News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Incendie de l’ambassade du Bénin : Des preuves «accablantes»

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 22 Avril 2015 à 07:05 | Lu 5293 fois

La célérité avec laquelle les autorités judiciaires tentent de résoudre l’incident diplomatique occasionné par l’incendie de l’ambassade du Bénin au Gabon le 12 avril 2015, fait tache d’huile au fil de l’évolution de l’enquête et discrédite le pouvoir.



Après l’empressement du ministre de l’Intérieur à pointer l’opposition du doigt quelques heures après le triste événement de l’incendie de l’ambassade du Bénin au Gabon, l’interpellation, dans des conditions pour le moins hors du commun, d’Annie-Léa Méyé et Georgette Toussaint, et leur garde à vue, le gouvernement donne désormais l’impression de jouer aux apprentis sorciers. Et pour cause, la police judiciaire vient de recueillir et offrir à la population via les antennes de Gabon Télévision, les déclarations d’un soi-disant témoin du plan ayant conduit à l’incendie de la chancellerie du Bénin au Gabon.

Si les sorties de Guy Bertrand Mapangou et le mode opératoire de l’arrestation de deux présumés coupables ont laissé l’opinion dubitative, les derniers événements en rajoutent. Pendant que les deux activistes de la société civile réputées proches de l’opposition sont gardées dans un endroit inconnu et qu’elles sont privées de visite, l’on s’échine à construire des preuves qui pourront justifier leur détention, jugée «arbitraire» par l’ensemble des observateurs. Tout bien pesé, le scénario des aveux a tout d’une mise en scène à la gabonaise. Un remake des révélations, en 2009, de Francis Salah Ngoua Beaud, en somme.

En effet, il s’agit ici du témoignage hallucinant d’un quidam d’une trentaine d’années, diffusé après le journal télévisé de 20 heures sur la chaine nationale, mais non enregistré avec le matériel de cette chaîne de télévision. Dans une déclaration comportant de nombreuses incohérences spatio-temporelles, le témoin avoue qu’il se drogue souvent. Il prétend avoir reçu la nouvelle du décès d’André Mba Obame le 12 avril à 16h pendant qu’il se trouvait encore à Oyem.

Disant être parti de la province du Woleu-Ntem à 17h, il déclare être arrivé le 13 courant à 3 heures du matin soit après 10 heures de voyage. Après quoi, il se serait rendu au domicile des parents du défunt où il aurait participé à une réunion avec les jeunes et les responsables de l’Union Nationale à laquelle participait Jean Ping. L’objet de la rencontre serait la mise en place de la stratégie visant à brûler les ambassades du Bénin, du Nigéria et le tribunal. Or l’incendie a éclaté aux environs de 20h.

À cette heure-là, selon toute vraisemblance, le quidam se trouvait entre Lalara et Ndjolé. Qui peut croire que ce quidam est si important dans le dispositif qu’il ait aussitôt pu se rendre au lieu supposé de la réunion ? Il affirme avoir rejeté une somme de 200 000 francs mais dit avoir vu Paul Marie Gondjout «balancer» un million de francs sans en livrer le destinataire. Comment admettre qu’un individu qui dit avoir été obligé de demander 10. 000 francs pour effectuer son voyage, puisse refuser 200 000 francs ?

Selon une source de Gabon Télévision ayant requis l’anonymat, après diffusion dudit témoignage, la présidence de la République aurait appelé le directeur général adjoint, Mathieu Koumba, pour savoir d’où provenait l’enregistrement et de qui ont-ils obtenu l’autorisation de le diffuser. Selon les réponses de ce dernier, la presse présidentielle serait l’instigatrice dudit montage médiatique. Ya-t-il tant d’incohérences dans la communication de la présidence de la République ? Que visaient les initiateurs de ce témoignage à charge ?

Selon de nombreux témoignages, le directoire de l’Union Nationale ne s’est rendu au domicile de Julien Nguéma, frère aîné d’André Mba Obame, qu’au seul jour du 12 en fin d’après-midi. Si un conclave avait eu lieu ce jour pour orchestrer un tel acte, comment le témoin a-t-il pu y prendre part puisqu’il était censé se trouver dans le Woleu-Ntem ? Comment croire que le domicile de Julien Nguéma puisse servir de quartier général à l’Union nationale ou au Front de l’opposition pour l’alternance ? Chacun se souvient qu’au lendemain de l’incendie, L’Union affirmait que cette réunion de laquelle «rien n’avait filtré», avait eu lieu au siège de l’Union nationale.

Si «rien n’avait filtré», notre confrère indexait tout de même l’opposition. Mieux, sans attendre les conclusions de l’enquête, le ministre de l’Intérieur affirmait que cet incendie était l’œuvre «d’individus non encore identifiés se réclamant du Front de l’opposition pour l’alternance (FOPA)». Des personnes non identifiées dont on connait l’appartenance politique ? Il faut être convaincu d’avance pour y croire… L’instruction étant secrète, que font les autorités judiciaires du respect de la présomption d’innocence qui recommande qu’aucune déclaration ne soit faite à ce niveau de la procédure ? Pourquoi rendre public des témoignages devant être versés au dossier ? Est-on en face d’une bataille juridique ou d’une bataille pour l’opinion ?

Assurément, quelque chose de pas net se joue. D’autant que, chose surprenante, le même témoin est visible dans une autre vidéo circulant sur les réseaux sociaux depuis la matinée du 21 avril 2015 et dans laquelle il s’en prend à bras raccourcis aux membres de l’opposition, les accablant d’injures tels que : «Ce sont des faux, des menteurs et des escrocs ! Ces opposants, ils ont fini de piller le Gabon ! André Mba Obame c’est un menteur !». Est-on en face d’une nouvelle affaire Francis Salah Ngoua Beaud ? Comme pour notre confrère qui, en 2009, disait avoir été témoin du recrutement de mercenaires par André Mba Obame, l’avenir nous édifiera. Comme notre confrère, le témoin du 13 avril dernier finira-t-il conseiller d’ambassade ?

gabonreview

Mercredi 22 Avril 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 5293 fois




1.Posté par Alex le 22/04/2015 08:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'autre revelation sur Ali bongo
\https://www.youtube.com/watch?v=0pqqKQcZGFU

2.Posté par Priscilla le 22/04/2015 08:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
#Libere Ann lea Meye

3.Posté par MOT le 22/04/2015 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous des habitués de ce cirque. Quel pays? Quelle justice? Nos dirigeants se rappellent-ils de temps en temps que le monde entier nous regarde?

4.Posté par charly le 22/04/2015 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par cet ultime bassesse, l'homme le plus détesté de l'internet mondial aujourd'hui, vient de se faire prendre en flagrant délit de montage mafieux criminel, que LA FRANCE, que LES USA, que LE PRINCE WILLIAM intègrent définitivement qu'il ne peuvent avoir pour partenaire un criminel mafieux faussaire reconnu internationalement.

5.Posté par le grand muet le 22/04/2015 14:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L histoire à toujours démontré qu''une chose montée de toute pièce est toujours entachée d''erreurs, grossières même pour ce cas précis

6.Posté par Nkembo le 22/04/2015 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Seul le front a le monopole de la raison,tout ce que les autres disent est toujours mensonges bref
Mais de grace, retenez que Salah Ngouabeauh avait dit la vEritE. Tout ce qu il avait dit concordait avec les renseignements que detenaient les services de renseignements des pays de la sous region.
Pourtant le President equato avait menacE de porter plainte, pourquoi s est il retractE?

7.Posté par ali bongo vu du bénin le 22/04/2015 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En 1960, la Résolution 1514 de l’ONU stipulait la décolonisation des pays sous domination colonialiste et le Droit des Peuples à l’Autodétermination.

Mais cette même année, l’indépendance octroyée à ces pays par la France était assortie d’un Pacte Colonial dont le contenu instituait en son Annexe II « L’obligation de lui réserver l’exclusivité de leurs richesses agricoles, minières et stratégiques avec interdiction formelle d’échanger entre eux ».




Un système est mis en place pour garantir le pillage des ressources de ces pays avec une base militaire française installée à proximité en guise de couverture : c’est la Françafrique. Ce système qui protège les sociétés et multinationales françaises fonctionne encore de nos jours et le Gabon en est une incarnation par excellence.

Avec des ressources naturelles aussi impressionnantes constituées de Pétrole, de Manganèse, d’Uranium, de Bois etc…, et un Produit National Brut de 24,28 Milliards de Dollars (en 2011), comment expliquer que la population d’environ 1,5 Million habitants seulement vive en dessous du seuil de pauvreté ?

En réalité, les sociétés et multinationales françaises à savoir TOTAL, COMILOG, VINCI etc… qui constituent l’essentiel du tissu économique au Gabon, rapatrient impunément et de façon illicite les 90% de leurs intérêts vers la France. Ce qui aurait pu servir à construire des écoles, des Universités des emplois et des Hôpitaux pour la jeunesse et les populations.

Le système françafrique pour fonctionner sans discontinuer, installe à la tête des pays francophone d’Afrique, un dictateur de père en fils comme la famille Eyadema au Togo.

Au Gabon, c’est Ali, qui après 42 ans de règne du père Omar Bongo, a pris la succession, suite à un coup d’Etat électoral validé par la France et confirmé par les acteurs de cette opération eux-mêmes dans un tournage vidéo commercialisé par le « Nouvel Observateur » et qui a fait le tour des pays africains.

Depuis 2009, date d’intronisation d’Ali Bongo au pouvoir, c’est d’une main de fer que ce dernier tient le pays avec son directeur de cabinet, un certain Maixent Accrombessi d’origine béninoise. Si économiquement la françafrique maintient le Gabon entre les griffes de la France, l’affichage grossier de « stabilité démocratique » cache mal une colère sourde du peuple et de sa jeunesse maintenus sous une répression féroce qui dépasse celle du temps du père Bongo.

Ali et Acrombessi font donc ainsi en permanence,

- Pression sur les quelques médias privés, sur les Syndicalistes et sur la Société Civile.

- Interdiction en 2012 du principal parti d’opposition l’Union Nationale dont le chef est André Mba OBAME.

- Verrouillage de l’Assemblée Nationale avec une majorité présidentielle de 118 députés sur les 120 !

- Répression violente des militants de l’opposition…

Et ce climat de répression intense, de terreur et d’insécurité pour le peuple est entretenu par des réseaux du pouvoir qui pratiquent des crimes rituels. Réseaux au centre desquels il semble qu’on retrouve le directeur de cabinet du président, le fameux monsieur Accrombessi.

C’est donc la pauvreté, l’injustice sociale et l’absence de libertés démocratiques qui créent la frustration. A son tour, cette frustration engendre la violence. Alors le pays vit une contestation croissante contre le régime depuis 2014 jusqu’à présent. Et la réplique du tandem Ali-Acrombessi tend à interdire avec brutalité toute opposition à sa politique.

C’est ainsi que nombre de citoyens Gabonais épris de justice sociale et de liberté sont persécutés. Certains sont forcés à l’exile. C’est le cas de nombreux journalistes dont Désiré ENAME, Directeur de publication du journal les « Echos du Nord » qui a fui son pays et vit en France depuis Décembre 2014.

André Mba OBAME, le chef de l’opposition gabonaise, quant à lui, atteint d’une maladie mystérieuse, en a laissé publiquement planer le soupçon sur le directeur de cabinet du président en la personne d’Accrombessi. Le décès à Yaoundé au Cameroun le 12 Avril 2015 de OBAME, a enflammé les jeunes qui sont allés directement déverser leur colère sur l’Ambassade du Bénin d’où est originaire le directeur de cabinet, même si ce dernier avait pris la nationalité gabonaise.

L’Ambassade du Bénin mise à feu est identifiée comme le symbole de l’oppression politique et sociale que subit le peuple gabonais.

En effet, les pratiques du directeur de cabinet, vrai régent aux côtés d’Ali Bongo, sont de nature à attiser la xénophobie des Gabonais contre les étrangers vivant au Gabon, les Béninois en l’occurrence. Sur le plan administratif, il a mis en place un vaste trafic de travailleurs immigrés venant du Bénin pour prendre des postes occupés par des natifs Gabonais chez eux. Telle est donc la triste réalité que vivent le peuple et sa jeunesse.

Si les nombreux Milliards de Dollars tirés de l’exploitation des énormes richesses par les multinationales au Gabon pouvaient servir à créer les facteurs de développement humain pour les Gabonais, l’Education en tête, la jeunesse ne serait pas désœuvrée. « 30% de chômage chez les jeunes en 2011 et peu de création d’emplois malgré la croissance et le pétrole », c’est tout simplement frustrant. Et il n’est pas juste de qualifier ces jeunes de « jeunes fanatiques de l’opposition ivres de xénophobie ». Ces jeunes sont en colère à cause de la situation qu’ils vivent au quotidien. Ils sont en colère contre le système politico-économique qui les prive d’un avenir auquel ils sont en droit d’aspirer. Alors, ils explosent aujourd’hui contre le symbole politique que représente Accrombessi, à savoir l’Ambassade du Bénin, en attendant de le faire comprendre aux ressortissants du Bénin qui profitent du système établi par leur compatriote…Et bientôt le tour des ressortissants Français, autres cibles symbolisant leur exploitation économique par les multinationales françaises ?

Mme Eugénie Dossa quenum

D’origine béninoise, est Ingénieur Biologiste

Consultante en gouvernance

Membre de la Ligue Internationale de Femmes pour la Paix et la Liberté. (WILPF)

8.Posté par Mike le 22/04/2015 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mme Eugénie Dossa quenum, le peuple gabonais vous remercie pour votre analyse si édifiante.

Nous espérons d'autres frères africains comprendre la frustration qui est notre en ce moment au sujet de ce ressortissant béninois Accrombessi qui fait vivre aux gabonais les pires atrocités, jamais connues par le passé: crimes rituels et pratiques voudouiques, crimes économiques, crimes politiques, etc. Nous pensions que l'esclavagisme était le propre de l'occident, là dire que ce sont les africains qui en font usage et se complaisent à opprimer les leurs, c'est inacceptable.
Le président béninois est suffisamment sage pour comprendre que le peuple gabonais en ait déjà marre de son compatriote. Faut-il attendre que le sang des gabonais soit versé davantage ou qu'on en arrive à d'autres extrémités pour se ressaisir? Attention ce n'est pas derrière mais devant. Vous devez prendre vos responsabilités. Nous sommes d'essence un peuple pacifique ; mais nous sommes à bout. Alors épargnez nous des situations irréversibles dont on ignore d'avance l'issue. Entendre qui veut entendre!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...