News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon – Germain Ngoyo Moussavou : « Remettre en cause la filiation du président est inique »

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 15 Avril 2016 à 01:42 | Lu 2978 fois

Germain Ngoyo Moussavou est ambassadeur du Gabon en France, il est aussi l'ex-président du groupe parlementaire du parti au pouvoir au Sénat. Il est revenu pour Jeune Afrique sur l'actualité politique de son pays à l'approche de la présidentielle d'août.



Jeune Afrique : Le président de l’Assemblée nationale a démissionné. Que vous inspire ce départ ?

Guy Nzouba est un citoyen libre qui a adhéré au PDG parce qu’il y avait un intérêt. Il le quitte parce qu’il n’y trouve plus son intérêt. Je ne crois pas que cela mérite plus de commentaires.

Cela dit, ce n’est pas la première fois qu’on enregistre la démission d’un président de l’Assemblée nationale. Dans les années 1990, Jules Ogouliguendé a démissionné du perchoir et du PDG, a fondé son parti et en 1993, s’est présenté à la présidentielle contre Omar Bongo. La pratique est courante au Gabon. Quand on vous enlève vos privilèges, vous claquez la porte et, parfois, vous revenez lorsque la situation s’arrange.

Sauf que dans ce cas, on a l’impression d’un mouvement concerté. Les départs sont nombreux…

À l’époque aussi il y avait beaucoup de défections. On a l’impression qu’ils veulent affaiblir le parti, voire provoquer une implosion. Mais là aussi, il n’y a rien de bien nouveau. En 2009, on a enregistré des départs après les primaires organisées au sein du PDG. Tous les rivaux du président actuel sont partis et se sont présentés contre lui. On avait déjà dit que le parti ne survivrait pas. Je constate que le PDG est toujours debout et majoritaire à l’Assemblée et dans les conseils municipaux.

Tout cela n’est que de l’écume. Le PDG est solide et se rangera derrière le candidat qu’il s’est choisi
L’impact de ces départs ne vous inquiète donc pas ?

Tout cela n’est que de l’écume. Le PDG est solide et se rangera derrière le candidat qu’il s’est choisi. Nzouba est parti avec 12 députés. Le parti au pouvoir compte 113 députés (sur les 120 députés de la chambre). On en déduit qu’il reste plus de 100 députés au PDG. Sitôt la démission de Nzouba annoncée, le chef de l’État a reçu les députés de l’Assemblée à la présidence. Ce jour-là il y a avait 95 députés. Deux d’entre eux étaient malades mais auraient bien voulu être là. Reste les 3 députés indécis, qui vont peut-être basculer ou pas. Il n’y a donc pas de raison d’être inquiets.

N’est-ce pas le signe évident d’un malaise au sein de la majorité ?

C’est une interprétation possible car les querelles intestines peuvent être gênantes. C’est aussi le signe d’une vraie liberté de parole et de conscience. Mais vous savez, pendant longtemps, je me suis demandé pourquoi le président avait anticipé l’annonce de sa candidature parce qu’il aurait pu attendre, comme tout le monde, le dernier moment pour dévoiler ses intentions. Mais je comprends mieux maintenant, il a obligé les loups à sortir du bois et tous ceux qui avaient des ambitions se sont montrés au grand jour.

Vous parlez de querelles intestines. À quoi sont-elles dues ?

Vous constaterez que c’est une certaine génération dont la moyenne d’âge se situe autour de 75 ans qui s’agite. Si on regarde de près, c’est souvent une catégorie de responsables du parti qui ont perdu leurs privilèges. Et qui sont contre le renouvellement générationnel à l’intérieur du PDG. Comme ils n’y ont plus d’intérêt, il s’en vont…

Le président a mis fin aux privilèges de certains. Et ces gens-là n’acceptent pas de laisser la place aux jeunes
Donc, vous estimez que les baronnies luttent pour leur survie ?

Oui. Le président a mis fin aux privilèges de certains. Et ces gens-là n’acceptent pas de laisser la place aux jeunes. Ceux qui aujourd’hui s’opposent au renouvellement ne seraient pas devenus ce qu’ils sont devenus si leurs aînés s’étaient accrochés ! Ils ruent dans les brancards alors qu’ils ont profité du départ de leurs aînés, qui étaient aux affaires à la naissance du parti, à l’instar des fondateurs tels que Jean Stanislas Migolet, Paul Gondjout ou Georges Damas-Aléka.

Jean Ping demande la disqualification du président en s’appuyant sur la polémique relative à son acte de naissance. Qu’en est-il ?

Il ouvre une boîte de pandore dont les effets malfaisants pourraient le rattraper lui-même. J’ai du respect pour Monsieur Ping. Pour quelqu’un qui a occupé des fonctions aussi éminentes, tenir ce genre de discours dans le but d’atteindre un objectif politique est extrêmement dangereux.

L’opposition veut se mobiliser pour faire de cette affaire d’acte de naissance une question préélectorale cruciale …

Tout ça est consternant. La politique ne permet pas tout ! Je ne puis croire que des politiques gabonais nous imposent ce débat inique. C’est connu, quand on n’a plus d’arguments face à l’adversité politique, on convoque les questions identitaires, le sang pur, etc.

Moi-même, quand je suis allé en campagne pour me faire élire sénateur, certains m’ont qualifié d’étranger parce que je viens de la Nyanga frontalière avec le Congo. Ali Bongo Ondimba est un Batéké de Bongoville par son père et d’Akiéni par sa mère, point final.

Des requêtes ont été déposées devant les tribunaux. Où en sont les procédures ?

À la suite de la requête introduite à Nantes, Mukagni Iwangou, président du Front uni de l’opposition pour l’alternance (Fuopa) et Maganga Moussavou en son nom personnel, ont même enjoint le 15 juin 2015 la présidence française de confirmer l’authenticité de l’extrait de naissance délivré à Nantes.

Un mois plus tard, la France leur a répondu qu’aucun doute ne saurait exister quant à l’authenticité de l’extrait de l’acte de naissance délivré par le service d’état civil de Nantes. Reste qu’ils n’ont toujours pas dit à leurs militants qu’ils ont échoué.

Robert Bourgi a donné une interview à France 24 dans laquelle il déclare qu’Ali Bongo a été adoubé par la France, et que le Gabon est une « dictature »… Quel est votre sentiment sur ce sujet ?

Le Gabon a été pendant longtemps pour maître Bourgi une sorte de sorbetière. Tous les matins, il avait sa glace. Les nouvelles autorités gabonaises ont commis le crime de lui retirer sa sorbetière. Il n’a plus sa glace. Du coup il n’est pas content et a fait du chef de l’État gabonais une cible. Je trouve son comportement déplorable. La Gabon n’est pas une dictature. Il n’y a aucun prisonnier politique. La liberté chez nous est la règle. Il dit que la France a adoubé Ali Bongo Ondimba. C’est faux. Il y a eu une primaire ouverte à tous les candidats qui le souhaitaient. La candidature d’Ali Bongo a été retenue sur une dizaine de candidatures concurrentes !

Il dit aussi que la paix civile serait menacée au Gabon. Le risque existe-t-il réellement ?

Il n’en est rien. En revanche, pourquoi fait-il une fixation sur le Gabon ? Il se targue d’être l’un des piliers de la françafrique. Je pense qu’il en est l’un des soldats perdus. Si la françafrique est si décriée aujourd’hui, c’est bien à cause de personnages comme Bourgi. Sinon, pourquoi l’idée noble de mettre à profit notre proximité culturelle avec la France est-elle si honnie ?

Vendredi 15 Avril 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2978 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...