News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Germes de dissidence politique dans le Haut-Ogooué

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 9 Février 2013 à 08:22 | Lu 1756 fois

On note dans la province d’origine du président Ali Bongo, le Haut-Ogooué, quelques velléités oppositionnelles, mais aussi des promotions pouvant traduire la volonté de calmer les choses. Un chef d’État a-t-il, cependant, besoin d’un fief politique de dimension provinciale ? Ne l’enferre-t-on pas ainsi dans des combinaisons d’arrière-garde ?



Gabon : Germes de dissidence politique dans le Haut-Ogooué
Depuis le coup de gueule d’Anicet Adnan Bongo Ondimba, frère cadet du président Ali Bongo, qui a appelé, en septembre dernier, à une concertation nationale et dénoncé les dissensions au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) et de la majorité, les frustrations et prises de position se sont exacerbées dans la province du Haut-Ogooué dont est originaire le président de la République.

Dans la dernière livraison du média confidentiel La Lettre du Continent (n°652) on lit à ce sujet que «Tout en se targuant d’être un président d’ouverture, Ali Bongo est rattrapé par de vives tensions au sein du PDG, ainsi que dans son fief du Haut-Ogooué. S’estimant marginalisés par Ali Bongo, plusieurs barons du Parti démocratique gabonais (PDG) originaires du Haut-Ogooué, fief historique des Bongo, se sont mis en retrait du parti au pouvoir. Certains d’entre eux pourraient même rejoindre le mouvement que lancera, courant février à Libreville et à Paris, un des leurs, Félix Bongo, fils de Martin Bongo, ancien ministre des Affaires étrangères et cousin d’Omar Bongo. L’objectif est de susciter d’autres dissidences au sein du PDG en vue d’affaiblir la formation au pouvoir à l’approche des élections municipales prévues fin 2013.»


Si la province du Haut-Ogooué a toujours été le bastion politique des Bongo, on note en effet que de nombreux piliers du régime qui en sont originaires sont devenus des désœuvrés de luxe pour avoir été écartés des affaires depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo. Les extrapolations à ce sujet vont d’ailleurs bon train. Il se murmure notamment que la ville de Franceville ne s’est jamais remise de l’attribution du poste de 6e vice-président de l’Assemblée nationale à un ressortissant de Ngouoni, Idriss Ngari, alors que ce fauteuil est toujours revenu à un ressortissant du chef-lieu du Haut-Ogooué.

De même, les supputations indiquent le changement de camp, peu ou prou, de certains grands acteurs politiques de la province. En ce sens, on glose sur le refus de Jean-Boniface Assélé, oncle d’Ali Bongo, de prendre la parole lors du meeting de la majorité, le 15 septembre 2012 au Jardin botanique, à Libreville. On murmure que l’ex-député de Moanda, Jean-Valentin Léyama, et Célestin Bayogha, ancien ministre, auraient repris langue avec Zacharie Myboto ; que Jean-Marie Adzé, ancien ambassadeur du Gabon en France, lorgne du côté de l’opposition ; que Paul Toungui, ancien ministre des Affaires étrangères et époux de Pascaline Bongo, préparerait avec René Ndemezo’o Obiang leur sortie du PDG ; qu’en souvenir de son amitié avec feu Pierre Mamboundou, Antoine Yalanzèle (ex-DG de la CNSS) ne rechignerait pas à rejoindre l’aile «loyaliste» de l’UPG ; que Luc Marat Abyla se plaint en privé de ce «Petit-là», ainsi qu’il appellerait Ali Bongo.

Il se raconte également que le PDG aurait du mal à conserver ses militants les plus politisés de la province : les populations du triangle Moanda-Mounana-Bakoumba afficheraient leur sympathie pour l’Union nationale, le parti pourtant interdit de Zacharie Myboto, tandis que les dernières sorties publiques du général Idriss Ngari dans le département de la Lékabi-Léwolo (Ngouoni) ont été un véritable fiasco.

«Pour mieux remédier aux dissensions dans le Haut-Ogooué, Ali Bongo compte enfin sur les interventions de sa propre mère, Patience Dabany, Téké d’Akiéni. Une mission délicate tant les clivages entre les Tékés du Nord (Onga et Akiéni) et ceux du Sud (Léconi-Bongoville-Franceville) sont aujourd’hui exacerbés», indique La Lettre du Continent. Toutefois, si certains anciens barons de la province sous Omar Bongo sont littéralement mis au ban, le pouvoir semble avoir entrepris un renouvellement des forces de cette région. On note à ce sujet que les derniers Conseils des ministres ont ramené des cadres du Haut-Ogooué au-devant de la scène : Paul Steeve Ondzounga, PCA de l’Office national de développement rural (Onader) ; Basile Essiélé, directeur général de la même structure ; François Oyabi, directeur général de la Compagnie nationale de navigation intérieure (CNI).

Les cadres du Haut-Ogooué sont donc de plus en plus nombreux aux manettes des entreprises publiques. En plus des régies financières tels que la Douane et le Trésor, ils étaient déjà à la tête du Conseil gabonais des chargeurs avec le PCA Lucchéri Gayila et le directeur général Liliane Ngari, le Centre de développement des entreprises (CDE) avec Alfred Nguia Banda, directeur général, et l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex) avec Nina Abouna, directeur général, et Lin-François Madjoupa, directeur général adjoint, ainsi que la SNI et la Caistab. Autant d’officiers politiques de réserve qui pourront, le cas échéant, être appelés dans l’arène.

A l’origine de la notion de bastion se trouve l’idée de fortification dans un système de défense et, par extension, d’un centre de résistance inébranlable pour un mouvement d’idées ou d’opinion. Le bastion politique traduit donc l’esprit de résistance d’une commune, d’une circonscription, vis-à-vis d’un environnement dominant adverse. Dans ce cas, à quoi la province d’origine du président de la République doit-elle résister ? Connu pour être quelqu’un de totalement détribalisé, le président Ali Bongo a-t-il vraiment besoin d’un bastion politique provincial ? Son fief n’est-il pas le pays tout entier ? Dans un régime qui repose sur le suffrage universel, ne suggère-t-on pas une limitation de l’exercice démocratique lorsqu’on entretien un fief politique ? Aussi, la naissance ou l’existence d’une opposition dans la province d’origine du président de la République devrait être un fait normal, sinon banal.

Gabonreview

Samedi 9 Février 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1756 fois




1.Posté par Min''''toler le 09/02/2013 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Qui vivra verra bien/pour le moment regardons les Bongo et leur PDG se neutraliser.

2.Posté par Abek le 09/02/2013 12:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien tout ca. En realite, Ali sait certainement que sa province natale ne pese pas lourd sur le plan democratique. Gagner le HO meme a 100 pourcent ne vous assure rien dans une election presidentielle. Il l'a bien verifie en 2009.

3.Posté par AYACOMA DES HAYACOMA le 09/02/2013 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT BUTER LE BIAFRAIS ET SES SBIRES,C'EST NOTRE DERNIER RECOURS!

4.Posté par NGARI le 09/02/2013 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on lui demande de travailler et non de faire la promotion des memes sangsues roitelettes maconnes qui nuisent a tout l ensemble du pays

5.Posté par OYIMA le 09/02/2013 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est nous G2 qui allons chasser ojoukou ali ondimba de son trône,et dans très bientôt car on en a marre .

6.Posté par dworaczek-bendome le 10/02/2013 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Certains courberont la tête ou leurs descendances changeront de nom.

En effet, l'égoïsme qui sort de cet article est affligeant, le comportement des originaires, plutôt des élites fait mal. Ils se plaignent parce qu'ils ne bouffent plus sur le dos du peuple. Le fils de martin Bongo et les autres sont prêts en découdre parce que le gâteau est maintenant dans les mains des autres.

Tout ce beau monde est prêt à créer soit des partis ou des mouvements de dissidences non pas pour le bien des populations ou du pays mais uniquement pour leurs intérêts personnels.

Heureusement par rapport, à d’autres gabonais, j’ai vécu dans le haut Ogooué, et j’ai entendu, vu ce que que d’autres populations à l’exemple des « doumou » de Franceville, qui se plaignaient quand Joséphine bongo détruisait son hôtel à peine construit à coté de sa grande maison de franceville, parce ce que cela l’empêchait d’admirer la vue alors qu’à quelques mètres de là, des populations vivaient dans les bicoques.
Des millions jetés à la poubelle pas pour tout le monde puisque la société chargée de la construction, une filiale de « sodiex » bien connue dans cette région, se frottaient les mains, elle fournissait aussi le matériel de construction.

En lisant de tels articles, nous devons éviter de faire les amalgames, tout comme au nord, au sud, à l’est à l’ouest et au centre, ne confondant pas ces gens à nos simples frères. Ils sont comme nous, ils souffrent eux aussi, ce n’est aux habitants la haut-Ogooué qu’ils faut en vouloir mais uniquement à ces montres d’égoïsmes qui sont au-dessus d’eux.

7.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 10/02/2013 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article que "Gabonreview" a brillamment recopié sur un article paru dans "Echos du Nord" (sans citer leur source, et ça c'est du vol !), rappelle simplement qu'Ali Bongo n'a toujours pas habité la fonction présidentielle. Tout au plus gère-t-il les finances du Gabon (avec son immunité), nos forces de défense et de police (avec Opianga et toutes ces sociétés de sécurité qui fleurissent). Pour le reste, Ali Bongo démontre son incapacité à mettre toutes ses troupes narcissiques au pas. Devant lui, personne ne bronche. Derrière lui, on se fout de sa gueule ! Là, paraît-il c'est Luc Marat Abila qui l'appelle "Le Petit-là", ailleurs Ali Bongo est dit "spirituellement mort" ou bien surnommé la "Popote" (en référence à son popo qui "frotte" maintenant...)

8.Posté par NGARI le 11/02/2013 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A quoi bon des coups de gueules pour des interets personnels si l harmonie et la sympathie pour l injustice de la super-ethnie du gabon, qu est cette aristocratie maconne et leur allié le corps armé , demeure.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...