News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Gouvernement Ona Ondo III : Des ministres sans bureaux ni moyens de travail

Le site de la Liberté - gabonreview le Mercredi 25 Novembre 2015 à 07:26 | Lu 2384 fois

Décliné le 11 septembre dernier, le 3è gouvernement Ona Ondo compte des ministres n’ayant jusqu’ici pas de bureaux et autres commodités relatives à la fonction alors que certaines sources soutiennent qu’ils ne sont pas toujours payés.



Un remaniement gouvernemental ne saurait être un accident aux effets inattendus. Le chef du gouvernement ou le chef de l’Etat qui le prépare, dans le cas du Gabon, doit coller au principe selon lequel «gouverner c’est prévoir». Ce qui n’a pas du tout été le cas pour ce qui est de la mise en place, le 11 septembre 2015, de l’actuel gouvernement Ona Ondo.

Sans avantages ni attributs du pouvoir

En effet, plus de deux mois après leur entrée au «cénacle», bon nombre de ministres promus n’ont toujours pas les avantages et attributs de leur nouvelles fonctions : ni bureaux, ni personnel de cabinet, ni véhicules de fonction, ni personnel domestique (chauffeurs, aides de camps, etc.). De plus, «ils ne peuvent embaucher parce qu’ils n’ont pas d’argent pour payer… pas de salaires depuis leur entrée au gouvernement», indique une source du secrétariat général du gouvernement.

Les choses ne sont pas identiques selon que le ministre en sursis figurait dans le précédent gouvernement, qu’il y entre pour la première fois, que le département lui ayant échu ait été subdivisé avec une nouvelle dénomination ou qu’un sous-département (ministre délégué) y ait étét nouvellement créé. A titre d’exemple, Pastor Ngoua N’Neme, précédemment ministre de l’Economie numérique, de la Communication et de la Poste, a conservé les bureaux de la rue du Marquis de Compiègne au centre ville, jusque-là siège du ministère de la Communication. Ce qui a contraint Alain-Claude Billie-By-Nzé, nouveau ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, à se débrouiller. Sa proximité avec le chef de l’Etat et son entregent lui ont permis de bénéficier et s’installer dans les anciens locaux de la vice-présidence, à côté du palais présidentiel.

Ainsi, jusqu’à un passé récent, de nombreux ministres étaient ou sont toujours sans domicile fixe. «Gabriel Tchango, par exemple, nouveau ministre d’Etat en charge de la Pêche et de l’Elevage, n’a pu trouver que depuis deux semaines un repaire à l’immeuble des Eaux et Forêts, sis au boulevard Triomphal Omar Bongo. Avant cela, il siégeait dans le bureau occupé auparavant par le directeur général de la Pêche dans le même immeuble», soutient un haut fonctionnaire de ce département

L’Etat est à la maison

Outre les deux précités, près d’une dizaine de ministres étaient dans cette situation il y a quelques jours encore, parmi lesquels Flavien Nzengui Nzoundou (3è vice-Premier ministre en charge de la Formation professionnelle et de l’Insertion des jeunes), Guy-Bertrand Mapangou (ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques), Nicole Assele (ministre délégué auprès du 3è vice-Premier ministre), Chantal Mebale (ministre déléguée auprès du ministre du Développement durable, de l’Economie et de la Promotion des investissements et de la prospective), Irène Lindzondzo (ministre déléguée auprès du Ministre du Commerce, des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat, du tourisme et du développement des services) ou encore Jean-Sylvain Bekalé Nzé (ministre délégué à l’Urbanisme).

La situation concerne surtout les ministères nouvellement créés mais aussi les anciens départements n’ayant jusque-là pas de ministres délégués, «les bons bureaux étant ici occupés par les secrétaires généraux, les directeurs généraux, etc. Des ministres sont donc à maison. L’Etat est à la maison. Résultat des courses : les affaires d’Etat se gèrent ou cohabitent en flagrante promiscuité avec les scènes de ménage. Parce que moi-même j’ai assisté à des audiences accordées à des hautes personnalités étrangères dans les domiciles, les salons privés, les appartements matrimoniaux», s’indigne un ancien conseiller en communication de ministre, avant de noter que certaines nominations au sein des nouveaux cabinets ministériels ne sont intervenues que la semaine dernière. «Mais le plus dur et incompréhensible reste le fait que ces ministres n’aient pas de salaires», indique un jeune fonctionnaire, bien introduit, du ministère du Budget et des Comptes publics, avant de s’interroger : «mais, de quoi vivent-ils ? Comment font-ils quand on sait qu’au Gabon, l’entrée au gouvernement est synonyme de gros revenus qui génèrent donc une montagne de sollicitations»

Le ministère du Budget et des Comptes publics, mais aussi le secrétariat général du gouvernement travaillent à remédier au plus vite à cette situation. Selon des sources concordantes, une mission a été commise à l’identification de bâtiments ou immeubles susceptibles de répondre aux besoins tandis que l’opération pour l’équipement en mobilier et matériels de bureau des cabinets ayant trouvé un gîte se poursuit. L’émergence à la gabonaise fonctionne. Elle sauvera le pays.

Mercredi 25 Novembre 2015
gabonreview
Vu (s) 2384 fois




1.Posté par insurrection le 25/11/2015 07:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est le Gabon émergent du PDG que voulez vous alors que vous aviez une seul solution pour s'en débarrasser c'est une insurr....................ection

2.Posté par MOKOUKOUET le 25/11/2015 08:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J’ESPÈRE QU'AVEC DES TELS ATTITUDES ILS DEMITIONNERONT DU PARTI DANS LES COULISSES PENDANT LES SEYDOU KAN ET ACROMBESSI DETOURNENT NOTRE ARGENT ET DEVANT NOUS, NOS MINISTRE NE SONT PAS PAYES C'EST GRAVE ! AH MON DIEU TOUCHE LE CŒUR D'UN MILITAIRE GABONAIS POUR ALLUMER LE FEU ET FAIRE ÉTEINDRE CE RÉGIME

3.Posté par L''enfant du Pays le 25/11/2015 09:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien fait pour ces idiots de Ministres promus de ce gouvernement aux abois. Pourquoi ne démissionnent-t-ils pas? Pourquoi accepter des missions sans aucun moyen de les accomplir? Cela démontre la profondeur et la gravité du malaise.

4.Posté par NDONG MINKO le 25/11/2015 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces ministres sont pourtant payés aux gros salaires qui ne viennent pas du budget du PDG, mais du trésor publique. Cette gabegie sera payée un jour. Nous avons vu beaucoup de pays gérés de la même manière procéder à la saisie des biens de certains barons de l'ancien pouvoir présumés instigateurs des détournements et de blanchiment de fonds publiques.

5.Posté par elabane le 25/11/2015 12:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C''est le résultat d''un élargissement inutile du gouvernement juste à des fins électoraliste. Alors que les précédents gouvernements n''ont pas fait mieux ce n''est pas en ajoutant de nouveaux membres que se sera le cas.

6.Posté par mabika le 25/11/2015 23:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j ai mon un ami qui est pâtissier il fais les gâteaux de mariage et d anniversaire num whatsaap:05926736

7.Posté par Vision le 26/11/2015 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NDONG MINKO Paul a raison. Ali Bongo envoi un milliard de FCFA pour les élections en Centrafrique pendant que ses ministres souffrent. C'est très bien Mr Ali Bongo, bravo pour ce manque de réalisme..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...