News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi, déterminé à ne pas livrer ses sources

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 12 Mai 2015 à 06:38 | Lu 3957 fois

Libéré après 5 jours de garde à vue, le directeur de l’hebdomadaire Ezombolo, raconte les conditions de sa détention dans un cachot de la direction générale de la Contre-ingérence et de la Sécurité militaire (B2).



Gabonreview : Quelles ont été les conditions de votre arrestation et celles de votre détention au B2 ?

Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi : Comme tout journaliste au Gabon, j’avais déjà été approché, et j’ai eu vent de ce qu’à la suite d’un article paru dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Ezombolo, rapportant une dispute entre le président de la République, son directeur de cabinet et le ministre la Défense nationale, je faisais l’objet d’une plainte émise au B2 par le dernier cité.

Information qui s’est avérée vraie quand mardi 5 mai 2015, à 9 heures, à mon domicile, j’ai été arrêté par des éléments de la direction générale de la Contre-ingérence et de la Sécurité militaire, qui ont dit me rechercher activement depuis le 23 avril 2015. Une interpellation qui s’est d’ailleurs faite sans mandat et en dépit de l’état de santé de ma femme, malade ce jour-là, et sans accorder le moindre respect à notre intimité.

Là-bas, je reconnais ne pas avoir été brutalisé. Curieusement, indépendamment des méthodes d’intimidation rapportées par la plupart de ceux qui y ont séjourné. Mais si j’ai été bien traité, il reste que sur la main courante, mon nom ne figurait pas, et à chaque fois qu’un de mes proches tentait de prendre de mes nouvelles, il lui était répondu que je n’étais pas détenu dans leurs locaux. Ce qui pourrait signifier qu’on aurait pu me faire disparaître sans qu’ils ne soient inquiétés. Ajouté à cela, j’ai été interdit de visite comme s’il s’agissait d’un criminel ou d’un bandit de grand chemin.

Le motif exact de votre arrestation ?

Ils voulaient absolument que je nomme la source qui m’avait donné l’information sur la dispute au palais du bord de mer. Parce que, dans sa plainte, Ernest Mpouhot Epigat disait ne pas se reconnaître dans les propos rapportés par le journal. Or, moi je maintiens ce qui est contenu dans le numéro incriminé. Je sais que cette information est vraie, et que mon interpellation tient plus du fait qu’elle dérange qu’elle soit supposée fausse. Face à ma fermeté, l’un d’eux m’a fait savoir que je resterais détenu jusqu’à ce que je livre ma source.

Vous avez été libéré après 5 jours de détention. Avez-vous cédé ?

Certainement pas ! Ils ont tellement insisté que je les ai orientés ailleurs, en disant que j’ai reçu l’information de plusieurs membres de la diaspora, notamment en France. C’est donc ce qui a fait quelque peu assoupir les choses. Et lorsqu’ils ont enfin consenti à me libérer, ils ont fait assortir cette libération d’une curieuse condition : celle que je fasse paraître dans le prochain numéro d’Ezombolo une lettre d’excuse à l’endroit du ministre de la Défense nationale, en plus d’un démenti relatif à l’information querellée.

Ce que vous ferez ?

Evidemment, non ! Je ne peux pas le faire ! C’est vrai que chez eux j’ai pris l’engagement de le faire mais pour moi c’était une façon de me retrouver dehors pour mieux organiser ma défense avec mes avocats et la corporation. Du coup, mercredi 13 mai prochain, le journal paraîtra. Mais je serai incapable de me dédire. Par contre, je dirai un certain nombre de choses en rapport avec la détention injustifiée de plusieurs compatriotes dans les locaux du B2 depuis plusieurs mois sans qu’aucun jugement n’ait été prononcé sur leurs cas. Ce que je condamne vivement, parce qu’un régime qui se respecte ne peut pas se comporter de cette façon. De même, quand ils disent : «force doit rester à la loi», qu’on me dise quelle loi donne l’autorisation de garder en détention des individus sans passer par le tribunal.


Mardi 12 Mai 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3957 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par Hasta la Victoria siempre! le 24/05/2015 07:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Apres la liberation de nos compatriotes Mmes Meye et Toussaint, illegalement arreter par Sidomie Ouwe et Guy Mapangou, Le petit Obama vient d'etre libere par la justice aux ordres de la dictature bong-pedeG. Les pressions et manifestions des gabonais de l'etranger commencent a porter du fruit.

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE!

11.Posté par Ozangue: BENDOME DEGAGE!!!! le 20/05/2015 01:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour avoir une idee de l'usage du sang retirer sur les victimes des crimes rituels, regarder cette video a partir de 53min30. Les grands PeDegistes qui reclament aujourdhui la candidature du BOA aux prochaines elctions font tous ce genre de pratiques. Sachez-le.

https://www.youtube.com/watch?t=3217&v=_u4lOssGbKU

10.Posté par Ozangue le 19/05/2015 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jonas Moulenda a livre du lourd dans sa derniere video. A ecouter jusqu'a la fin. La prevue qu'ali bongo est l'instigateur des crimes rituels qui sevissent depuis son coup d'état electoral. Rien qu'avec ce genre d'info le BOA peut etre traduit a la CPI.
https://www.youtube.com/watch?v=cbKvhH4s7D0

'il n'ya que les socier qui peuvent supporter ali bongo'' dixit Tata Huguette
On sait maintenant qui sont les grands sorciers du Gabon.

9.Posté par gabondemocratie le 16/05/2015 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la panique à bord!!!!!!Ali Bongo sait parfaitement que son sort est déjà joué car il ne pourra pas se présenter s'il n'est pas chassé.Cette fois c'est fini non seulement pour Ali Bongo mais aussi pour tous ceux qui soutiennent ce régime.
Le Gabon n'appartient pas aux Bongo mais aux gabonais.Nous saluons au passage tous les compatriotes et amis du gabonais qui se mobilisent avec nous pour en finir avec ce régime.
La pression doit être maintenue jusqu'au départ d'Ali Bongo l'usurpateur car nous n'avons qu'un seul et unique pays: Le Gabon.
Ali Bongo,si tu ne pars pas volontairement, le peuple gabonais va te chasser car ton départ est notre combat, celui de tous les gabonais.

8.Posté par MOULAMBA BONIFACE le 15/05/2015 19:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il ya le droit de la presse mais aussi la discrétion gouvernementale et les secrets d'etat mrs les journalistes; cousins soient -ils mais il ya aussi des divergences mrs et peut-etre pour le bien du pays que nous ne devons peut-etre pas connaitre.Un peu de respect dans les affaires d'autruit et vou vous indignez de l'etat de santé de votre épouse il n'ya qu'a penser avant mon cher frere et comment les grands de ce monde ont été tués si ce n"est en mathyr

7.Posté par zedicus le 15/05/2015 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des méthodes d'une certaine époque,aujourd'hui obsolètes. Mais que les pouvoirs publics gabonais continuent de pratiquer, preuve d'une ignorance sans précédente et antidémocratique. L'armée gabonaise et les forces de sécurités brillent par leur incompétence du fait de leur mauvaise formation et de leur niveau très bas. C'est une honte de savoir aujourd'hui que cette armée que je qualifies de forces du désordre trouvent judicieux de servir cette légion étrangère qui aujourd'hui assiège notre pays en tête duquel celui que les instituons gabonaises en complicité d'une communauté internationale de plus en plus corrompue soutiennent. Peu importe le niveau de répression, nous fléchirons pas et nous vaincrons même si nous devrions payé de notre vie pour un avenir meilleur à nos enfants,que Dieu bénisse le Gabon.

6.Posté par Le Témoin le 14/05/2015 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est plutôt Tata Huguette qui a vendu la mèche.

5.Posté par Maven le 13/05/2015 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce sont Hervé Opiangah et Hervé Ndong Nguéma qui sont à l'origine de la fuite.

4.Posté par JMJG3 le 12/05/2015 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui vivra verra

3.Posté par Vigilance le 12/05/2015 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand ça commencera avec les journalistes aux ordres du pouvoir, alors les autres journalistes libres se tiendront à carreau. Le traitement doit être le même pour tous !

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...