News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Interview vérité du général Ntumpa Lébani

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 21 Octobre 2012 à 08:54 | Lu 2232 fois



Gabon : Interview vérité du général Ntumpa Lébani
Libéré vendredi en fin de matinée, le général Jean Philippe Ntumpa Lébani, ex patron des renseignements à la présidence de la République, accusé de fomenter un coup d’Etat, a accordé une interview vérité à Gabonactu.com dans le véhicule qui le conduisait chez lui. Sa détention, les chefs d’inculpation, ce qu’il pense d’Ali Bongo Ondimba et l’avenir de sa carrière militaire. Philippe Ntumpa Lebani dit tout à cœur ouvert.


Gabonactu.com : Mon général, vous êtes enfin libre. Qu’elle votre réaction ?

Général Jean Philippe Ntumpa Lebani : Ma première réaction c’est merci à l’éternel tout puissant qui sait garder ses enfants. Du fond de ma cellule, je n’ai jamais oublié le père que j’ai toujours loué et je me disais toujours qu’un jour il aura une solution pour moi.

Comment avez-vous appris votre libération ?

Pour une surprise, c’est vraiment une surprise agréable parce que je dormais encore lorsqu’on est venu me réveiller pour me dire, mon général faites vos bagages vous partez chez vous. Il était 9 heures. J’ai dit pourquoi et comment. On m’a répondu, la décision est tombée. J’ai dis gloire à Dieu.

Qui vous réveille ?

Un des officiers du service greffe. C’est lui qui est en contact avec le tribunal.

Lorsqu’on vous l’annonce. Vous avez peur ? Qu’elle sentiment avez-vous ?

Un soldat n’a jamais peur. Même pas de doute. Je me suis simplement souvenu qu’on ne m’a jamais réveillé aussi tôt. D’habitude je me réveille entre 10 et 11 heures. Je prends mon petit déjeuner et voilà la journée qui commence.

Vous avez donc mené une bonne vie là-bas ?

Si un prisonnier peut mener une bonne vie, je dirais, c’est la meilleure. Mais ce n’était pas la joie. Mais c’est la vie.

Racontez un peu votre vie de prisonnier !

Non ça ne se raconte pas. Ca se vit. Quand vous êtes à même le sol, quand vous vivez avec les cafards, les moustiques et les rats ; vous imaginez la vie du prisonnier. Je ne mangeais pas la nourriture de la prison. Je mangeais ce qui revenait de chez moi.

On voit que vous êtes sorti avec beaucoup de petits paquets emballés dans des sacs plastiques, de quoi s’agit-il ?

Ce sont mes journaux que je recevais et mon matériel de toilette.

Une nouvelle vie commence ?

Oui, c’est la résurrection. D’abord il faut remercier celui qui m’accorde cette liberté. Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Je suis quand même sorti par décret présidentiel !

Justement c’est le même qui vous a envoyé en prison !

Non, non puisqu’à l’époque il n’était pas président de la République. C’est dans le destin des hommes. Mon destin avait prévu que je parte en prison. C’est tout. Dans la vie il y a des hauts et des bas. Personne ne m’a envoyé en prison.

Ca veut dire que vous avez pardonné ?

Pardonner parce que j’avais affaire à qui ? Je vous dis que c’est le destin.

Revenons sur vos chefs d’inculpation. Atteinte à la sureté de l’Etat et tentative de coup d’Etat.

Je suis passé à la barre. Le commun de mortel a découvert que pour faire un coup d’Etat il faut être armé. Avoir l’argent. Etre épaulé. Avoir les hommes, les femmes, un plan politique, un plan B. bref une armada. Vraiment tout. Mais une petite mouche dans un coin faire un coup d’Etat ? C’est l’aventure humaine.

Vous n’étiez pas tout de même une mouche. Vous étiez quand même le patron des renseignements à la présidence de la République ?

C’est Dieu qui fait roi et qui rabaisse. Je suis devenu patron des renseignements parce que Dieu l’a voulu.

Revenons sur les motifs qui vous envoient en prison.

Je dirais humblement que je n’ai pas vu un motif spécial. Les décideurs ont pensé que c’était une décision juridique, arrêter telle personne (…) la loi est dure mais c’est la loi.

Mon général vous reconnaissez avoir commis quelques impaires ?

Vous savez, si celui qui a donné l’ordre à la GR (Garde républicaine, ndlr) de m’appeler et de m’arrêter, s’il peut me dire les éléments qui étaient en sa possession, je crois qu’aujourd’hui il doit murement réfléchir pour se dire qu’on ne court pas pour courir. Il faut avoir tous les éléments nécessaires avant d’agir. Nous étions en période électorale. Tout le monde était chaud. Maintenant on est au froid. On peut commencer à se dire il y a eu peut être des manquements, des erreurs mais la vie continue.

A quoi pensiez-vous le jour où vous étiez devant la barre ?

J’ai vu des très nombreux témoins qui étaient incapables d’apporter les preuves de ce qu’ils avaient certainement affirmé dans le noir. Mais le jour a amené la lumière et la vérité se saura.

Quand vous êtes allé en prison Ali bongo était ministre de la défense. Vous étiez au palais. Aujourd’hui il est président de la République. Etes-vous prêt à retourner au palais ?

Un soldat n’a pas de choix. Ali Bongo est chef suprême des armées. La première responsabilité est la sienne de faire ce qu’il veut du général Ntumpa. Je suis un officier au service de la République. S’il a besoin de mes services, je suis là et s’il n’en a pas besoin, écoutez, c’est cela la vie.

Vous n’êtes pas un aigris ?

Pourquoi ? J’ai eu le bonheur quand j’étais en prison de recevoir la visite de sa femme, Sylvia Bongo Ondimba qui nous a offert des télévisions à partir desquelles on a suivi la CAN 2012. Il faut savoir remercier. Je ne suis pas un aigris.

Qu’est-ce qui vous a le plus manqué ?

Mes enfants (…). Ma famille. Ils n’avaient pas accès à moi.

A quoi vous allez consacrer ces premières heures de liberté ?

A mes enfants. Ma famille. Et prendre soin de même.

Etiez-vous bien traité en prison ?

Oui, le personnel faisait ce qu’il pouvait. Mais là-bas il n’y a pas de VIP.

Quel est votre message à ceux qui vous ont envoyé en prison ?

Je ne sais pas qui m’a envoyé en prison. Je vais juste remercier le chef de l’Etat qui a, je crois, reçu toutes les informations nécessaires et qui a usé de son pouvoir pour décider de me libérer.

Vous retournez à l’armée si on vous appelle ?

Si on était en guerre même si on m’envoie en première ligne, j’irai. Le soldat que je suis ne fléchirait jamais.

Merci mon général.





Propos recueillis par Yves Laurent GOMA
Gabonactu

Dimanche 21 Octobre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2232 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par Bhenen le 23/10/2012 18:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
À Will Minko,

La démocratie serait plutot de ne pas emprisonner arbitrairement ses compatriotes...

14.Posté par Will Minko le 23/10/2012 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Es ce pas une forme de démocratie que le président de la république vient de prouver au monde entier et en plus de cela le Général est lui même reconnaissant envers le chef de l’État sur sa liberté


13.Posté par Wilain aboume le 23/10/2012 02:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les réponses du général sont litotiques sous réserve que l'interview est vraie.

12.Posté par .... le 22/10/2012 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ntoupa est un vaillant général. Le tigre ne proclame pas sa tigritude.

11.Posté par ONDIMBA OLERI le 21/10/2012 22:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SON LAVAGE DE CERVEAU A BIEN MARCHE
ESPÈCE DE CON ET GÉNÉRAL DES COUILLES
OJOUKOU ALI SAIT QUI ENFERMER , IL N'A QU'A LE FAIRE AU GNRL NGARI OU ASSELE ONTETE OU MÊME ELLA ECOGHA ET ON VERRA
ET POURQUOI SOUDAIN ,OJOUKOU ALI L'A FAIT SORTIR?SUREMENT DE LA COMMUNAUTÉ INTER, CAR SUBIT DES PRESSIONS EN CE MOMENT.
VIVRA VERRA
GABON AUX GABONAIS
VIVE LA CNS
VIVE UFC
POUR QUE VIVE UN GABON MEILLEUR

10.Posté par Bhenen le 21/10/2012 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors là, c'est le comble!!! Ou Mr Ntoumpa est un idiot fini ou c'est un illuminé... Ce Mr prétend ne pas savoir qui l'a envoyé en prison! Il, parle de 'destin' pour son incarcération, il parle de 'décision juridique' en lieu et place de 'décision judiciaire' arbitraire et abusive. Voilà le genre de couillon qu'on a comme chefs militaires dont les seules bravoures ont toujours consitées à batonner les étudiants, les syndicalistes et les civiles désarmés... Il croit quand même être un vrai général méritant. Il était chef des renseignements à la Présidence, mais il ne s'est pas informé pour savoir qui l'a mis en prison. C'est ça nos vaillants généraux bongoliens; de vrais pleutres.

9.Posté par Dictator le 21/10/2012 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On est fatigués de tout ça ... Arrêtez tout ce bruit car ça ne sert à rien.

8.Posté par Alerte Info le 21/10/2012 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tournée de l'Ufc notamment l'union nationale et le mouvement çà suffit comme çà dans le grand Nord.
LES POPULATIONS DE MITZIC, OYEM, BITAM, exigent sans délais la conférence nationale souveraine.
prochaine étape MINVOUL, MEDOUNE.

7.Posté par Germain Mba le 21/10/2012 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si cette interview est vraie, je dirais que que Mr Ntumpa est un vrai RIGOLO et qu'il a mérité amplement le sore que son parent adoptif venu du nigeria lui a infligé. Vraiment déplorable de voir des pères de famille etre aussi indigne et déshonorant après et malgré les humiliations que leurs font subir Bongo père et aujourd'hui son fils adoptif

6.Posté par STRATEGIE ELECTORALE 2016 le 21/10/2012 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le collectif des docteurs et ingénieurs gabonais vivant au Canada, aux USA et en France demande à l'opposition gabonaise et à la diaspora d'adopter une stratégie rapidement qui devra stopper le règne du PDG au delà de 2016.
La réflexion en cours constate que le gabon est composé de près de 47 % des fangs. Il est urgent que l'opposition gabonaise présente un seul candidat fang à la prochaine élection présidentielle pour battre le candidat naturel.
Toute stratégie contraire conduira à la victoire du candidat naturel même si la biométrie est utilisée.
Le candidat unique de l'opposition devra convoquer au lendemain de sa victoire, une véritable conférence nationale souveraine et instaurera un procès de nuremberg au gabon pour sanctionner les crimes économiques commis par le PDG depuis 50 ans au Gabon.

Bonne compréhension.

Le collectif des docteurs et ingénieurs gabonais

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...