5.Posté par abdourahmaneDavidMartin le 17/01/2013 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais Enfin Hubert!!!!!!!!

4.Posté par Rossy le 17/01/2013 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'importe quoi, ça quelle analyse

3.Posté par Hubert le 17/01/2013 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali et même les Batékés et Obamba ne sont pas anti Fangs; ils ont peur des Fangs qu'ils voient comme une menace. Ceux qui, par complexe, détestent les Fangs, ce sont les Punu et proches, puis les Myenés. Regardez juste la configuration des ministères ou des institutions dirigés par ces gens, regardez leurs agissements pendant les élections. Heureusement que ce gens n'auront jamais le pouvoir. Tout va toujours tourner entre les Tékés-Obamba-Fang, à la rigueur les Nzebi qui sont quand même plus fréquentables, mais les punu myènés, non, non, non, non, non, trop négatifs , non, non, non, non, !

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...