News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Développement des infrastructures : les illusions perdues d'Ali Bongo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 11 Juillet 2014 à 07:16 | Lu 1066 fois

Ayant succombé aux sirènes gouvernementales, de nombreuses entreprises ont préfinancé des projets dans le bâtiment et travaux publics. Résultat des courses : leurs factures s’entassent et nombreuses d’entre elles n’hésitent plus à quitter le pays.



Depuis plusieurs années, et davantage depuis l’arrivée d’Ali Bongo au pouvoir, le gouvernement gabonais multiplie les effets d’annonce. Si le lancement des projets d’infrastructures se fait général à grand renfort de publicité, on évoque rarement leur aboutissement. Bien que la récente livraison du pont sur la Banio ait permis au gouvernement de se gargariser de ses réalisations, le pays est toujours loin de retrouver la confiance dont il bénéficiait jadis auprès d’un grand nombre d’entreprises locales et étrangères. Pour de nombreuses entreprises, le Gabon est désormais un maître d’ouvrage peu scrupuleux.

En attendant le paiement hypothétique de la fameuse dette intérieure, le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP), l’un des plus touchés, se vide peu à peu : «Des sociétés comme Sobea, la filiale gabonaise de Sogea-Satom, ou Entraco sont ainsi dans le rouge», révèle La Lettre du Continent (n°686), qui ajoute que «de son côté, Colas-Gabon a dû mettre une partie de son personnel au chômage technique.


Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour ...Qui vivra verra de l'émergence d'Ali Bongo


Gabonreview
quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…
été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…
Gentil. Quant à̀ la société espagnole d’ingénierie Adelfia, elle songe à̀ plier bagage en raison d’un volume trop élevé de créances. La même situation a justifié́ le départ des groupes suédois Erikson et allemand Gauff».

On apprend ainsi que depuis plusieurs années, l’Etat gabonais accumule des dettes auprès de plusieurs entreprises nationales et étrangères. Rien que pour les services faits, les ardoises qui s’entassent tout au long de la chaîne de dépense, sans qu’aucun responsable ne daigne s’en émouvoir, sont évaluées à plus de 150 milliards de francs CFA. Aussi, rappelle la célèbre lettre confidentielle d’information, si quelques rares projets ont été conduits à leurs termes, dans la plupart des cas, il s’agit de projets préfinancés par des entrepreneurs qui consentent à prendre des risques. A titre d’exemple, indique la source sus-citée, «si le pont sur la Banio a été réalisé, c’est avant tout grâce à̀ un financement de Guido Santullo, 77 ans, le PDG de la société de BTP Sericom et l’un des rares entrepreneurs à faire encore confiance à l’Etat». Un exemple qui est loin de se répercuter chez la dizaine d’autres entreprises visiblement en difficulté au Gabon, quoi qu’en dise le discours officiel.

Les relations s’étant fortement envenimées entre l’Etat et ces entreprises, depuis quelques temps, de nouvelles normes auraient été établies. Si le critère de préfinancement par l’entrepreneur est encore d’actualité en ce qui concerne l’acquisition et la réalisation des projets d’infrastructures, il est des sociétés voire des «pays-frères» qui n’hésitent plus à imposer leurs conditions à l’Etat gabonais. Il en va ainsi pour les projets de l’Ogooué-Maritime qui, ajoute le confidentiel continental, «ne devraient être effectués que grâce à̀ un préfinancement de l’Exim Bank chinoise et à la condition que ces chantiers soient construits par le groupe China Road & Bridge Corp. (CRBC)». Une aubaine ? Que nenni !

Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…technique.villedePort-Gentil. Quant à̀ la société espagnole d’ingénierie Adelfia, elle songe à̀ plier bagage en raison d’un volume trop élevé de créances. La même situation a justifié́ le départ des groupes suédois Erikson et allemand Gauff».

On apprend ainsi que depuis plusieurs années, l’Etat gabonais accumule des dettes auprès de plusieurs entreprises nationales et étrangères. Rien que pour les services faits, les ardoises qui s’entassent tout au long de la chaîne de dépense, sans qu’aucun responsable ne daigne s’en émouvoir, sont évaluées à plus de 150 milliards de francs CFA. Aussi, rappelle la célèbre lettre confidentielle d’information, si quelques rares projets ont été conduits à leurs termes, dans la plupart des cas, il s’agit de projets préfinancés par des entrepreneurs qui consentent à prendre des risques. A titre d’exemple, indique la source sus-citée, «si le pont sur la Banio a été réalisé, c’est avant tout grâce à̀ un financement de Guido Santullo, 77 ans, le PDG de la société de BTP Sericom et l’un des rares entrepreneurs à faire encore confiance à l’Etat». Un exemple qui est loin de se répercuter chez la dizaine d’autres entreprises visiblement en difficulté au Gabon, quoi qu’en dise le discours officiel.

Les relations s’étant fortement envenimées entre l’Etat et ces entreprises, depuis quelques temps, de nouvelles normes auraient été établies. Si le critère de préfinancement par l’entrepreneur est encore d’actualité en ce qui concerne l’acquisition et la réalisation des projets d’infrastructures, il est des sociétés voire des «pays-frères» qui n’hésitent plus à imposer leurs conditions à l’Etat gabonais. Il en va ainsi pour les projets de l’Ogooué-Maritime qui, ajoute le confidentiel continental, «ne devraient être effectués que grâce à̀ un préfinancement de l’Exim Bank chinoise et à la condition que ces chantiers soient construits par le groupe China Road & Bridge Corp. (CRBC)». Une aubaine ? Que nenni !

Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…nombreuses entreprises, le Gabon est désormais un maître d’ouvrage peu scrupuleux.grâce à̀ un préfinancement de l’Exim Bank chinoise et à la condition que ces chantiers soient construits par le groupe China Road & Bridge Corp. (CRBC)». Une aubaine ? Que nenni !

Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…stratégique à l’action gouvernementale.de la ville de Port-Gentil. Quant à̀ la société espagnole d’ingénierie Adelfia, elle songe à̀ plier bagage en raison d’un volume trop élevé de créances. La même situation a justifié́ le départ des groupes suédois Erikson et allemand Gauff».de la ville de Port-Gentil. Quant à̀ la société espagnole d’ingénierie Adelfia, elle songe à̀ plier bagage en raison d’un volume trop élevé de créances. La même situation a justifié́ le départ des groupes suédois Erikson et allemand Gauff».

On apprend ainsi que depuis plusieurs années, l’Etat gabonais accumule des dettes auprès de plusieurs entreprises nationales et étrangères. Rien que pour les services faits, les ardoises qui s’entassent tout au long de la chaîne de dépense, sans qu’aucun responsable ne daigne s’en émouvoir, sont évaluées à plus de 150 milliards de francs CFA. Aussi, rappelle la célèbre lettre confidentielle d’information, si quelques rares projets ont été conduits à leurs termes, dans la plupart des cas, il s’agit de projets préfinancés par des entrepreneurs qui consentent à prendre des risques. A titre d’exemple, indique la source sus-citée, «si le pont sur la Banio a été réalisé, c’est avant tout grâce à̀ un financement de Guido Santullo, 77 ans, le PDG de la société de BTP Sericom et l’un des rares entrepreneurs à faire encore confiance à l’Etat». Un exemple qui est loin de se répercuter chez la dizaine d’autres entreprises visiblement en difficulté au Gabon, quoi qu’en dise le discours officiel.

Les relations s’étant fortement envenimées entre l’Etat et ces entreprises, depuis quelques temps, de nouvelles normes auraient été établies. Si le critère de préfinancement par l’entrepreneur est encore d’actualité en ce qui concerne l’acquisition et la réalisation des projets d’infrastructures, il est des sociétés voire des «pays-frères» qui n’hésitent plus à imposer leurs conditions à l’Etat gabonais. Il en va ainsi pour les projets de l’Ogooué-Maritime qui, ajoute le confidentiel continental, «ne devraient être effectués que grâce à̀ un préfinancement de l’Exim Bank chinoise et à la condition que ces chantiers soient construits par le groupe China Road & Bridge Corp. (CRBC)». Une aubaine ? Que nenni !

Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…de la ville de Port-Gentil. Quant à̀ la société espagnole d’ingénierie Adelfia, elle songe à̀ plier bagage en raison d’un volume trop élevé de créances. La même situation a justifié́ le départ des groupes suédois Erikson et allemand Gauff».

On apprend ainsi que depuis plusieurs années, l’Etat gabonais accumule des dettes auprès de plusieurs entreprises nationales et étrangères. Rien que pour les services faits, les ardoises qui s’entassent tout au long de la chaîne de dépense, sans qu’aucun responsable ne daigne s’en émouvoir, sont évaluées à plus de 150 milliards de francs CFA. Aussi, rappelle la célèbre lettre confidentielle d’information, si quelques rares projets ont été conduits à leurs termes, dans la plupart des cas, il s’agit de projets préfinancés par des entrepreneurs qui consentent à prendre des risques. A titre d’exemple, indique la source sus-citée, «si le pont sur la Banio a été réalisé, c’est avant tout grâce à̀ un financement de Guido Santullo, 77 ans, le PDG de la société de BTP Sericom et l’un des rares entrepreneurs à faire encore confiance à l’Etat». Un exemple qui est loin de se répercuter chez la dizaine d’autres entreprises visiblement en difficulté au Gabon, quoi qu’en dise le discours officiel.

Les relations s’étant fortement envenimées entre l’Etat et ces entreprises, depuis quelques temps, de nouvelles normes auraient été établies. Si le critère de préfinancement par l’entrepreneur est encore d’actualité en ce qui concerne l’acquisition et la réalisation des projets d’infrastructures, il est des sociétés voire des «pays-frères» qui n’hésitent plus à imposer leurs conditions à l’Etat gabonais. Il en va ainsi pour les projets de l’Ogooué-Maritime qui, ajoute le confidentiel continental, «ne devraient être effectués que grâce à̀ un préfinancement de l’Exim Bank chinoise et à la condition que ces chantiers soient construits par le groupe China Road & Bridge Corp. (CRBC)». Une aubaine ? Que nenni !

Contrairement au groupe chinois qui semble sûr de son coup, d’autres entreprises étrangères ruent désormais dans les brancards. Nombre de projets tardent à voir le jour quand d’autres ont tout bonnement été «abandonnés» ou mis à l’arrêt, faute de financements. Le pays est-il proche de la cessation de paiement ? Bien malin qui saura le dire !!! Qu’à cela ne tienne, indique-t-on, «la plupart des opérateurs (étrangers comme nationaux) subissent les lourds arriérés de l’Etat, même si Libreville promet régulièrement d’acquitter (sa) dette intérieure». Voilà une réputation qui n’est pas pour aider le pays à retrouver la confiance de nouveaux partenaires…

Vendredi 11 Juillet 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1066 fois




1.Posté par La metisse du CoCom le 13/07/2014 15:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila pour quoi il faut reformer la presidence de la republique en chassant tous les charges de missions qui n''ont rien foutu jusqu''a present, seulement mentir au president et recruter d''autres jeunes plus dynamiques et patriotes.

2.Posté par La metisse du CoCom le 13/07/2014 15:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut le faire des ce mois. Chasser aussi des gens comme bilie by nze et bien d'autres qui n'ont plus leur place au palais. Ils font des faux rapports au Patron et c'est ce dernier qui en patie. Non, il faut que cela s'arrete.

3.Posté par La metisse du CoCom le 13/07/2014 15:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le President, RECRUTER et VIRER tous ces jeunes incapables, 5 ans c'est trop et aucun resultat, on vous fera des propositions, consultez tout le monde, surtout les plus sages. Pour «un avenir en confiance».

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...