News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Interview de Maitre Paulette Oyane Ondo sur la Lutte contre la corruption

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 20 Août 2011 à 18:19 | Lu 498 fois

Nous nous sommes rapprochés de Maître Paulette OYANE-ONDO, défenseure des droits de l’Homme et féministe convaincue et qui tient à la féminisation des fonctions (d’où « défenseure » avec un « e »), pour avoir des éclaircissements sur la thématique de la corruption dont l’Etat gabonais semble faire désormais son dada.



Gabon: Interview de Maitre Paulette Oyane Ondo sur la Lutte contre la corruption
Qu’entend t-on par corruption ?



Me Paulette OYANE-ONDO : La corruption dont il s’agit en l’espèce, concerne essentiellement toute personne dépositaire de l’autorité ou de la puissance publique. Trois organismes font autorité en la matière : Transparency International dont la lutte contre la corruption est l’objet social, Le Conseil de l’Europe et la Banque Mondiale.

Pour Transparency International, la corruption se définit comme l’abus du pouvoir reçu en délégation à des fins privées.

Selon le Conseil de L’Europe, la corruption consiste dans l’utilisation et l’abus du pouvoir public à des fins privées.

Et enfin, pour la Banque Mondiale, la corruption est l’utilisation de sa position de responsable d’un service public à son bénéfice personnel.

Comme on le voit, la corruption n’est pas seulement un processus par lequel, une personne appelée corrupteur soudoie une autre personne appelée corrompue en vue de lui faire détourner un service public à sa faveur personnelle.

La corruption, c’est aussi le fait de se servir des prérogatives que procure sa position d’agent public pour satisfaire son intérêt et ses besoins personnels. Dans cette optique, les « budgétivores » sont des corrompus. Ce que les Gabonais appellent « manger le budget » et les députés désignent sous le terme de « mangement ».



Pourquoi la corruption est devenue soudainement une préoccupation, alors qu’elle existe depuis longtemps ?



Me Paulette OYANE-ONDO : C’est parce que depuis quelques années, l’on ne considère plus la corruption sous le seul angle économique. Il est désormais clairement établi que la corruption débouche sur des violations graves des droits de l’Homme et entretient les masses dans la pauvreté.



Comment et pourquoi relier droits humains et corruption ?



Me Paulette OYANE-ONDO : Les droits humains et la corruption sont intimement liés et entretiennent une relation de cause à effet. D’abord, la corruption est une question de mauvaise gouvernance et dans ce sens, elle est attentatoire à la démocratie. Et voici comment : la gouvernance et la démocratie nécessitent la participation des citoyens. La corruption constitue une entrave à cette participation. Or, la participation des citoyens à la vie publique est un élément essentiel de la démocratie et constitue un droit de l’Homme dit de la « première génération ». Ensuite, la corruption entache l’intégrité et la responsabilité des dirigeants.

Un dirigeant corrompu fera nécessairement une gestion opaque des ressources publiques violant ainsi, toute honte bue, l’obligation de rendre des comptes au peuple. Et, pour se protéger, ledit dirigeant corrompu mettra naturellement en place un système d’impunité. Or, la gestion transparente des ressources publiques et l’obligation de rendre compte relèvent des droits de l’Homme dits de la « deuxième génération ». Donc, la corruption entraîne ipso facto la violation des droits de l’Homme.

Par conséquent, il n’est plus réaliste, aujourd’hui, de considérer la corruption sous le seul angle économique et les droits de l’Homme sous le seul angle politique. Il est établi que la tolérance de la corruption par les Etats peut déboucher sur des violations graves des droits de l’Homme. On l’a vu en Guinée Bissau, avec les narcotrafiquants qui avaient carrément plombé le fonctionnement de l’Etat et enfoncé un peu plus le peuple dans la pauvreté.



Finalement l’interrelation entre corruption et droits humains est historique et évidente, même si l’on n’en tient compte que depuis peu de temps!



Me Paulette OYANE-ONDO : Tout à fait. Il faut savoir qu’il existe, à ce jour, trois générations des droits de l’Homme.



ü Les droits de l’Homme de la première génération qui portent sur la dignité de l’être humain. Ils intègrent un certain nombre de principes et de valeurs : l’universalité et l’inaliénabilité, l’indivisibilité et l’indépendance, l’égalité, la non-discrimination, la participation de chaque citoyen à la vie publique de son pays.

ü Les droits de l’Homme de la deuxième génération portent sur l’épanouissement de l’être humain. Ils intègrent la prise en compte des groupes défavorisés, l’Etat de droit et l’obligation faite à tout agent public de rendre compte de sa gestion.

ü Les droits de l’Homme de la troisième génération portent sur le bien-être de l’être humain. Ils intègrent les questions liées à la protection du milieu (environnement, progrès scientifiques, Internet à haut débit, etc.) dans lequel vivent les êtres humains.

La corruption met à mal ces différents droits humains et déstabilise les faibles équilibres socioéconomiques des pays sous-développés. Prenons le cas des industries extractives, domaine bien connu dans lequel des contrats juteux s’arrachent grâce aux pots de vin, aux subventions et autres prêts accordés aux politiques. D’une part, Les revenus générés par le minerai extrait ne profitent que très peu à la localité propriétaire traditionnelle du sol qui l’abrite. Si je prends l’exemple du Gabon mon pays, tout le monde peut voir que le pétrole n’a pas beaucoup profité aux Port-gentillais d’en bas. Il en est de même des Moandais d’en bas avec le manganèse et des Mounanais d’en bas avec l’uranium. Au Canton Woleu, d’où je suis native et élue, on peut faire le parallèle avec l’exploitation du bois.

Le Canton Woleu est victime d’une exploitation massive de sa forêt par des compagnies forestières. Il ne bénéficie pas de cette richesse : on meurt au Canton Woleu à cause d’une plaie ; beaucoup de villages n’ont pas d’école. J’ai dû faire bâtir une école en planches dans mon village Mebang, parce que ce qui en tenait lieu n’était même pas digne d’un poulailler. Vous vous rendez compte, au 21ème siècle ! Alors que si on regarde bien, on verra que cette situation bénéficie à quelqu’un ou à un groupe de personnes à l’origine de l’attribution des permis d’exploitation. Ainsi, la satisfaction de quelques intérêts privés empêche toute une population d’accéder au bien-être.

D’autre part, l’extraction du minerai lui-même, non seulement cause des dégâts environnementaux, mais accentue la pauvreté des peuples vivant alentour en apportant la maladie par la pollution des cours d’eau par exemple.

Vous avez donc là un aperçu sommaire des effets de la corruption.

L’articulation « droits humains et corruption » est donc fondée sur le principe de transversalité entre Droits Humains – Gouvernance – Démocratie - Corruption.



Des initiatives pour enrayer ce phénomène existent-ils au niveau national et international ?



Me Paulette OYANE-ONDO : Des instruments de lutte contre la corruption existent.



Au plan international, il y a :

ü La convention des nations unies sur la lutte contre la corruption. Elle a été adoptée le 31 Octobre 2003 au Mexique, à Mérida. Elle est entrée en vigueur le 14 décembre 2005 ;

ü La convention de Genève sur la corruption ;

ü Le code d’éthique et d’intégrité des nations unies.



Les pays africains disposent également d’un instrument très puissant de lutte contre la corruption. Il s’agit de la convention de l’Union Africaine contre la corruption adoptée à Maputo, le 11 juillet 2003, entrée en vigueur le 5 août 2006.



D’autre part, dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique (NEPAD), les chefs d’états africains ont pris l’engagement solennel de promouvoir la bonne gouvernance économique et politique et ont instauré un mécanisme d’évaluation appelé MAEP (Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs). Il consiste en la surveillance réciproque de leur gouvernance politique et économique et de leurs pratiques politiques. Ils se sont ainsi engagés à enrayer la corruption endémique existant dans leur pays pour restaurer leur image internationale.



A ces mécanismes juridiques s’ajoute l’initiative de transparence dans les industries extractives (ITIE) lancée par Tony BLAIR, ancien Premier ministre de Grande Bretagne.



L’existence des ces instruments traduit la volonté de la communauté internationale de combattre la corruption. A mon avis, cette volonté est plutôt faible, puisque les actes concrets sont rares.



Qu’est en t-il du Gabon ?



Me Paulette OYANE-ONDO : Le Gabon a mis en place, depuis un certain temps déjà, une Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et l’Enrichissement Illicite (CNLCEI), s’est doté du MAEP et a adhéré à l’ITIE.



Y a t-il des exemples de lutte contre la corruption qui réussissent en Afrique noire ?



Me Paulette OYANE-ONDO : L’exemple le plus extraordinaire que je connaisse en Afrique noire, si l’on exclut l’Afrique du Sud, c’est la Sierra Leone.

En Sierra Leone, les autorités politiques ont conçu, depuis 2008, une stratégie nationale de lutte contre la corruption en réformant les services publics, afin de les rendre capables de prévenir les faits relatifs à la corruption. Depuis 2008 donc, tout citoyen a la possibilité de poursuivre tout agent public pour corruption devant la justice. Le gouvernement a mis au point un système légal de protection des témoins, et 10% du montant détourné et récupéré est attribué aux témoins.

Des clubs anti-corruption ont été crées et passent de bureau en bureau pour informer et sensibiliser les fonctionnaires. Des programmes de prévention contre la corruption sont enseignés dans des écoles. Des publicités sont faites dans les medias publics et privés, parlés et écrits ainsi que par des panneaux d’affichage.

Les activistes de la société civile, encouragés par le gouvernement, passent de bureau en bureau pour identifier les facteurs susceptibles de donner lieu à la corruption et formulent des recommandations aux autorités du pays.

En à peine deux années, l’Etat Sierra léonais, grâce à la mise en place de ce mécanisme de lutte anti-corruption, a pu identifier les principaux dysfonctionnements de ses services publics. Ce qui lui a permis d’améliorer considérablement les services sociaux de base.



Cet exemple est sans équivalent en Afrique noire francophone.

Samedi 20 Août 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 498 fois




1.Posté par Le Petit Detourneur de Bien Public le 21/08/2011 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut etre au moins deux pour faire de la corruption. Le corrupteur usager d''un service public y compris l''eleve ou son parent qui donne de l''argent pour obtenir un service ou une faveur indue et le corrompu -agent de l''etat qui accepte l''argent pour rendre un service pour lequel il est paye par l''etat. Nous sommes au bas de l''echelle de la corruption au Gabon, ce bas-de-l''echelle dont on parle peu et pourtant si repandue.
Au haut de l''echelle, c''est le detournement pur et simple, du President jusqu''aux mamadous avec les titres ronflants mais bien budgetises... Cette corruption ne va pas sans complicite. Complicite moins par le silence que par par partage. Quand un Ali ou un quelconque directeur de ceci ou cela se sert, celui qui procede au transfert se sert a son tour, assure de l''impunite. Tu me tiens, je te tiens.
Les CNLCEI et autres bidules de MAEP et ITIE sont ce que les Anglais appellent "Window Dressing", de la parade, du vent, et ce n''est pas demain la veille qu''une experience a la Sierra Leone sera tentee.
Le Gabon est un pays de Corruption Endemique. Le Detournement de biens publics -pas seulement de l''argent mais tout bien materiel public, vehicules, electroniques de bureau, mobiliers et immobiliers, tout tout-
Voler l''etat est un Sport National et le Gabon est Champion du monde toutes categories confondues.

Conclusion:

1.TOUT LE MONDE DETOURNE TOUT BIEN D''ETAT SUR LEQUEL IL PEUT METTRE LA MAIN. PAS UN SEUL GABONAIS N''A LES MAINS PROPRES.

2. IL FAUDRAIT DETRUIRE LE GABON ET TOUS LES GABONAIS POUR ERADIQUER LA CORRUPTION AU GABON.

3. MISSION IMPOSSIBLE, CELA S''ENTEND.

Avis de Maitre Oyane sollicite et attendu. SVP, Madame, avec mes respects pour vos louables efforts

2.Posté par MAO le 21/08/2011 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celui qui a une cuillère ne se brûle pas les doigts, Celui qui a un ami sur l’oranger est certain de manger des oranges mûres.
La corruption financière peut être combattue et sanctionnée,Mais La corruption des idées est plus insidieuse, plus subtile et, à ce titre, d'une dangerosité.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...