News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Emergence d'Ali Bongo : La rentrée des classes , plombée.

Le site de la Liberté - Source : Koaci le Samedi 2 Octobre 2010 à 19:31 | Lu 1234 fois



Gabon : Emergence d'Ali Bongo : La rentrée des classes , plombée.
C’est sans surprise aucune, que les enseignants gabonais décident de boycotter la rentrée des classes prévue ce lundi 4 octobre, une décision confirmée ce samedi 2 octobre à l’issue d’une assemblée générale organisée dans la capitale gabonaise.

La base des groupements syndicaux, convention nationale des syndicats du secteurs éducation, conasysed, et celle du syndicat des enseignants contractuels des l’Etat gabonais, seceg, ont unanimement décidé de dire non à la rentrée des classes, dans un environnement de non satisfaction des préoccupations contenues dans leurs cahiers de charges déposés auprès de la tutelle.

Le Seceg qui regroupe essentiellement des enseignants expatriés, dénonce notamment le refus manifeste du ministre en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Séraphin Moundouga, d’ouvrir des négociations dans le cadre d’une série de revendications d’ordre administratif.

La convention nationale des syndicats du secteur éducation, déplore à nouveau l’incapacité du gouvernement, sinon des gouvernements qui se sont succédé depuis feu président Omar Bongo Ondimba, de mettre en application des engagements pourtant contractés depuis plusieurs années, en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants.

Une batterie de revendications, dont l’unique point satisfait après mults montées au créneau, est le paiement de la prime d’incitation à la profession enseignante, PIFE, stratifiée selon les catégories administratives, entre 120, 80 et 60 mille francs cfa mensuel, histoire d’inciter au retour des gabonais dans ce secteur déserté par plusieurs d’entre eux, puisque considéré comme parent pauvre de la fonction publique, un secteur qui devenait au fil des temps la chasse gardée des expatriés. La PIFE vise officiellement à minimiser les risques de délaisser la formation de la future élite au mains des non gabonais.

En dépit de la satisfaction de ce point qui constituait en son temps, l’un des préalables à toute reprise des cours, plusieurs autres revendications non moins importantes restent non satisfaites, à l’exemple des rappels, non payés pour certains depuis plus de dix ans, les questions d’intégration à la fonction publique, en principe automatique après deux ans, les avancements qui sont freinés en raison des mobiles précédemment évoqués.

La liste est loin d’être exhaustive, puisqu’elle comprend d’autres points, comme le non versement des primes d’éloignement, dont doivent bénéficier les enseignants affectés dans les coins très régulés du pays, ou il est par endroit difficile d’accès à la radio et à la télévision - nous vous laissons le soin d’imaginer la suite-.

Plusieurs récriminations sont directement adressées à l’encontre du ministre de tutelle, accusé de "tribaliser" le département placé sous sa responsabilité, et de caporaliser l’ensemble de ses collaborateurs. Qui vivra, verra, dans le pays d'Alibaba.

Samedi 2 Octobre 2010
Source : Koaci
Vu (s) 1234 fois




1.Posté par Volcanic le 03/10/2010 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AMO sur RFI ce dimanche a 9h puis sur africa24 ce mardi. voir tous les details des horaires

2.Posté par Lapunu le 03/10/2010 11:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Débat interessant. Beaucoup d'eclaircissements sur la cenap, son role et son fonctionnemen!

3.Posté par gabonaisdedemain le 03/10/2010 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lors ce que les syndicaliste du secteur pétrolier rentre en grève le gouvernement tremble pour résoudre leurs problèmes. Mais En ce qui concerne les secteurs sociaux de l'éducation et la santé ils n'ont rien à foutre? Les dossiers de la santé et l'éducation sont sur la table du gouvernement depuis le temps d'Odimba père et le fils ne compte pas écouter le bas peuple. Mais jusqu'à quand le gabonais vas accepter de subir ainsi? Pour quoi on attend toujours l'action des pseudo opposants? Que les ménages se lèvent un peu dans se pays! Eux se soignent à l'étranger même les pseudos opposants à l'exemple de Pierre Mamboudou! Mais nous nos parents meurent par ce qu'ils ne peuvent être pris en charge et dire qu'on sacrifie aussi l'éducation. Mais Gabonais qui attend tu pour prendre ton destin en main? Ohhhhhhhhhh c'est quoi ce pacifisme idiot?

4.Posté par effort le 04/10/2010 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sur africa 24 c'est à quelle heure?

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...