News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : G1,G2, G3, G4, G5, G6, G7, G8, G9 : Je suis Gabonais (e), "Gabon d'abord"

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mardi 8 Décembre 2009 à 18:04 | Lu 3863 fois

LVDPG lance un débat sur la reconciliation nationale, être Gabonais autrement...Aimer l'autre malgré nos différences..Nous attendons vos propositions, nous vous remercions d'avance de votre participation à ce débat de fond.



Gabon : G1,G2, G3, G4, G5, G6, G7, G8, G9  : Je suis Gabonais (e), "Gabon d'abord"
Nous lançons ce débat suite au nombreuses réactions de notre site par nos articles publiés, notamment « sur deux lideurs politique du Gabon, AMO et P Mamboundou »

Si nous pouvons nous réjouir d’avoir été lu, nous restons cependant très sceptique quant au message de fond qu’il nous semblait utile d’exprimer à l’adresse des compatriotes et du public lecteur. Tenant compte du fait que le forum – lieu public par excellence - n’est pas un espace approprié pour des débats académiques, nous nous contenterons de faire deux remarques fondamentales :

Le tribalisme, comme sentiment d’appartenance à une tribu, c’est à dire à un groupement humain ayant en partage une même culture fondée essentiellement sur la langue, est un phénomène culturel régulier, tout à fait normal. Il traduit en chaque homme la conscience de l’identité qu’il porte et des devoirs culturels et moraux liés à cette identité. Du strict point de vue où il concourt à l’affirmation d’une identité culturelle, le tribalisme n’est en rien un vice, une tare.

Le tribalisme devient un danger, en revanche, quand on valorise son identité propre, sa tribu ou son ethnie au détriment de celles des autres. En tant que Gabonais Pounou, Téké, miéni, ... ou Fang sans dévaluer, critiquer ou blâmer le Djobi ou le Ndjembé. Nous devons comprendre que le Bwiti est pour nous ce que sont ces rites pour les autres.

Ces cultures font de chacun de nous ce que nous sommes dans notre singularité au-delà de l’humaine condition. Se célébrer ou célébrer sa culture ne doit pas conduire nécessairement à décrédibiliser la culture de l’autre. Bien souvent, c’est en valorisant la culture de l’autre qu’on met en valeur sa propre culture.

Or, dans la plupart des cas, on assiste à des situations où l’affirmation de soi passe, chez de très nombreuses personnes, par la négation de l’autre. La volonté de puissance pousse à la domination de l’autre ou, pire encore, à son mépris. Alors, on tombe dans le piège du tribalisme.

Sur un plan politique comme on l’a vécu durant les 42 ans du système Pdg, la répartition des principaux postes et des richesses du pays alternent entre les gens issus du même clan que le chef. On maquille la pratique en bouchant quelques trous avec des noms empruntés à d’autres tribus pour se faire bonne conscience et donner l’impression d’un semblant d’unité nationale.

Or, en fait, la réalité est là, tangible. Institué dans les mœurs, le tribalisme débouche sur des situations où ces mêmes postes quasiment kidnappés ne reviennent qu’aux mêmes. Pire, ils peuvent être gelés dans l’attente des seules personnes autorisées à y exercer. Cette forme de tribalisme sévit en Afrique et le Gabon y figure en très bonne place. Il prime sur l’intérêt national et freine le développement du pays.

Une autre forme de tribalisme est celle que l’on observe dans toutes les communautés humaines.


C’est pour dire, en clair, que le tribalisme est une réalité universelle, propre aux sociétés humaines, mais c’est dans ses pratiques qu’il varie d’une société à l’autre. Dans les pays occidentaux précités, l’instinct tribaliste s’arrête là où commencent les intérêts supérieurs de l’Etat. La preuve est que la Belgique, pays qui n’est pas aussi grand qu’un poing sur la carte du monde, « malmène » la gigantesque République Démocratique du Congo et lui impose ses diktats. C’est qu’en dépit de leurs divergences, les Belges savent rester UN, unis. On peut en dire autant de tous les Occidentaux. Ce qui est loin d’être le cas pour nous autres Africains. Nous pratiquons un tribalisme primaire, brutal et, ajoutons par souci d’honnêteté, sauvage.

Lorsque les ralliements politiques se font sur la base de la commune appartenance linguistique, par-delà les programmes et les principes idéologiques – s’il en existe vraiment – cela ne peut avoir d’autre nom que le tribalisme ;

Lorsque l’adhésion à un parti politique se fait par référence au seul critère de l’origine socioculturelle ou provinciale, cela ne peut avoir d’autre nom que le tribalisme ;

Lorsque l’on dénie une compétence avérée à un compatriote d’une ethnie autre que celle à laquelle on appartient, cela ne peut avoir d’autre nom que le tribalisme ;

Lorsqu’on prête à l’auteur d’un article des intentions qu’il n’a pas, ou des propos qui ne sont pas les siens simplement parce qu’on le soupçonne - sans preuve de surcroit - d’être d’une autre tribu ou ethnie, cela ne peut avoir d’autre nom que le tribalisme…

En un mot, mal exprimé dans ses formes et dans ses procédés, le tribalisme détruit la cohésion sociale et l’identité nationale qui sont des ferments du progrès d’une société et du développement d’un pays.

Pour terminer, il est facile d’observer dans le contexte politique actuel du Gabon des relents de tribalisme, les odeurs fades de ce fléau qui rend sourds, muets et aveugles même l’élite politique et universitaire censée montrer l’exemple de la correction et du civisme. Et c’est là qu’il nous vient de saluer Bruno Ben Moumamba pour son courage patriotique et sa lucidité.

Premier Gabonais à rappeler aux députés qu’avant d’être pédégistes ou de la majorité, ils sont d’abord les « représentants » du peuple souverain. Gabonais, Gabonaises, nous sommes face à une situation que nous devions reléver la tête, et en débattre, pour trouver les solutions, nous savons que ce probleme freine notre pays d'où une necessité d'appeler une reconciliation nationale " pour inventer un Gabon autrement, le Gabon appartient à tous les Gabonais. Qui vivra, verra.

LVDPG




Mardi 8 Décembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 3863 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par L'Homme libre le 11/12/2009 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut aussi dire que ceux qui ont voté en masse AMO au Nord et ceux qui ont voté PM en masse à POG ont aussi fait preuve de tribalisme. Le problème est surtout le discours politique de tous les candidats n'a pa été fédérateur. De plus, le discours peut être rassembleur mais les clichés entretenus depuis fort longtemps par le regime PDG font que les gens se replient très vite sur leur ethnie. On nous demande à nous de combattre cela, jeunes et vieux. Les vieilles habitudes ont du mal à partir mais ne désespérons pas. C'est comme l'éducation, il faut sans cesse répéter.

18.Posté par Le Gaboma le 11/12/2009 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait!!!

17.Posté par L'homme de vérité le 11/12/2009 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celui qui ne rassemble pas disperse. Et quand on cherche à disoerser, on travaille dans le meme sens que les PDGistes qui manipulent le peuple pour mieux regner sur lui. Ceux qui parlent sans cesse de tribalisme tout en voulant la liberté du peuple ne sont que des pro PDGistes. Ils savent que tout royaume divisé ne peut subsister. Un Gabon divisé ce sont les gabonais qui perdent.
Ceux qui versent dans la haine ne sont pas encore libres. Qu'ils se libèrent d'abord avant de parler de libérer le peuple.
Ceux qui ont vendu le Gabon ce sont les mèmes qui ont ressassé des discours de haine contre d'autres peuples du Gabon, juste pour mieux préserver leurs acquis maléfiques. Ce sont eux nos adversaires aujourd'hui. Le peuple de mouila ou de Ndindi à qui on a a dit que l'autre ethnie est mauvaise broie du noir aujourd'hui. Ceux qui se trouvent à Ngouoni ou Onga vivent dans la mème misère que les autres. Ceux qui ont pensé que voter ALI'9 etait la meilleure soulution par rapport à AMO, PM ou les autres n'ont que leurs larmes. Beaucoup se rendent compte avoir fait le mauvais choix. C'est cela qui constituera la motivation pour changer de carte. Ils sont nombreux dans ce cas: enseignants, artistes, hommes de loi, députés, hauts cadres, etc. Même s'ils ne le disent pas tout haut, qu'ils se lèvent et combattent.

Pour nous, il n'est pas question d'abandonner!!

16.Posté par L'homme de vérité le 11/12/2009 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Celui qui ne rassemble pas disperse. Et quand on cherche à disoerser, on travaille dans le meme sens que les PDGistes qui manipulent le peuple pour mieux regner sur lui. Ceux qui parlent sans cesse de tribalisme tout en voulant la liberté du peuple ne sont que des pro PDGistes. Ils savent que tout royaume divisé ne peut subsister. Un Gabon divisé ce sont les gabonais qui perdent.
Ceux qui versent dans la haine ne sont pas encore libres. Qu'ils se libèrent d'abord avant de parler de libérer le peuple.
Ceux qui ont vendu le Gabon ce sont les mèmes qui ont ressassé des discours de haine contre d'autres peuples du Gabon, juste pour mieux préserver leurs acquis maléfiques. Ce sont eux nos adversaires aujourd'hui. Le peuple de mouila ou de Ndindi à qui on a a dit que l'autre ethnie est mauvaise broie du noir aujourd'hui. Ceux qui se trouvent à Ngouoni ou Onga vivent dans la mème misère que les autres. Ceux qui ont pensé que voter ALI'9 etait la meilleure soulution par rapport à AMO, PM ou les autres n'ont que leurs larmes. Beaucoup se rendent compte avoir fait le mauvais choix. C'est cela qui constituera la motivation pour changer de carte. Ils sont nombreux dans ce cas: enseignants, artistes, hommes de loi, députés, hauts cadres, etc. Même s'ils ne le disent pas tout haut, qu'ils se lèvent et combattent.

pour nous, il n'est pas question d'abandonner!!P

15.Posté par Le Gaboma le 10/12/2009 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Visionnaire,

Avoue que tes propos étaient plus de la haine tribale qu'une invitation au débat. C'est seulement ce qui m'a gonfler parce que je ne support pas qu'on divise mon peuple. J'ai des amis de tous les coins du Gabon (nous sommes même frères!), ma future femme n'est pas du même coin que moi, vous imaginez ce que ça crée entre nous lorsqu'on a en face des tribalistes? Je ne vous souhaite pas de vivre ça! Au moins on peut mieux se comprendre maintenant. On it ne doit pas perdre notre énergie à nous battre entre nous pendant qu'Ali Jackson Okwuoju assied son pouvoir!

14.Posté par L'homme de vérité le 09/12/2009 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tate visionnaire,

J'ai fait quelques coins de notre pays, j'avoue que j'ai fini par comprendre que le caractère de chacun influence positivement ou négativement notre prochain. Je connais la souffrance que peut endurer un gabonais qui n'est pas bien reçu dans une ville ou un village dont il n'est pas originaire.
Dans mes tours à travers le pays, je ne me suis jamais baladé avec l'étiquette de mon ethnie. je me dis je suis Gabonais. je m'intègre dans la localité, j'apprend les langues du terroir. j'avoue que je n'ai jamais eu de problème du genre tu n'es pas d'ici. Cependant, tout le monde se sent en insécurité lorsque la politique entre en scène. C'est à nous de former une nouvelle génération d'hommes et de femme pour faire la politique autrement. Disons cela à nos leaders lors de nos rencontres avec eux. Qu'ils pratiquent la verité de l'unité

Du courgae car je sais que le chemein est long

13.Posté par le visionnaire le 09/12/2009 20:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'homme de vérité,

Si j'étais fou alors nous souffrons d'une folie commune. Je touchais du doigt ce que les autres voulaient éviter d'évoquer. Effectivement, le Prince de Machiavèle(?) reflète le parcours rusé et l'esprit oblique. Cette rhétorique politicienne était le fondement de base des hommes qui nous gouvernent. L'école nous permet de transcender tout soupçon ethnique. Les hommes sont bons mais l'environnement nous transforme. Ton expérience, je l'ai aussi vécue. Je me sens très bien quand je suis au Nord de mon pays, les gens sont chaleureux et ont le réflexe trop protecteur pour que tu te sentes bien. Mais quand arrive les moments des joutes électorales, nos manipulateurs (politiciens) jouent là-dessus et les petits esprits tombent facilement dans ce travers. Nos partis politiques aujourd'hui surfent dans ce sillage. La carte politique est claire: Nord, sud et l'Est.

12.Posté par L'homme de vérité le 09/12/2009 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les insultes n'ont pas de place sur ce site. Lorsqu'on n'arrive pas à reconnaitre nos faiblesses, on ne peut pas avancer. Regardons nous dans le miroir, au plus profond de nous sommes nous réellement capables d'accepter l'autre comme soi-mème. Pendant quarante années, on a inculqué à chaque Gabonais la menace que représente l'autre ehtnie. c'était juste pour mieux nous contrôler. Ce sont des techniques politiciennes machiavéliques que nous n'arrivons pas à dominer jusqu'aujourd'hui. Voici un exemple: quand j'étais jeune, on ne cessait de me dire qu'il fallait que je me méfie des fangs parce qu'ils mangent les hommes. Mais après mes études à l'étranger, et surtout après avoir séjourné en milieu Fang, je me rend compte que cela n'est pas vrai. Je suis plus proche d'eux qu'auparavant. d'ailleurs, j'ai compris que mes meilleurs amis et mes meilleurs frères sont ces hommes qu'on m'a dit de fuir et qu'on veut nous opposer juste pour nous affaiblir. Ceux qui le font savent que si toutes les ethnies sont unies au Gabon, ils auront du mal à nous exploiter.

Alors, nous qui sommes intellectuels, nous devons démontrer notre capacité à transcender les tares de la colonisation, à essayer de nous comprendre pour le bien de la nation. d'ailleurs, en dehors de quelques groupes minoritaires, ne voyons nous pas que toutes les autres ethnies sont appauvries?

Alors, choisissons la meilleure stratégie pour vaincre.

11.Posté par Le Visionnaire le 09/12/2009 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Gaboma,

Je ne te comprends plus. Sur l'autre page tu m'accuses de tous les pêchés parce que j'invitais tout le monde au débat sur le tribalisme. Maintenant tu me rejoins? Ce n'est pas l'avis de St Michael le modérateur qui éfface souvent mes interventions. La Gabonaise dis-moi aussi quelque chose. Je me faisais passer pour un fou!!! Mon Dieu!!!!!!!!

10.Posté par Le Gaboma le 09/12/2009 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faut-il attendre que le Gabon se transforme en Côte d'Ivoire pour qu'il y est débat? Pourquoi pensez-vous qu'il ne peut y avoir débat que sur des sujets qui sastisfont uniquement vos inclinations? Ne nous voillons pas la face, parmi les maux qui minent notre Gabon, le tribalisme figure au centre! Il est encore plus dangereux parce que tout le monde fait semblant de ne pas être tribaliste, pire, tout le monde évite le sujet alors que dans les échanges, les choix (politiques, musicaux, conjugaux, etc), les conversations, les attitudes, on voit clairement que "nous" gabonais sommes tribalistes, fonciairement!

Il faut traiter les problèmes par les racines, comme ça on est sûr que le mauvais arbre ne repousse pas. Moi je trouve l'analyse faite par LVDPG suffisament pertinente. Il n'y a que les tribalistes qui en sont irrités parce qu'ils s'y retrouvent. Maintenant, ceux qui ne commètent jamais de faute n'ont qu'à corriger les érreurs humainement comises! C'est quand même térrible, au lieu de traiter le sujet il y en a qui trouve toujours à redire! Si un sujet ne vous intérresse pas, mesdames, messieurs, zappez! Pourquoi vous sentez-vous oubligé d'invernir inutilement?

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...