News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Habitat : Les lotissements d’Avorbam et de Bikélé livrés en septembre

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mardi 11 Mai 2010 à 13:15 | Lu 3411 fois



Gabon : Habitat : Les lotissements d’Avorbam et de Bikélé livrés en septembre
Les lotissements d’Avorbam (nord de Libreville) et Bikélé (sud) seront livrés en septembre prochain en vue de la construction des logements sociaux, a annoncé vendredi dernier le ministre gabonais de l’habitat, Rufin Pacôme Ondzounga lors de la visite des deux sites, rapporte le journal Gabon Matin, le quotidien d’information de l’AGP dans sa livraison de mardi.

Cette annonce de la livraison de ces deux chantiers, intervient au terme d’une visite au cours de laquelle, M. Ondzouga a touché du doigt l’état d’avancement des travaux qui, selon lui se déroulent normalement.

Sur les deux sites viabilisés, le ministre de l’Habitat a pu constater l’ouverture des voies d’accès et l’érection des plateformes prêtes à recevoir les logements.

Sur le site d’Avorbam, ce sont 300 logements qui sont prévus d’être construits et sur celui de Bikélé se sont 272 maisons qui sortiront de terre.

Selon le ministre Ondzouga, les bénéficiaires de ces lotissements seront en priorité les gabonais économiquement faible.

‘’Une base de données qui permettrait de recenser les demandes des personnes en quête d’habitation serait mis en place dans les prochains jours’’, a-t-il déclaré ajoutant que les déguerpis des différents quartiers de la capitale seront également prise en compte dans l’attribution des parcelles.

Ce vaste et ambitieux programme de viabilisation des parcelles initié par le ministère de l’Habitat touche également les chefs-lieux des provinces, où d’importants travaux de lotissement sont menés.

Le déficit en logements au Gabon s’accroît davantage. L’on évalue ce déficit à 160.000 pour une population de 1,5 million d’habitants.

L’obtention d’un crédit à la construction n’est pas à la portée du gabonais moyen. Selon certaines sources, le coût d’une maison la moins cher est de l’ordre de 15 millions de FCFA. Alors que le salaire mensuel d’un cadre moyen dans la fonction publique (le plus gros employeur du pays) ne dépasse pas 356.000 FCFA le mois.

En dépit de la création de plusieurs institutions de crédit d’aide à la propriété par les gouvernements de l’époque, elles n’ont jamais ou presque pas bénéficié à la majorité de la population en raison du coût très élevé du taux du prélèvement mensuel permettant d’accéder au crédit.

Il s’agit entre autre, du Compte du refinancement de l’habitat (CRH) ou du Fond du refinancement de l’habitat (FRH) des structures que le président, Ali Bongo Ondimba a décidé de dissoudre en mars dernier lors de son premier conseil des ministres délocalisé tenu à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon.

Mardi 11 Mai 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 3411 fois




1.Posté par aline le 11/05/2010 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
300 et 272 ! vaste et ambitieux programme pour notre vénéré président ! Quand on sait qu'un seul de ses hôtels privés vaut autant que ces maisons prévues depuis 2004 !

2.Posté par gdabord le 11/05/2010 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
loger les gabonais economiquements faible c'est bien mais comment allez vous rentabiliser le capital investi.en vu de la campagne pour les legislatives de 2011 vous commencez deja avec des projets qui ne penvent pas vivre à long terme.
pendant la campagne on nous avais promis 5 000 logements par an le compte n'y est pas

3.Posté par yacelio le 11/05/2010 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"ça commence à viendrir " mais dans ce projet on devrait demander à chacun de fournir un plan selon son goût pas un plan unique pour éviter que ça ne ressemble à des camps dortoirs comme avec les logement de la défunte SNI

4.Posté par LE TROGLODYTE le 12/05/2010 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment de qui se moque t- on que les gabonais se detrompent, le PDG DES BONGO s' enfiche eperdument des geremiades des populations sur cette cruciale question de logements sociaux. voyez vous 40 ans apres le PDG n' a pas reussi a loge la moitie de la population gabonaise. pour moi cest un echec patent que le gouvernement doit hater a reconnaitre publiquement a travers d' un mea culpa public!.

je pense pour ma part que pour convaincre la population de cette ambition en matiere de l' habitat , 3000 logement devraient normalement sortir de terre. cest possible chaque annee d' avoir ce taux de lotissement.

mais bon cest un Gabon a l'envers quand bien ces gens voyagent visitent les pays developes et les moins developpers, ils sont capables de faire meme de la copie collee. incroyable!


qui vivra verra.

5.Posté par Afirikara le 12/05/2010 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Depuis que les hommes sont devenus majoritairement sédentaires, la notion de propriété est née et le statut socila de l'être humain est resté conditionné par sa capacité à se loger. Ainsi une personne qui n'a pas du tout de logement est considérée comme marginale. Dans une moindre mesure, il en est de même pour la personne qui n'a pas un logement descent.
Au regard des données statistiques forunies, il y a un déficite de 150000 logements descents si la population gabonaise n'évolue pas en 30 ans, il faudra construire 5000 logements par an. C'est la politique émergente qui est servie au Gabon depuis 43 ans. Au regard de ces données, il est utopique de penser que la population restera stable en 30 ans sauf application des moyens techniques et scientifiques qu'on reconnait au système Bongo-PDG.
Pour résoudre ce problème de logements, il faut avoir un plan d'urbanisation à très long terme qui ne change pas au gré des humeurs de certains digérants politiques; ensuite octroyer des crédits immobiliers à des taux préférentiels ne pouvant dépaser 6%; pour octroyer ces crédits, les patriotes gabonais doivent rapatrier les biens mal acquis, volés, pillés ou "protégés" afin de redonner un souffle nouveau sur la liquidité. Les sommes évaluées sur les biens mal acquis sont astronomique soit 150 millions d'euros (150000000x650 fcfa).
Ci-dessous les informations diffusées Au total, sont répertoriés 33 biens (appartements, hôtel particulier et maisons) appartenant au Gabonais Omar Bongo ou à sa famille, et 18 autres dont le président congolais et ses proches sont propriétaires. Le patrimoine de loin le plus imposant concerne M. Bongo lui-même. Son nom est associé à pas moins de 17 propriétés immobilières, dont deux appartements avenue Foch (88 m2 et 210 m2) et un de 219 m2 lui aussi situé dans le 16e arrondissement. A Nice, une propriété « est constituée de deux appartements ( 170 m2 et 100 m2), trois mai sons (67,215 m2 et 176 m2) et d'une piscine », précise le procès-verbal. « Un chef d'Etat, en fonctions depuis quarante ans dans un pays pétrolier et qui a des revenus officiels importants, peut économiser suffisamment d'argent pour acheter plusieurs appartements à Paris, explique Me François Meyer, avocat d'Omar Bongo et de sa famille. Surtout avec les prix très bas de l'immobilier pratiqués il y a vingt ou trente ans. » Selon les policiers, le président Bongo dispose de quatre adresses distinctes à Paris. Ali Bongo, qui est son fils et aussi son ministre de la défense depuis 1999, est également propriétaire avenue Foch tandis que son épouse Edith possède deux immenses logements dans le 7e arrondissement, non loin de la tour Eiffel. De Nice à Neuilly-sur-Seine en passant - souvent - par le 16e arrondissement parisien, l'enquête recense aussi les propriétés de Jean Ping, ex-gendre d'Omar Bongo et actuel ministre des affaires étrangères, et d'autres fils du président gabonais comme Omar-Denis junior et Jeff, ainsi que de filles comme Audrey, Yacine Queenie, ou petite-fille comme Nesta Shakita

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...