News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : «Je compte veiller à ce que notre justice entre effectivement dans la modernité», assure Ali Bongo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 5 Août 2011 à 20:59 | Lu 1596 fois



Gabon : «Je compte veiller à ce que notre justice entre effectivement dans la modernité», assure Ali Bongo
Madame le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux,
Messieurs les Premiers Présidents des Hautes Cours,
Madame et Messieurs les Représentants des Parquets Généraux, en vos qualités et fonctions respectives près lesdites Cours,
Madame et Messieurs les Présidents des Cours d'Appel,
Madame et Messieurs les Représentants des Parquets Généraux, en vos qualités et fonctions respectives près les Cours d'Appel,
Honorables et Distingués Membres du Conseil,

Je suis heureux en ma qualité de Chef de l'Etat et Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, de procéder à l'ouverture de la présente session, conformément au rituel républicain bien établi et ancré dans les principes et usages de notre Etat de droit.

Ma présence parmi vous est à la fois un devoir mais aussi et surtout l'expression de mon engagement à donner tout son sens à ce pouvoir établi par notre Constitution, mais aussi à en garantir l'indépendance, en toutes circonstances, conformément à l'esprit et à la lettre de notre loi fondamentale inspirée des principes de vie démocratiques.

Ce faisant, j'entends également, ce matin, vous faire partager ma volonté que notre pays dispose d'une justice forte et crédible, parce que justement réellement indépendante non seulement des autres pouvoirs, mais aussi de toutes les influences et pesanteurs qui aujourd’hui entachent son bon fonctionnement.

En effet, pour être équitable, la justice se doit, et partant tous ses acteurs, à commencer par l’ensemble du corps des magistrats, se doivent d’être autonomes des influences qui sont encore beaucoup trop pesantes : d’abord la corruption, par l’argent ou par des avantages de diverses natures comme voyages, vêtements, voitures et autres, mais aussi des influences que je qualifierai de claniques.

Ces exigences et ces ambitions, ici au Gabon, ne sauraient être des théories fictives car nous savons tous que ce sont là des valeurs supérieures d'équité, sur lesquelles se fonde et s'exerce une bonne justice, et que se construit une société stable et équilibrée.

Il en va de la crédibilité de l’une de nos institutions majeures : c’est la crédibilité de notre justice aux yeux de tous les justiciables, à commencer par nos compatriotes, mais sans oublier tous ceux qui vivent ou viennent au Gabon, à commencer par nos partenaires et investisseurs.

Une justice équitable pour tous, publics et privés, personnes physiques et personnes morales, est une indispensable garantie de liberté de vivre et d’exercer une activité. La justice, n’en déplaise à certains, ne saurait être censitaire. Les acteurs véreux de la corruption doivent impérativement être mis au banc de la société en ce qui concerne les Nationaux ; quant aux autres, ils n’ont pas leur place au Gabon.

C'est dire le rôle fondamental, l'ampleur des responsabilités qui pèsent sur vos consciences, l'exigence de qualités humaines, morales et de discernement qui sont les vôtres, dans chacune de vos juridictions, à tous les niveaux.

La justice est rendue souverainement au nom du Peuple Gabonais. A cet égard, elle ne saurait être galvaudée. Située à équidistance de tous les pouvoirs, vous avez le devoir de vous élever au-dessus des contingences, des rivalités et des jeux d’influences, fidèles à votre serment devant les plus hautes institutions du pays, devant la Nation, devant votre propre conscience.

C'est à la fois un immense privilège et une redoutable mission de devoir trancher en dernier ressort, par des décisions inattaquables et de fixer ainsi, une part du destin, du moins le sort temporairement de vos semblables et compatriotes.

Au moment où notre pays amorce une phase décisive de son progrès démocratique, social et économique, de nouveaux défis surgissent et se posent à sa magistrature : l’émergence du Gabon est aussi à ce niveau d’exigence. Sachons en être investis personnellement et dignes individuellement mais aussi en terme de Corps constitué. Soyons conscients que la tache de l’un d’entre nous est la tache de l’ensemble du Corps social auquel nous appartenons.

Je compte veiller à ce que notre justice entre effectivement dans la modernité car sans une justice moderne, débarrassée des connivences et des copinages, nous ne pourrons tenir la compétition de l’universalité.

Au nom de vos compatriotes, je compte donc sur vos efforts, votre implication et votre volonté d'offrir aux justiciables, une justice libre et indépendante, droite et tolérante, forte et équitable.

Tous nous sommes lassés du manque d’équité et de transparence d’encore beaucoup trop de décisions de justice. Naturellement, vous devez être encouragés, soutenus et portés dans vos efforts par des formations adéquates et des conditions de travail performantes. Mon engagement sera de vous soutenir dans nos choix et orientations budgétaires au cours des prochaines années, parce que je suis parfaitement conscient que l’ampleur de cet effort ne peut se résumer sur un seul exercice.

En ce sens, j’ai donné des instructions au Ministre du Budget de prendre en compte toutes les requêtes du Ministère de la Justice, afin que s’améliore votre cadre de travail.

Nous devons et nous allons rompre avec certaines habitudes qui n’honorent pas notre justice et qui contribuent à ce que les médiocres et les complaisants prennent le pas sur le droit et la légalité, imposent leur médiocrité à toutes celles et tous ceux qui au contraire sont convaincus de l’importance de leur mission et de leur travail au quotidien.

La justice est fondamentalement un idéal, et sans cet idéal, nous ne pouvons construire notre société.

La justice est une norme et sans normes, nous ne pourrons améliorer notre système social.

La justice est une institution et sans une institution forte et saine, aucun citoyen ne pourra s'épanouir dans notre société.

La justice est au service de tous, sans distinction de culture, d’ethnie, de rang social et d'origine et je souhaite placer parmi mes priorités la réforme, non pas de l'institution en tant que telle, mais des pratiques et des mentalités qui nuisent à l'image de notre pays.

Nous ne pouvons pas nous poser comme une nation libre si nous ne faisons pas tout pour empêcher quelques uns de nuire au système judiciaire et finalement à tout le fonctionnement de notre société.

Il se peut que mes propos puissent vous sembler durs et graves ou qu'ils vous heurtent mais j'aspire, comme beaucoup d'entre vous, à ce que la justice gabonaise soit respectée et pour qu'il en soit ainsi, il faut d'abord que la justice soit respectable.

Je vous demande donc de rester vigilants et attentifs aux dérives trop nombreuses qui entachent le fonctionnement de notre justice. Nous sommes tous comptables, chacun selon sa fonction ou son rang de ce que nous faisons, ici ou là, mais nous ne devons pas oublier que ce que nous faisons nous le faisons pour le bien-être de nos concitoyens, pour notre bien-être, pour la grandeur et l’image de notre pays.

Il se peut qu'il y ait eu des décisions iniques ou injustes. Laissez-moi vous dire que je souhaite que nous regardions ensemble vers l'avenir car le Gabon émergent ne peut se passer d'une justice vraie, honnête et réelle.

Il se peut que certains pensent qu'ils peuvent empêcher la justice de fonctionner selon les valeurs que je viens d'évoquer. Laissez moi vous dire ils n'auront plus leur place parmi nous et nous y veillerons tous ensemble car dans le Gabon moderne et émergent, nous devons nous distinguer par un souci d'excellence et de droiture.

Nos concitoyens nous regardent.

Les justiciables vous observent.

Je compte sur vous pour que nous fassions la démonstration de notre farouche volonté de redonner à notre justice le lustre, le respect et la qualité et toutes les autres valeurs qui n’auraient jamais dû la quitter.


J’ai dors et déjà donné instructions au Ministre du Budget de prendre en compte toutes les requêtes du Ministère de la Justice afin que s’améliore votre cadre de travail.

Dois-je enfin solennellement rappeler que notre devise nationale est UNION-TRAVAIL-JUSTICE, et donc que nos anciens, les générations qui nous ont précédées, ont placé la justice parmi les valeurs essentielles pour notre pays et il ne s’agit pas que d’un mot. Il s’agit à la fois d’une valeur primordiale et d’une vertu cardinale.

Mon discours, au delà des magistrats, s’adresse à tous les acteurs et professionnels du droit, à toutes les professions du droit et auxiliaires de justice, avocats, huissiers de justice, notaires et conseils juridiques. Avec les juges, il s’agit d’un ensemble qui doit être cohérent et exempt des tentatives d’affairisme et devant échapper à toutes formes de tentations.

Nous vous faisons aujourd’hui partager cette exigence. Nous vous exhortons à prendre conscience de la portée de vos engagements et de vos serments car Nous ne pouvons nous passer de l’un des piliers essentiels de notre société. C’est pourquoi, Nous serons attentifs à ce que personne ne saccage, encore et à l’avenir, l’une des fondations du Gabon.

Madame le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux,
Messieurs les Premiers Présidents des Hautes Cours,
Madame et Messieurs les Représentants des Parquets Généraux
Honorables et Distingués Membres du Conseil,

J'ai foi en votre capacité de faire face aux défis importants qui jonchent le chemin étroit, périlleux, escarpé et difficile de l'Etat de droit.

C'est sur cette note d'espoir que je déclare ouverts les travaux de la présente session ordinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Vendredi 5 Août 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1596 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par WDC le 15/08/2011 00:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De quelle justice parle t on ici? cell des bongo et fifres ou du peuple gabonais? Merci

20.Posté par ams le 10/08/2011 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une justice modere au service du PDG, on l'a bien compris

19.Posté par la pensee gabonaise le 08/08/2011 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est ca, avancez toujours, anes que vous etes, vers la carotte; mais je vous dis deja que vous ne l'atteindrez jamais!

Je vois que dans le desert ou vous etes, les mirages vous donnent l'espoir de trouver un oasis ou vous pourrez vous abreuvez. Mais le probleme est que dans le desert des bongistes, vos espoirs ne seront recompenses que par les mirages qu'ils (bongoistes) vous donnent a voir.

Prenez toujours pour du Vrai les secretions de vos masturbations, car c'est le seul exercice que l'on vous permet encore dans "votre demacratie et Etat de droit". Quand vos secretions s'arreteront - si elles s'arretent un jour -, soyez surs que vous nous trouverez ici, et serons prets a reellement debattre avec vous. Pour l'instant, nous vous laissons courir apres la carotte!

18.Posté par Le Collectif des Gabonais qui veulent avancer le 08/08/2011 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alain OGOULIGUENDE , merci pour votre réponse, nous nous sommes peut etre mal exprimés. Nous croyons aussi en la justice gabonaise. Nous réagissions aux commentaires précédents qui étaient hors sujet, pas sur l'article en lui meme!
La justice gabonaise est en marche avec le président!

17.Posté par OGOULIGUENDE Alain le 08/08/2011 11:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Collectif des Gabonais qui veulent avancer,
Comme votre pseudo l'indique, vous êtes pour que le Gabon avance.Donc des empêcheurs de tourner en rond.Malheureusement, l'ensemble des membres de l'opposition son dans cet optique là. L'ensemble de vos questions trouveront leurs réponses sur la tribune que vous appelez à commenter.Je vous rappel qu'un débat est ouvert et ne peut uniquement se limiter à un questionnement surtout quand on est interpellé.Cher collectif, cela s'appelle le Droit de réponse.
Une fois de plus,je constate que peu d'entre vous ont le courage de leur acte, de leur opinion.Il est facile et aisée de porter une critique et de ne pas l'assumer par manque de courage.
Le justice Gabonaise n'est ni pire ni meilleure qu'une autre.Je crois en cette justice là.
Cordialement.
Alain OGOULIGUENDE

16.Posté par Le Collectif des Gabonais qui veulent avancer le 08/08/2011 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est tres bien tout ça, mais completement hors sujet, alors merci, terminé! On parle ici de justice au sens de la justice de tous les jours! Les vrais gens s'en fichent de vos disputes sur la légitimité ou on de Ali Bongo, ils préfèrent savoir s'il y aura un juge pour trancher leurs problemes avec des patrons ou des histoires de terrain!!
C'est sa dont le président a parlé, et c'est sur sa que nous devrions réagir!

15.Posté par Ménélick III le 07/08/2011 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr ogouligendé alain,
On entend par État de Droit, un État dans lequel tous les individus ou collectivités ont leurs activités déterminées et sanctionnées par le droit.
Autrement dit , Un État de droit s''oppose à un État où règne l''arbitraire, le bon plaisir du prince ; c'' est à dire,l''État où certaines personnes, autorités ne voient pas leurs activités et pouvoirs encadrés, limités par le droit. C''est l''Etat policier. Et, la situation du Gabon est plus grave que celle d’ un Etat policier.
On pourrait même parler d’ un « Etat d’ humeurs » . C’ est à dire un Etat dans lequel les humeurs d’ une personne font office de loi…Une véritable jungle. Pour le prouver, il y a des tonnes d’ arguments que nous pouvons ressortir . Mais pour des raisons de synthèse, nous vous exposons les exemples contenus dans rapport des Nations unies sur la situation du Gabon. Parmi ces exemples, on peut noter le musellement des partis d''opposition (notamment l''Union Nationale) et la persécution de certains de leurs leaders au profit du PDG au pouvoir, le contrôle de la presse ou des médias (la protection de la presse est prévue dans les lois, mais non appliquée en réalité), l''emprisonnement abusif de journalistes, la corruption et le blanchissement d''argent (comme l''a dévoilé le Sénat américain avec les comptes douteux de la famille Bongo aux États-Unis), les pouvoirs démesurés accordés au président de la République, le non respect de la liberté d''association telles que décrite dans les lois, le manque d''indépendance de système judiciaire, l''utilisation de la torture pour obtenir des informations, les interférences régulières ou constantes des autorités politiques dans les affaires judiciaires ( exemple la fille du Pr Mboutsou qui a tué un étudiant de l’ UOB est actuellement libre en France), etc.
Mr Alain Ogouligende , vous savez bien qu’ Ali Ben Bongo a pris le pouvoir en 2009 après avoir tué . Et vous osez dire qu’ il n’ est pas dictateur. Tout porte à croire que vous avez des définitions personnelles des mots Etat de Droit et dictateur.
Continuez à vendre vos âmes quelque soit le prix que cela peut couter à votre intégrité morale. Mais, sachez que certains (Ménélick III autres partisans du changement...) accepterons de mourir plutôt que d'' assassiner leurs consciences.

14.Posté par MLUTHERKING le 07/08/2011 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
avoir une pensée contraire à la tienne ne veut pas veut pas dire nécessairement que je suis opposant ou pas Monsieur OGOULIGUENDE Alain mais je te le confirme je suis opposé à l’idéologie du pdg qui jusque là n''a fait que reculer le pays dans tous les sens, comme je le dis souvent les faits concrets sont la pour le confirmer depuis bientôt 45ans de règne. en tant que citoyen de ce pays j''ai le plein droit de décrire et de dire ce qui ne va pas même si actuellement je ne milite dans aucun parti politique mais s''il m''arrivait de militer dans un parti politique cela ne pourra jamais être le pdg car votre parti est le symbole de l’échec et le malheur du peuple Gabonais, prouvez nous le contraire, 45ans ce n''est pas 45 jours, donc pour moi et pour la majorité des Gabonais, votre système (pdg) n''a plus rien à prouver dans son incapacité à diriger le bien commun et public qui est le Gabon; en un mot votre système pdg doit disparaître et va disparaître que vous le vouliez ou pas et sera bâni à jamais car non productif. pour ta gouverne tu as dit que: "le chien aboie le caravane passe" j'' affirme et te rassure que ta caravane s''arrêtera UN JOUR car rien sur terre n''est éternel surtout que le pdg est l''axe du mal au Gabon, que le bien a toujours vaincu le mal quelque soit sa durée. S''agissant de la légitimité d''un président de la république, selon les principes de la démocratie tout président élu démocratiquement acquiert sa légitimité et sa légalité auprès de son propre peuple via un vote massif en faveur de ce dernier, ce qui n''est pas le cas et ne sera jamais le cas d''ali alias le biafra, ne t''en déplaise ou pas c''est cela la vérité . par ailleurs le fait d’être reconnu par la communauté internationale ne lui confère en rien d''être le président élu et légitime du Gabon selon les principes démocratiques, de nos jours il n''y a que des gens dupes pour le croire et aux esprits malveillants comme toi de le faire aux gens non éclairés d''ailleurs c''est peine perdu nul au Gabon n''est plus ignorant de vos discours démagogues. mais sois en sûre le système pdg va être bientôt vaincu même si vous vous croyez invincibles.

13.Posté par MLUTHERKING le 07/08/2011 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
avoir une pensée contraire à la tienne ne veut pas veut pas dire nécessairement que je suis opposant ou pas Monsieur OGOULIGUENDE Alain mais je te le confirme je suis opposé à l’idéologie du pdg qui jusque là n'a fait que reculer le pays dans tous les sens, comme je le dis souvent les faits concrets sont la pour le confirmer depuis bientôt 45ans de règne. en tant que citoyen de ce pays j'ai le plein droit de décrire et de dire ce qui ne va pas même si actuellement je ne milite dans aucun parti politique mais s'il m'arrivait de militer dans un parti politique cela ne pourra jamais être le pdg car votre parti est le symbole de l’échec et le malheur du peuple Gabonais, prouvez nous le contraire, 45ans ce n'est pas 45 jours, donc pour moi et pour la majorité des Gabonais, votre système (pdg) n'a plus rien à prouver dans son incapacité à diriger le bien commun et public qui est le Gabon; en un mot votre système pdg doit disparaître et va disparaître que vous le vouliez ou pas et sera bâni à jamais car non productif. pour ta gouverne tu as dit que: "le chien aboie le caravane passe" j' affirme et te rassure que ta caravane s'arrêtera UN JOUR car rien sur terre n'est éternel surtout que le pdg est l'axe du mal au Gabon, que le bien a toujours vaincu le mal quelque soit sa durée. S'agissant de la légitimité d'un président de la république, selon les principes de la démocratie tout président élu démocratiquement acquiert sa légitimité et sa légalité auprès de son propre peuple via un vote massif en faveur de ce dernier, ce qui n'est pas le cas et ne sera jamais le cas d'ali alias le biafra, ne t'en déplaise ou pas c'est cela la vérité . par ailleurs le fait d’être reconnu par la communauté internationale ne lui confère en rien d'être le président élu et légitime du Gabon selon les principes démocratiques, de nos jours il n'y a que des gens dupes pour le croire et aux esprits malveillants comme toi de le faire aux gens non éclairés d'ailleurs c'est peine perdu nul au Gabon n'est plus ignorant de vos discours démagogues. mais sois en sûre le système pdg va être bientôt vaincu même si vous vous croyez invincibles.

12.Posté par OGOULIGUENDE Alain le 07/08/2011 00:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher MLUTHERKING
Jusqu’à preuve du contraire, le Président de la République Gabonaise est Monsieur Ali Bongo Ondimba. Seul Chef d’Etat Gabonais reconnu par la communauté Internationale. Pensez-vous très cher Pasteur que malgré vos élans d’opposants intellectuels vous pouvez mettre fin au mandat d’Ali Bongo Ondimba ?
Soyons un brin sérieux deux minutes et arrêtons la masturbation intellectuelle.
En tant que citoyen Gabonais, je suis à la fois attristé et peiné par ces nombreuses victimes. Je présente mes condoléances aux familles. Je m’abstiendrai de faire tous commentaires sur ce sujet car je demeure persuadé qu’une commission d’enquête parlementaire ou judiciaire a été faite et je ne connais pas les conclusions. Néanmoins, il est facile de jeter l’anathème sur autrui et l’accusé de l’ensemble des maux dont souffre le Gabon.
Je m’étonne de votre manque de réalisme. Nous ne devons pas vivre sur la même planète. Qui est pour vous le Chef de l’Etat Gabonais ?
Pensez-vous que le citoyen Gabonais a le monopole du savoir, de la compétence ou de la probité ?
Une fois de plus, j’ai le sentiment que vous faites preuve de nombrilisme. Je respecte vos idées, vos opinions même si je ne les partage pas.
Comme vous le dites « qui vivra, verra ».Une chose est sûre nous verrons au moins la fin de son mandat.
En tant qu’intellectuel, je trouve navrant que vous passez votre temps à tourner en rond et crier dans le vide, avez-vous un écho ?
Ne dit-on pas au Gabon « Le chien aboie, la caravane passe ».
Nous sommes tous Gabonais. Fils et filles de la Nation et arrêtons ces guerres de partis et œuvrons pour l’émancipation du pays.
Un espace intellectuel, j’y ai cru mais hélas j’ai le sentiment que c’est de l’opposition sans réelle proposition et dont la panacée est la calomnie.
Vous n’avez aucun respect des principes régaliens de l’Etat. Ne vous étonnez pas que certains veillent aux respects des institutions.

Cordialement
OGOULIGUENDE Alain

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...