Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : L’IDC apporte sa pierre au projet de construction des 5000 logements

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Mardi 20 Septembre 2011 à 04:01 | Lu 2053 fois

Le gouvernement gabonais et le consortium américain, International Development Corporation (IDC), ont signé le 17 septembre dernier à Libreville, un accord de financement d’un montant de 600 milliards de francs CFA (environ 1.2 milliards de dollars) pour le projet de viabilisation des terrains et la construction de 5000 logements sociaux au Nord de Libreville et en face de la Zone économique spéciale de Nkok qui devra être exécuté en deux ans.



Gabon : L’IDC apporte sa pierre au projet de construction des 5000 logements
Le gouvernement gabonais, par le biais du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Blaise Louembé, et le consortium américain, International Development Corporation (IDC) se sont engagés le 17 septembre dernier à travers la signature d’un accord de financement d’un montant de 600 milliards de francs CFA, soit près de 1.2 milliards de dollars, pour le projet de viabilisation de terrains et la construction de 5000 logements sociaux dans la zone Nord de Libreville et en face de la Zone économique spéciale de Nkok qui devra être exécuté pendant deux ans

Selon le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Blaise Louembé, l’accord de financement débouchera sur deux programmes, «celui de viabilisation et de construction de logements et un autre qui consiste à mettre en place un fonds devant permettre aux différentes familles, aux particuliers qui souhaiteraient acquérir ces logements, d’emprunter à des taux réduits, pour un remboursement étalé sur une période de 30 ans».

«Nous sommes une société commerciale qui veut effectuer des investissements allant jusqu’à 3,2 milliards de dollars au Gabon. Le premier projet qui verra le jour est celui des 5000 logements que nous allons réaliser sur une période de 2 ans», a déclaré le président de l’ IDC, E.J. Miller.

Pour le ministre de l’Habitat, le projet de construction de logements retenu par le président Ali Bongo Ondimba connait des avancés malgré le retard enregistré. «Il y a certes eu beaucoup de retard dans la matérialisation du projet de construction de 5000 logements par an. Mais aujourd’hui, nous pouvons affirmer que tout est enfin réuni pour lancer le programme», a assuré Blaise Louembé.

IDC, société privée américaine basé dans la banlieue de Maryland à Washington, est la 40ième compagnie étrangère à avoir signé un accord de construction de logements avec le Gabon.


Source : Gaboneco.com

Mardi 20 Septembre 2011
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 2053 fois




1.Posté par Ah bon.... Tchouooo. le 20/09/2011 07:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE PAYS EST VENDU...
Vraiment BOA et ses sbires prennent les gabonais pour des truffes (bonnes à manger). Donc l'annonce de son projet de 5000 logements par an n'était réalisable que par l'existence d`hypothétiques investisseurs étrangers? J'ai peut-être cru à tort qu'il pouvait dégager cette manne par le fait de ses nombreuses turpitudes... Je me suis trompé.
600 Milliards pour 5000 logements! Tchoooo! Pour le temps qu'il lui reste c'est 3 billions qu'il ferait investir dans le pays pour 25 000 logements. Le prix de revient de chaque logement serait de 120Millions. A ce prix là vous pouvez vous acheter une belle maison à Montréal. Même si le taux est de 0% pour un amortissement calculé sur 30 ans, le coût annuel d'un logement serait de 4Millions. 4Millions pour le logement par année implique que le revenu mensuel est supérieur à 333400 F nègre. Levez les mains vous qui pensez investir 334M pendant 360 mois.
Sachant qu'un investisseur veut ravoir son capital et en tirer profit, quel est la garantie qu'a offert le gouvernement à l'IDC? Peut-on déduire que la mesure n'est pas pour permettre aux gabonais d'avoir un logement décent?
C'est un "Foutage de gueule", l'amateurisme de ce gouvernement ne me surprends plus.
Puisse-je me tromper dans ma lecture! En fait je voudrai bien croire que la viabilisation sera celle d'un terrain qui comprendra bien plus que 5000 logements parce que sinon, ces logements seront pour les mêmes mangeurs et quelques chanceux du secteurs privés.
40M serait un bon prix de revient! C'est avec des chiffres comme celui-là que le gouvernement aurait dû faire son magasinage. Que les villas plus cossues soient construites en parallèle n'aurait pas été un problème. C'est vraiment un non événement tel que je le vois. Le Gabon va se retrouver à payer des investisseurs qui se sentiront floués (les intérêt en sus) parce que ces derniers iront se plaindre auprès de la justice de leur pays respectif. D'où mon intro: le pays est vendu.
Si IDC est la 40e compagnie qui a signé une entente, on dirait que les 39 premiers n'ont pas hâte de commencer leur besogne.

2.Posté par Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA le 20/09/2011 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis des décennies,le Gabon ne cesse d'exprimer une très forte demande dans le domaine du logement (Plus de 300.000 unités aujourd'hui). Cette situation conduit de nombreux gouvernements - de Bongo père à Bongo fils, donc près d'un demi-sicle durant- à épiloguer sur les solutions à y apporter sans la moindre réponse positive.
Avant de poursuivre, je félicite déjà mes compatriotes actuellement au commande du pays d'avoir compris qu'il ne s'agissait plus des sempiternelles "160.000 logements, mais de plus de 300.000 logements en terme de besoins des gabonais pour se loger décemment.
Il me conviendrait aujourd'hui, au regard de l'article ci-contre de maintenir mes critiques dans la manière de traiter cette problématique qui se pose à nous.
Cela dit, rechercher les financements extérieurs est une bonne chose, mais pas la meilleure...
Le problème du logement décent au Gabon, me répéterais-je, nous commande des solutions multiples dont la principale est l'écoute des spécialistes,des experts, de ceux qui y travaillent pour que les solutions soient trouvées.
Mais au regard de ce qui se passe sous nos yeux, il en résulte que Monsieur Ali Bongo - Monsieur "sait tout"- n'en fait qu'à sa tête. Il n'a pas besoin de consulter ses compatriotes sur les enjeux du pays...
Il faut le dire une fois de plus: au Gabon, on peut construire grand,et bien et moins cher par une stratégie de maîtrise de la chaîne de production du logement, en s'appuyant sur la formation de base et spécialisée des intervenants dans l'art de construire (du maçon à l'ingénieur, en passant par le chef d'équipe, le chef de chantier,le conducteur des travaux, le géomètre, l'architecte, le métreur ou l'économiste de la construction et le promoteur, etc., et que l'Etat légifère. Pour cela, j'insiste depuis des années sur l'importance de réunir tous les compatriotes du Gabon comme de l'extérieur pour venir discuter en profondeur de cette problématique d'importance. Certes, pour Monsieur Ali Bongo, le temps presse, car il faut effacer les années noires de gestion chaotique de la période de son père dont lui-même était une des pièces maîtresse du dispositif de gouvernement...Mais, il faut aussi comprendre ceci: la vitesse et la précipitation sans réflexions profondes mène inéluctablement à l'échec et au désordre.
Vous voudrez bien m'excuser de la gêne que je viendrais à causer à certains d'entre nous qui me liront pour ce que j'avancerais ici à l'endroit de Monsieur Ali Bongo.
1/ Que Monsieur Ali Bongo sache que tous les gabonais ne sont pas l'expression des tous ceux qui ont gouverné le Gabon hier et aujourd'hui. Il y a des gabonais compétent dont le génie créateur pourrait s'exprimer sur le terrain si l'Etat gabonais mettait des moyens à leur disposition.
2/ Si le PDG, à légèrement amélioré son incompétence dans la gestion des affaires du pays, ce qui semble être fait de beau aujourd'hui est fait dans une précipitation, un désordre et une cacophonie, et aurait meilleur si la concertation avait lieu et place...
3/ La propension de Monsieur Ali Bongo et son atavisme à vouloir toujours donner les responsabilités qu'à des étrangers en lieu et place des gabonais est une haute trahison qui fait très mal au pays, et qui mérite d'être justifiée à court ou à long terme...

5/ Cela doit s'arrêter pour que les richesses du Gabon profitent aux gabonais d'abord.
6/ Monsieur Ali Bongo doit comprendre que Libreville n'est pas le Gabon, et le Gabon ce n'est pas Libreville seulement. Ce qui est fait au Gabon est concentré entre Libreville, Port-gentil Franceville et Koula-Moutou. Il faut que l'ensemble du pays profite de la richesse nationale, raison pour laquelle il y a la nécessité d'une décentralisation effective d'une partie du pouvoir vers les régions régions (provinces) pour libérer le génie créateur gabonais
7/ Je persiste et je signe que mes propositions - ci-dessous,dans le domaine du Bâtiment et Travaux Publics (BTP) d'il y a plus d'un an au Gouvernement gabonais- sont toujours d'actualité.
Je vous invite à une relecture pour ceux qui en ont pris connaissance, et à les découvrir pour ceux qui en était pas au courant:

"Ce que je propose au Gouvernement de la République Gabonaise pour le BTP
Le Gabon notre pays est dans une situation qui interpelle toutes ses filles et tous ses fils loin des chapelles de clochers ou d'étendards politiques de tout bord...
Depuis des années et dès mon jeune âge, je me suis toujours battu, à ma manière, pour faire entendre une partie des voix sans voix, celle du plus grand nombre; face à la misère et la pauvreté qui ne cessent de décimer notre peuple.
Pendant longtemps j'ai toujours pensé que le Gabon ne se construirait qu'avec tous ses enfants, raison pour laquelle j'ai toujours prôné la tolérance en dépit de nos différences de raisonnement pour un Gabon meilleur. Mais malgré cette position, que beaucoup de mes compatriotes partagent et ont partagéé avec ma personne tout au long de notre combat politique, le parti au pouvoir - le PDG et ses partis satellites- a toujours tenu une position radicale vis à vis des gabonais qui lui ont toujours craché la vérité en face pour lui signifier ses égarements et ses manquements dans la conduite des affaires du pays: l'isolement et la sourde oreille; surtout pour ceux éloignés des "sphères fraternelles". C'est pour dire combien des déperditions d'énergie le Gabon a enrégistré depuis près d'un demi-siècle de pouvoir personnel.. Quel gâchis!
Nous savons tous les conditions dont le PDG a conservé le pouvoir suite au décès de feu le Président de la République Omar Bongo Ondimba. Il y a placé à sa tête son fils aîné Ali Bongo Ondimba. Et, l'Euphorie et les gesticulations qui ont suivi les annonces multiples après sa prise de pouvoir ont fait espérer bon nombre de gabonais au regard des premières mesure liées à l'application de son projet de société ou son programme de gouvernement.
Aujourd'hui, la tâche s'avère très colossale et titanesque, et peut-être le costume trop grand pour le nouvel occupant du Palais du bord de mer. Chaque jour son exercice du pouvoir nous apprend que la tâche est herculéenne et, l'amateurisme et l'inexpérience se dessinent dans certaines décisions. Cette réalité interpelle toutes les gabonaises et tous les gabonais au regard de l'Etat du pays (Politique, social et économique), car au delà des attermoiements d'ordre politiques et idéologiques; le pays en danger mérite d'être sauvé par tous. Il faut sauver le "Camarade Ali9". Car notre pays ne mérite plus des années d'attermoiement et de diversions multiples: notre bateau prend de l'eau chaque jour davantage. Conscient de ma responsabilité devant l'histoire, je me suis décidé de taire mon égo et d'agir...
C'est cela qui m'a motivé pour désormais prendre ma modeste plume et proposer des aiguillages dans le domaine du BTP dont certains Corps d'Etat font partie de ma formation de base.
Ma démarche reste également motivé par l'engagement personnel que j'ai désormais pris au bénéfice de la République, pour dire à tous les gabonais - qui n'ont pas un regard profond ou aiguisé sur la chose politique de leur pays, pour leur dire clairement qu'au lieu que nous nous fassions entraînés comme des moutons de panurge, alors que tous ceux qui publiquement semblent se battre se retrouve en famille la nuit dans des fraternités, nous devons nous atteler à contruire tous notre pays en apportant chacun de nous sa pièrre à l'édifice.La politique au 21 ème siècle ne doit plus nous teniconduire à tenir les armes pour triompher. Nous devons dialoguer en permancence et pour asseoir démocratiquement le débat contradictoire. Et, pour éclairer la lanterne, dans quelques matin, après le 17 août 2010, certains d'entre nous seront surpris de la nature du gouvernement qui résultera du premier remaniement de Monsieur Ali Bongo Ondimba.
Ainsi, tenant compte du forum national sur l'habitat qui s'est tenu du 6 août au 7 août 2010 à la cité de la démocratie, j'ai décidé de faire des propositions en tant que Homme du BTP au Gouvernement de la République.Peu importe ce que diront de moi les adeptes de la pensée unique, de la haine et de la violence verbale. Lecture.
" Monsieur le Premier Ministre
Je venais de parcourir dans le journal en ligne « La voix du Peuple Gabonais » (LVDPG) l'article intitulé "Un Gabon sans matitis à l’horizon" et le mot ou le billet de Monsieur Rufin Pacôme Ondzounga, Ministre de l’Habitat (sur le site web gouvernemental) qui résument le premier forum national sur l’Habitat qui s’est ouvert le 6 août dernier à la Cité de la démocratie de Libreville, et a clos ses portes le samedi 6 août.
Ce conclave est salutaire à juste titre. Mais, et c'est mon point de vue, il a été organisé dans la précipitation. Car, il méritait une communication promotionnelle d'envergure afin de sensibiliser non seulement les gabonais, mais également les divers futurs partenaires à travers le globe pour venir y prendre part...
La problématique de l'habitat au Gabon n'est non seulement un casse tête chinois, mais également une hécatombe nationale et un gros gâchis d’un pans de l’économie du Gabon depuis près de 50 ans.
Si la problématique du logement préoccupe tant le gouvernement, et est pour Monsieur Biyoghé Mba "des priorités incontournables" pourquoi ne prendrait t-il pas le temps d'une réflexion concertée et de fond, pour dimensionner une fois pour toute un canevas national de construction de logements décents pour tous les gabonais?

Ce dimensionnement, je me répète, ne trouvera ses solutions qu'autour d'un mécanisme de financement intégré dans un "Code de Construction et de l'Urbanisme Gabonais" ou "CCUG" qui incitera tous les acteurs de l'art de construire et de l'urbanisation à travailler obligatoirement ensemble.

Il incitera de même à attirer les financements étrangers à venir investir au Gabon au regard de l'environnement des affaires qui se retrouvera amélioré, dégagé et incitatif dans ce domaine. Si le gouvernement gabonais a bien mis en place un Code Agricole, il pourrait également le faire pour la mise en place d'un "Code de Construction et de l'Urbanisme" gabonais, en appelant la contribution des experts en la matière et celles des professionnels du domaine de la construction et de l'urbanisme autour d'un véritable débat de fond sur la question. Pour exemple, notre pays devrait s'inspirer de la politique marocaine en matière du logement. La stratégie du royaucme chérifien dans le domaine du BTP l'a profondement transformé et personne ne peu le douter.
Si ce conclave qui s’achève vise à trouver les voies et moyens pour doter tous les Gabonais d’un logement décent, il convient de souligner et d'insister de répéter que ce genre de réflexions mérite un débat de fond et plus des forums de fuite en avant... La manière légère et cavalière avec laquelle les autorités gabonaises ont toujours traité la problématique de l'Habitat et de l'urbanisme depuis des décennies relève de l'amateurisme, et montre que ce n'est pas pour demain que le gouvernement y trouvera des solutions si cela pérore.
Depuis des années, je me suis permis, à travers le magazine "Nouvelle Afrique dont je suis le fondateur et Directeur de la Publication, d'interpeler le gouvernement pour faire des proposition (voir Nouvelle Afrique n°1 Janvier 1994 version papier dont des exemplaires avaient été adressés à feu le président Bongo, à Monsieur Louis Gaston Mayila à cette époque ministre de l'intérieur; et au journaliste Sambhat Mamadou à cette époque Attaché de Presse près ledit ministère et à la direction de l'Union du Peuple gabonais (UPG). Il convient de souligner que Monsieur Sambhat Mamadou avait été reçu par feu le président Bongo Ondimba à cet occasion.

Ainsi, je me permets, en ma qualité de citoyen de la République gabonaise d'adresser mes propositions et ma contribution, que je pense réalisable par le gouvernement gabonais, pour mettre l'économie nationale dans un rayon circulaire au bénéfice du plus grand nombre et de la croissance...
Depuis des décennies, l'Etat gabonais, par les gouvernements passés aux commandes du pays, ne cesse de briller par son interventionnisme à tout va dans tous les domaines de son l'économie.

Cette attitude à vouloir tout régenter ou tout contrôler, par peur de perdre une partie du pouvoir, a amené le Gabon dans son état actuel: économie exsangue, populations paupérisées et brutalisées, insalubrité croissante, urbanisation sauvage, etc.

Monsieur le Premier ministre doit arrêter cette descente aux enfers; surtout que votre chef hiérarchique, Monsieur Ali Bongo Ondimba -peu importe maintenant la manière dont il est arrivé au pouvoir- a promis au gabonais un "Avenir en confiance" dans son projet de société pour un Gabon meilleur: "L’émergence".
Pour ne pas aller trop loin pour notre premier contact, je ne mettrais en relief que le domaine du BTP très capital pour le Gabon. Et, il devient impérieux que cela soit pansé...
La question de l'épineuse problématique du logement qui se pose au pays depuis les années 80, et qui y est toujours récurrent mérite des solutions de poids et non des mesurettes.
Ainsi, depuis 1985, les statistiques révélées à l'opinion nationale par le gouvernement gabonais sont demeurées statiques: on parle toujours du même chiffre (160.000 logements. Non! ces statistiques sont erronées, car il n'y a plus jamais eu d'enquêtes in situ. Et, pour les yeux avertis des problèmes du logement au Gabon et au regard de la lisibilité des besoins visibles; le Gabon a plus de besoins qu'on ne cesse de véhiculer publiquement.
Il s'agirait de plus de 200.000 logements en terme de demande nationale. Il suffit de regarder la cartographie et la photographie urbanistique de notre pays. C'est tout un programme national du logement et de son organisation à long terme qu'il faudrait mettre en place. Il requiert par conséquent une stratégie, loin des mesurettes récurrentes qui datent des décennies. Il faut arrêter cette hécatombe…
Pour ne pas faire le "Consultant", j'aiguillerais le gouvernement gabonais vers quelques pistes qui sont d'ailleurs des principales, et d'où viendrait l'essentiel des réponses:
-L'Etat gabonais doit légiférer afin de mettre en place des mécanismes d'aide aux Petites et Moyennes Entreprises (PMI), et aux Petites et Moyennes Industrie (PMI); afin que les entrepreneurs nationaux aient les moyens d'expression de leur savoir-faire,
- les exonérer des taxes douanières pour l'importation de divers matériels de BTP,
- les aider à financer des outils de travail (le minimum de matériels de BTP),
- créer des zones franches à l'intérieur du pays pour inciter le développement et la croissance à l'intérieur du pays et exonérer d'impôts les entrepreneurs de ces zones pendant une période, etc.)
- décentraliser les chambres consulaires actuelles (Chambres de commerce et Chambres d'Agriculture) dans l‘ensemble du territoire national, tout en vous rappelant que le Code agricole gabonais a été promulgué depuis 2008, donnant désormais un statut à l'agriculteur gabonais.
- Créer les Chambres de Métiers décentralisées - initiés par l'AMNAF à Poitiers en 1992-, pour que les artisans gabonais des petites entreprises ou très petites entreprises aient leurs propres statuts et se responsabilisent en vivant de leur savoir-faire et participent ainsi à l'agrandissement de l'assiette fiscale...
- Mettre en place les "Pépinières d'entreprises": des structures (Bâtiments à construire équipés de bureaux et matériels où travailleront des spécialistes de l'entreprise pour accompagner les jeunes entrepreneurs).
- Dimensionner une politique d'attrait des investisseurs étrangers (mécanismes liés aux exonérations fiscales, diverses afin d'attirer les financements, réfléchir sur un code gabonais d'urbanisme et du logement, etc. (nous avons de nombreuses réflexions dans nos cartons))
- Mettre en place des Directions régionales de l’Urbanisme et de l’Habitat avec toutes les attributions nécessaires pour intervenir directement administrativement et sur le terrain,
- Instaurer le Permis de construire et un rigoureux plan d’urbanisme (Plan d’Occupation de Sol ou POS) et cadastre informatisés à travers le territoire nationale;
- Labéliser le «Titre de Propriété» et le «Titre Foncier » en concertation avec les chefferies locales ou régionales, en y associant les sociologues et les historiens et les juridiques afin d’éviter les conflits divers qui pourraient en résulter…
- Libéraliser les métiers de Géomètre, d’Expert Géomètre et d’Economiste de la construction (Métreur) en légiférant à l ‘Assemblée nationale (de nombreux géomètres, Economistes de la construction ou Métreurs gabonais qui sont sortis des différentes écoles au Gabon et à l ‘étranger sont au chômage, et peuvent occuper ces métiers.
- Les inciter à se rassembler par la création des Chambres professionnelles… Y mettre des garde-fous juridiques pour l’exercice de leurs fonctions: règlementer la profession en un mot. Les coûts de leurs différents services y seront également étudiés en tenant compte du revenu de base du gabonais.
- Créer si possible des Centres de Promotion de l’Habitat pour expliquer aux gabonais l’art de construire et les procédures auxquelles ils doivent s’attendre quand ils voudront se faire construire une maison. L’Etat pourrait y affecter des spécialistes de la construction et de l’Urbanisme. Ces espaces seraient des lieux d’éducation populaires en matière de Construction et d’Urbanisme.
- Multiplier les lycées professionnels et ou techniques du BTP à travers le territoire national, tout en renforçant ceux existants avec des équipements modernes minimum (matériels du BTP= pour les mettre en phase avec le monde du travail et de l’entreprise; et ainsi répondre à l’adéquation « Formation-Emploi » et initier et inaugurer la formation «Ecole-Entreprise» en initiant le tutorat entre l’Ecole et le monde de l’entreprise pour accélérer la formation des cadres opérationnels dès la sorties des centres de formation, des lycées techniques et des grandes écoles.
- Intégrer dans les conditions d’obtention des diplômes, la note professionnelle issue des stages en entreprises, avec la présence des responsables des entreprises dans les jury de délibérations (jury mixtes).
En un mot, il faut que le Gabon mette des moyens à la disposition des gabonais qui veulent apprendre ou aspirent travailler pour relancer l'économie nationale pour ainsi y imprimer une croissance permanente, et également participer au développement et à la modernisation du pays en dégageant un budget national conséquent chaque année pour accélérer la professionnalisation des différents intervenants dans l’art de construire…
Tous les pays du monde le font, mais pas encore le Gabon. Ce sont des mesures qui apporteront des solutions à l'habitat gabonais, et relanceront la croissance nationale par le biais du secteur du BTP, car "Quand le bâtiment va, tout va"
Pour le logement, et pour y revenir et y insister; il faut légalement légiférer pour lancer le financement du logement par des mécanismes d'attrait des investisseurs.
L'Etat ne doit assurer que son rôle régalien; Il doit, certes, y apporter des aides et soutiens à cette politique, mais pas déléguer des ministères ou des ministres pour construire les logements.
Il faut arrêter ce mélange des genres. Bref il y a d'autres pistes qui seront exploitées au bénéfice du plus grand nombres pour lancer au plus haut la croissance économique du Gabon.
Monsieur le Premier Ministre, vous et votre Ministre, Ministre de l’Habitat, Monsieur Rufin Pacôme Ondzounga devrez revoir en profondeur votre copie pour le bonheur du plus grand nombre de gabonais.
Sur ce, recevez, l’expression de notre profond respect et nos salutations les plus «compatriotiques» et distinguées.
Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA
Paris (France)
E.mail: nouvelle_afrique@yahoo.fr "
(IN LVDPG.COM).
A bientôt!

3.Posté par nietszche le 20/09/2011 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui semble vrai ici, au delà de gros discours de théoriciens (qui sont eux ,les réels foutages de gueule), c est que la machine administrative gabonaise a fait les preuve d une ankylose ( souvenons nous de l inaction du ministère de l habitat et de l urbanisme, malgré les 54 Milliards) , alors aux grands maux les grands remèdes. Si nous même manquons de patriotisme et de sérieux, ne nous étonnons pas alors de voir le pays s ouvrir à une expertise et un financement étranger, palliatif pour le moment à une nécessité de reconditionner le fonctionnaire gabonais. Cette conscientisation des « pieds de Nickel » prendra certainement une bonne partie d un mandat, alors que les projets qui l accompagnent aussi impatient que les besoins des citoyens ne peuvent attendre. Si l administration, à chacun ou à certains de ses maillons se profile comme des gouffres financiers, pourquoi continuer à y jeter de l argent tant que le toilettage n est pas terminé.
En effet ce n est pas l argent qui fait défaut, mais il est évident qu’il y a des problèmes qui peuvent emmener à conclure à un sinistre à l habitat et à l urbanisme (qui demande à être élucidé !). Et en situation de sinistre, il n est pas étonnant, comme dans le cadre du bénéfique plan Marshall, de voir un président faire appel à de l investissement étranger (des options toutes autres que les prêts liquides de la coopération française).

Certes 30 ans impliquent toute une vie de travail pour une classe moyenne, mais est-ce nouveau dans les sociétés moderne et la classe moyenne ne pait-elle pas déjà ses 340 000 fcfa chaque mois pour des habitations cossus en secteurs non urbanisés. L état propose par ailleurs d accompagner cette location-vente. La critique serait à faire au sujet du rapport qualité-prix de la maison, mais là-dessus un peu plus de journalisme nous aurait tous fixé de manière objective.

Le mandat presse, c est une nouvelle culture permettant de départir les clivages politiques qui voit le jour et nous nous devons de la saluer, si nous espérons voir certaines considérations moyenâgeuses perdre de leur influence sur la scène politique. Que le chef commence par travailler et les communes et autres élus seront contraint à suivre la cadence. Un président, un maire, un gouvernement est sensé avoir des réalisations à faire valoir. Et n ayant renoncé en rien aux promesses de bien plus de 5000 logements, un tien valant mieux que deux tu auras, moi je trouve maigre les arguments de ceux qui savent toujours mieux faire.

Cette concurrence extérieure, je l espère, donnera peut-être un sursaut d orgueil à la partie nationale peu nationaliste (ministère de l habitat) afin de faire montre de détermination et de patriotisme dans la réalisation de sa part, au bénéfice des classes sociales plus pauvres et des contribuables, qui sont la raison première de leurs salaires et de leurs nominations. En espérant que bon nombre des theoriciens, comme moi loin de la bourre, qui viendront commenter ici, aient compris qu’il faut se réveiller pour inciter au pragmatisme, au lieu de discourir, retenons que c est de ne rien faire et de nous contenter de l indexation les uns les autres qui est antipatriotique et un crime contre les gabonais qui git dans le « dis tché ! je tombe ! ».

4.Posté par Fax1 le 20/09/2011 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme indiqué ci-avant, le prix apparent est de 120 millions CFA par "logement social". On attend donc de voir les plans des dits logements. Que le Ministère du Logement et les adeptes de la secte PDG veuillent nous faire prendre des vessies pour des lanternes, ce n'est pas nouveau, qu'un investisseur américain sérieux – Le groupe IDC - se prête à se genre de manipulations, cela dépasse l'entendement. Selon son site Internet, le groupe IDC finance ou a déjà financé des projets d’infrastructure au Bénin, Ghana et Egypte. Et a récemment signé un contrat avec le gouvernement béninois de 3.2 milliards USD pour de larges travaux d’infrastructures dans de multiples domaines. Des éléments qui nous laissent perplexes. Faudra t’il attendre l’enquête d’un journaliste indépendant du Gabon pour en savoir plus ? Le maître Ali Bongo ne se félicitait il pas récemment de la « liberté de la presse » qui prévaut au Gabon ? Nous constatons qu’à la Une de l’Union de ce jour, pas un seul encart sur cette annonce surprenante. Les esprits seraient ils troublés ?
http://www.idc-world.com/news

5.Posté par nietszche, fais un effort intellectuel (soit tu réagis sur le sujet soit tu réagis avec justesse /aux autres posts) le 20/09/2011 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai juste une question qui me taraude l'esprit après la lecture du troisième "post": Est-ce le pragmatisme qui a conduit le gouvernement à signer pour des logements à 120millions l'unité? La seule réalité donc serait que le Gabon a besoin des logements aussi chers?
Dans le post 1, il est supposé que l'État accompagnerait les gabonais qui voudraient en devenir propriétaire par le 0% de taux...
En passant, c'est de la théorie que naît la "Bonne pratique" sinon l'école ne sert à rien, malheureusement on le constate chaque jour au Gabon...
Je suis d'accord "qu'un tient vaut mieux que deux tu l'auras", toutefois ce tient est un trop onéreux. Pour ma part, ce "tient" est l'équivalent d'«un rêve toujours».

Ce que j'entrevois c'est la naissance d'un logement hypothétique qui se pointe à l'horizon. Ceux qui auront les moyens de s'achèter plusieurs logements les prendront et les mettront à louer avec pour conséquence que les "mêmes" nécessiteux se contenteront d'un taudi.
La classe moyenne visée par le post3 ne vivra que pour payer l'hypothèque, aucune épargne ne sera possible avec des logements aussi onéreux.
Les antipatriotiques ne sont pas les théoriciens discoureurs mais plutôt ceux qui vivent la réalité du pouvoir. Le budget de 54 milliards n'a pas été creuvé par ceux qui idéalisent mais bien par les gestionnaires de cette manne. Qui donc a été puni pour ce crime? Le vrai manque de patriotisme c'est de constater que le pays est privé de manière frauduleuse et criminelle de 54 milliards et que la justice (la cour des comptes d'abord) ne trouve rien à redire.
A la lecture des montant en jeu présentement, il est évident que 54 milliards de francs nègre n'était pas une approche pragmatique (dans la mesure où 1/40e devra investir 1,2$ milliards pour les même 5000 logements). Le problème est donc un manque de théorie et d'analyse.

6.Posté par nietsche le 20/09/2011 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J ai d abord répondu au Post1.

Mon post précèdent à l adresse du post 2 dans lequel je félicite les propositions d ordres structurelles en attendant d hypothétiques états généraux de l habitat et de l urbanisme , n est pas passé ( bug de la connexion ).

Le sinistre des 54 milliards, je donne le même avis que vous à ce sujet.

Concernant le coup élevé, je n ai pas dit le contraire et j evoque meme la nécessite dans ce cas spécifique qui relève du libre marché , d une confrontation du rapport qualité-prix. Le coût élevé ne me semble pas ici être un problème d analyse car il n en manque certaines pas au ministère (mais plutôt de solutions sur le terrain et face à l administration connexe) , rajoutons juste qu il est avant tout question, d un capital privé existant qui est investi. L avantage y serait avant tout qu il est potentiellement exempté des tracas administratifs comme les décaissements et les litiges de droit de propriété sur les terrains ( étant situé à NKOK) et l inconvénient ici l attribution de l épithète «  sociaux ».

Mais pour revenir sur les difficultés rencontrées sur le terrain et les inerties que j évoque et qui font qu il est inconcevable qu on soit dans un pays où on en arrive à déployer les forces de l ordre pour construire , je ne pense là dessus, être éloigné du sujet et tiens à faire partager le témoignage de cet investisseur ( anglophone ) , pour corroborer l importance des phénomènes connexes :

LU SUR GABONECO

Publié le 20-09-2011 à 13:59 par Nicola ELIA
« réponse

Merci MOUSSOUNDA et touts les autres internautes, vraiment un bon article et des bonnes considerations.

Je suis le promoteur et sigantaire du projet des 3.000 logement commencè l'an 2000, signe le 2007 et ferme depuis trois ans pour des questions que rien ont à voir avec le contrat.
Je pense de connaitre et avoir vecu sur ma peau les problemes et les denigration pour ce dossier.

A la date aucun terrain nous a été mise à la complete disposition et le dernier changement de surface retenue a eu lieu le mois de Décembre 2009.
Après avoir soumis differents avant projet,le derniér projet soumis a été validè le 16 Juillet 2010. Il s'agit de 750 maisons à Bikele et 850 à Malibe 2.
Après ça on a acceptè des conditions differentes dèmandès par le Ministére mais malgrè avoir presentè une garantie d'une valeur de 6 millions d'euro à couverture des montants à décaiser et avoir reçu l'approbation pour un montant de travaux de plus de 4 millions d'Euro tout est ferme.
Differentes lettres des differents Ministres (MBADINGA, BUTAMBA, OUNZOUNGA ET LOUEMVE) affirmentes la "volontè de voir le dit projet arriver jusqu'a son terme".

Maintenant, après etre signalès de temps en temps sur les differents blogs, je me suis dècidè d'ecrire et donner mon apport.

Si, comme a dècidè le Ministre LOUEMBE le mois d'Avril 2011 avec approbation de notre facture soumise et s'il y aura la suite du payement relatf et le montant etabli sera dècaissè, nous sommes prets à rédemarrer les chantiers sur des terrains assignès,libres et sans impechements comme dans le passè.

A titre d'information à Bikele nos ouvriers gabonais ont été enlévès avec les armes et liberès l'après midi par la Brigade.
Souvent on a operè avec la presence sur place des militaires mais la chose a marchè pour le temp de leur presence. Après les menaces de bruler nos engins et autres jolie promesses sont continuès.


Pour ce qui regard le projet:

1860 maison sont sur les dessins approuvès en attente du decaissement promis depuis le mois de Novembre 2008. La Presidence de la République a declarè, l'an 2008 de donner suite au susdit payement pour rèsoudre l'impasse et le rétard "faute de contrepartie gabonaise".
Les maisons temoins du chantier de Bessieux peuvent etre finies en trois mois et la mise en vente en consequence avec l'ouverture du bureau de vente dans le dit chantier en centre ville.
Une des maison est finie et on peut voir le niveau de qualitè proposèe. les maisons sont en dur completement eqiuippèes avec differentes solutions de finitures.
Si les surfaces sont mis à la disposition et completemnt libres, on pourra deblaier le terrain et dèmarrer cette phase en 10 jours.

Notre bureau de Libreville a conduit un test pour verifier l'acceptation du model des maisons en rapport au prix proposè.
Nous avon déjà un centain de nom de particulier qui ont donnè leur accord pour signè la rèservation le moment venu declarant le prix vraiment valide.

A niveau de prix, pour les quels nous attendons encore de discurter avec l'Administratuion gabonaise, notre proposition actuelle est basée sur:

Maison à deux chambres, salle de bain, salon, cuisine, salle de bain visiteur 85 mc. 16 -17 millions. Surface de terrain 400 mq.

Maison à trois chambres, deux salle de bain, salon, cuisine, salle de bain visiteur 100 mc. 22 - 23 millions. Surface de terrain 500 mq.

Maison à quatre chambres, deux salle de bain, salon, cuisine, salle de bain visiteur 115 mc. 25 - 26 millions. surface 600 mc.

A bien lire des relations presentes sur le WEB rt ecrites par plusieurs personnes qui ont les idées claires sur la question de l'habitat , il sort que des maisons en dur, finies doivent avoir un cout entre les 18 millions et ne depassant pas les 30 millions.

Les parcelles sont sur des terrains amenagés et viabilisè avec trottoirs, cunettes et caniveau selon les detail suggerès par la Direction de l'Urbanisme et de l'Habitat.

Le contrat pour l'amenagement et les voiries est signè et nous attendons de connaitre les volontès de l'Administration et de discuter les nouvelles conditions contractueles et le prix liés à la solution approuvèe.

Pour ce qui est de la construction des maisons nous pouvons proceder avec nos fonds si l'Administration nous donne l'ok pour vendre directement sans intermediaires locaux comme etait prevus dans le passè. Nous ne démandons pas, comme il etait déjà dans le passè de financer la construction des dites maisons.
Pour l'amenagement des terrains et les voiries il faudra negocier des nouvelles conditions, en accord, pour avoir l'assurance que à la date prevue des payements dus, notre entreprise soit dument payèe sans rétard.

Il faut aussi dire que, vu le temps que nous sommes restè ferms supportant des frais elévès, nous n'avons plus la volontè de subir cette situation. Sans solution positive dans l'immediat nous prennerons la non agréable decision de proceder à notre tutele.

A marge de cette esplication je désire soulignè que ce projet pour 3.000 maison demande quatre ans de travail et un engagement de 600 - 800 ouvrier ou soutraitants locaux.

Dans l'espoir d'avoir donnè mon point de vue sur la question mon burea de Libreville est ouvert à tous ceux qui desirent en savoir de plus documents officiels à la main.
Mesci à tous.

Ing Nicola ELIA
P.D.G. du Groupe
E- mail: nicel@hotmail.it »

7.Posté par Le democrate le 20/09/2011 17:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

A la lecture de cette article, je me rends compte que l'on de fou vraiment des gabonais. Si je fais un calcul rapide cela 120 000 000 le logement social, il y a pas la quelques choses de bizarre?
Ou alors comme en France il y a le système de retrocommission? Ce n'est plus un lignent social mais un logement de grand standing.
Est ce le besoin du gabonais moyen?
Je suis ecoeuré par ce gouvernement.

8.Posté par Lolo bouenguidi le 20/09/2011 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Placide IBOUANGA MOUSSOUNDA excusez moi mais qu'avez vous vu à Koula-moutou ? si ce ne sont les biens des mêmes personnes qui ont côtoyé Omar Bongo Ondimba et aujourd'hui Ali Bongo Ondimba les logovéens sont pauvres et meurent de faim tous les jours donc quand vous parlez de Koula-moutou il faut savoir de qui il s'agit réellement et sachez que 90% des logovéens sont pauvres.

9.Posté par Le democrate le 20/09/2011 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une nouvelle relecture c'est imposée à mortellement je suis écœuré par ce texte.
Mais je pense que ce financement mérite un éclaircissement, car sur les 600 milliards il faut savoir combien en réel pour la construction des 5000 logements et le reste pour soit disant aider les gabonais à se financer.
En entendant financement cela veut dire que les américains vont apporter cette manne financière, une question, combien cela va coûter à notre très cher Etat? N'est on pas déjà assez endetté comme ça?
Je me demande à quoi sert la SNI et le BGH. Le Président " élu" a t'il été élu que par la province de l'Estuaire? et le reste du Gabon.
Je me pose tellement de question, qu'au final je me dis à quoi bon....
On va encore critiqué mon scepticisme quand au pouvoir en place mais je cherche une bonne action à son actif mais je ne vois pas, à si l'éviction de l'inamovible Marcel ABEKE excusé c'est la première fois que j'entends ça pour "donjuanisme"...
A sacré Ali Bongo!!!!!!!

10.Posté par Nicola Elia le 21/09/2011 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'il vous plait, vu que vous pouvez utiliser le Web allez à ouvrir E. J. Miller International Development Corporation ou mieux encore www.419 legal.org et vous trouvez les réponses et les eclaircissements de ce monsieur promoteur de reves.
Regardez ce qui a promis au Benin et seulement la il faut des milliards de dollars ou d'euro pas de FCFA.
Pour mon projet j'ai commencè sans dèmander rien à droit et à gauche mettant mon argent pour arriver à la solutuion.
Ilest embetant de passer 7 ans pour negocier, un an et demi pour se mettre sur le terrain et six mois après tout a été fermè.
Maintenant, malgrè tous nos effort pour rèpondre à les volontès du Minidstére de l'Habitat ,nous sommes deux ans totalments ferms.
Pour precisassion à Nietsche,je suis italien et pas anglophone.
A disposition pour tous reinseignements sur le projet,plans des maisons et lotissement approuvè compris.





11.Posté par OLAME NDONG le 21/09/2011 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le projet est une fois de plus utopique car ramené à 120 millions "le logement social" il y a de quoi mourir.

Deux ans et zéo logements ponités, que dis-je des centaines de logements cassés sur la nationale.

Qui étudie ces projets, les lumières ou des blagueurs?

12.Posté par DIRECTION CANADA le 22/05/2013 18:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration
International Work

Email: direction_i_work@yahoo.com
************************************************************************************************

Cadres et Jeunes diplômés Bienvenus,
International Work en collaboration avec le service de Citoyenneté et Immigration au Canada est
aujourd'hui à la recherche de personnels expérimentés en particulier
en audit d'entreprise, contrôle de gestion, expertise comptable,
gestion des ressources humaines, montage de projet marketing,chauffeur, plomberie communication, droits des affaires, commerce international, agricole, agro-industrie et transformation des aliments, management de qualité, connaissance dans les normes de qualités, transport et logistique secrétariat, secrétariat bilingue, secrétariat informatisé, opérateur bancaire, financements de projets, assurance, brevets, licences intellectuelle, hôtellerie, restauration, ingénierie, informatique, service publique, agronomie, relation publique, publicité pour travailler dans ses agences dans la ville de Québec et de Montréal. Ces derniers pourront intégrer des postes dans les RH, les services financiers et juridiques, le développement et de la communication. Les jeunes ingénieurs sont également les bienvenus au sein de notre service d'informatique. Nous recherchons avant tout des personnes capables de s'adapter a notre environnement de travail. Afin de lutter contre la pauvreté et le chômage dans le monde, nous avions ouvert cette session de recrutement vers le reste du monde afin de permettre aux jeunes diplômés et cadres d'autres pays qui sont sans emploi fixe de mettre leurs expériences en notre service. La I. W. à des commissions régionales partout dans le monde qui assurent la liaison entre ces pays et la Direction Générale ici au Québec. Parmi ces commissions régionales une est choisie chaque année par le conseil d'administration pour le recrutement des nouveaux personnels et de la validation de leurs admissions à la Direction des Ressources Humaines en cas d’acceptation de leur dossier. Ci-après toutes les Conditions particulières à remplir. Nous espérons que vous y trouverez tout votre intérêt
.
Conditions particulières à remplir :
1- Avoir entre 18 et 60 ans au plus.
2- Être de bonne moralité.
3- Être disponible a voyagé.
4- Avoir une maîtrise de l'outil informatique.
5- Savoir bien parler le français si possible l'Anglais
6- Être titulaire du BEPC ou BAC au moins
Retenez qu'après acceptation de votre dossier de candidature, l’employé même se chargera de la validation de son admission à la Direction des Ressources Humaines car c’est cela qui montrera la motivation de l’employé vis-à-vis de cette immigration et vis-à-vis de cette responsabilité qui l’attend au sein de la IW afin de permettre à nos différents partenaires de prendre en charge l'établissement de votre visa canadien avec certains de vos papiers d'immigration, votre hébergement ici au Canada et votre déplacement (Billet d'avion).
Sur ce, nous attendons votre réponse pour vous envoyer le formulaire d’inscription et les pièces à fournir.
A notre future Collaboration
PS : Pour plus d'informations et le retrait du formulaire, veuillez contacter la direction à l'adresse mail suivant : direction_i_work@yahoo.com
NB : Pour avoir les renseignement et un peu
d'éclaircissement sur le dépôt de votre dossiers de candidature
veuillez contacter notre direction sur notre adresse qui est le
suivant pour avoir les renseignement nécessaires sur le dépôt de votre dossiers.
adresse e-mail :direction_i_work@yahoo.com
L'agence d'information
PS: c'est très urgent ce que je dire donc je vous redonne encore
l'adresse à laquelle vous allez écrire pour avoir le formulaire a remplir suivi des dossiers et
un peu éclaircissement et le formulaire a remplir, et le voici à la suite l'adresse
a laquelle vous allez contacter :
direction_i_work@yahoo.com
si vous écrivez a cette adresse vous aurez tout les
informations sur le dépôt de votre dossiers de candidature dans notre société ici au canada et aussi le formulaire d'inscription qui sera a remplir.
Direction International Work

13.Posté par franklin scott le 22/12/2015 03:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour les amis!!! Mon nom est Miséricorde Chandler. je veux témoigner de la bonne prêteur de prêt qui a montré la lumière pour moi après été victime d'une arnaque par 3 Internet prêteur international différent, ils promettent tous de me donner un prêt après me faire payer beaucoup de frais qui donnent rien et élevaient à aucun résultat positif. i perdu mon argent durement gagner et il a été un total de 4,000USD. Un jour que je passais en revue par l'Internet à la recherche frustré quand je suis tombé sur un homme de témoignage qui a également été victime d'une arnaque et a finalement obtenu lié à une société de prêt légitime appelé Franklin Scott Loan Company et email (franklinosayandescott@gmail.com) où il a finalement obtenu son prêt, je décide donc de contacter la même société de prêt et leur dit alors mon histoire sur la façon dont je suis victime d'une arnaque par 3 différents prêteurs qui ne faisaient rien, mais pour moi bien sûr plus de douleur. Je l'explique à la société par courrier et tout ce qu'ils me racontaient était à pleurer pas plus parce que je vais obtenir mon prêt dans leur entreprise et aussi je l'ai fait le bon choix de les contacter. Je remplis le formulaire de demande de prêt et a procédé avec tout ce qui a été demandé de moi et de mon choc m'a donné un montant de prêt de $ 600,000.00 Dollars par cette grande entreprise (Franklin Scott Loan Company} géré par M. Franklin Scott Dieu craignant la femme et ici je h aujourd'hui heureux parce que cette société m'a donné un prêt donc je fait un vœu à moi-même que je vais continuer à témoigner sur l'Internet sur la façon dont je l'ai eu mon prêt. Avez-vous besoin de toute urgence un prêt? bonté et contacter rapidement Cette grande entreprise maintenant votre prêt par courriel: franklinosayandescott@gmail.com il est bon courage aux.

14.Posté par Mr. Jeff Michael le 14/06/2016 20:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne journée

Consolider vos dettes? Obtenez votre prêt immobilier? Aucune vérification de crédit? Oui, vous pouvez ...

Est-ce que vous appuyez sur le plan financier et ont besoin d'une consolidation de prêts, veuillez
parler, se passe pour vous aider. Vous n'êtes pas obligé de mourir dans la pauvreté
et le silence, nous sommes ici pour consolider toutes vos dettes et de régler votre
situation financière à 2% le taux d'intérêt bas.

nous allons vous aider avec prêt de consolidation,

* Prêts personnels
* Prêts aux entreprises
* Home Loans
* prêts de consolidation
* Finance de voitures
* Les fonds d'urgence disponibles jusqu'à 2.000 € € 100,000.000

S'il vous plaît Veuillez contacter la société email: jsemkffloaninvestment@gmail.com pour nous
vous aider, et sera aimablement vous aider avec un prêt .. son même salaire de jour
out et même l'approbation du jour .. seulement 1 à 2 heures.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame






Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée