News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Entretien exclusif du vrai 1er ministre RAPHAEL BANDEGA d'André Mba Obame l'autre Président Elu

Le site de la Liberté - LVDPG - Presse Gabonaise & Internationale le Vendredi 1 Avril 2011 à 15:18 | Lu 2879 fois

La réponse à la crise gabonaise doit être politique et elle doit poser pour l’avenir, les bases de notre démocratie



Gabon: Entretien exclusif du vrai 1er ministre RAPHAEL BANDEGA d'André Mba Obame l'autre Président Elu
On ne sait comment vous parler, Monsieur le Premier Ministre, ou tout simplement Monsieur BANDEGA Lendoye, comment vous sentez-vous après plus d-un mois d’exil intérieur ?

Vous pouvez m’appeler Monsieur le Premier Ministre puisque c’est devant tout le peuple que j’ai été investi dans cette charge par le Président de la République. Vous pouvez aussi m’appeler Monsieur BANDEGA-LENDOYE car tout en étant Premier Ministre, je n’en demeure pas moins citoyen.

Après ce mois d’exil intérieur, je me sens bien. C’était une expérience unique, une véritable fusion faite de travail, d’analyse, de réflexion. Une découverte et une communion des esprits. J’exagère à peine en disant que nous y avons créé une famille qui vivra une vie dont le socle est dans cet exil.

Il semble que vos activités professionnelles ont été suspendues à l’Université, vous et certains de vos collègues, qu’en est-il, quels sont les fondements d’une telle décision ?

Nos collègues et nos étudiants nous ont montré leur amitié et ont manifesté un réel enthousiasme en nous voyant reprendre nos enseignements. Toutes les dispositions étaient pries pour rattraper rapidement les heures perdues. Curieusement, le recteur de l’Université nous convoque pour nous informer de notre suspension de toutes activités pédagogiques et de recherche. Sa décision disait s’appuyer sur les mesures illégales annoncées le 25 janvier 2011 par le pouvoir illégitime.

En réaction, le Syndicat National des enseignements a écrit au recteur pour exprimer son désaccord face à ce train de mesures. Pour ma part, j’estime que tout cela est de nature à profaner ce sanctuaire du savoir qu’est l’Université, en y introduisant des préoccupations purement politiques. En tout cas, cette suspension n’est fondée sur aucun motif professionnel lié à nos activités d’enseignant-chercheur. Avant de la critiquer au fond et, au besoin devant le juge compétent, j’ai indiqué aurecteur que je souhaite la formalisation de sa décision par un acte administratif et que dans l’intervalle, je continuerais à dispenser mes enseignements, et c’est en ce je fais !

Evidemment, on ne peut manquer de penser que cette décision a un lier avec vos convictions et votre engagement politique ?

Incontestablement et cela, pour trois raisons essentielles. Tout d’abord, il nous est reproché d’être chef et membres du Gouvernement constitué lors de la présentation de serment du Président André Mba OBAME. C’est un précédent dangereux et dommageable dans cette enceinte où la tolérance et la liberté sont les règles fondatrices. Il y a, ensuite, une vraie confusion : les libertés académiques, les franchises universitaires, n’interdisant pas aux enseignants d’avoir ou d’exprimer des opinions et des convictions politiques. Enfin, c’est une interprétation erronée des rapports entre le recteur et les autorités de tutelle qui porte atteinte à la spécificité de l’Université et du monde universitaire que nos aînés se sont efforcés de sauvegarder.

Venons-en justement à la politique. Vous avez constitué, à la demande d’André Mba OBAME, un gouvernement alternatif, l’action est politique, mais vous risquez d’être poursuivis sur le plan pénal, puisqu’il est question d’ « atteinte à l’ordre public et à la sécurité publique, à l’autorité de l’Etat et au crédit de la Nation », quelle est votre analyse ?

Vous me permettrez de vous répondre qu’un voleur court dès que l’on crie au voleur. S’il en est ainsi, c’est qu’il est conscient du caractère fautif de son acte. Il se le reproche lui-même. Il se défend pour ne pas perdre la face et il attaque pour se défendre. En constituant ce gouvernement, nous avons pris nos responsabilités de citoyen et d’hommes politiques car le suffrage universel et la volonté du peuple sont sacrés et ne se prescrivent pas. Celui qui a triché doit être investi dans ses fonctions de président de la République. C’est aussi simple que cela.

Ceux qui ânonnent les incriminations font d’un problème politique un traitement inadapté. Ils trouvent un abri de fortune pour protéger leur forfaiture et recourent systématiquement aux forces de défense et de sécurité pour étouffer la réaction du peuple souverain. Nous sommes sereins. Nous avons la sérénité de ceux qui sont sûrs de leur bon droit. Nous savons que nous nous inscrivons dans le sens de l’Histoire en ce que celle-ci s’écrit d’abord au présent.

Ceux qui forment le projet de nous poursuivre ne savent pas à quoi ils s’exposent. Ils nous offrent l’occasion de juger de l’élection présidentielle du 30 août 2009 et d’entendre pour cela les principaux protagonistes. Nous n’y serons pas forcément les accusés.

La vraie solution doit être celle qui respecte le suffrage et elle est politique. S’il ne le fait pas tout de suite, il y sera contraint par le discrédit qui sera chaque jour de plus en plus difficile à supporter. C’est alors sous les lazzis et les quolibets qu’il sera conduit à quitter l’arène politique s’il s’obstine à y demeurer.

Cela dit, on s’achemine inévitablement vers un procès. Et pourtant, l’on avait cru que votre sortie des locaux du PNUD était conditionnée par un certain nombre d’engagements, tant de la part de l’ONU, du pouvoir gabonais, que de votre part, si tel est le cas, ces engagements sont-ils aujourd’hui respectés ou violés.

Nous sommes sortis di PNUD après l’arrivée de la délégation de haut niveau envoyée par le Secrétaire Général de l’ONU. Cette sortie était la première ^hase d’un processus pour d »nouer la crise gabonaise. Comme nous acceptions de notre plein gré de quitter ces lieux, les usages onusiens les obligent à se préoccuper et à obtenir qu’il n’arrive rien à ceux qui étaient placés sous leur protection. C’est ce que la délégation onusienne a fait et elle l’a obtenu.

Dès lors, la question des engagements pris et de leur respect relève des rapports entre l’ONU et le pouvoir illégitime. Il lui appartient de faire les constats qui s’imposent er de mesurer le respect de la parole donnée. Pour notre part, nous ne sommes pas surpris de la duplicité du régime en place.

Procès ou pas, le Gabon est en crise. Comment envisagez-vous l’issue de cette crise ?

La réponse à la crise gabonaise doit être politique et elle doit poser pour l’avenir, les bases de notre démocratie. La qualité, la diversité et l’expérience de notre personnel politique nous permettent d’entrevoir une issue favorable. C’est le meilleur gage contre les erreurs du passé. Notre pays a besoin que ses bases soient assainies. Pour cela, il faut annihiler les effets du coup d’état électoral qui a porté Ali Bongo OMDIMBA au pouvoir.


Entretien réalisé par

Félix Ouandié


Vendredi 1 Avril 2011
LVDPG - Presse Gabonaise & Internationale
Vu (s) 2879 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par St.Michael le 05/04/2011 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellent answers from the Premier Minister (Raphael Bandega)!

What is stressed here from the Premier Minister is that: Gabon is in crisis and to solve this crisis a political solution is absolutely indispensable by which the vote results have to prevail in order to designate (with confidence) the President of Gabon.

AMO was the true and unquestionable winner from presidential election of August 30th, 2009.

AMO is the President Elected and not Aliben nor PMM/PMA.

St.Michael is forcefully back.

11.Posté par Bono Bono le 02/04/2011 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vrai ! En France les partisans d'AMO réclamaient aux partisans de l'UPG très bien organisés et accrédités dans les bureaux de vote les PV qu'ils n'avaient pas récupérés.Surréaliste n'est ce pas !

AMO, ex-président du PNUD, n'a jamais pu produire à la presse internationale ses propres procès verbaux au moment de l'élection présidentielle. AMO se proclament président du Gabon sur la base de quoi.Où sont les preuves ?

Soyons sérieux et arrêtez de distraire la galerie !

10.Posté par MaPensee le 02/04/2011 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mr. moukoubou ,

Vous devrez etre ivre et tres idiot ou quoi? Qui vous a dit que MBA Obame est president? Sur quoi vous base et l'election du compatriote Andre? D'ailleurs quelqu'un avait poster sur ce meme site de l'opposition lvdpg des fraudes massives dans le nord du gabon la ou MBA Obame a remporter. Par example sur moins de 300 inscrits et 198 votants, bulletins trouves dans l'urne: 500, est elu 100% AMO, 0% PMM et 0%ABO. ... Croyez vous que c'est ca etre reconnu president et surtout quand on a ete incapable de publier tous ces PVs venants de ses propres labo(ceux d'AMO)? Est ce que tous les candidats ont-ils convenue avec les resultat franceAfricains de AMO?

Les amis de AMO en France qui ont publier de faussete sur l'election Gabonaise doivent etre idiots. Sur les resultats etrangers de la France uniquement? d'ailleurs c'est cette france la demone qui veut la dechirure du Gabon.

Ben, je ne parlerais plus de du rigolo Andre et son equipe des ignorants. Car trop parler c'est lui donner une importance. Je ne reagirai plus.

Avec respecte et sans haine.

9.Posté par MaPensee le 02/04/2011 06:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CE N'EST MEME PAS UN MINISTRE CE GARS! POURQUOI LUI TITRER "1ER MINISTRE"? .. MR. RAPHAEL BANDEGA, VOUS ETES PROF A UOB, VOUS MERITEZ L'EXCLUSION ET LA SUSPENSION DE VOTRE SALAIRE POUR CUMULU D'ABSENCE VOLONTAIRE. QUI VOUS A ENVOYER AU PNUD? QUI VOUS A MENACE LE JOUR DE VOTRES SHOW? N'EST CE PAS VOTRE VOLONTE ET VOTRE ORGUEIL?. ON NE VOUS PAYE PAS POUR PASSER UN MOI ENTIER EN VACANCES SANS AUTORISATION NI PERMISSION.... ALLEZ! ACCEPTEZ VOS CRIMES ET VOTRE , VOTRE ILLIGETIMITE ET VOTRE ERREUR, SINON FICHEZ NOUS LE CAMP.

Avec respecte et sans haine.

8.Posté par Gabon pour tous le 02/04/2011 04:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Unité. Je vous ai toujours conseillé de vous remettre sur le droit chemin, votre langage traduit votre état d'esprit: l'incapacité de produire une réflexion consistante et objective sur situation sociopolitique de votre pays. Ne croyez pas que tout le monde a sacrifié les intérets de la nation sur l'autel de quelques "cartons de poulets" distribués par ci, par là, pour tuer les consciences. Je vous le repète: tenez-vous respectueusement devant le combat des courageux.

7.Posté par UNITE le 01/04/2011 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous êtes donc toujours Fou vous rêvez encore ,qu'entend tu préter serment devant le peuple n'est ce pas devant les militant de l'UN au siège de l'UN que toi et ton fameux président avez été investi tu pense que l'UN c'est le Gabon ou son siège représente les institutions de la république vous n'avez aucune vision aucun projet malgré vos grands diplôme ,quand à toi Gabon pour tous qu'appel tu courageux? Des gens qui se cache derrière l'ONU OUATARA ne sait réfugier nul part il à été pris en otage par GABGBO quel courage ils ont qui ne peut pas dire ici que je suis président ou premier ministre bande de malades mentaux que vous êtes votre premier ministre et vous

6.Posté par le chado le 01/04/2011 22:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci a lvdpg de nous donner l,ocasion de nous exprimer sans vous aux gabon on ne peut pas dire ce qu.on panse le pdg nous completement etoufer voila pour quoi le partie de tous es gabonais a ete disout pour toujour nous abrutire. et aveugle le peuple on est etoufe a la rtg par les campagnes de distribution de boissons et des cuisses de poulet dans toute les villes du pays distribution des billets d.argents en preparation deja des elections. le gateaux gabon a comencer estre partager par les bongo

5.Posté par Gabon pour tous le 01/04/2011 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers compatriotes, laissez les courageux combattre. Restez silencieux et admiratifs envers ceux qui osent: l'avenir nous dira. Monsieurs le Premier Ministre, votre lutte est édifiante. Félicitations.

4.Posté par moukoubou le 01/04/2011 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour les reclusionnaires , permettez moi de vous dire que; pensé qu'il y a un premier ministre vrai issu des rangs de Mba Obame c'est vraiment se moquer de soit même, pendant que les autres avancent merci de rester derrière tous.

3.Posté par Bernard N I le 01/04/2011 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Game's over.

Vous avez raté le train de l'histoire et ce depuis bien longtemps, le reste n'est que parodies, agitations et stratégies de manipulation des masses.

Cependant ce que vous oubliez, c'est que la population lasse de ces éternels conflits entre gens de mêmes espèces, ne se sent pas cocernée par ces ultimes combats obscurs, qui ont pour objectifs, obéir aux maîtres et se conformer à la ligne que ces derniers auront fixée.
Montrez par vos actes que vous menez le bon, le vrai et juste combat, sinon toute votre entreprise est vouée à l'échec.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...