News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Je n’étais parti que pour un temps...

Le site de la Liberté - Joel Mbiamany-N'tchoreret le Samedi 13 Novembre 2010 à 16:00 | Lu 1205 fois



Gabon :  Je n’étais parti que pour un temps...
La première fois que je te quittai, je crus t’oublier, pour un moment, du moins, c’est ce que je croyais.

La quête d’une formation universitaire dans la découverte d’autres univers exaltait mon cœur seulement en m’élevant au dessus de l’aéroport Léon Mba. Alors que je foulai les pieds dans cette terre du Nord de l’Amérique, les échos de ta voix se firent entendre dans mon cœur. À peine avais-je posé mes valises, dans cet hôtel du boulevard René Levesque qui m’offrait son hospitalité, que tu mureras déjà le souvenir de tes parfums et de tes symboles dans ma tête.

Pour me consoler, la cassette piroguier de Pierre Claver Akendéngué fut introduite dans le baladeur. Ce fut comme tourner le couteau dans la plaie. La nostalgie, de toi, dans mon esprit, se fit immense. C'est fou comme j'avais envi de te toucher de mon regard, de ma voix, pour te dire amour de ma vie, amour de mon existence, je ne suis parti que pour un temps. Oui, je n’étais parti que pour un temps. Du moins, c’est ce que je crus à ce moment-là. Comment aurais-je pu envisager autre chose!
Les Gabonais de s’exilaient pas. Semblable à un boomerang, nos envolées ne formaient qu’un cercle pour revenir au point de départ. Mais derrière moi, tu t’es consumé de l’intérieur, ce que je vus de loin et pour lequel je restai attaché n’était qu’une pâle image d’un monde d’espérance vidé de son contenu.

Dans l’essoufflement de la course tortueuse qu’on t’avait fait faire, tu as effacé les traces de mon enfance, ces traces sur lesquels j’avais construit mes rêves, ces rêves à partir desquels mon projet de voyage avait été bâti et à partir desquels, j’avais formulé mes promesses de retour. Alors que je la croyais enfouie dans le roc, ce que tu promettais devenir a été dévalisé par des insouciants, de la même façon, j’ai perdu mes repères.

Ils n’avaient pas compris que tu étais une plante équatoriale qui a besoin d’eau et de soleil pour donner ses plus belles fleurs. À chacune de mes visites au printemps, quand je n’aperçus pas tes belles fleurs, j’accusai les changements climatiques d’avoir différé l’éclosion de tes merveilles. Je m’aperçu que quelque dix saisons plus tard que j’accusai à tord les changements climatiques.

Ceux qui étaient sensés t’apporter leur amour, pour que tu grandisses et te développe, avaient trempé tes racines dans la souille et, plaçant sur ta tête un parasoleil imperméable aux rayons essentiels à ta croissance, ils ont semé ta décroissance.

Dans l’état comateux dans lequel tu te trouves, j’ai de la difficulté à retrouver les traces de mes espérances, mes rêves pour entamer mon retour. Puisque c’est de toi que tiens le souffle de ma vie, ta perdition semble commander la mienne. L’instinct de survie qui m’habite m’encourage à me battre pour toi, pour moi, pour nous.

Pour rien au monde je ne voudrais t’abandonner à ce sort. Je te jure sur ma tête que je me battrais, je ferai tout, même s'il faut que je crève...
JE T'AIME PLUS QUE TOUT GABON

Joël Mbiamany-N’tchoreret

Samedi 13 Novembre 2010
Joel Mbiamany-N'tchoreret
Vu (s) 1205 fois




1.Posté par Paul Okili Boyer le 13/11/2010 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joël Magnifique et Vrai , de ta part je le sais.

..."Gabon mi tonda Wé"

Merci Joël , pour ces phrases.....magnifiques

2.Posté par Ngone le 13/11/2010 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Difficile de retenir mes larmes en vous lisant. J'aurais pu écrire exactement la même chose pour décrire mon vide intérieur, mon manque de GABON.

Merci cher compatriote.

3.Posté par Joseph le 14/11/2010 00:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Cri de douleur, cri d 'espoir" ! un bon poème qui reste cependant terni par plusieurs fautes...d'inattention (j'en suis convaincu). Venant de Joël Mbiamany-N’tchoreret , j'avoue que le manque de rigueur formel de ce texte m'a quelque peu surpris. Au point de m'être demandé à un moment donné si l'on n'avait pas usurpé son identité. Tellement je connais la rigueur de l'Homme, pour l'avoir souvent lu (avec plaisir ) sur ce site. Félicitation cependant pour le FOND argumentaire.



4.Posté par La Gabonaise le 14/11/2010 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci!!!!!!!!!!!!!!!!!

5.Posté par LIBOSSO le 14/11/2010 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bah

6.Posté par staline le 16/11/2010 11:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci!!!!!!!!!! Joel

7.Posté par Bifoun le 16/11/2010 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Joel,
Merci pour ton texte, j'a presque fait couler les larmes. Que de souffrances! Merci encore.

8.Posté par Pays d'avenir le 16/11/2010 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joli poème et surtout pour nous, qui sommes loin de notre beau et magnifique pays.

Encore une fois merci de ton inspiration...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...