News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Discours de Ndong Sima au peuple Gabonais

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 20 Juillet 2015 à 13:47 | Lu 6567 fois



Mesdames et Messieurs les représentants des partis politiques invités ;
Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile ;
Mesdames et Messieurs
Mes chers amis.

L’année prochaine, à cette période, nous serons en pleine agitation. La campagne électorale pour les élections présidentielles sera en train de démarrer. Ces élections auront pour but de choisir, celui ou celle qui sera chargé de conduire les destinées du pays au cours des sept prochaines années. Sur quoi se fera ce choix ?
A un an de cette échéance capitale, il faut se poser cette question principale et lui donner une réponse claire. Je suis là cet après midi pour vous dire ce que j’en pense. Le Gabon notre pays se trouve à un moment critique de son histoire. En grave difficulté, il doit changer de voie. Il doit choisir entre la fuite en avant dans les excès et le redressement dans la justice.

Depuis plusieurs mois maintenant, beaucoup de gabonais m’appellent et me demandent ce que je vais faire à cette occasion. Je vous remercie de cet intérêt que vous me témoignez. J’ai aussi conscience des enjeux au centre desquels vous m’invitez à me placer. J’ai pris le temps de réfléchir, le temps de me poser quelques questions sur ces appels, sur la nécessité d’y répondre et sur la meilleure réponse à y apporter.

Citoyennes et citoyens,

Membre du PDG depuis 2011, j’ai pris soin de formuler des critiques constructives au sein de ce parti dans l’exercice des fonctions qui m’ont été confiées et en dehors de ces fonctions. J’ai tiré la sonnette d’alarme sur la marche du pays et sur certaines façons de faire qui étaient de plus en plus éloignées des règles que nous avons tous adoptées et consignées dans la Constitution. Ces règles disent comment les gabonais doivent se comporter vis à vis d’autres gabonais ; comment les Institutions doivent se comporter les unes vis à vis des autres ; quels sont les droits des citoyens entre eux et vis à vis des Institutions.

J’ai fini par me convaincre que tout ce que je disais au sein du PDG était inutile ; que mes contributions dérangeaient plus qu’elles ne suscitaient de l’intérêt. Je suis arrivé à la conclusion que ma présence au sein de cette formation politique était en réalité sans objet. J’ai donc décidé le 30 juin dernier de partir du PDG et de reprendre ma pleine liberté.

Depuis, nombre de mes amis et certaines personnalités du Front Uni de l’opposition m’ont approché pour m’inviter à les rejoindre. Comme de nombreux gabonais, comme chacune et chacun d’entre vous, je suis attaché au redressement de notre pays. C’est le seul sens de mon engagement. Dans cette perspective je n’exclus pas de donner dans le futur une suite favorable à ces appels. Mais pour l’heure, une telle démarche serait prématurée et sans doute inopportune en l’état actuel des débats internes au sein de cette coalition.

Mes chers amis

Mon constat est que la situation économique, financière et sociale du pays est mauvaise et même très mauvaise. La chute des prix du pétrole entraine une baisse des recettes de l’Etat. Comme nous ne parvenons pas à réduire nos dépenses, le déficit, c’est à dire l’écart entre nos recettes et nos dépenses, se creuse et augmente. Et nous voilà obligés d’aller emprunter de l’argent là où nous pouvons encore le faire ; de nous endetter. Le risque que ce soit nos créanciers qui viennent nous ajuster est grand. Nous l’avons déjà vécu dans le passé et nous savons quel mal cela nous a fait.

Chacun voit bien que le nombre des emplois que notre économie crée est plus faible que le nombre des jeunes qui terminent leurs études et sont à la recherche d’un emploi. Circuler, dit-on officiellement, la situation est limpide. Or, les jeunes sortent de l’école pour entrer au chômage. C’est une situation qui ne peut pas durer très longtemps encore sans que ces jeunes ne se révoltent.

Mais les entreprises qui travaillent dans le pays sont également en difficulté. Depuis août 2014, ces entreprises licencient partout dans le pays mais surtout à Port-Gentil et à Libreville.
Dans les rencontres qu’il m’est arrivé d’avoir avec plusieurs d’entre vous, j’ai vu des gabonais fiers, débrouillards, opiniâtres, entreprenants, décidés à mener leur vie en citoyens responsables. J’ai entendu avec insistance les mêmes questions formulées avec anxiété. Comment pourrais-je financer les études de mes enfants ? Mes enfants vont-ils encore trouver un emploi ? Quand l’état pourra-t-il garantir la qualité des soins et de l’hôpital ? Ma retraite sera-elle versée ? Comme si tout le monde s’était mis à douter de tout, même de lui-même.

La situation est politique, économique et sociale est donc mauvaise. La préparation des élections de 2016 doit être l’occasion de présenter le meilleur ensemble de propositions qui permettra de sortir de cette mauvaise situation.
Nous sommes au pied de la montagne. Après avoir observée et analysée cette montagne, il nous faut, ensemble, décider comment nous allons l’escalader.

A mon avis, voici venu :

le temps de faire le point exact de l’état de notre économie ;

le temps de discuter des solutions les plus efficaces pour sortir de la mauvaise situation actuelle ;

le temps où tous les gabonais, qui ont en commun le souci de redressement du pays, doivent se mettre ensemble pour préparer une plateforme capable de proposer des solutions efficaces aux problèmes du Gabon et des gabonais ;
C’est, à ce stade, la priorité absolue. Plus tard viendra le temps du choix de celui ou celle qui sera le mieux ou la mieux placé pour mettre en œuvre ces solutions.

Chers compatriotes

Les élections présidentielles de 2009 s’étaient déroulées dans la précipitation justifiée par le décès du président en exercice qui avait finalement pris tout le monde de court. La principale préoccupation de l’époque était, surtout, d’assurer une transition dans le calme. Les problèmes économiques et financiers, quoique présents, avaient été largement relégués au second plan.

Pour les élections présidentielles de 2016, compte tenu des difficultés que beaucoup de gens connaissent, les problèmes économiques seront au centre de la campagne. Ces problèmes seront examinés à partir :
(i) d’un bilan c’est à dire, d’une évaluation de la politique économique et sociale menée pendant les sept dernières années ;

(ii) de la baisse attendue de la production pétrolière et la diminution conséquente des recettes fiscales de l’Etat tandis que paradoxalement la part des dépenses de fonctionnement dans le budget général de l’Etat continue à croitre ;

(iii) du chômage croissant et d’une fracture sociale grandissante.

La dégradation générale de la situation, qu’une grande majorité de personnes constate, appelle des réformes nécessaires, radicales et urgentes. Même si la baisse de la production pétrolière était différée, il y aurait malgré tout nécessité de mettre à profit le répit pour préparer un futur plus serein.
C’est pourquoi il faut s’appliquer à définir une plateforme minimale de réformes politiques, économiques et sociales qui modifie en profondeur les politiques publiques du pays et notre trajectoire actuelle.
Cette plateforme doit reposer sur des valeurs. Il n’y a pas de réussite durable en politique qui ne s’appuie sur des valeurs.

La toute première, c’est la vérité. Nous devons rendre au débat public sa dignité. La situation est trop grave pour que nous puissions nous payer des mots. Trop longtemps les gabonais ont été abusés par des images trompeuses, par des rhétoriques mensongères. Il est temps de regarder la réalité avec lucidité.
La deuxième valeur, c’est le mérite. Au Gabon, tous en principe sont égaux. Mais on le constate, certains le sont largement plus que les autres. Nous devons rétablir le principe de l’égalité de chance partout : à l’école, sur les lieux de travail, dans les quartiers, dans et entre les provinces.
La troisième valeur c’est la solidarité qui doit rester le socle de notre pays.
Une telle plateforme peut se limiter à cinq objectifs principaux à savoir :

1. L’établissement et le respect de l’état de droit : les peuples qui choisissent de vivre ensemble s’accordent sur les règles de leur vivre ensemble consignées dans leur Constitution. Ces règles concernent aussi bien les individus qui forment ces communautés que les institutions dont ils se dotent. Il est donc crucial de revisiter notre Constitution et d’en garantir le strict respect.

2. La Réforme de l’Etat et l’ajustement de sa taille à ses revenus durables : Il est nécessaire d’adopter une organisation de ces communautés et de ces institutions sur des principes et des règles impartiales et donc impersonnelles, équitables qui garantissent l’efficacité de leur fonctionnement dans le temps et dans l’espace.

3. La stimulation d’une croissance durable : Il est essentiel de donner au travail une place prépondérante et de stimuler autant que faire se peut une croissance saine et durable qui concourt à l’accroissement du bien-être collectif et s’inscrit dans une perspective de progrès.

4. La clarification et l’organisation des bases d’une solidarité nationale : La solidarité nationale, qui procède d’un choix de société, doit s’assurer que toutes les composantes participent à l’effort et reçoivent le soutien qui justifie leur appartenance à la communauté.

5. L’accélération de l’intégration sous régionale : La taille même de notre pays et la tendance partout dans le monde à la formation de grands ensembles sous régionaux suggèrent qu’une attention particulière soit prêtée à la consolidation de l’espace CEMAC porteur d’une importante synergie économique et garant d’une sécurité collective.

Citoyennes et citoyens,

Les observations qui précèdent et l’importance du rendez-vous de 2016 m’amènent à lancer un appel à la formation d’une Alliance patriotique articulé en cinq points :
1. J’appelle d’abord les femmes et les hommes de toutes les provinces du Gabon, les jeunes et les moins jeunes, les travailleurs du secteur public comme ceux du secteur privé ; ceux qui cherchent un emploi comme ceux qui ont pris leur retraite, les spécialistes du droit, de l’économie, des autres disciplines mais aussi ceux qui n’ont que leur bon sens, les patriotes quels que soient leurs partis politiques actuels, à me rejoindre pour, ensemble, bâtir cette Alliance Patriotique.

2. J’invite tous les démocrates gabonais qui soutiennent l’organisation de l’Etat sous la forme d’une République et s’opposent aux dérives actuelles faites de confusions entre la gestion de l’Etat et la gestion des amitiés, de glissades dangereuses vers une dérive monarchique, à former cette Alliance Patriotique, capable de proposer une alternative républicaine crédible, solide et de représenter une nouvelle espérance.

3. Je demande à toutes celles et à tous ceux qui adhéreront à cette Alliance Patriotique de s’armer de patience, de s’inscrire dans le calendrier électoral républicain en évitant toute initiative qui pourrait donner le prétexte au pouvoir en place de justifier le statut quo et enfin de travailler à réunir les conditions nécessaires pour une transparence électorale.

4. J’en appelle à tous et à chacun pour préparer avec sérieux, dans la sérénité, les réflexions et les contributions à l’élaboration de la plateforme de cette Alliance Patriotique et à faire preuve d’une grande discipline dans les différentes étapes de cette démarche.

5. J’exhorte tous ceux qui adhèreront à cette Alliance, à consentir les efforts pédagogiques nécessaires pour expliquer, partout où il le faudra, l’intérêt d’une telle plateforme qui devra être prête à la fin de l’année en cours pour que le futur soit de nouveau, pour tous les gabonais, l’espérance de temps heureux.

J’ai, deux ans durant, fait la preuve à la tête du gouvernement, de ma disposition permanente à la négociation et à l’aboutissement de solutions raisonnables, favorables à l’intérêt général, dans la clarté, l’impartialité et le respect de tous. C’est la garantie que j’apporte d’animer et de conduire cette Alliance Patriotique. C’est aussi la promesse que je fais de travailler à l’élaboration de la plateforme la plus solide possible en vue de redresser le pays dans les meilleurs délais.

J’appelle tous les patriotes, toutes celles et tous ceux qui rêvent d’un meilleur Gabon à se joindre à moi dans cette perspective au delà des cercles habituels des partis et groupements politiques, au delà des étiquettes partisanes qui parfois empêchent de penser. Nous avons le Gabon en commun et ce Gabon mérite qu’ensemble nous le redressions dans l’intérêt de tous. L’intérêt du plus grand nombre doit donc tout primer et l’union du plus grand nombre servir à tous.

Vive la République !
Vive le Gabon !
Que nos ancêtres nous assistent et
Que Dieu soit notre force et notre soutien.

Raymond NDONG SIMA


Lundi 20 Juillet 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 6567 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

31.Posté par ya mado le 25/08/2015 12:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est bien envoyé mon président et s'il te plait bastonne encore une seule fois juste une seule

30.Posté par Mr Tanga le 23/07/2015 23:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Loin de faire de la politique, je pense que la chose qu''il faudrait faire est une analyse rationnelle de la situation... si nous sommes pas fatigué de la situation du pays mais continuons notre chemin au lieu de lancer des flèches sur une personnes l

29.Posté par SOUTENONS - LE le 23/07/2015 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
RNS a notre soutien total!!!

28.Posté par velevess le 23/07/2015 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le très grand nombre de réactions a la déclaration de Mr Ndong Sima montre à suffisance qu'il a su provoquer le débat et titiller les consciences et ce, tout en finesse Bravo,

27.Posté par QUE FAIT LE FGIS ? le 23/07/2015 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les milliards cachés par Mouammar Kadhafi disparu des banques occidentales

Entre 350 et 500 milliards d'euros d'avoirs libyens, en grande partie gelés, sont répartis sur la planète… où sont les milliards cachés par Mouammar Kadhafi ?

L'immense fortune du colonel Kadhafi aurait pu déstabiliser le système financier mondial si le « guide » libyen avait choisi de s'en prendre aux Occidentaux en utilisant ce levier. De 350 à 500 milliards d'avoirs libyens sont répartis dans le monde entier, par la volonté de l'ex-dictateur qui avait choisi en 2006 d'investir massivement la fortune amassée grâce à la rente pétrolière.





En dépit des demandes répétées du Conseil national de transition (CNT) et de son gouvernement de transition, reconnu par la communauté internationale, la plupart de ces avoirs sont encore gelés. Seuls 18 milliards ont été débloqués, dont plusieurs centaines de millions par la France.

Ils avaient été gelés dès le début du conflit par l'ONU et l'Union européenne. Ces instances internationales ont ouvert les portes. Mais ce sont maintenant les États concernés qui renâclent et négocient âprement, comme les États-Unis. Or, le CNT a un besoin urgent d'argent frais pour payer les salaires et faire repartir le pays.

Cette fortune est composée de 170 milliards d'euros placés dans des banques, dont 8 milliards pour la France avec la BNP, la Société générale, le Crédit agricole, etc. ; de 100 milliards d'obligations et d'actions, de parts dans des entreprises importantes comme France Télécom, Vivendi, Danone, Dassault, EADS, etc.

Le reste, entre 100 et 200 milliards d'euros, correspond à de nombreux actifs immobiliers dont la valeur évolue grandement avec le marché, comme des hôtels luxueux (Golden Tulip, Hayat) ou des immeubles. D'où la difficulté d'évaluer précisément l'ensemble de ces biens immobiliers libyens. En France, les plus connus sont l'immeuble de la Fnac ou celui de la Défense.

Sociétés-écrans

Pour gérer ces avoirs, le régime Kadhafi avait mis en place des fonds souverains, une dizaine, dont les plus connus sont la Libyan Investment Authority, la société Libyan-African Investment Portfolio, etc., ainsi que des associations tenues par des proches ou les enfants de Kadhafi .

Les montages sont souvent complexes, avec des sociétés-écrans. Le nouveau pouvoir libyen, le CNT, malgré ses divisions, a placé des proches à la tête de quelques-uns de ces fonds. Cependant, les principaux gestionnaires des avoirs libyens qui travaillaient avec le colonel sont restés en place.

L'un d'eux a confié à « Sud Ouest » les « difficultés rencontrées aujourd'hui pour savoir exactement ce que sont devenus ces avoirs ». Des dizaines de millions auraient ainsi disparu dans des banques.

Certains États africains ont aussi déjà laissé entendre qu'ils les avaient purement et simplement annexés. Mais, pour l'heure, de nombreux pays et de grands établissements bancaires traînent des pieds. Ils n'ont aucun intérêt à voir partir ces sommes colossales. L'un des enjeux de la nouvelle Libye est certainement financier.

26.Posté par RABBY CYRRANO le 23/07/2015 10:19 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien beau ce discour. Mais vous allez créer un parti politique, la force est là, la volonté aussi. Mais allez-vous aussi faire comme les autres? La lacheté? Mr Remond j'ai besoin de votre contact.

25.Posté par Ngone le 22/07/2015 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Gabonais le mieux placé, bien dans ses bottes et dans sa tête, patriote et pensant à l'intérêt général, c'est celui-là qu'il faut en 2016. A qui il prête allégeance ? à qui il prêtera serment le moment venu. L'alternance oui, mais remise à plat de tout, avant tout. Je crois que plus de 40 ans d'expérience des uns et des autres, de l'observation et de la lucidité et le bon choix sera entre nos mains. Il émergera, l'Homme, pas le messie, mais un Homme pour le Gabon de demain, le Gabon pour tous.

24.Posté par Ngone le 22/07/2015 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mbourou, relire mon post 13. Je ne dis pas qu'un fang du nord n'est pas gabonais.
Ce genre de compréhension de la forme et non le fond est très fréquent ici. Faut englober le raisonnement mes enfants.

23.Posté par Ngone le 22/07/2015 17:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon petit mbourou, si cela ne tenait qu'à moi et si le Gabon était libre et souverain, en réalité je veux dire, je serais d'accord avec votre raisonnement. Mais ce n'est pas le cas. Je parle de la réal politique prise en compte les grandes puissances sous tutelle de qui nous sommes. Pour être clair, un fang au Cameroun, un en Guinée équatoriale ne permet pas cette possibilité. Un fang du nord comme président est le gabonais le plus craint par les profito-situationnistes et les pilleurs en col blanc du Gabon depuis sa création.Donc réal politique et géopolitique. Ndong, fils de Sima ne peut ignorer cette donne, sauf à passer par la case adoubement et prêter allégeance ou alors accepter de déclencher les hostilités. Les jours à venir nous le diront. Je voulais juste faire comprendre qu'il faut rester lucides et ne pas tomber dans le remake de 1993, nous y avions cru jusqu'aux urnes !!! Pardon, mais ce fut très très dur à avaler.

22.Posté par motema le 22/07/2015 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. MBOUROU vous me donnez l'envie de penser que l'échec de ton candidat est au bout du nez s'il est entouré des personnes comme vous un peu attardées, nous parlons d'élection présidentielle où toute la nation est concernée, vous parlez de coutume fang, quelle tristesse. mon cher le fang dirigera le Gabon peut etre dans 5 décennies tu peux en etre sur. Finalement Ali a raison de vous mater

1 2 3 4
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...