News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Interdiction de la marche contre les crimes rituels à Libreville : qui protège-t-on ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 13 Avril 2013 à 09:17 | Lu 854 fois

Alors que les populations n’ont même pas encore digéré le refus signifié par le Ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou par rapport à la tenue d’une marche contre les crimes rituels ce samedi 13 avril, voilà que le Premier Ministre Raymond Ndong en remet une couche. En effet, ce dernier a, lors d’une conférence de presse tenue hier, affirmé son soutien au Ministre de l’Intérieur quant à sa décision. Une solidarité qui amène à se poser un certain nombre de questions…



Gabon : Interdiction de la marche contre les crimes rituels à Libreville : qui protège-t-on ?
Dans une lettre adressée à son président le 10 avril dernier, l’Association de Lutte contre les Crimes Rituels s’est vue refuser le droit d’organiser une marche pacifique pour protester contre les crimes dont sont victimes de nombreux enfants et jeunes femmes au Gabon.

Et hier, lors d’une conférence de presse, le Premier Ministre, Raymond Ndong Sima soutenait la décision du Ministre de l’Intérieur, estimant qu’une marche n’était pas nécessaire pour dénoncer ce fléau honteux qui plonge les familles gabonaises dans la psychose depuis plusieurs mois aujourd’hui.

Une prise de position qui suscite non seulement l’indignation des populations, mais soulève aussi un certain nombre de questions :

Que cache ce refus ?
Comment comprendre en effet, que l’on puisse refuser à des citoyens le droit d’exprimer leur douleur et leur indignation face à la recrudescence de crimes abominables dans notre pays ?

« Je suis effondrée. Ces gens n’ont-ils pas de cœur ? J’avais mis beaucoup d’espoir dans cette marche car j’avais besoin de rendre hommage à ma sœur », s’est indignée, Reine Marie, qui a perdu sa sœur il y a deux ans dans des circonstances inhumaines.

« Que faisons-nous de mal ? Nous sommes des citoyens gabonais. Nous avons des droits. Notamment celui de nous exprimer. Pourquoi nous refuse-t-on le droit de nous exprimer ? De telles décisions me font penser chaque jour que l’impunité est loin d’être finie dans notre pays », a renchéri Bertrand Mounguengui, père d’une victime.

Cette réaction du gouvernement n’est pas sans rappeler la lenteur avec laquelle le Sénat s’était décidé à lever l’immunité d’un de ses membres cité dans une affaire d’assassinat sur une fillette de 12 ans.
L’opinion publique s’était alors insurgée contre cette « solidarité » au détriment de la justice et de la douleur des parents de la victime qui ne demandaient qu’une chose : que l’affaire avance.

Là encore, alors que le peuple attend d’eux justice et protection, voilà que les dirigeants se mettent une fois de plus dans le camp « d’en face ».
Faudra-t-il encore un long bras de fer et de nombreuses victimes supplémentaires pour que le gouvernement comprenne qu’il y a urgence ?
« Je juge inopportune l’organisation d’une marche tendant à dénoncer la recrudescence des crimes sus-indiqués », peut-on lire dans le courrier signé par Jean François Ndongou et adressé au président de l’ALCR.

Il est donc inopportun de dire que les Gabonais vivent aujourd’hui dans la peur ?

Inopportun que des parents qui ont perdu leurs enfants dans des conditions atroces veuillent exprimer leur douleur ?

Inopportun de dire que 23 morts en à peine 90 jours, c’est beaucoup trop ?

Inopportun que le peuple demande au gouvernement des mesures fortes et efficaces pour leur sécurité ?

Inopportun que les populations demandent que justice soit rendue à d’innocentes victimes et que les commanditaires soient arrêtés ?

Que doit-on faire ? a-t-on envie de lui demander.

Se taire et regarder des enfants mourir de manière atroce dans le seul but de satisfaire la cupidité de certains assoiffés de pouvoir qui voient aujourd’hui le peuple comme du bétail que l’on peut égorger à des fins de rituels sataniques ?

Qui cherche-t-on à protéger à travers ce refus ?
La question reste entière.

Dans tous les cas, c’est un nouveau coup dur qui laisse penser que l’impunité a encore de beaux jours devant lui dans notre pays…


Publié le 13-04-2013 Source : Gaboneco.com Auteur : SEE

Samedi 13 Avril 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 854 fois




1.Posté par Priscilla le 13/04/2013 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ journaleux de Gaboneco qui a ecrit ce papier

c'est vous qui defendez a battons rompu, nuit et jour, sans menager une goutte de votre sueur, le regime de luciferien bongo-PDG alors pourquoi cette comedie de mauvais gout que vous servez au peuple la ?
Meme lors de l'affaire recente de la fillette retrouver depecer sur le bord de mer vous vous etiez permis de remettre en doute la nature du crime commis sur cette enfant. Vous aviez essayer d'egarer l'opinion de vos lecteurs sur cet enieme crime rituel alors que le cadavre de l'enfant temoignait lui-meme des motivations des ses assassins.
Voila maintenant que vous faites du cloche pied en feignant la consternation face au refus de votre parti d'autoriser cette marche pacifique.

Aux journalistes de Gaboneco, Vous n'etes que de PITOYABLES, MINABLES, VENDUS, PROPAGANDISTES ! Vous aussi etes des complices de ces crimes rituels !!! Ayez au moins la decence de la fermer dans une situation comme celle-ci !

2.Posté par Larévolte le 13/04/2013 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hier c'était M. Jean Elvis Ebang Ondo qui créait une association de lutte contre les crimes rituels. Avant lui, il y a eu d'autres familles qui ont pleuré une victime de ces pratiques. Aujourd'hui, nous compatissons à la douleur d'autres familles de victimes comme Reine-Marie et Bertrand Mounguengui, père d’une victime cités dans l'article. Que constatons-nous? Que les les victimes n'appartiennent pas à un seul groupe ethnique du Gabon. Ironie du sort!

Voilà les conséquences d'un peuple qui refuse la fraternité et l'unité. Les gabonais paient leur tribalisme aujourd'hui. Or les fauves humaines anthropahages qui dirigent actuellement le Gabon ne font aucune exception quand il s'agit de tuer, d'appauvrir, d'affamer, de spolier les gabonais qui ne font pas partie de leur cercle politique et ésotérique. Lorsque les "félins-hommes" foncent sur nos enfants pour les tuer et dépécer, ils ne cherchent pas à connaître l'ethnie de leurs proies. Les enfant des carnassiers, commanditaires et profiteurs de ces "gibiers humains" sont pour la plupart hors du Gabon. Ceux des anciens barons sont déjà grands et sont intégrés dans la haute administration gabonaise. Les laissés pour compte du peuple gabonais c'est nous et Dieu seul sait que nous sommes aussi les plus nombreux. Pourquoi au nom de la solidarité dans la misère et les crimes rituels de nos enfants qui nous affligent, ne devons-nous pas enfin nous lever comme un seul homme pour dire au gouvernement Bongo-PDG qui nous assujettit de nous exterminer tous le même jour. Si ces cannibales refusent de le faire par peur de la communauté internationale, et comme nous sommes incapables de les destituer, exigeons tout simplement d'eux qu'ils prennent de bonnes résolutions qui vont dans le sens de la prise en compte de tous les fils et filles du Gabon, dans le partage des gains de nos richesses, la sécurité de toutes les populations vivant au Gabon, bref améliorer les conditions de vie des gabonais et favoriser notre épanouissement...
Pour obtenir toutes ces choses, nous devons nous unir. Un peuple désunit ne peut pas évoluer, c'est clair!

3.Posté par tarchidime le 13/04/2013 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celui ou celle qui est voué au culte du mal n'a plus de coeur, autrement dit n'éprouve aucun sentiment et la condition humaine, fut-elle misérable le laisse totalement insensible et indifférent.Quand on ne peut partager,voire s'associer à la douleur des compatriotes qui ont perdu dans des circonstances ignobles,dramatiques et inhumaines que nous connaissons, en quelles occasions alors les dirigeants de ce pays pourraient-ils le faire pour manifester leur solidarité à l'égard de leurs compatriotes meurtris? En réalité, de telles attitudes ne peuvent guère surprendre d'autant que ces gens là paient à leur maître le Prince des Ténèbres ,le prix de leurs conditions de vie somptuaire et pourtant éphemère sur terre. A ce titre, que valent à leurs yeux les supplications, les pleurs, les cris de détresse de leurs victimes face à leurs bourreaux et qui ne demandaient qu'à vivre comme eux.

4.Posté par Gabao kool le 13/04/2013 19:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne intervention de la part de Larévolte.

5.Posté par tontoncarl le 13/04/2013 23:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci la révolte toi tu as tout compris.ce qui est arrivé aux autres familles peut aussi nous arriver... levons nous peuple gabonais. Nous sommes tous des potentielle victimes...

6.Posté par La souffrance que le méchant endurera sera pire que celle qu''il aura fait endurer! le 14/04/2013 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Personnellement, je dis que cette marche doit être organisée malgré le refus du Ministre. Il ne suffit pas à l'Administration de motiver son refus. Encore faut-il que sa motivation soit conforme à une exigence légale. Autrement, c'est que rien n'a été compris à l'exercice de l'autorité publique et on plonge dans l'arbitraire! Quoi? Le jour donc où le ministre de la justice interdira à quiconque n'a pas un "vêtement vert" de franchir les portes d'un tribunal, l'accepteriez-vous du fait que ça vienne de l'Autorité publique? Que ces Associations soient de véritables associations qui sachent répondre intelligemment à ce type de situation. Sinon, je ne vois pas l'intérêt profond de se constituer en Association! Même quand l'Eternel, pour châtier l'homme, le met sous l'autorité du méchant, il y a des choses qu'il ne permet pas au méchant de lui faire! Je dis, donc, que les organisateurs doivent passer l'information pour que cette marche soit organisée malgré tout, préparant déjà son ou ses avocats au cas où les manifestants étaient enfermés. Que le Seigneur daigne faire le reste! Et, à l'avenir, que les gens comprennent qu'il y a des choses pour lesquelles il ne faut pas attendre l'Administration avant d'agir, dès lors que cette même Administration est loin de satisfaire l'intérêt général. L'ordre public a un sens précis en droit administratif. Ce n'est, donc, pas au ministre de l'Intérieur d'en fixer le contenu!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...