Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon-Discours à la nation : Ali Bongo en phase avec les aspirations de son peuple ?

l'info réelle 7J/7 - Lyric Eden le Mercredi 19 Août 2015 à 00:00 | Lu 1724 fois

On l’attendait pour le 16 Août comme d’ordinaire. Plusieurs supputations circulaient déjà dans l’opinion. Mais l’homme, imprévisible, exécute une sortie magistrale au soir du 17 Août, prenant l’opinion nationale et internationale à contre pied : annonces et promesses à la hauteur des attentes du peuple gabonais et des griefs de l’opposition ? Est-ce enfin la preuve que le Chef de l’Etat gabonais prend en compte les aspirations légitimes de son peuple ?



Sans parti pris ni passion idéologique, aucune, le moins qu’on puisse observer est que cette opération de communication ne manquera pas de surprendre et de prendre à contre pied une certaine opinion nationale et internationale. Ali Bongo, le ton solennel et grave, sans formalisme ni langue de bois, salue les avancées objectives de sa politique tout en reconnaissant les faiblesses de celle-ci notamment en matière d’habitat, de logements, d’eau, d’électricité et de l’état des voiries urbaines.

Il démontre de façon dialectique son amour et son attachement patriotique à la Nation et à l’Etat gabonais. En dépit de la conjoncture particulièrement difficile du moment, il invite, comme en 2014, les uns et les autres à l’espérance d’un avenir radieux pour tous : « Aucun gabonais ne restera au bord de la route du développement ». Après avoir mis le pied dans la fourmilière que constitue le problème de la jeunesse gabonaise, il termine par des annonces et promesses inédites : le partage de sa part d’héritage d’Omar Bongo Ondimba et la cession au peuple de trois propriétés appartenant à la famille Bongo au Gabon et en France. Aveu de faiblesse ? Preuve d’un régime à bout de souffle ? Les signes de la fin ? Volonté d’apaiser le climat sociopolitique par un acte de partage et de justice ?

Sans préjuger de la sincérité de ses propos, peut-on tout de même affirmer que le Chef de l’Etat a convaincu son peuple ? D’aucuns l’affublent déjà du manteau de Robin des bois, ou de voleur qui se repend publiquement, d’autres, comme Zacharie MYBOTO sur les antennes de RFI, s’amusent de ces promesses devenues la marque de fabrique de l’Emergent en chef et attendent de voir la concrétisation de celles-ci ; alors que d’autres parlent de mensonges d’Etat ou de tentative de séduction et d’endormissement du peuple gabonais en vue des élections de 2016.

Entre toutes ces réactions légitimes, il ne faut pas commettre l’erreur de jeter l’eau du bain avec le bébé. La démocratie et l’alternance oui, mais dans le cadre et les formes prévues par la loi. Non pas une « Démocratie de la rue » qui plongerait le pays dans les désordres et le chaos. Les débats doivent se déployer entre les partis « légalement reconnus » selon l’esprit et la lettre du Conseil national de la Démocratie. Les fauteurs de troubles sont avertis avec fermeté car le Gabon n’est pas la propriété d’un groupe d’intérêts ou d’un parti politique mais le pays de tous les gabonais. Ali Bongo semble s’appuyer ici sur cette frange importante de la population qui l’encourage à aller de l’avant sans se décourager car ils ont placé en lui leur confiance.

Le non-dit de ce discours à la nation en ce 55ème anniversaire de l’accession du Gabon à l’indépendance pourrait être ceci : « Vous aussi, faites comme moi, dites la vérité et reconnaissez vos faiblesses et votre part de responsabilité dans la situation actuelle du pays. Il ne suffit pas de quitter le PDG ni de demander pardon à tout vent. Déclarez vos biens et rendez au peuple gabonais sa part légitime de richesse commune ».

On comprend dès lors que cette sortie du numéro 1 gabonais mette les uns et les autres comme dos à dos tout en relançant le débat. A toutes fins utiles, on comprend aussi l’existence d’un pacte tacite de non agression entre les ténors de la politique au Gabon, pouvoir comme opposition. Car personne n’a les mains propres dans cette affaire. Pouvait-il en être autrement ?

La véritable alternance devra donc choisir ses hommes. « A vin nouveau, outres neuves », déclarent les Evangiles.


Mercredi 19 Août 2015
Lyric Eden
Vu (s) 1724 fois




1.Posté par obenga jacques le 19/08/2015 02:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n''ai jamais lu un article aussi nul. On dirait même qu''il vous manque le talent pour commenter un tel événement .

2.Posté par Patrick Ango le 19/08/2015 02:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entre toutes ces réactions légitimes, il ne faut pas commettre l’erreur de jeter l’eau du bain avec le bébé. La démocratie et l’alternance oui, mais dans le cadre et les formes prévues par la loi. Non pas une « Démocratie de la rue » qui plongerait le pays dans les désordres et le chaos. Les débats doivent se déployer entre les partis « légalement reconnus » selon l’esprit et la lettre du Conseil national de la Démocratie. Les fauteurs de troubles sont avertis avec fermeté car le Gabon n’est pas la propriété d’un groupe d’intérêts ou d’un parti politique mais le pays de tous les gabonais. Ali Bongo semble s’appuyer ici sur cette frange importante de la population qui l’encourage à aller de l’avant sans se décourager car ils ont placé en lui leur confiance.

Le non-dit de ce discours à la nation en ce 55ème anniversaire de l’accession du Gabon à l’indépendance pourrait être ceci : « Vous aussi, faites comme moi, dites la vérité et reconnaissez vos faiblesses et votre part de responsabilité dans la situation actuelle du pays. Il ne suffit pas de quitter le PDG ni de demander pardon à tout vent. Déclarez vos biens et rendez au peuple gabonais sa part légitime de richesse commune ».

On comprend dès lors que cette sortie du numéro 1 gabonais mette les uns et les autres comme dos à dos tout en relançant le débat. A toutes fins utiles, on comprend aussi l’existence d’un pacte tacite de non agression entre les ténors de la politique au Gabon, pouvoir comme opposition. Car personne n’a les mains propres dans cette affaire. Pouvait-il en être autrement ?

La véritable alternance devra donc choisir ses hommes. « A vin nouveau, outres neuves », déclarent les Evangiles.

Nous attendons la declaration de biens et la restitution de Myboto ( S ), Ping, Adiahénot, Oyé Mba, Missambo Paulette, Jean Eyegué Ndong,, Divoungui di dingue, Charles Tchen, Mayila Louis,

3.Posté par Lyric Eden le 19/08/2015 02:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
partagez-nous votre commentaire d'un tel événement et laissez-nous nous extasier devant votre grand talent cher Monsieur Obenga jacques. Est-ce donc là l'expression de votre "démocratie de l'injure?" Si long est donc le chemin qui nous reste encore à parcourir ensemble vers la véritable libération du Gabon.

4.Posté par Otounga Mathias le 19/08/2015 03:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un discours sans équivoque et plein d''espoir. Chers frères Gabonais ne vous trompez pas d''ennemis. Méfiez f des marchands de faux espoirs. Ali Bongo ne vous promet pas le ciel mais un monde meilleur.

5.Posté par Ciel le 19/08/2015 06:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nous voulons une chose: le départ de Ya Ali, nous n'avons rien contre lui, mais au regret, il faut reconnaître qu'il n'a pas les armes pour diriger ce pays!!! il faut être honnête et le reconnaître, beaucoup de gabonais pense pour soi, les Bongo c'est trop, on est à bout!!

au discours, il disait qu'il a partagé son père avec les filles et fils de ce pays, donc nous sommes ses frères et sœurs: un frère qui n'hésite pas à tirer sur les seins dans la rue, un frère qui laisse ses enfants se faire éventrer sans que justice soit faite, un frère qui hait une partie des seins parce qu'il ne partage pas ses idées, un frère qui se comporte comme un prince et nous ses sujets, un frère qui fait la fête à coup de millions pendant que les autres ont faim....
Ali, lorsque dans une relation, on n'a plus rien à donner, il faut arrêter, laisse nous tranquille.
on rêve d'un Gabon où nos enfants auront tous les mêmes chances à vivre un parfait bonheur sans que son nom ne plaide en sa faveur, parce qu'il y a plus d'un million de jeune sans noms, anonyme, oui nous sommes tes frères mais pas des Bongo, nous avonns besoin d' un autre frère pour montrer la voie.

6.Posté par Le fils du pauvre le 19/08/2015 06:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
poste 4 l'espoir d'un Gabon meilleur reste un rêve blanc dans les conditions de gestion du pays actuellement par contre l'espoir d'un Gabon meilleur passe inévitablement par un changement de régime nous avons atteind l'apogée le déclin est inévitable.

7.Posté par le gabon sans non le 19/08/2015 06:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien dit ciel !!!

8.Posté par le fils des morts. le 19/08/2015 07:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout cela n''est que du baratin politique. Il veut apaiser la colère des gabonais.il envisage déjà ça campagne.

9.Posté par Giap Effayong le 19/08/2015 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste4 Otounga Mathias,
Pauvre imbécile! il vaut mieux se taire lorsqu'on a rien à dire.Ali Bongo a l'âme de son visage,et le visage de son âme.C'est un hideux et ses actes parlent pour lui.

10.Posté par Basile Junior le 19/08/2015 09:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Poste 4 OTOUNGA Mathias*...Si tel est le cas qu'il nous promet 1 monde meilleur alors nous attendons vivement des éclaircissements sur la Loi des Finances Rectificatifs 2016.Car les Gabonais comptent avant tout sur leurs propre moyens avant d’espérer sur des "Biens fessant état de Litige"..A Combien s’élèvera le BUDGET 2016???Tel est ma question..Sachant que depuis 2 ans il a du mal a être exécuté et le gouvernement a été paralysé durant tout l'exercice 2015...Fatiguer de PROMESSE en veux des chiffres et des Actes réelles.Soyons pas Duper chers Gabonais.

11.Posté par Alexandre le 19/08/2015 09:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Commentaire *vous qui vous réjouissez du soit disant partage de l'héritage (argent volé donc qui nous appartient) je vous assure que personne n'en vera la couleur au si sûre que nous avons les 5000 logements un discours de plus fait de promesses encore et encore jusqu'à quand ?? Vous êtes heureux des promesses comme si c'est qui manquent le peuple veux une seule chose LE DÉPART DE L'ÉMERGENCE toute les vrais démocratie du monde connaissent l'alternance allez y avec vos promesses....

12.Posté par MOULAMBA BONIFACE le 19/08/2015 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
très bien dit Patrick Ango,felicitation et soutient,car le gabonais parle beaucoup et sait tout;que Ping nous rende l'argent volé par la prostitué Bulgare à Paris;que Myboto nous rende l'argent des routes,Missambo l'argent des fetes tournantes dans l'ogooué lolo ect ect;enfin nous pourrons parler de partage et de démocratie;eux les vraie gabonais car Ali est biafrais

13.Posté par Gabon d''''abord le 19/08/2015 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Messieurs Otounga Mathias et Moulomba Boniface, ah syndrome de Stockholm quand tu nous tiens... Apparemment,, vous ne vivez pas dans le même Gabon que ceux qui se font dépecer et éventrer sans que justice ne leur soit rendue, que ceux qui se nourrissent dans des décharges publiques, que les femmes qui accouchent à même le sol, que les compatriotes qui n'ont même pas 1000F pour manger alors que leur pays regorge de richesses pendant que des étrangers se servent dans le Trésor Public etc. Vous avec besoin des soins d'un analyste!!!!!!!!!!

14.Posté par Le biggy le 19/08/2015 13:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je me marre en lisant cet article. Qui a declare ses biens. Cede sa part d''heritage ki s''eleve a combien? Et les gens font de la récupération politique.

15.Posté par Le biggy le 19/08/2015 13:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un monde meilleur ou on depece ces concitoyens. Vous vous remplissez les poches au quotidien et vous venez racontez n'importe quoi et dire kil ya encore des gabonais qui a Alice au pays des merveilles.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée


Incroyable !