News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Histoire

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 7 Avril 2010 à 13:56 | Lu 3592 fois



Gabon : Histoire
Arrivant dans la région de l’Estuaire au XIe siècle, les M’Pongwés de la branche Myéné s’y installèrent lentement jusqu’au XVIIIe siècle. Ce n’est qu’au XVIe siècle que d’autres groupes descendent plus au sud pour se fixer dans le delta de l’Ogooué.

C’est à partir du XVIème siècle que des groupes ethniques très variés commencèrent à arriver au Gabon, d’abord par la vallée de l’Ivindo (Bakélés, Simba, Mitsogho, Okandé, Bakota, Bélinga), puis par le sud (Eshiras, Bapunu, Balumbu puis M’Bédé, Bandjabi, Batsangui, Aduma, etc.).

Au XIXe siècle, les Fang envahissent le nord-est du Gabon, provoquant un glissement vers le sud des autochtones qui se tassent un peu plus dans les régions déjà peuplées. Les Fang s’installèrent nombreux et organisés dans le Woleu N’Tem, l’Estuaire et la Guinée Équatoriale.

Les Portugais découvrent l’embouchure du Como en 1472 et le nomment Gabao, exprimant ainsi l’aspect inaccessible de ses côtes, encapuchonnées d’un épais manteau de forêt, d’apparence hostile et impraticable.

La côte se baptise alors des noms de Lopez ou Fernan Vaz.

Au début du XVIe siècle, les jésuites, suivant les marins, s’intéressent aux populations locales... pour les faire travailler dans leurs plantations d’orangers, de cocotiers, de bananiers ou de manioc. Ils « recrutent » rapidement quelque 30 000 esclaves.


Vers 1600, les Hollandais occupent les îles Elobey dans l’Estuaire et se font massacrer par les M’Pongwés qui voient d’un mauvais oeil l’édification de murailles percées de canons dirigés vers leurs villages.

Ces mêmes M’Pongwés cèderont toutefois aux charmes du commerce avec les Français et les Anglais, sans doute plus diplomates.

La traite, qui bat alors son plein, à deux graves incidences directes sur les populations côtières: une véritable hémorragie démographique et la mauvaise habitude de vivre du troc de bétail humain contre tout ce qui était nécessaire à leur vie quotidienne, que ce soient les objets manufacturés ou la nourriture. Ce n’est qu’en 1793 que viendra de France, avec la révolution, une timide prise de conscience des ravages et de l’inhumanité de l’esclavage. Mais il faudra attendre 1848 pour que son interdiction prenne vaguement effet et 1900 pour que la traite soit effectivement interdite.

La répression de la traite fournira le prétexte à la marine française de signer les premiers traités avec les rois de l’Estuaire à partir de 1837. Les missionnaires suivant de près les commerçants commencent à se disputer ces âmes. Le Père Bessieux fonde en 1845 la Mission Sainte Marie et tente de concurrencer ses rivaux protestants américains déjà installés à Baraka.

De 1844 à 1883, Bigeard, Bouët-Willaumez, Chaillu ou Savorgnan de Brazza rivalisent de courage pour pénétrer à l’intérieur des terres.Ils en profitent pour s’accaparer en toute bonne conscience ces territoires « vierges » et y planter l’étendard français. En 1884, la colonie du Congo est officiellement établie et le pillage peut alors continuer en toute légalité.

Avec la conférence de Berlin en 1906, les européens s’entendent sur le partage de l’Afrique en définissant les frontières sans tenir compte du relief, du régime des eaux des fleuves, encore moins des ethnies. Ce découpage arbitraire ne facilite pas l’harmonie dans les colonies et de larges territoires passent de mains en mains suivant les jeux d’alliance et de traités entre l’Allemagne, la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Espagne. Les grandes compagnies de ces différents pays agissent en petits dictateurs, réquisitionnant les villageois, s’accaparant les richesses sous la menace de milices armées, imposant des conditions de travail inhumaines aux populations autochtones. Les soulèvements se multiplient et la répression s’intensifie.

L’entre-deux-guerres voit naître une génération d’hommes qui luttent pour une organisation politique et sociale plus juste. Le Mouvement Nationaliste Africain, né aux Antilles en 1900 gagne l’Afrique et en 1919, se crée à Libreville une sous section de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen comprenant l’intelligentsia de l’époque : Jean-Baptiste Ndendé, Antoine M’Ba, Ignace Békalé, N’Tumune Ossame, Maurice N’Gome Obiang, Victor Obame Otsagne, Paulin N’Dingo, Martin Tambani Issembe et Léon M’Ba. En 1946, chaque territoire de l’Afrique Équatoriale Française se voit dotée d’un député à l’Assemblée Nationale Française. En 1956, Houphouët-Boigny et Gaston Deferre mettent au point la loi-cadre qui introduit la notion d’autonomie interne de chaque territoire.

En 1958, le Général De Gaulle crée la Communauté Française qui autorise la création d’État autonome dans les colonies et la République Gabonaise est proclamée le 29 novembre 1958. Léon M’Ba est nommé Premier Ministre le 19 février 1959. Le 17 août 1960, l’Indépendance est proclamée et le 20 novembre, le Gabon est admis à siéger à l’ONU. Élu Président de la République Gabonaise le 12 février 1961, Léon M’Ba le restera jusqu’à sa mort en 1967.

Ministre délégué puis responsable de la Défense Nationale et de la Coordination, Albert-Bernard Bongo devient rapidement un conseiller très écouté par le Président Léon M’Ba. En 1966, il devient Vice-Président. Au décès de Léon M’Ba, en 1967, il devient logiquement le second Président de la jeune République Gabonaise et fonde le Parti Démocratique Gabonais qui restera parti unique jusqu’en 1991. Le Président Bongo, devenu entre temps El Hadj Omar Bongo suite à sa conversion à l’islam, sera réélu en 1973, 1979, 1986, 1993 et 1998.

Dans un discours prononcé le 1er janvier 1968, le nouveau Président annonce sa volonté de poursuivre l’oeuvre de son prédécesseur tout en soulignant la nécessité d’insuffler au pays un esprit nouveau qu’il symbolise par le mot de « Rénovation » qui deviendra un leitmotiv dans ses discours et sa politique. En mars 1991, une nouvelle constitution est adoptée qui instaure le multipartisme. Les élections législatives de 1993 aboutissent à la mise en place d’une assemblée Nationale composée de 8 partis. Le PDG obtient à lui seul la majorité absolue de 75 sièges sur 120. Le Président Omar Bongo sera réélu en 1993 et 1998.

Grandes dates
1839 Signature d'un traité entre les Français et le souverain Mpongwé

1844 Création d'un poste militaire dans l'estuaire du Gabon par les Français.

1849 Création de la ville de Libreville (capitale actuelle) par les esclaves.

1875 à 1885 Exploration du fleuve Ogooué par Pierre Savorgnan de Brazza.

1886 Le Gabon devient un territoire de l'Empire colonial français.

1899 Le Gabon est rattaché au Congo français, Libreville demeurant la capitale du territoire ainsi étendu.

1904 Libreville perd ce statut au profit de Brazzaville.

1910 Le Gabon devient une colonie de l'Afrique-Équatoriale Française (A.E.F.).

1933 Léon MBA est exilé en Oubangui-Chari (actuelle République centrafricaine).

1941 Le Gabon est acquis à la France libre à l'issue d'affrontements meurtriers entre colons vichystes et gaullistes.

1946 Le Gabon devient territoire français d'outre-mer, et récupère la région du Haut-Ogoué.

1958 Léon MBA devient le Premier ministre de la République autonome du Gabon.

17 août 1960 Proclamation de l'indépendance du Gabon.

1961 Léon MBA, élu président du nouvel État.

1964 Léon MBA est renversé par un coup d'État militaire, puis rétabli au pouvoir.

1967 Décès de Léon MBA. Son vice-président, Omar BONGO ONDIMBA, lui succède

Mercredi 7 Avril 2010
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3592 fois




1.Posté par Erno le 08/10/2009 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'il vous LVDPG, pouvez mettre à jour ces informations ? Par exemple qui étaient députés du Gabon à l'assemblée française après 1946. Aucune information depuis 1998...

2.Posté par Sema Taou n Kemet le 08/04/2010 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est très intéressant cet article qui a la vertu de nous lier à notre histoire!

seulement l'histoire n'évolue pas en vase clôt dans un même bassin culturel! C'est à cet effet qu'on parle de "critique des sources historiques". je serai heureux de savoir quels sont les différentes sources convoqués pour élaborer, cette précieuse histoire de notre contré. Ensuite de savoir si cet interprétation historique se recoupe avec les données concernant les contrées voisines (Congo, Guinée -équatoriale, Cameroun, ect.), ensuite, s'inscrit-elle et concorde-t-elle avec les données recueillis dans l'histoire Générale de l'Afrique .

Comment peut-on vérifier la validité historique de cette reconstitution et approuver la "causalité historique", qui est la logique inhérente à l'histoire? Autant de questionnement qui sont importante dans le but de maîtriser notre patrimoine et de le diffuser le plus largement possible.


3.Posté par Sema Taou n Kemet le 08/04/2010 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aussi enrichir mes connaissances personnelles et vérifier ce qui est dit dans l'article, j'aimerai avec des précisions sur :

Le Mouvement Nationaliste Africain, né aux Antilles en 1900 gagne l’Afrique et en 1919 (noms, actions, biographies, etc.) pour voir si cela concorde avec les mouvements panafricains né dans la diaspora à la fin des années 1800. car sur Histoblog on lit ceci:
"C'est parmi les noirs d'ascendance africaine situés aux Antilles britanniques et aux Etats-Unis d'Amérique qu'il faut rechercher l'origine du mouvement panafricain. A sa naissance, celui-ci n'était qu'un mouvement de solidarité entre tous les noirs oppressés... William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963). Il en est le premier théoricien" (voir. http://histoblog.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=1246541)

je voudrai savoir aussi quelle est la source qui dit que la conférence de Berlin s'est déroulé en 1906, alors que tous les documents historiques atteste que "Cette conférence débuta le 15 novembre 1884 à Berlin et finit le 26 février 1885." (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Berlin ).
on peut d'ailleurs lire sur Encyclopediae Universalis en ligne que "La conférence de Berlin, qui s'est tenue de novembre 1884 à février 1885, fut organisée par le chancelier Bismarck afin d'établir les règles qui devaient présider à la colonisation de l'Afrique."( voir. http://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-conference-de-1884-1885/ )

On lit aussi "Au XIXe siècle, les Fang envahissent le nord-est du Gabon, provoquant un glissement vers le sud des autochtones qui se tassent un peu plus dans les régions déjà peuplées. Les Fang s’installèrent nombreux et organisés dans le Woleu N’Tem, l’Estuaire et la Guinée Équatoriale."

est-ce que ces analyses prennent en compte pris les travaux des travaux de Peter Médjo Mvé sur "langues, gènes et cultures" et la question des mouvements de populations fang (cf. MEDJO MVE, Pither (1997). Essai sur la phonologie panchronique des parlers fang du Gabon et ses implications historiques. ) et la toute nouvelle découverte sur le sujet exposée par le laboratoire DDL (dynamique du langage) qui vient ruiner le récit du père Trilles, et de Schwetzer sur les migrations fang et bantu en général!

Il y a aussi une imprécision géographique dans le passage "b[Ce n’est qu’au XVIe siècle que d’autres groupes descendent plus au sud pour se fixer dans le delta de l’Ogooué.]b "On sait que le delta est l'endroit où le fleuve se jette dans l'océan, ex le delta du Nil. Mais quand on lit que "d'autres groupes descendent plus au sud pour se fixer sur le delta de l'Ogooué", on se demande si au sud du pays, où l'Ogooué prend sa source, il y a l'océan!

De plus on sait que historiquement les premiers occupants du sol de notre territoire sont les pygmées et non les Mpongwé, ensuite on a les Tsogho et apindji puis Akélé et les Ngové, en référence à la reconstitution du la proto-langue et de la toponymie car quasiment tous les noms de leiu les plus anciens au Gabon sont Akélé ou tsogo et les noms des fleuves aussi comme l'Ogooué c'est Ngové!

Je ne cherche pas à discréditer l'article, au contraire, j'incite à plus de précision et de rigueur dans l'analyse de notre culture et de notre patrimoine de sorte que l'on soit inattaquable sur le terrain de la "vérité historique", et de ce fait qu'on puisse la défendre sans ambiguïté!

Donc il ne faut pas céder à la facilité et au compromis avec "la conscience historique et culturelle" sinon ça nous revient comme un revers de bâton (cf. Rwanda, RDC, etc.)

Mais j'ajouterai que l'Histoire du Gabon et de l'Afrique ne commence pas avec les découvertes des côtes car à la fin de l'époque des empire africains, càd au à la fin du 16e siècle, les agglomération urbaines (les villes de nos royaumes africains) existaient rarement au abord des côtes, mais plutôt à l'intérieur des terres (cf. http://www.ankhonline.com/civilisations_africaines.htm)

En tout cas je salue cette initiative de ne pas laisser notre histoire de côté lorsqu'on s'intéresse à la résolution de nos problèmes actuels, puisqu'ils trouvent leurs causes dans notre passé!



4.Posté par NKEM le 08/04/2010 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voudrais d'abord saluer l'initiative qu'a eu l' auteur de cet article, et le mérite qui lui revient de nous renvoyer à notre histoire à tous. Beaucoup de choses assez intéressantes y ont été rapportées ( certes, avec des limites que les spécialistes pourraient relever ça et là ).
L'auteur pourrait-il avoir la gentillesse de me communiquer ses sources concernant ce qu'il mentionne en ces termes " 1941 Le Gabon est acquis à la France libre à l'issue d'affrontements meurtriers entre colons vichystes et gaullistes " ?

Merci !

5.Posté par belier d'okondja le 25/06/2010 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belle histoire du Gabon, mais il est à noter que les grandes dates sont incompletent, il va falloir y d'adjoindre celles:
assassinat de Mba Germais (et auteurs)
assassinat Redjembé
assassinat Doukacas Nziengui
assassinat Pierre claver Nzeng
Et tant d'autres que j'oublie
Il faut que ces actes d'un autre age soit enseignés dans les ecoles afin de permettre a nos de connaitre nos martyr...


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Février 2015 - 07:40 Gabon : Histoire : Jean-Hilaire AUBAME

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...