News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Droit de réponse de la CONASYSED le journal LE NGANGA n° 238 du jeudi 11 août 2011 intitulé : « CONASYSED : du syndicalisme à l’ethno radicalisme ».

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 16 Août 2011 à 08:06 | Lu 1368 fois



Gabon : Droit de réponse de la CONASYSED le journal LE NGANGA n° 238 du jeudi 11 août 2011 intitulé : « CONASYSED : du syndicalisme à l’ethno radicalisme ».
Suite à l’article paru dans le journal LE NGANGA n° 238 du jeudi 11 août 2011 intitulé : « CONASYSED : du syndicalisme à l’ethno radicalisme ».


Il convient tout d’abord de rappeler à Monsieur Michel Ogandaga la définition d’un syndicat et le rôle du syndicalisme aujourd’hui dans un pays.
En effet, le Syndicat est une association de travailleurs organisée sur une base permanente, dont la mission première, depuis 1956, est celle de défendre les intérêts matériels, moraux et professionnels des membres qu’elle représente, en choisissant l’action collective plutôt que l’action individuelle. Pour ainsi dire, le Syndicat a le devoir de lutter contre l’arbitraire, d’améliorer les conditions de vie et de travail du plus grand nombre.
Aujourd’hui, au XXIe siècle, le rôle du Syndicat dans une société est celui :

1. D’être le contre poids du pouvoir ;
2. De sauvegarder et de défendre les droits de l’homme ;
3. De veiller à l’instauration d’une démocratie véritable ;
4. D’être la conscience sociale ;
5. De lutter contre l’exclusion sociale ;
6. De lutter pour l’application de la justice sociale ;
7. De protéger l’environnement ;
8. De mener la lutte contre le VIH/SIDA.

En outre, le Syndicat, pilier de la démocratie, est un agent de promotion et le baromètre du progrès et du développement d’un pays.
A ce qu’il parait, visiblement, Monsieur Ogandaga ignore ce que c’est qu’un syndicat et son rôle aujourd’hui. Raison pour laquelle il se fourvoie dans le tissu de mensonge diffamatoire contre les Enseignants qu’il a confectionné dans son chiffon d’article.

La plainte de la CONASYSED contre le Gouvernement gabonais devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples depuis le 3 août 2011, résulte tout simplement, du fait que le Droit est supplanté par la politique dans notre pays. La justice gabonaise ne dit plus le Droit mais elle obéit aux injonctions politiques. Par la saisine du Conseil d’Etat, la CONASYSED a montré tout l’intérêt et tout le respect qu’elle avait jusque là de nos institutions judiciaires, qui, malheureusement, aujourd’hui se refusent de dire le Droit. Comment comprendre que le Conseil d’Etat aille à l’encontre de la volonté de l’Etat qui déclare par l’entremise de son avocat, Maître Francis NKEA NDZIGUE, dans ses conclusions devant ladite juridiction le 26/04/2011 : « la juridiction de céans prendra donc acte de ce que l’Etat gabonais entend rétablir les salaires revendiqués dans les meilleurs délais… Recevoir les présentes, les dires fondées et y faisant droit, prendre acte de ce que l’Etat gabonais s’engage à procéder à la régularisation de la situation… dans les meilleurs délais et ce sera justice » ?

Par ailleurs, monsieur Michel Ogandaga, doit désormais comprendre que la CONASYSED n’est pas un syndicat mais, un regroupement de huit (08) syndicats du secteur éducation qui a vu le jour le 06 août 2008. La naissance de la CONASYSED est conforme à l’article 5 de la Convention n° 87 et aux Conventions n° 98 et 151 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) qui reconnaît aux organisations des travailleurs et d’employeurs le droit de constituer des fédérations et des confédérations ainsi que celui de s’y affilier…

La CONASYSED n’est pas et ne sera jamais un parti de l’opposition, mais un regroupement de syndicats constituant une force de propositions et de revendications dont tous les adhérents exercent bel et bien dans le secteur éducation (attestation de (re)prise de service faisant foi). Les revendications de la CONASYSED sont bel et bien légitimes comme l’a reconnu le Gouvernement à travers les engagements pris par la signature des accords Gouvernement/CONASYSED le 13 janvier et le 19 décembre 2009. La résurgence des grèves dans le secteur éducation, sont la conséquence du non respect et de l’inexécution de ces accords par le Gouvernement.

En tant que moteurs du développement d’une nation et garant des valeurs d’une société, les Enseignants ne sont pas des « parachutés, des bandits, des hooligans, des pestiférés ou des ramassis » comme l’affirme monsieur Michel Ogandaga. Ils méritent plutôt le respect de toute la société.

La CONASYSED n’existe pas depuis 20 ans, comme le dit monsieur Michel Ogandaga, mandaté par ses mentors machiavéliques, tapis dans l’ombre pour distiller la confusion, le trouble et la haine dans les esprits des honnêtes citoyens. Pourquoi tant de haine viscérale nourrie et exprimée contre la CONASYSED et ses leaders syndicaux au point de désirer ardemment la dissolution de la CONASYSED et la liquidation physique de ses leaders et de leurs familles respectives? Ne sommes-nous pas tous des gabonais, frères, issus de la même patrie ?

Pour votre gouverne, monsieur Michel Ogandaga, venez prendre des cours de syndicalisme à la CONASYSED au lieu d’écrire des inepties qui annihilent la valeur élitiste des intellectuels de notre très cher pays. Nous vous renvoyons à vos chères études en allant jeter un coup d’œil à l’article 4 de la Convention n° 87 de l’OIT qui dispose : « les organisations de travailleurs et d’employeurs ne sont pas sujettes à dissolution ou à suspension par voie administrative », et à l’article 10 de la loi 18/92 du 18 mai 1993 fixant les conditions de constitution et le fonctionnement des organisations syndicales des agents de l’Etat : « les syndicats des agents de l’Etat se forment et se dissolvent librement conformément aux dispositions de leur statut ».

Lisez également la convention n° 87 en son article 3 qui laisse la liberté aux syndicats d’élire leurs représentants, d’organiser leur gestion et leur activité, et de formuler leur programme d’action. Pendant ce temps, les autorités publiques doivent s’abstenir de toute intervention de nature à limiter ce droit ou à en entraver l’exercice légal selon toujours l’article 3 de la convention n° 87. Sachez, monsieur, que les droits syndicaux sont des droits humains et, en tant que tels, ils sont protégés par les traités sur les Droits de l’Homme. A savoir, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux culturels, la Charte Africaine des Droits de l’Homme ainsi que d’autres accords, lesquels reconnaissent la liberté de réunion et d’association, le droit de négociation et d’actions collectives pour les travailleurs et le droit à l’information et à la consultation des travailleurs. Par le biais de ces instruments internationaux et régionaux, les Etats, dont le Gabon, se sont engagés à garantir l’exercice des droits syndicaux.

Considérant la hiérarchie des textes, les normes internationales sont au dessus des normes nationales et, tout Etat membre de l’OIT a l’obligation de donner effet aux normes de l’OIT dans son pays.

Enfin, Monsieur Michel Ogandaga, nous comprenons aisément que vous comptez parmi les destructeurs du système éducatif gabonais en cautionnant la suspension illégale et arbitraire des salaires de neufs leaders syndicaux de la CONASYSED depuis huit (08) mois et en applaudissant à pleine mains la fraude massive qui a été orchestrée par vos mentors pendant le déroulement du BEPC et du Baccalauréat 2011.
Ce mini cours de syndicalisme qui vous a été gratuitement dispensé par la CONASYSED, vous permettra, monsieur Michel Ogandaga, de ne plus fantasmer, mais de regarder la réalité de votre pays en face et de demander au Gouvernement de respecter ses engagements pour le bien-être de la Nation tout entière, car il ne vous servira à rien de vous chercher une place au soleil sur le dos de la CONASYSED.

Fait à Libreville le, 12 août 2011


Pour la CONASYSED
Le Modérateur par intérim



Alfred Désiré ENGONE


Mardi 16 Août 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1368 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...