News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Haut Ogooué : Franceville

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Samedi 31 Juillet 2010 à 08:24 | Lu 11699 fois

Le Haut-Ogooué est une des neuf provinces du Gabon. Son chef-lieu est Franceville, et elle abrite plus de 100 000 habitants.

Le deuxième president de ce pays, Omar Bongo Ondimba, est né dans cette région en 1935 à Lewaï (actuelle Bongoville).



Le village d'origine s'appelait Masuku. L'endroit rappelant fort bien un certain paysage de la France, il fut rebaptisé Franceville par Pierre Savorgnan de Brazza en 1880. Il y regroupa à l'occasion les esclaves qu'il avait d'abord rachetés à leurs propriétaires, et qu'il avait fait libérer en leur faisant toucher le drapeau français. Il y installa un camp colonial français permettant l'accès au Congo.

Le président gabonais Omar Bongo, décédé le 8 juin 2009 à Barcelone, y est enterré[1].

Situation

En raison de sa situation en (relative) altitude, près des plateaux Batéké qui s'étendent jusqu'au Congo, Franceville bénéficie d'un climat plutôt tempéré. Le site lui-même est particulier : un centre-ville fort animé au milieu d'une cuvette plutôt profonde, entourée d'une série de collines abritant un habitat très dispersé, au point que l'on peut se demander, depuis le Leconi Palace, si l'on est dans une ville ou dans une savane arborée.

Culture

Franceville abrite l'Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM), l'université de sciences « dures » du Gabon, les autres matières étant enseignées à Libreville. C'est une université abritant des étudiants de tous les pays africains. Elle abrite l'école polytechnique de parrainage canadien et la faculté des sciences.

Le campus vaste comporte un gros rocher (rocher auquel la tradition universitaire attribuait un âge fantaisiste de 3,5 milliards d'années).

Franceville est constitué en grande partie de deux grandes tribus : les Obambas et les Batékés dans les départements Lekoni et Lekori et les autres tribus allochtones (Doumou, Bawoubou) sont arrivées après.


Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Le Haut-Ogooué est divisé en 10 départements (chef-lieu entre parenthèses) :

Djoue (Onga)
Djououri-Aguilli (Bongoville)
Lekoni-Lekori (Akieni)
Lekoko (Bakoumba)
Lemboumbi-Leyou (Moanda)
Mpassa (Franceville)
Plateaux (Leconi)
Sebe-Brikolo (Okondja)
Ogooué-Létili (Boumango city)
Lékabi-Léwolo (Ngouoni)

Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Bongoville

Bongoville est une ville de la province du Haut-Ogooué dans l'est du Gabon. Elle est située à 31 km à l'est de Franceville et à 541 km au sud-est de Libreville. Sa population est estimée à 6 000 habitants en 2009.

Le peuplement de Bongoville se serait effectué dans le milieu des années soixante plus précisément en 1965 en réponse au lancement par l’État de sa politique de regroupement des villages.

Ambomo est le nom du site sur lequel Bongoville est installé. En fait, Bongoville est le regroupement d’un ensemble de villages situés dans une même aire géographique (les plaines accidentées des plateaux Batéké et une partie de la zone forestière dans le Centre Est du Haut Ogooué).

Les premiers établissements humains dans le terroir eurent lieu en 1964.

Bongoville est née du regroupement des villages de Léwaye, Obia 2, Assiami, Ekala ainsi que ceux situés le long des rivières Lekeye à savoir Lekeye 1, Lekeye 2 et Lekeye 3. Le rythme d’évolution du village s’est accéléré avec le lancement du chantier de construction de la route R16 devant relier Franceville à Leconi.

Sous l’impulsion du Député BONGO AYOUMA, le premier village à s’établir sur le site d’Ambomo était le village d’Obia avec comme chef BAMBA CASIMIR. Le second village fut celui de Lewaye avec pour chef ANTSIABI. Ces derniers occupèrent la zone de plaine située dans le sud du site. Vinrent ensuite le chef de Canton AGNOGH’ON et les chefs de Lekeye1 et de Djouori qui avaient respectivement à leurs têtes Simon NTSAGUI et KASSOUAGUI Bernard

Les derniers à s’implanter furent ceux de Lékèye2 avec pour chef NTOUKA Jean.

Afin d’instaurer un climat de convivialité et d’éviter tout conflit entre les habitants, il avait été décidé de rebaptiser le village « AMBOMO ». Le nom d’Ambomo fut remplacé en 1969 par BONGOVILLE. Cet événement eut lieu lors de l’arrivée de son excellence Albert Bernard BONGO.

L’appellation BONGOVILLE est une reconnaissance à l’œuvre du Chef BONGO Antoine, chef de Canton.

Selon les chefs des quartiers le choix du site actuel était lié à la volonté des autorités de voir les populations s’installer le long de l’axe routier qui devait relier Franceville à Léconi. C’est pourquoi Bongoville est étalé le long de l’axe routier R16. Le site d’Ambomo a été aussi choisi en raison de l’existence d’une plaine (Kabala k’Ambomo) et l’existence de nombreux cours d’eau dont la Djouori, l’Agnili, Ekessi et Okila.

À sa création chaque village avait gardé son fonctionnement ancien et restait sous l’autorité de son propre chef. Mais tous ces chefs étaient sous l’autorité du Chef de Canton WANGA AGNIONGHÖN. L’administration centrale quant à elle était représentée par M. Gorra sous-préfet du district. À cette époque le député du département était BONGO AYOUMA.

Le 25 avril 1973, Bongoville devient un Poste de Contrôle Administratif (PCA). Le 18 Décembre 1975, il est érigé en sous-préfecture. Le décret d’application n°12/75/PR - MI institua Bongovile en Chef-lieu de District dans le département des plateaux dont le chef-lieu était Léconi. En 1986, le Département de Djouori Agnili est créé et Bongoville instituée en Chef-lieu de Département.

En 1996 Bongoville devient une commune urbaine, c’est-à-dire une collectivité locale avec les prérogatives de personne morale de droit public dotée d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière.

Les villages ayant composé le vieux village d’Ambomo ont été transformés en quartiers. Cependant avec l’évolution du fonctionnement administratif du village : érection en district, sous-préfecture, préfecture et commune, ces quartiers ont conservé une administration traditionnelle à la tête de laquelle se trouve un chef de quartier. Ce dernier a pour successeur un membre choisi parmi ses descendants.


Enregistrez votre service, ou Hotel CLIQUEZ ICI


Samedi 31 Juillet 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 11699 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Février 2015 - 07:40 Gabon : Histoire : Jean-Hilaire AUBAME

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...