News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Discours à la nation d'Ali Bongo Ondimba

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 17 Août 2012 à 00:09 | Lu 3062 fois



Gabon: Discours à la nation d'Ali Bongo Ondimba
Les traditions républicaines de notre pays m’amènent une nouvelle fois , à la veille du 17 août, date gravée dans notre histoire et dans notre conscience collective, à m’adresser à vous.

Cette occasion solennelle de célébration de l’anniversaire de l’indépendance de notre cher pays, est aussi un moment fort du devoir de mémoire, d’introspection et de projection vers l’avenir. Un avenir que nous voulons serein, sécurisant et radieux pour chaque Gabonaise et pour chaque Gabonais.

Les pères fondateurs de notre Nation, spirituellement associés au génie de tous ceux qui, anonymes ou personnalités publiques, sportifs, artistes, hommes de lettres et de culture, ont contribué au rayonnement de notre pays, et posé les jalons essentiels de son devenir en conférant à notre cher Gabon ses lettres de noblesse, sa réputation vantée et bien réelle de hâvre de paix, de stabilité et d’opportunités.

Il nous appartient à nous tous de consolider et de perpétuer ces acquis et prérequis sans lesquels il n’y a pas de progrès soutenu ni de développement durable.

Nous devons nous atteler, chacun à son niveau et dans son rôle, avec une pleine conscience de nos défis et responsabilités dans un monde de compétition exacerbée, où chaque peuple, chaque nation doit s’inventer un avenir et s’assumer de plus en plus et de mieux en mieux.

Notre jeune compatriote, Anthony OBAME, vient de nous en offrir la plus belle des illustrations en remportant la première médaille olympique de notre histoire, remplissant nos coeurs de joie et de fierté.



MES CHERS COMPATRIOTES

Quelle coïncidence et quelle occasion plus belle et propice que ce couronnement de l’effort et la fête de l’Indépendance pour nous interroger, tous ensemble, sur notre relation personnelle avec notre pays, notre volonté et notre devoir de l’honorer, notre manière d’être les uns avec les autres, en privilégiant tout ce qui nous unit au delà de nos particularismes et individualités ?

Etre gabonais aujourd’hui c’est avoir pleine conscience d’appartenir à une grande nation. Oui, mes chers compatriotes, le Gabon en pleine construction doit être grand dans notre coeur. Le Gabon doit être fort de ses richesses naturelles, de son identité plurielle, de sa culture rayonnante. Une nation dont le ciment essentiel est et doit rester l’amour de notre pays, le culte de notre patrie.

Comme toutes les grandes nations qui attirent l’intérêt, le Gabon est à la fois un exemple d’enracinement, d’ouverture et d’intégration.

C’est pourquoi notre pays doit assumer sa démographie diversifiée. Notre pays doit oeuvrer en toutes circonstances en faveur d’une cohésion nationale plus accrue. Notre pays doit combattre l’ethnocentrisme, le tribalisme, la haine de l’autre. Toutes choses qui, sous d’autres cieux, ont conduit à des catastrophes innomables.

Le spectacle désolant de peuples en conflit, tourmentés, déchiquetés, décimés et en perdition doit , si besoin en était encore, nous en convaincre.

Ce qui nous unit en tant que Gabonais est autrement plus fort que tout ce qui est utilisé comme ferment de la division, de la dispersion, de l’effritement social et qui ne peut avoir comme finalité et résultat que l’instabilité et la régression.

Je suis convaincu que telles ne sont pas les options du peuple Gabonais.



MES CHERS COMPATRIOTES

Nous devons tous être fiers de raconter l’histoire de notre pays, aux générations présentes et futures ainsi qu’au monde entier car elle est belle, notre histoire. Elle est franche et vraie. Elle est faite du partage de valeurs communes au centre desquelles la solidarité.

C’est cette solidarité agissante qui nous permet de tendre la main à l’autre, de ne pas demeurer insensible à sa détresse.

C’est fort d’une telle valeur que nous avons pu bâtir une nation et un Etat.



MES CHERS COMPATRIOTES

Tout ce que nous faisons, tout ce que nous réalisons est pour le bien des Gabonaises et des Gabonais.

Mais chacun de nous prend-il ses responsabilités dans notre chaîne de solidarité, avec la volonté d’être des acteurs conscients de leurs devoirs envers nos compatriotes ?

Comment expliquer en effet des situations analogues à celle d’un patient qui, muni de sa carte CNAMGS, arrive dans un hôpital nouvellement construit ou rénové, avec une garantie de financement et que les personnels qui doivent le prendre en charge, le poussent comme tant d’autres Gabonais vers une clinique privée ?

Comment expliquer que dans certains cas, le compatriote muni de sa carte CNAMGS, soit obligé d’attendre plusieurs heures parce que les personnels privilégient ceux des patients qui doivent payer cash leurs frais médicaux ?

Les exemples similaires peuvent se multiplier dans chacune de nos administrations et institutions.

Encore une fois, sans les citoyens, il n’y a pas d’administration et toutes les réformes doivent s’inscrire dans la perspective d’une meilleure qualité de services à rendre aux citoyens, par ailleurs contribuables.

Nous devons garantir l’impartialité de notre administration, seul gage de son utilité, de son efficacité et de sa performance.

Chacun doit prendre la pleine mesure de ses responsabilités et conscience de sa contribution à l’avancement de notre pays dans l’intérêt général et le bien de tous.

Nous avons, particulièrement nous, la classe dirigeante qui a succédé aux Pères fondateurs, et qui connaît le rôle qu’elle a joué dans notre histoire récente, un devoir d’humilité et de mesure, de responsabilité et de générosité.

Nous nous devons d’assumer notre passé individuel et collectif, et nous inscrire exclusivement dans une logique de restitution à la Nation de ce qu’elle a pu donner à chacun d’entre nous.

Grâce à nos efforts inlassables, notre pays a désormais un faible taux d’endettement qui lui permet de soutenir une forte croissance, située aujourd’hui à 6,5%.

Nos compatriotes les plus fragilisés et démunis, celles et ceux de moyenne condition, ont le droit de voir et de bénéficier des fruits de cet effort collectif et des changements de vie qu’ils méritent et espèrent.

Les réformes entamées doivent se poursuivre, s’accélérer et produire tout leur impact positif sur la vie des uns et des autres.

Le coût de la vie doit être maitrisé de sorte à assurer un mieux-être à chacun. Les prix de denrées de première nécessité, des matériaux de construction, de diverses commodités doivent être régulés, revus à la baisse dans certains cas pour répondre à la demande sociale, augmenter le pouvoir d’achat des foyers, relancer la consommation intérieure et réduire ainsi la pauvreté.

L’année dernière, j’avais évoqué les pratiques sacandaleuses de commerçants véreux. Il s’y ajoutent les pressions injustes et insoutenables de certaines administrations publiques sur le secteur privé, grévant ainsi la structure des prix.

Le peuple Gabonais par ma voix, demande au Gouvernement plus d’efficacité pour régler en urgence cette situation et éradiquer ces pratiques qui , en définitive, pénalisent le citoyen, le consommateur Gabonais.

Les chantiers en cours sont nombreux et à ciel ouvert, les réformes multiples et leurs effets sont de plus en plus perceptibles.

Nul besoin de décliner dans les moindres détails l'état d'avancement des grands chantiers concernant la route, la santé, l'éducation, l'énergie, la protection de l'environnement, l'industrie, la réforme de l’Etat, l’amélioration du cadre des affaires, de la gouvernance et surtout l’habitat.

Pas un seul secteur contribuant au bien-être social des Gabonais n’est laissé en marge.

Pas une seule parcelle du territoire national n’est en marge de ce processus global. Les résultats sont déjà visibles et les efforts dans ce sens vont se poursuivre.



MES CHERS COMPATRIOTES

Lorsqu’il s’agit d’offrir davantage d’opportunités à nos concitoyens par la réalisation de projets d’envergure sur l’ensemble du territoire national, aucune polémique ni résistance ne saurait faire renoncer l’Etat à les conduire à terme, au profit exclusif des Gabonaises et des Gabonais

J’ai de très fortes et grandes ambitions pour notre pays.

Nous devons avancer ensemble sur la voie de leur réalisation.

Ces ambitions n’ont rien de personnel.

Mon unique préoccupation est le bien être des Gabonais et le développement de notre pays.



MES CHERS COMPATRIOTES

La santé et la protection sociale sont, comme vous le savez, au coeur de mon projet de société. L’accès aux soins de qualité pour tous, la bonne gestion des prestations sociales et l’amélioration du niveau de vie de tous les Gabonais sont constamment au centre de mes préoccupations.

En matière d’habitat et pour surmonter la forte demande de logements au Gabon et les retards constatés, il se met en place un nouveau régime de développement de villes nouvelles axé sur des schémas directeurs d’aménagement urbains, prenant en compte une gamme d’options de logements pour tous les niveaux de revenus, ainsi que des hôpitaux et bâtiments publics, des routes, des écoles, des espaces verts et des commerces.

Dans les domaines de l’éducation et de l’enseignement professionnel, les réformes engagées ces dernières années portent leurs fruits avec l’adoption depuis décembre 2011 de la loi portant orientation générale de l’éducation nationale.

Il s’y ajoutent la réhabilitation et la construction de diverses infrastructures : lycées, universités et écoles supérieures.

La réforme en profondeur du système d’attribution des bourses pour une gestion plus transparente, respectueuse de l’égalité des chances permettra de plus en plus une meilleure adéquation entre l’orientation et l’offre d’emploi.



MES CHERS COMPATRIOTES

Je vous ai toujours tenu le langage de la sincérité.

La réalisation de nos ambitions est à notre portée.

Notre pays a besoin de nos énergies convergentes , de nos intelligences, de notre savoir-faire et de notre mobilisation pour renforcer et concrétiser les projets qui s’intègrent dans notre processus de développement.

Nous avons, tous ensemble, de bonnes raisons d’espérer et d’agir, d’innover et d’impulser des énergies nouvelles, de vivre et de faire progresser notre pays avec la bénédiction du Tout Puissant.

Nos équipes nationales de football, les Panthères lors de la CAN 2012 et plus récemment les Panthereaux lors des Jeux Olympiques, ont illustré notre volonté d’agir et notre capacité à accéder au plus haut niveau, offrir au monde les plus belles images de notre pays et de son peuple.

C’est l’occasion pour moi de rendre hommage à notre jeunesse. Je voudrais lui dire que le lendemain, c’est elle. Qu’elle prenne aujourd’hui conscience que c’est pour elle que nous nous engageons et c’est avec elle que nous réussirons.

Je voudrais demander à cette jeunesse de construire sereinement et dignement son avenir, et de ne laisser personne le lui voler, ni l’utiliser à des fins politiciennes.



MES CHERS COMPATRIOTES

Dans son célébre discours du 02 décembre 2007, Omar BONGO ONDIMBA, mon illustre prédécesseur disait, je cite :

“ Depuis 1990, nous consacrons beaucoup trop de temps à la politique. Cette étape était nécessaire dans le renforcement du processus de construction nationale. Nous avions besoin de discuter, de nous disputer parfois. Nous avions besoin de nous comprendre pour mieux nous accepter dans nos différences.

Désormais, trêve de joutes politiciennes. Que la classe politique gabonaise cesse de se parler à elle-même et pour elle-même.

Que la classe politique parle du pays et pour le pays qu’elle doit servir. Que la classe politique parle du peuple et pour le peuple qu’elle doit représenter.” Fin de citation.



MES CHERS COMPATRIOTES

Depuis bientôt trois ans, nous nous sommes engagés dans des efforts inlassables pour développer notre pays, attirer des investisseurs nouveaux et transformer notre économie, afin qu’à l’image des autres pays du monde et d’Afrique, qui ne sont pas plus nantis que nous, nous puissions contribuer à rendre nos concitoyens plus heureux.

Oui, les Gabonaises et les Gabonais ont le droit d’être heureux dans leur pays. Ils ont le droit de vivre dans un environnement dont ils puissent être fiers pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

C’est à cette fin qu’ils m’ont porté à la tête de l’Etat.

Je ne vais pas laisser notre pays entre les mains de ceux qui, après avoir été aux affaires et s’être illustrés par la trahison, la manipulation, l’enrichissement personnel, l’intolérance et le mépris des populations, veulent aujourd’hui casser et détruire le Gabon.

La responsabilité qui m’incombe est de ne pas laisser ceux qui appellent à la violence et à la haine ethnique briser notre vivre ensemble.

Je ne vais pas laisser la chienlit s’installer au Gabon.

Force doit rester à la loi, et force restera à la loi !



GABONAISES, GABONAIS

Nous sommes du Nord ou du Sud, nous sommes Gabonais avant tout !

Nous sommes de l'Est, de l'Ouest ou du Centre, nous sommes Gabonais avant tout !

Le Gabon, c'est ce qui nous unit, c'est ce qui nous fait.

Nous n’avons pas un pays de rechange.

Gabonais nous sommes, Gabonais nous resterons !

Excellente fête de l’Indépendance à tous et à chacun.

Que Dieu bénisse notre pays.

Vive la République !

Vendredi 17 Août 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3062 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

29.Posté par Mlutherking le 18/08/2012 21:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ mba cela montre que tu n'est pas ce que tu prétends etre Mba est un nom propre et un nom de noble dans le monde d'Engong. ali bongo est un voleur assassin.... par conclusion il ne peut pas construire le Gabon, il est la pr le piller et il est nigérian, donc penser qu'ali bongo fils adoptif d’Omar bongo ne peut en aucun cas construire le Gabon, quand tu le dis c'est un mensonge absolu. il faut que tu le comprennes une bonne fois pour toute un voleur ne construit jamais mais détruit.

28.Posté par oxygène le 18/08/2012 20:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
espèce de pédé assassin...tu mourra mal mon type.fumier de ta race.

27.Posté par mba le 18/08/2012 02:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
très beau discours â la nation. Il est dans la lignée des grands hommes qui ont une vision pour leur pays et leur continent. C est une joie de voir moi qui voyage beaucoup à travers le monde que le gabon est devenu l une des destinations favorites pour les investisseurs internationaux grace à la vision d un homme. Ali bongo ondimba. Le choix est clair soit on construit ensemble notre pays soit vous le detruisez et personne n en sortira vainqueur c est le gabon qui perdra.

26.Posté par Alerte Info le 17/08/2012 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les policiers dont les noms suivent, sont actuellement torturés dans les geôles des forces de sécurité pour avoir refusés de tirer sur les gabonais:
ové Ghislain
Ondo essono
Meye juliette
Mobaky maxime
Toung MVE

25.Posté par Donguila le 17/08/2012 20:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La chienlit?! Non mais je rêve! Il se moque de qui ce biafrais importé par les Bongo? Tu es une merde finie!

Ali Bongo et ses lèche-culs le paieront au centuple.
Plutôt que de nous faire peur, tous ces morts (POG + LBV) doivent nous donner davantage de courage, de détermination pour sonner le glas de la fin de ce biafrais. Une couille molle qui se planque derrière une armée d'affamés, comme tous ces dictateurs qui sont tombés à travers le monde.

OJUKWU, ton tour arrive! Les gabonais ne reculeront pas malgré ces assassinats et autres intimidations.

Jusqu'au bout! Jusqu' à la mort.............

24.Posté par Mlutherking le 17/08/2012 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ ali bongo ne connait pas ce qu'on appelle une nation, il Provence les mots comme un perroquet, d'ailleurs il n'est pas Gabonais. C'est un nigérian adopté par Omar bongo.

23.Posté par Bissawoula le 17/08/2012 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali affirme ceci : « Force doit rester à la loi, et force restera à la loi ! »

Lorsque ALI le dictateur parle de « loi » il veut peut-être parler de sa propre loi à lui, celle que lui seul impose, car il n’a jamais respecté les lois de la République.
Si ce n’était pas le cas, il n’aurait jamais truqué de façon éhontée l’élection de 2009, en fabriquant au passage un faux-acte de naissance. Il n’aurait jamais maintenu sa belle-mère MBORANTSOUO à la Cour constitutionnelle, contre vents et marées jusqu’à maintenant. Il n’aurait jamais créé toutes ces agences quasi ‘privées’ qu'il s'entête à maintenir, et qui gèrent le budget du Gabon, un budget voté par les deux assemblées mais qui est géré dans des cabinets privés et occultes. ALI a donc vidé de sa substance un des rôles majeurs de l’assemblée, qui est de contrôler l’action du gouvernement. La plupart de ces agences privatisées sont d’ailleurs sous le joug de la légion étrangère d’ALI le légionnaire. De fait, ALI privilégie la légion, en considérant les Gabonais en général, mais surtout les FANG, comme des empêcheurs de tourner en rond. ALI n’aime ni le contrôle ni la critique et craint le débat d’idées. La récente suspension de journaux de l’opposition militaire de jeudi, la destruction sauvage de l’antenne de TV+ en sont la dernière illustration.

Gabonaises, Gabonais, chers compatriotes, le moment est venu d’en finir avec ce voyou de la République, qui veut maintenir les Gabonais dans l’obscurantisme et la dépendance.

22.Posté par Serge le 17/08/2012 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean Christoph est un homme engagé, il peut parler de sa stratégie au téléphone. Où est le problème? Où est le tribalisme qui pousse ridiculement le pouvoir apeuré à voler si bas. Si ali écoute maintenant aux portes, c'est qu'il a vraiment peur, c'est qu'il est vraiment ridicule. Ce sont des banalités, des choses qui se disent tous les jours. Qu'on nous sorte aussi les conversations du commando qui est allé incendier TV plus, les conversations des Capistes, celles de la GR et autres imbéciles casqués. Ces méthodes, on le sait, visent à entretenir la terreur, mais en revanche, elles aident aussi à plus de discrétion et poussent à faire attention. Ce n'est donc pas forcément une mauvaise chose pour l'opposition qui aura à poser des actes pour l'avenir. A bons entendeurs....

21.Posté par Alerte Info le 17/08/2012 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les populations de la Nyanga, de la Ngounié, de l'Ogooué-ivindo ont refusé de prendre part aux 17 aout pour manifester leur mécontentement aux tueries du 15 août.

20.Posté par Alerte Info le 17/08/2012 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Grande mobilisation ce vendredi 17 AOUT A PARTIR DE 14H au siège de l'Union Nationale à Sobraga pour une MARCHE PACIFIQUE EN MÉMOIRE d’Élisabeth sauvagement assassinée le 15 août 2012 par les forces de police nationale. Soyez très nombreux munis d'un brassard noir.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...