News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Interview de Chantal Myboto Ngondjou

le Lundi 15 Mars 2010 à 15:14 | Lu 8527 fois

Dans un entretient accordé en 2006, chantal MYBOTO NGONDJOU revient sur sa vie à la présidence, et sur les motivations de son ancrage dans l'opposition aujourd'hui. ceci montrera à certains que cette dernière n'est pas une opposante de circonstance, mais qu'elle a dit non au PDG pendant que son fondateur était encore vivant. j'espère que cet article raliera encore plus de personne à notre grand parti d'opposition : UN



Gabon :  Interview de Chantal Myboto Ngondjou
INTEVEW DE CHANTAL MYBOTO NGONDJOUGabon: Chantal MYBOTO GONDJOUT parle (Mardi 03 Janvier 2006 à 00:00) - Contributed by La Démocratie Dans un entretien sans complaisance qu'elle a accordé à notre collaboratrice, la fille de Zacharie Myboto parle de son passage à la présidence de la République. Elle jette un regard sur la situation socio politique du Gabon.

Dans un entretien sans complaisance qu'elle a accordé à notre collaboratrice, la fille de Zacharie Myboto parle de son passage à la présidence de la République. Elle jette un regard sur la situation socio politique du Gabon. Quelques piques sont lancées aux ministres Assélé et Mba Obame. Elle aborde également la question relative à ses affaires que certains s'ingénient à saper, au grand dam de nombreux compatriotes qui y sont employés.

Le sida, son mariage, son engagement politique actuel et l'avenir du Gabon sont abordés par cette battante. Malgré nos relances, notre interlocutrice a refusé de s'ouvrir davantage. C'est la preuve que pour avoir été au coeur du régime, elle ne saurait parler de certaines choses à même d'éclabousser bien des personnes. Cette qualité, on la confère aux hommes d'Etat.

Et Madame Myboto Gondjout en fait partie assurément. Q: Madame Gondjout, bonjour. Quel est l'état de votre moral en ce moment. Ch MG: Mon moral est au beau fixe. Q : Vous avez été collaboratrice du chef de l'Etat pendant plusieurs années. peut-on avoir une idée de votre rôle à ses côtés, et quels souvenirs gardez-vous de votre passage à la présidence de la République ?/b] Ch MG: En 1988, j'ai commencé à la présidence de la République en tant que conseiller, chargée des Affaires Africaines et Internationales. Après un court passage de 1990 à
1992 au ministère des finances et aux
affaires étrangères, toujours en qualité de conseiller du Président de la République, je suis revenue à la présidence en 1993, pour la quitter en 2001.

A ces différents postes, je pense avoir apporté le meilleur de moi-même. en tant que conseiller personnel chargé de mission, il n'y avait pas de dossier spécifiques J'avais des contacts avec les personnes du monde politique national. Cela m'a permis de connaître l'être humain sous toutes ces facettes. J'ai vécu une espèce de kaleidoscope en voyant les gens changés en fonction des situations. C'est pour cela qu'aujourd'hui, lorsque je vois les réactions des uns et des autres, j'ai un petit sourire en coin, parce que je sais ce qui les guide.

Je pense que le Chef de l'Etat était satisfait de mon apport. Au niveau du palais, ceux qui sont encore de bonne foi, peuvent reconnaître ce que j'ai pu faire de positif à la présidence. Q :
Pourquoi êtes-vous partie de la présidence en l'an 2000 ? Et curieusement, un an après, votre père a démissionné du gouvernement. Y a-t-il eu entente entre vous ? Ch MG : Pas du tout ! Parce que lorsque je suis partie de la présidence, j'étais loin de m'imaginer que mon père allait démissionner du gouvernement en 2001. J'en suis partie pour des raisons personnelles.

Q : Quand vous parlez des raisons personnelles, faites-vous allusion à votre mariage qui a fait beaucoup de bruit, d'autant plus qu'une certaine opinion affirme qu'il y a eu trahison de votre part, parce que vous étiez mariée à Omar Bongo ?

Ch MG : Je vous remercie de me donner la possibilité de m'exprimer sur ce sujet, et j'espère que mes propos seront retransmis fidèlement ! Je voudrais rétablir la vérité et dire que contrairement à ce que l'opinion pense, je n'ai jamais été mariée à M. Bongo même pas à la coutume. Je ne vois donc pas où il y a eu trahison.

Et j'estime que je suis en droit de mener ma vie comme je l'entends. Je ne comprends donc pas pourquoi il y a eu autant de bruit autour de mon mariage, alors que la première personne à qui je l'ai annoncé était le Président de la République avant d'en parler à ma famille

. Q: Comment a-t-il pris cette décision de votre part ?

Ch MG : Je préfère ne pas répondre à cette question. Q: Une rumeur persistante faisait pourtant état de ce que le Chef de l'Etat voulait ardemment vous épouser après son divorce d'avec Joséphine Kama Dabany. cette même rumeur dit que ce sont les pressions d'un membre de votre famille qui aurait retardé cette échéance, et, que si vous vous opposez au Président de la République aujourd'hui, c'est par esprit de vengeance. Ch MG : Me venger, pourquoi ? Soyons sérieux.

Q: le ministre Assélé affirme que c'est votre père qui vous aurait donné à Omar Bongo afin de préparer son avènement. Mais ce dernier n'ayant pas accédé à cette démarche, cela vous a rendu amère au point que vous vous opposez à lui aujourd'hui. Ch MG: M. Assélé prouve, la encore, sa légèreté. Il ferait mieux de s'occuper de ce qui le regarde et d?éviter de raconter n?importe quoi. Mon père ne m?a jamais présenté à M.
Bongo, et il n'est pas à l?origine de notre relation. Mieux, j'ai dû attendre un an et demi avant d?avoir le courage de l'annoncer à mon père. Lorsque M. Assélé annonce que je suis amère, il me fait rire. Il ferait mieux de se renseigner auprès de son ex-beau-frère. Sauf si c'est ce dernier qui lui a donné cette version ! Ce qui m?étonnerait. Et ce n?est pas par vengeance ou par dépit que je suis dans cette position. Je rappelle à M. Assélé que c'est moi qui suis partie et me suis mariée à quelqu?un d?autre. Si j'avais voulu être l'épouse de M.
Omar Bongo, je l?aurais été, n?en déplaise à M. Assélé et aux autres. Alors, que les uns et les autres arrêtent de salir parce qu?ils veulent dénigrer et trouver une explication à ce qu?ils ne comprennent pas. Q : Mais comment expliquer alors votre engagement actuel ; Pensez-vous être ce messie qu?attendent les gabonais, quand on sait que le régime que vous combattez aujourd?hui vous a beaucoup donné. Ch MG : Lorsque vous regardez le Gabon, pensez-vous que l?on peut rester indifférent à la situation actuelle de notre pays ?

Je ne pense pas être un messie. Et je suis la première à reconnaître que j?ai bénéficié de ce régime. Mais j?ai aussi l?honnêteté de reconnaître que nous avons failli et que nous avons le devoir de nous battre pour que ce pays arrête de s?enfoncer dans l?état de pauvreté extrême que les gabonais connaissent aujourd?hui. Ce n?est pas parce que ce régime m?a tant donné que je suis devenue sourde et n?entends pas les cris de détresse des gabonais ou que je suis devenue aveugle au point de ne pas voir la misère dans laquelle ils vivent au quotidien. Pour avoir osé dénoncer cela, je suis taxée d?ingrate, de traître.

Q : Et que répondez-vous à ceux qui disent que la position actuelle de votre père a été dictée par vous ? Ch MG : Je dirais tout simplement à ceux-là qu?ils ne connaissent pas du tout M. Zacharie Myboto et que j?ai beau être sa fille, je ne suis pas capable de le manipuler ou de lui imposer quoi que ce soit. Par contre, défendant les mêmes valeurs que lui, je me suis rangée à ses côtés pour l?aider à mener le combat qu?il mène et le soutenir, quoi qu?il arrive. Q : Mais ce rôle aurait pu être joué par votre mère, absente depuis que son époux s?est rabiboché avec l?opposition ! Ch MG : Ma mère est absente pour des raisons de santé.

Mais je voudrais quand même dire qu?elle était présente lors de la déclaration de candidature de son époux, et que je ne suis pas le seul enfant Myboto à le soutenir. Du reste, je trouve anormal que l?on me reproche cela alors, qu?en face, le chef de l?État a tous les http://www.bdpgabon.org/archives - BDP Gabon Nouveau siens autour de lui y compris ses enfants. Q : Comment avez-vous trouvé le processus électoral qui vient de se dérouler dans notre pays, et qui a vu la victoire du Président sortant ? Ch MG : Vous trouvez qu?il y a eu processus électoral, vous ? Q : Il y a tout de même eu élection ! Ch MG : Pour moi, il y a eu parodie d?élection.

Dès le départ, les dés étaient pipés : manque de fiabilité de la liste électorale, intimidations, menaces ? et ça continue ? résultats tronqués (nous avons des preuves) et achat massif des consciences. Ce que je retiens c?est qu?après 40 ans de pouvoir, le seul argument aujourd?hui que le régime a pour se maintenir c?est d?acheter les consciences à milliards de F Cfa. C?est une victoire achetée. Le score affecté à M. Myboto ne représente pas la réalité sur le terrain. Sinon pourquoi avoir dépensé autant s?il ne représentait que 6% ? Je suis au moins fière que nous ayons « perdu » dans l?honneur, parce que le camp d?en face a « gagné » dans le déshonneur. Q : Vous allez trop vite en besogne, parce que le candidat Myboto a introduit un recours auprès de la Cour Constitutionnelle et qui n?a pas encore rendu son verdict. Ch
MG: Vous et moi savons très bien quel sera le verdict de la Cour Constitutionnelle !

Q : Et si par hasard la Cour donnait raison à M. Myboto ? Ch MG : Je dirais que nous sommes dans un État de droit et que pour une fois on a respecté le vote des gabonais. Q : Avant la campagne présidentielle il y a eu la tournée républicaine. Comment avez-vous trouvé ces deux étapes ? Ch MG : Sales. Nous avons eu droit à une tournée républicaine et une campagne sales. Loin de trouver des solutions aux problèmes qui minent le Gabon, le pouvoir a préféré divertir de manière grotesque et mesquine les populations en dénigrant M. Zacharie Myboto. J?avoue que je me suis demandée dans quel pays nous étions. Ceux qui sont intervenus l?ont fait soit par haine, soit pour prouver à leur chef qu?ils avaient choisi son camp.

En tous les cas, ils ont donné une piètre image du Gabon, alors que ce pays regorge de cadres valeureux et de patriotes convaincus qui n?ont pas pour seule préoccupation la sauvegarde de leurs postes et de petits intérêts égoïstes des uns et des autres. Et pour la plupart ils ont oublié que je suis restée pendant de longues années au c?ur du régime, et que, si je m?amusais à dire tout ce que je sais sur les uns et les autres, on aurait droit à un feuilleton sordide qui ne grandirait pas le Gabon. Q : M. Myboto est un grand homme d?Etat, dans la mesure où M Assélé et Mba Obame ont écrit deux livres (Incroyable et Réponse à une imposture ndlr) pour répondre à son livre « J?Assume ». Avez-vous ces deux livres ? Ch MG : Pas vraiment. Je dirai tout simplement que je trouve incroyable que M. Assélé ait osé écrire un ramassis de commérage de bas étage et de contre vérités sur M. Myboto.
Mais cela n?est pas surprenant, lorsque nous savons quelle est la moralité de ce personnage, et quels desseins il poursuit depuis son retour aux affaires.

Pour ce qui est de M. Mba Obame, je me demande qui est réellement l?imposteur. A cette allure, je devrais peut-être, moi aussi, écrire un livre pour rétablir la vérité sur la base de tout ce que j?ai pu vivre à la présidence de la République.
(rires) Q : Dans son livre, M. Myboto n?a parlé que de son parcours scolaire, professionnel, politique et des actes qu?il a posés. A l?opposé, les autres l?attaquent directement. Il y est dit que votre père et vous-même êtes assis sur un empire financier. Expliquez-vous. Ch MG : En ce qui concerne M. Myboto, le moment venu, il répondra à l?imposteur et au mythomane.

Je peux tout simplement vous dire que je suis très fière de mon père, parce que je sais qu?il a servi le Gabon de manière honnête, avec abnégation, loyauté et probité. Par ailleurs, il nous a toujours dit que la plus grande richesse qu?il nous laissera, c?est le sens de l?honneur, de la dignité et de l?intégrité, et non des milliards de F Cfa, parce qu?il n?en a pas. Et j?affirme haut et fort que le chef de l?État, lui-même, le sait. Je ne peux pas en dire plus.

Quant à moi, je n?ai jamais géré les deniers publics. Ce que j?ai reçu du Chef de l?État, j?aurais pu le dilapider. Mais grâce à mon imagination et ma vision, je l?ai fructifié, y compris ayant recours au prêt bancaire afin de réaliser certains projets.
Je ne m?en cache pas. J?assume. C?est vraiment dommage qu?aujourd?hui, pour des raisons politiciennes ou de mesquinerie, on s?acharne à tout détruire, alors que j?emploie de nombreux compatriotes.

Sachez que si l?on va sur le terrain de la richesse, je demanderai que chacun de nous fasse de manière sincère sa déclaration de fortune, et en justifie l?origine. Ainsi les gabonais sauront qui a pillé le pays ou pas. En revanche, je demande à M Mba Obame et Assélé d?apporter les preuves de ces milliards déposés au Luxembourg et dans les paradis fiscaux. M. Mba Obame relate une discussion avec moi en 1998. Je voudrais lui dire que M. Myboto a bel et bien demandé au Président de la République de partir du gouvernement après les élections de 1998.

Je pourrais même lui donner la réponse du Président à ce sujet. M. Myboto n?invente rien et que Mba Obame sache qu?il n?est pas forcément dans toutes les confidences du Chef de l?État. Et je sais de quoi je parle. M. Assélé et Mba Obame sont vraiment très mal placés pour donner des leçons de morale et d?éthique à qui que ce soit. Quand on va arracher les urnes à Medouneu à bord d?un hélicoptère de l?armée de l?air, dépouillé les bulletins de vote, puis se proclamer député à Libreville, ou quand on force le passage à la mairie du 3è arrondissement et à la députation grâce à un beau-frère alors qu?un second tour avec Marguerite Virginus Makaga s?imposait, il faut éviter de pavoiser sur le plan moral et se garder de proclamer sa popularité.

Q : Vous êtes l?objet de menaces. Avez-vous peur pour votre sécurité ? Ch MG : Je suis menacée à cause de mon positionnement actuel mais je n?ai pas peur. Je trouve regrettable que les gens ne supportent pas la contradiction et veuille nous ramener à la pensée unique. Q : On parle de votre entrée dans le prochain gouvernement, est-ce vrai ? Ch MG : Non, il n?en est pas question. Q : Quels sont vos rapports actuels avec le Chef de l?État dont vous avez été un des conseillers les plus écoutés ? Ch MG :
C?est une institution, et moi je suis une citoyenne gabonaise. Q : Comment trouvez-vous la presse gabonaise ? Ch MG :
C?est dommage qu?une certaine
presse ne fasse pas honneur à cette profession qui est noble, et ne privilégie pas l?objectivité et la rigueur dans le traitement de l?information. On peut être partisan et bien faire son travail ! Q : Vous étiez à l?origine de la création du CTA de Libreville. On vous en a dénié la paternité lors de son inauguration par Madame Bernadette Chirac. Où en êtes-vous avec votre combat contre le VIH Sida ? Ch MG : Lorsque j?ai organisé en 1998 ma nuit de mode africaine et que j?ai décidé de reverser tous les bénéfices de cette soirée aux malades atteints du Sida, à l?époque, plusieurs personnes ne comprenaient pas pourquoi je m?intéressais à ce fléau.

Le CTA de Libreville a été réalisé, que cela plaise ou non, par le produit de cette soirée caritative. Il a été inauguré par Madame Chirac et le pouvoir se sentant acculé, a remboursé la construction du bâtiment. Je constate tout simplement que le Sida est devenu aujourd?hui un élément de propagande électorale. Mais en ce qui me concerne, je continue à soutenir plus d?une centaine de http://www.bdpgabon.org/archives - BDP Gabon Nouveau personnes en les aidant dans l?achat des médicaments sans publicité aucune.
Q : Quel est votre mot de la fin ? Ch MG
: L?avenir du Gabon m?inquiète. Parce que le pouvoir a réussi à faire en sorte que l?argent devienne la principale valeur au détriment des valeurs morales, spirituelles, sans lesquelles tout développement d?un pays est vain. On apprend aujourd?hui à nos enfants à tricher, le goût de l?effort est invisible, on fait la promotion de la vie facile et de l?enrichissement illicite. La République a perdu tous ses repères et certains citoyens leur dignité.

L'État de droit n?est qu?une vue de l?esprit. Nous devons tous, de manière objective, prendre conscience de la dérive dans laquelle se trouve notre pays. Et je voudrais m?adresser particulièrement à la classe politique pour lui dire qu?au-delà d?elle, il y a le Gabon, son essor et l?avenir des générations futures. Devons-nous laisser un pays stable sur les plans politique, économique et social, ou un pays lourdement endetté, aux lendemains incertains ? Dépassons nos égoïsmes et nos intérêts personnels pour penser au Gabon d?abord. Parce que nous passerons tous, mais le Gabon demeurera. Alors, quel pays lèguerons-nous aux générations futures ? La Démocratie (Bi M - N° 13 du 03-01-2006) Propos recueillis par Diane NINGOMANDA


FRANCK01

Lundi 15 Mars 2010
Vu (s) 8527 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

40.Posté par jurgent le 16/03/2010 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALI BONGO DIT;A ceux qui ont prédit la mort du PDG, montrez-leur :

Que Nous sommes toujours là !

A ceux qui attendent la fin de ce congrès pour espérer pour avoir quelques militants dissidents du PDG rejoindre  leurs rangs, dites-leur :

Qu’ils vont rater leur coup !

Qu’ils vont échouer,

Parce que  les pédégistes sont comme les doigts d’une main, ils sont toujours ensemble.

Ensemble dans le bonheur,

Ensemble dans la peine,

Ensemble contre vents et marées,

Ensemble contre le repli identitaire, le clanisme, l’ethnisme,

Ensemble contre les sirènes du  désespoir et les marchands d’illusions

Qui  ne manquent aucune occasion pour déballer leurs échoppes de critiques

Et d’utopies. hahahah maintenant on vs attent a pied ferme les usurpateur national

39.Posté par jurgent le 16/03/2010 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
james Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort,sai triste mais je dit la trste verité.et tu n ai qu un enculer de ta race,poltran que tu es,ET UN NE METTRA PA LONG FEU,SA JE PEU VS LE DIRE MAINTENANT CAR AMO NE SAI PA LE COUP QUE MYBOTO LE PREPARE,LES PERSONES COMME VS PLEURERON CELEMENT ET SI TU M INSULTE ENCORE TU EN AURA ASSEZ DANS TN SALE CUL DE TAPETTE CHIER VA

38.Posté par ADN le 16/03/2010 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci franck01. Lorsque j'ai lu l'interview de Madame Myboto-Goundjou, je n'avais pas lu l'introduction de LVDPG. D'où toute la confusion que j'ai ressenti après la lecture.

Toutefois, pourquoi mettre en ligne une interview qui date de 2006 alors qu'aujourd'hui, le paysage politique a changé depuis l'élection présidentielle?

Imaginé les dégats que cela peut faire si, la plupart d'entre nous, n'avait pas lu l'introduction de LVDPG.

37.Posté par fanomoly le 16/03/2010 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que je trouves marrant c'est que d'emblée on se fait la guerre par ce k'on veut suivre comme des moutons celui-ci ou celui là.
Moi, g relis les propos de Mm Myboto-Ngonjout et je reste perplexe ce qui me fait regarder tout le fameux UN là avec perplexité: Mr Mba obame est un imposteur mais kesq tu fais avec les imposteurs? son pere a occupé les TP pendant de longues années avec pour bilan les pistes d'éléphants que nous avons et elle trouve k'il a servi avec "honnête, avec abnégation, loyauté et probité" si c l'honnete, l'abnégation la loyauté et la probité que l' UN promet, permettez qu nous autres " prudents" restions perplexes!!!

36.Posté par St.Michael le 16/03/2010 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ la fleur, realist et ceux/celles qui s’eternisent à critique PM, BBM, AMO, Mybotto et les Anti-pedegistes comme St.Michael…I have good news for you.

Just a reminder : Jour J-6 pour nous sortir votre parti politique

Vous aviez une semaine (depuis Lundi) à venir ici sur LVDPG avec les milestones ci-dessous:
1-Le nom de votre parti et son logo
2-Les statuts de votre parti
3-Le Road Map (Objectifs et Strategies) de ce parti

•Si après une semaine, vous nous sortez votre parti politique, nous serons volontiers de vous addresser nos appreciations et commentaires.

•Si au bout d’une semaine vous ne delivrez rien, j’aurais un nom pour vous.

Time for unfruitful criticisms is over, time is now for concrete acts.

Jour J-6...the ball is on your corner....

Amen

35.Posté par Paysan le 16/03/2010 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à jurgent
Je pense que tu es un ignare de la pire espèce. Je ne sais d'où te viennent de tels propos. tu plonges déjà dans le tribalisme. c'est grave ça. il n'y a que les partisants d'ali pour avoir une telle réflexion. arrête de nous fatiguer avec tes inepties et tes énormités. tu ferais mieux d'aller voir chez ton boss ali si nous y sommes.

34.Posté par JAMES le 16/03/2010 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Jurgen ,

Jurgen tu m'a lair d'être un petit complexé , vouloir tribalisé le débat est puéril car autant les fangs vivent dans la misère autant le reste de la partie sociologique des gabonais vegetent dans la misère aussi . C'est ton droit de ne pas épouser les idées de Mr Mba obame MAIS de grâce épargne nous des discours de caniveaux aux relents ethniques . A te lire tu es encore sur le banc de l'ecole , je te suggerer d'aller dans un premier temps au terme de tes études avant de discuter sur des sujets importants .

cordialement

33.Posté par jurgent le 16/03/2010 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JE SAI JUSTE QUE AMO NE METTRA PA LONG FEU CAR NS PEDEGISTE SAVON COMMENT ESQUIVER CE TYPE DE PERSONE,myboto aussi avait fait du bruit lors de son depart du pdg et apres na pu avoir que 3 DEPUTé A L ASSEMBLé CAR LES GABONAIS ETAIT FATIGUé DE SES DISCOURS ET BIENTOT AMO ON SE FATIGUERA DE SES PROPOS.ET AUSS JE VS RAPPEL DES LES FANG QUI ON QUITTé LE PDG ETAIT DEJA REFUSé DES GABONAIS DE LEURS LOCALITé!,QUAND JE VOI LE GROUPE DE AMO SE PAVANé AVC UN LOUMA SAI QUE YA PROBLEME,VOICI UN MR QUI N ARRIVE MEME PA A CONVAINCRE LS JEUNES D ARRETER DE BOIRE ,POURA CONVAINCRE QUELLE GABONAIS DU GABON PAS DE LA FRANCE OU VS ETES CACHER LABA.DEJA MYBOTO TRAMBLE DEJA DS PROPOS DE MBA OBAME LUI N ARRIVE PA A GERER SON CHIEN ALOR AVC DE TELLE PROPOS UN COMPTE SUR QUOI POUR RATISER LARGE?SA FIN EST PROCHE

32.Posté par Paysan le 16/03/2010 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah mon Dieu!
quand est-ce que les gabonais vont comprendre que le s'en prendre à AMO, Zac, PM, BBM, .... ne changera pas la situation du pays. Le pays est dans les mains d'une dictature et notre objectif premier est de la combattre.

à La Fleur et consort
peux-tu me dire ce que tu gagne en voulant discréditer AMO ou BBM? celà change quoi dans la catastrophe du pays? sinon, rien. que nous proposes-tu pour combattre la dictature? la majorité de tes post ne sont que des critiques, aucune proposition. tu ferais mieux de donner des idées et comment les mettre en place pour vaincre le mal.
J'ai toujours dit que nous devons t tourner le dos au passé non pas pour l'oublier mais pour ne pas en être en esclave. aujourd'hui je pense que La Fleur et consort sont esclave du passé. c'est la raison pour laquelle ils passent le temps à vouloir discréditer les ex-pdgistes. bien sûr, vous allez me dire que vous jouer la prudence, mais sachez qu'il faut oser un jour. Les sud-africains ont tourné le dos au passé et noirs et blanc ont travaillé main dans la main et nous pouvons voir les résultats aujourd'hui. l'Afrique du sud est la vitrine de tout un continent.
Je termine en vous demandant de mettre l'énergie que vous dépensez, à vilipender les ex-pdgites, au service d'une réflexion qui nous mènera au triomphe contre la dictature.
PS: je ne vous en voudrais point si vous êtes pro Ali, mais je me poserai des question sur votre faculté de réflexion et de conscience.

31.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 16/03/2010 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jurgen et consort,
les injures à l'encontre des fangs nous laissent insensibles, depuis que le Gabon existe nous sommes habitués aux injures de la part des blancs, des étrangers, des autres gabonais; mais va te balader un jour en Guinée Equatoriale pour savoir qui ils sont réellement et de quoi ils sont capables!
Apprends que le devenir d'un pays dépend de la vision de son chef : un pays même bourré d'intellectuels plongera si le chef l'a décidé ( comme tes parents les Bongo ), tout comme ce pays même bourré d'analphabêtes émergera si le chef l'a décidé ( comme Obiang Nguéma ).
Apparemment tout ce qui te réjouit c'est de voir tes parents à la tête, faire ramper les fangs, voir les enfants gabonais manger dans des poubelles, cohabiter avec des rats, crever de paludisme...C'est cela la vision du bonheur dans ton coin?

1 2 3 4

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...