News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : En réponse aux représailles du PDG, SARKOZY soutient le coup de force d'ALI BONGO

Le site de la Liberté - LVDPG Révolution le Samedi 26 Septembre 2009 à 15:34 | Lu 2077 fois

Hué au Gabon en juin 2009 lors des obsèques du Président BONGO par lesPDGistes et la famille présidentielle, Nicolas SARKOZY a tenu à réparer les torts causés à ce dictateur en soutenant le coup de force de son fils.



Gabon : En réponse aux représailles du PDG, SARKOZY soutient le coup de force d'ALI BONGO
La montée de la tension entre Paris et Libreville consécutive aux campagnes de «dénigrement» menées par les médias français contre le président Bongo Ondimba, ont mené le Parti démocratique gabonais (PDG) a demandé le 6 mars dernier, une révision globale des accords de coopération dans une perspective de «rupture». Avec son écrasante majorité à l’assemblée nationale et au Sénat, cette révision pourrait porter un grand coup aux avantages historiques accordés aux intérêts français au Gabon.

© D.R

L’huile jetée par les médias français sur les braises de la brouille franco-gabonaise a attisé la colère du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui a appelé le 6 mars dernier à un réexamen profond des accords avec Paris, qui pourrait s'étendre jusqu'aux accords de coopération militaire.

Le bureau politique du PDG a invité «instamment le gouvernement et le Parlement gabonais à réexaminer en profondeur les accords de coopération entre la France et le Gabon, afin d'opérer une "rupture", d'ailleurs préconisée par les plus hautes autorités françaises», souligne la déclaration du parti.

Le parti du président Bongo Ondimba explique que cette décision est consécutive à la récurrence de la «vaste campagne de déstabilisation orchestrée contre le Gabon et ses plus hautes institutions» par la France à travers un «acharnement judiciaire marqué par une série de plaintes successives contre le chef de l'Etat».

«Cet acharnement judiciaire est entretenu et amplifié au travers d'une cabale infamante de la part des médias français, faite d'attaques virulentes et portant atteinte à l'honorabilité et à la dignité des autorités et du peuple gabonais», ajoute la déclaration.

«Devant les agissements inqualifiables et inacceptables de personnes qui instrumentalisent à la fois les ONG ayant déposé des plaintes et les médias tant publics que privés français, le bureau politique du PDG exprime sa plus vive indignation, sa profonde réprobation et les condamnent ferment», poursuit le communiqué.

Etant donné l’écrasante majorité du PDG dans les deux chambres du Parlement gabonais, la révision des accords franco-gabonais pourrait bien se concrétiser sans un signal fort de la partie française pour conserver ses intérêts dans ce pays.

En matière financière et économique, la France et le Gabon sont liés par un accord de coopération signé en avril 1983, avec reconduction tacite.
Le deux pays maintiennent donc des relations commerciales privilégiées.
La France est le premier fournisseur du Gabon et son deuxième client.
C’est aussi son premier bailleur de fonds.

Plus de cent cinquante filiales ou succursales d’entreprises françaises y sont présentes dans le secteur pétrolier avec Total Gabon, dans le secteur minier avec Areva qui a signé en octobre dernier trois accords sur la recherche d’uranium. De nombreux domaines sont concernés par cette coopération, notamment les banques, la construction, ou encore l’eau et l’électricité, pour environ 4 400 français salariés au Gabon.

Le volet militaire des relations franco-gabonaises est régi par les accords de défense et de coopération signés au lendemain de l’indépendance. Ceux-ci prévoient notamment le pré-positionnement des forces françaises au Gabon, en tout 800 hommes. Ce dispositif est actuellement en cours de réexamen au niveau français. La base militaire française à Libreville est l’une des principales du continent, avec Dakar et Djibouti.

«Quand on dit renégocier les accords, il s'agit des privilèges que la France a au Gabon», affirme Antoine Glaser, spécialiste de la présence française en Afrique.

Les tensions entre Paris et Libreville avaient débuté avec la diffusion par la 2e chaîne de télévision publique française au début de l’année 2008, d'un reportage sur le patrimoine immobilier en France du président Omar Bongo Ondimba. Ces dénonciations récurrentes avaient fait naître des tensions, que venaient attiser à la même période les expulsions des étudiants gabonais de France en violation des accords spécifiques entre les deux pays.

La nouvelle campagne de la presse française contre le président Bongo Ondimba depuis février dernier sur la saisie en France des comptes bancaires du chef de l'Etat gabonais après sa condamnation à rembourser plus de 457 000 euros versés par un ressortissant français pour faire libérer son père détenu au Gabon en 1996, a jeté de l’huile sur les braises et embrasé l’axe Paris-Libreville.

Samedi 26 Septembre 2009
LVDPG Révolution
Vu (s) 2077 fois




1.Posté par aunomduperedufilsetdusaintesprit le 26/09/2009 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais comme la France est un pays sans intellectuelle, voilà pourqoui ce maigrichon de sarkozy comme le vol du nigérian
Comme la France veut jouer aux cartes alors nous allons devoir jouer contre elle.
Le Gabon n'a aucune base militaire en France mais la France au Gabon si, le Gabon n'a aucune entreprise en France, les representations diplomatiques gabonaises en France n'emploient que les PDGISTES mais celles de la France au Gabon???? alors nous connaissons le point faible de la France, terminons avec tous les français blancs au Gabon sans mépris et vous verrez comment le Gabon serait indépendant.
La France a connue ses revolutions la majorité des pays occidentaux d'ailleurs, chose qu'aucun pays africain n'a encore connu, le GABON doit être le premier pays africain à la connaitre.
Le blanc français utilisera ses armes à feu mais nous nous allons utiliser notre sorcellerie, c'est une arme à ne pas négliger.
C'est pourquoi nous appellons tous les vrais ngangas, bwitistes,mbirimen, etc à faire valoir leurs connaissances en la matiere afin d'aider son peuple au lieu de le détruire comme toujurs...

2.Posté par MBA ASSOUME le 27/09/2009 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un jeune officier altogovéen serait déterminé à découdre avec Ali Bongo (info de l'entourage immédiat). Le compte à recours à commencer. Vigilance, vigilance!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...