News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Gouvernement : pourquoi Raphael Ngazouzet doit partir ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 22 Mai 2013 à 07:01 | Lu 5822 fois

Pour éviter que la République gabonaise ne soit traitée de «Ripoublique», les ministres cités dans les affaires de crimes rituels devraient suspendre leur participation au gouvernement et se mettre complètement à la disposition de la justice, même si, conformément aux textes en vigueur, ils bénéficient de la présomption d’innocence.



Gabon - Gouvernement : pourquoi Raphael Ngazouzet doit partir ?
Au lendemain de la marche -ou des deux marches- contre les crimes rituels le samedi 11 mai, le ministre délégué auprès du ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique, chargé de la Fonction Publique a été l’objet, la semaine dernière et sous l’œil des caméras de Gabon Télévision, d’une audition par le premier président de la Cour d’Appel de Libreville, Edouard Ogandaga.


Raphaël Ngazouzet a été entendu sur sa probable connaissance des faits relatifs à l’assassinat d’un ressortissant camerounais en janvier dernier dans une localité proche de Ndjolé dans la province du Moyen-Ogooué. Une première dans le pays. La justice a sans doute voulu montrer sa détermination à lutter contre les auteurs d’assassinats, de crimes crapuleux qui se déroulent quotidiennement au Gabon. Elle veut aussi, semble-t-il, en débusquer les commanditaires qui semblent être convaincus, comme le dit le Pasteur gabonais Max Alexandre Ngoua, que «le corps humain peut être un corps-fétiche ou un corps-marchandise pouvant amener la prospérité».

Présomption d’innocence

Bien entendu, il n’a pas été question, au cours de cette audition, d’une quelconque culpabilité de l’élu du département de la Lopé. Bien sûr, la justice rendra plus tard son verdict sur cette affaire pour laquelle d’autres auditions sont attendues, mais il serait moralement et intellectuellement bienvenu que le ministre délégué, Raphael Ngazouzet se retire momentanément des affaires pour aller préparer et produire ses éléments de défense devant la justice.

D’autres responsables politiques cités pour les mêmes faits devraient aussi être démis de leurs responsabilités avant de revenir à leurs postes, si leur culpabilité n’est pas prouvée. En novembre 2009, quelques jours après sa nomination au poste de directeur de cabinet du président de la République -poste important s’il en est au sein de l’appareil d’Etat- Jean-Pierre Oyiba avait démissionné pour se mettre à la disposition de la justice. Il fut blanchi par celle-ci, et, quelque temps plus tard, il avait été élu député à Franceville. Si son image dans l’opinion est positive, c’est bien en raison de l’acte de courage qu’il avait posé. En fait, au-delà de tout ce que l’on sait du fonctionnement de la justice, un tel acte donnerait un souffle nouveau aux relations entre les politiques, ou les élites en général, et la justice.

Sans condamner d’avance les personnalités citées, une telle démarche, faut-il penser, permettrait aux citoyens de redonner leur confiance à l’action publique et leur donnerait le sentiment d’être dans une société juste. Le Gabon se doit de franchir une nouvelle étape -une étape morale- dans la lutte contre les affaires de crimes rituels qui donnent à notre pays une image de nation vouée à l’irrationnel.

De la responsabilité du chef du gouvernement

Mais pour y arriver, il faut que le Premier ministre intervienne. «Il lui incombe en effet la responsabilité non pas de trancher, mais de saisir les membres du gouvernement cités dans ces affaires, car dans un pays où l’on démissionne rarement de ses fonctions, où l’on quitte difficilement de telles fonctions, on voit mal comment Raphaël Ngazouzet et les autres membres du gouvernement cités iraient spontanément remettre une lettre de démission au chef du gouvernement», comme l’affirme un député de Libreville avant d’ajouter qu’un Premier ministre «se doit d’avoir une certaine rigidité idéologique face aux ‘’affaires’’ auxquelles il a à faire face tout au long de son exercice du pouvoir. Il ne peut indéfiniment rester sans réaction face à ces affaires sensibles». Savoir prendre des décisions dans de telles situations est un bon principe de gouvernement.

Peu avant de quitter son poste à la Primature, Paul Biyoghé Mba avait demandé à son Garde des Sceaux de démissionner du gouvernement pour une affaire d’occupation illégale de parcelle à Alibadeng, mais heureusement pour Ida Réténo Assonouet qu’un nouveau Premier ministre avait été nommé quelques jours plus tard.

En fait, c’est aussi cela l’exercice de la démocratie. Le Président Barack Obama disait récemment que «la démocratie est rude, mais c’est le meilleur système pour permettre à chacun de réaliser ses rêves ou de se les faire retirer». C’est à Raymond Ndong Sima en tant que Premier ministre et détenteur -on l’imagine- d’un rapport sur les auditions déjà effectuées par les juges de leur demander de remettre leurs lettres de démission ou de les démettre du gouvernement. Cela montrerait à quel point les plus hautes autorités tiennent à l’honneur et à la dignité de la République gabonaise qui ne mérite pas d’être citée parmi les «Ripoubliques».

Gabonreview

Mercredi 22 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 5822 fois




1.Posté par scho le 22/05/2013 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et comme le ridicule ne tue point au Gabon, l’on peut se permettre de faire une mise en scène médiocre avec les acteurs d’une piètre qualité.
Il y a quelques jours, la mère des chaînes des télévisions gabonaises dans son édition principale d’information, diffusait un élément sur l’audition à domicile du ministre délégué à la fonction publique Raphaël Ngazouzé par les magistrats. Qui semble-t-il a été cité dans l’affaire du meurtre à caractère fétichiste d’un sujet camerounais à Ndjolé.
Honnêtement qui est fou pour croire à une histoire qui a une fois de plus jeter un discrédit plus qu’humiliant sur notre cher pays ? Mesdames et messieurs les magistrats au domicile du sieur Ngazouzé pour essayer de démontrer que le chef de la magistrature suprême attache du prix à son allocution du 11 mai après la marche des victimes et potentielles victimes des crimes de sang et surtout à caractère fétichiste au Gabon. Quelle honte pour notre chère patrie dans le concert des nations. Si cette pièce théâtrale semble satisfaire ses auteurs, elle reste néanmoins nauséabonde pour les spectateurs auxquels elle était dédiée. Sinon comment expliquer qu’une justice qui se veut sérieuse fasse appelle aux médias pour aller auditionner un présumé innocent de surcroit à son domicile ? son titre de ministre a-t-il prévalu au-dessus des autres citoyens qui effectuent le déplacement du palais de justice ?
Une initiative maladroitement construite car, même le plus inculte des gabonais a pu comprendre que cette affaire entre amis était bien boutiquée avant de passer à l’acte. Pour preuve, le commun des gabonais ne trouve aucune explication à l’intervention du conseiller juridique du ministre de la justice, qui après diffusion de ladite pièce théâtrale aux antennes de Gabon Télévision est venu se rependre en explication afin de tenter de sauver de l’acteur principal qui n’est personne d’autre que Rigobert Ikambouya Ndeka, largement cité par ses proches et sbires dans les affaires criminelle dans l’Ogooué Ivindo. Raphael Ngazouzé apparu quant à lui dans ce filme afin de préserver le solda Rigobert Ikambouya Ndeka acculé de toutes parts pour être selon certaines mauvaises langues ‘’ le grossiste des pièces détachés’’.
Un autre raté de ce déchet cinématographique gabonais du siècle, l’absence de l’audition de Rigobert Ikambouya dans cette scène. Ce redouble marchand des pièces détachées dont la notoriété à traversé les frontières de la sous-région de l’Afrique noire. Faut-il conclure que le metteur en scène a eu peur des représailles de la ‘’ Mama’’ alias la diva de la musique gabonaise ? Le soutien inconditionnel de l’anthropophage
Aussi ce grand absent, suscite de nombreuses interrogations. Dont la principale est celle de savoir pourquoi cette forte domination du roi de l’OPRAG sur les forces de sécurité ? Les magistrats ? Et sur le chef de l’Etat ?
Pour tenter de répondre à cette question, certains auditeurs nous ont renvoyé à nos souvenirs. En nous posant ces questions : où s’est passé le premier conseil des ministres de l’ère Ali Bongo ? Réponse à Boué (Lopé) allez y comprendre.
Deuxième question : lors de la caravane dénommée ‘’ Gabon profond’’, la première Dame s’est arrêtée où ? La réponse est la même et sous les auspices du même auteur.
Troisième question : où le chef de l’Etat a-t-il passé la nuit lors de cette caravane dite Gabon profond ? La réponse reste toujours la même et sous la protection de ce même protecteur.
Quatrième question : où le chef de l’Etat a-t-il été initié aux prétendus rites de chez nous par les Babongo ? La réponse reste la même.
Ce sont réponses qui peuvent expliquer l’invulnérabilité de Rigobert Ikambouya Ndeka face à la justice de notre pays. En somme le ministre Raphael Ngazouzé, est le bouc émissaire qui devait sauver ce criminel qui a choisi pour autre métier assassiner ses semblables, les dépouiller de leurs organes vitaux puis les revendre à cette bande d’incompétents qui espère briller par les pratiques d’un autre âge.

2.Posté par la CPI le 22/05/2013 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Informations importantes sur les crimes rituels et économiques au GABON

Depuis l’arrivée du fils adoptif d’El Hadj Albert Bernard Bongo à la tête de l’état gabonais le 29 Septembre 2009, le GABON a connu une augmentation sans précédent du nombre des crimes rituels sur son territoire.
Les média internationaux ont fait un large écho international de ce phénomène (RFI, TF1, Africa N°1, écho du nord, l’union, Gabon TV, Africa24, Jeune Afrique, yotube, gabonlibre.com, gabonreview.com, etc.).
Il y a un sentiment de frustration et de désarroi par rapport à la communauté internationale. Les anciennes colonies françaises sont les seules à pratiquer ce genre de crimes sur la scène internationale pour pouvoir maintenir en condition opérationnelle la domination des territoires coloniales encore riche en matière première stratégiques par la France. Or les grands dragons (chine et japon) n’ont pas eu recours ni à l’esclavage ni au pillage séculaire des matières premières sur la planète pour se développer et larguer la France sur tous les plans (militaires, spatiales, technologiques et commerciales). La chine a lancé le premier engin spatial qui a fait le tour du monde en 2000 et est la troisième puissance dans la conquête spatiale au monde. L’Europe réunie ne pourra jamais atteindre l’espace avant 100 ans !
Les dettes des pays européens sont abyssales et les populations sont extrêmement vieillissantes. La pression fiscale, la charge sociale et le déficit démographique ne peuvent trouver un remède avant 100 ans en Europe !
Revenons à nos moutons, donc en maintenant depuis 100 ans la base militaire de Libreville, la France est le principal responsable des crimes rituels infligés aux populations gabonaises sous couvert de la franc-maçonnerie qu’elle a développé au Gabon. Rappelons nous que c’est François STEPHANY qui a intronisé ALI BONGO ONDIMBA comme grand architecte de l’univers au GABON le 30 novembre 2009, d’où la culpabilité de la France dans ce phénomène observable uniquement en Afrique noire francophone.
En sillonnant tout le GABON on se rend vite compte pour quoi les bongos continuent à régner depuis 50 ans sur la terre gabonaise.
En effet les peuples d’Afrique centrale sont encore des vrais esprits faibles et des vrais pleutres du moyen-âge. Ils ont encore dans leur gène les séquelles de la colonisation. Ils sont des peuples assimilés qui croient dans leur âme à l’existence d’un Dieu sauveur et juge des turpitudes des bongos. Si on leur pille leurs richesses ils croient que Dieu fera la justice au ciel, donc Omar Bongo des plateaux serait en jugement dernier avec leur Dieu apporté par les colonisateurs au ciel bien qu’en occident les jeunes des années 70, n’y vont plus dans les églises car il s’agit en fait d’un dieu empirique qui rode dans les esprits faibles des peuples noirs d’Afrique francophone.
Ce dieu apporté par le colonisateur est le responsable de l’impuissance des peuples noirs francophone. Le nègre d’Afrique noir francophone est dans l’incapacité mentale de se rebellé. Tu peux lui pisser dessus, il ne se vengera point, il croie en son dieu suprême qui réglera sa situation après la mort. Donc, en ce qui concerne la vie sur terre, les bongos ont les cartes blanches, ils peuvent voler, ils peuvent faire végéter une population de 1 million d’habitants. En tout cas, ils n’ont aucun souci à se faire tant que le colonisateur n’a pas fini de piller les richesses à ciel découvert. Ces colonisateurs sont pauvres technologiquement car ils n’ont pas la capacité de faire des explorations sous sol, ils se contentent des richesses à même le sol peu cher.
L’introduction de la franc-maçonnerie en Afrique n’est pas justifiée par des préoccupations de développement de ses contrées, mais plutôt pour pérenniser le pillage des ressources minérales en plaçant à la tête des états, des présidents d’origines douteuses. Tous les postes ministériels ou de directeurs généraux dans l’administration ou dans les entreprises para étatiques sont sous le contrôle de la franc-maçonnerie. Certains postes dans le privé sont sous contrôle de la FM. Le but de la FM est d’empêcher le développement de l’Afrique francophone afin que celle-ci ne concurrence pas la métropole. Les ministres et les DG sont humiliés à longueur de journée par la FM. Ils sont menacés de mort par les exigences sécrètes maçonniques. Ils doivent sacrifier les membres de leur famille pour continuer de bénéficier des avantages de leur poste. Ils sont pour la plus part entre le marteau et l’enclume : Fort endettement, envoi des enfants en occident, multitude de maîtresses à problèmes, pression pécuniaire de la part de la famille désœuvrée. En tout le maintien du poste de ministre ou de directeur a un prix. Le DG ou le ministre n’a pas le droit de faire du business avec l’argent récolté, il a l’obligation de faire du social c-à-d de partager aux populations démunies afin de faire la promotion du chef de l’état. La franc –maçonnerie sert à enrichir l’individu mais aussi à faire prospérer l’organisation sécrète en versant des cotisations abyssales. Il est souvent demander à certains DG de payer 1 milliard. C’est le cas du TPG, du directeur de budget ou de la douane. Tout franc-maçon qui refuse de s’exécuter dans la quête des sous est souvent retrouvé assassiné. Un DG qui refuse de rentrer dans la franc-maçonnerie est souvent chassé hors du territoire national par le biais du réseau franc-maçon. La franc-maçonnerie cessera au Gabon quand la France prononcera son désengagement par média interposé.
Tant que les matières premières au Gabon ne nécessitent pas un lourd investissement, la franc-maçonnerie aura des beaux jours devant elle.
N’accède au bonheur en Afrique francophone que celui qui tue.
Les gabonais instruits qui sont rentrés au bercail commencent à comprendre les enjeux de la franc-maçonnerie dont le but est le harcèlement moral et mental des jeunes cadres de l’Afrique francophone. Dès que vous seriez nommé DG, le lendemain vous recevrez deux plumes sur votre bureau. C’est une invitation à adhérer à la loge. Si vous ne réagissez pas au bout d’un certain temps, ils vont vous coller une faute professionnelle afin de mettre fin à votre période d’essai dans la boîte.

Sur tout autre plan, vous devriez savoir que le crime rituel est un crime contre l’humanité prescriptible pendant 30 ans. Si les tribunaux locaux ont fait preuve de légerté blâmable dans le jugement, alors la jurisprudence internationale revèle que le crime rituel peux être juger dans un tribunal international comme la CIJ ou la CPI. Si l’affaire est vieux et que les auteurs soient décédés, leur héritiers légaux sont poursuivables conformément à la loi (leur fils, leurs femmes, leurs parents, leur héritiers etc .. ). Donc si le tribunal de LBV se croie suprême en tout, la CPI peux sanctionner le tribunal local qui n’est pas aller jusqu’au bout ….

3.Posté par Jeanine MIKALA le 22/05/2013 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BRAVO LES 2 PREMIERS POSTES , RIEN A DIRE TELLEMENT NET ET CLAIRE
LE GABON A DU POTENTIEL MAIS FAUTE DE COURAGE OU D'INTIMIDATION DES BONGO SATAN , NOUS N’OSONS AUCUN ACTE QUI VISE A LIBÉRER LE GABON.
NOUS SOMMES MÊME INCAPABLE DE RÉGLER LES COMPTES A CES ASSASSINS POURTANT CONNU DE TOUS

4.Posté par Monefang le 23/05/2013 04:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@la CPI, scho, vous avez mon soutien, le Gabon dispose des génies. Mais malheureusement ces génies sont anéantis par la France raciste-parasite et inculte.

5.Posté par gobame1 le 23/05/2013 05:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel tristesse, il est temps de denoncer brutalement cette betisse de Crime rituel!! A cause d'une prado et d'un petit luxe des gens tuent des innocent. Je vous invite tous a Jesus Christ de Nazareth, il vous protegera!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...