News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Des choses et d’autres autour de la rumeur d’interdiction de sortir de Mborantsouo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 31 Décembre 2015 à 10:15 | Lu 2594 fois

Depuis quelques jours, une rumeur enfle dans les rues de Libreville au sujet d’une fin de non-recevoir opposée à la présidente de la Cour Constitutionnelle, qui souhaitait se rendre à l’étranger. Sous-entendus et retour sur un aparté avec la concernée.



S’il est vrai que le microcosme politique national est désormais en proie à toutes sortes de micmacs, coups bas, trafics d’influence et dénis de réalité, il est aussi vrai qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Autrement dit, la rumeur d’une éventuelle interdiction de sortie du territoire dont aurait été frappée la présidente de la Cour constitutionnelle doit avoir un fondement, même si seul le temps pourra révéler le fin mot de cette histoire.

Ces derniers jours, certains confrères ont évoqué cette histoire en usant du conditionnel. Interrogatif, Echos du nord, dans sa livraison du 28 décembre 2015 titrait à ce propos : «La présidente de la Cour constitutionnelle, sous le diktat de la justice aux ordres ?». Sans confirmer quoi que ce soit, notre confrère raconte qu’à quelques minutes de quitter le territoire national en partance pour l’Europe, une interdiction «arbitraire» a été faite à Marie-Madeleine Mborantsouo. Citant des «sources concordantes non infirmées», il précise qu’elle aurait reçu une instruction orale d’un policier, qui lui aurait chuchoté l’interdiction qui la frappait, au point de la contrarier et de susciter l’annulation de son voyage. Si tel est vraiment le cas, que reproche-t-on à la présidente de la Cour constitutionnelle ? Est-ce une affaire politique ? Est-ce un signe avant-coureur des représailles après l’annulation de l’ordonnance relative à l’organisation générale de la justice ?

Au regard des liens familiaux unissant le président de la République à la présidente de la Cour constitutionnelle, toutes les supputations ont cours. D’aucuns pensent que du fait du soutien inconditionnel que la Cour constitutionnelle a toujours apporté au régime en place, lui interdire de sortir du territoire national «sans la manière et encore moins sans le respect des lois en vigueur dans le pays est signe d’un désaveu et d’abus d’autorité». Et Echos du Nord de relever qu’il s‘agit du «premier gros poisson du régime à tomber de façon aussi déconcertante dans l’abîme de cet abus d’autorité». «Qu’en la matière, seul un juge, à l’instar du président du tribunal ou du procureur de la République, a qualité d’agir, avec obligation de motiver par écrit sa décision. Des motivations opposables au droit, et qui n’ont donc pas valeur de parole d’évangile», précise notre confrère.

Flash-back sur le plaidoyer pro domo de Mborantsouo

De nombreux journalistes se souviendront que le 5 mars 2014, Marie-Madeleine Mborantsouo était sortie de sa réserve. Comme pour une catharsis, elle avait «vidé son sac», en off, devant la presse, abordant tous les dossiers ou presque. Revenant sur la période trouble qu’a connu le Gabon en 2009 après la mort du président Omar Bongo, la présidente de la Cour constitutionnelle avait alors estimé que les mauvaises interprétations faites ici et là sur le rôle joué par cette institution ne sont pas fondées. Et de se demander comment les gens n’avaient-ils pas pu voir que malgré qu’Omar Bongo était son parent, et malgré la douleur dans laquelle se trouvaient les membres de la Cour, ceux-ci n’ont pas failli à leur tâche. La preuve, selon elle, était que l’institution dont elle assure la supervision avait organisé la transition tout en permettant à la présidente du Senat de prêter serment et de travailler depuis la présidence pour avoir les mains libres.

Or, la Constitution, selon Mborantsouo, ne disposait pas les choses ainsi. «Qui s’était levé pour dire que le Gabon reste debout ?», avait-elle interrogé avant de relever que le défunt président étant son parent, le premier réflexe aurait été pour elle de «plier bagages et de quitter le pays pour se protéger». Or, souligna-t-elle alors, elle est restée pour servir le pays. «Il n’y a pas que des avantages dans les fonctions, il y a aussi tout ce qui va avec», avait-elle indiqué, expliquant que Omar Bongo Ondimba n’a jamais dit qu’Ali Bongo Ondimba devrait être président de la République. «Je ne savais pas qu’il allait être élu président, je ne savais même pas qu’il devrait être candidat à cette élection».

Y allant, Madame Mborantsouo avait alors expliqué que si les élections étaient bien organisées au Gabon, rien ne permettrait à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur quoi que ce soit. Et de rappeler que la haute juridiction ne sort de son silence que lorsqu’on la sollicite à travers des saisines et que l’institution rendrait des décisions conformément à la loi. Toute chose qui lui avait permis d’expliquer l’article 72 de la loi organique à l’origine de nombreux rejets des requêtes lors des contentieux électoraux. La présidente de la Cour constitutionnelle soulignait alors que tout est écrit dans cet article que les politiques ne prennent pas la peine de lire et dès le moment que l’une de ses dispositions n’est pas respectée, les juges ne poursuivent même pas l’examen du dossier puisque la loi a déjà prévu la sanction. Car des saisines sont souvent faites et signés par les avocats des requérants, les noms sont souvent mal écrits, … entrainant de facto des rejets.

«Si la loi n’est pas appliquée, l’autre partie va invoquer cela pour faire annuler le procès. Cette loi n’est pas de Mborantsouo, qu’elle soit là ou pas elle sera toujours appliquée par d’autres parce qu’elle a été votée par le législateur», soutenait-elle.

Pour Mborantsouo, il est évident que les gens contestent sa personne plutôt que les décisionsprinincées par la Cour. Et un observateur de relever qu’«un juge doit se récuser s’il doit juger une affaire dans laquelle elle a des intérêts». Personne n’a en effet oublié que réputée parente d’Omar Bongo, ainsi qu’elle l’avait elle-même alors certifié, et donc d’Ali Bongo, elle devrait se récuser et ne pas juger une affaire pour laquelle elle pourrait être juge et partie. Un aspect sur lequel elle avait alors tout de même choisi de ne pas s’étendre, relevant cependant que «Marie-Madeleine Mborantsouo n’est pas juge unique». Et de se demander comment ceux qui travaillent en amont des élections, qui organisent tout le processus électoral jusqu’à en rendre les résultats, ne sont presque jamais inquiétés alors que l’on s’acharne systématiquement sur sa personne.

Occasion pour elle de citer alors tous les ministres de l’Intérieur depuis l’avènement du multipartisme en 1990, mais aussi les noms des différents présidents de la Commission électorale qui ne souffrent d’aucun acharnement. De plus, indiquait-elle alors, comme tous les Gabonais, elle a régulièrement suivi les différentes proclamations des résultats électoraux depuis un poste de téléviseur. Comme quoi, elle n’est pour rien quant à l’élection d’un tel ou de tel autre, à l’en croire.

Pourquoi donc ce 5 mars 2014, Marie-Madeleine Mborantsouo avait-elle choisi de vider littéralement son sac ? Avait-elle quelques remords ? Pressentait-elle alors des menaces ? Avait-elle pris l’option de virer sa cuti ? Et si l’annulation, hors délais somme toute, par la Cour constitutionnelle, le 4 décembre dernier, de toutes les ordonnances visant à réformer le système judiciaire, procédait d’une logique et d’un processus entamés ce jour-là avec ce plaidoyer pro domo ?

source : gabonreview

Jeudi 31 Décembre 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2594 fois




1.Posté par israel le 31/12/2015 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c est tres tres tres bien
quand on eleve un lion il fini par te manger toi meme

2.Posté par Voix de la nation le 31/12/2015 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui Oui Poste 1 voilà ce qui arrive lorsqu'on veux soutenir la candidature d'un biafra.

3.Posté par HOWARD le 31/12/2015 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment si elle le dit avc le cœur c,est tres bien l,histoire retiendra que on peux tromper le peuple une fois mais pas tout le temps .l,heure a sonnee il est temps de partir mado ali est en guerre contre tout le monde je crois qu,il veux mettre mexan a ta place

4.Posté par NDEMBI ASSEKO le 31/12/2015 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers compatriotes, vous commencez seulement à égrainer le chapelet de surprises. Quand un lion s'attaque aux bétails du voisin, tout le monde pense qu'il a été imprudent. Mais quand il s'attaque vous, vous réalisez finalement que c'est une bête diabolique. Les Lions sont dans la cour Gabon, si vous jouez avec ils finiront par nous dévorer tous. Heureusement nous avons deux grands chasseurs en ce moment.Faisons leur confiance. Le Président NDONG SIMA sera élu démocratiquement et personne, je dis bien aucun homme, majorité ou opposition ne pourra lui voler sa victoire. Ils savent tous qu'il n'a pas besoin d'armes pour régler les comptes à ses adversaires. C'est le seul président qui mettra ses compatriotes à l'abris de toutes menaces. Réfléchissez y pendant le réveillon, Ayons confiance. Meilleurs voeux à tous et bonne année 2016.

5.Posté par PATRIOTIQUE le 31/12/2015 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça c'est une excellente nouvelle, par contre elle peut se rattraper en rendant public par tous les moyens la vérité que tous les gabonais veulent entendre, (les affirmations venant d'un ou des membres du cercle Bongo). Et que le reste des moutons gabonais (Ona Ondo et les autres prennent de la graine, qu'ils sachent qu'il est plus onéreux de mourir pour la bonne cause que de mourir par la décision du gourou, qui réalise qu'il n'a plus besoin de vous). J'espère qu'ils sont capable de saisir entre les lignes, les signes que leur petit protégé est bien décidé de leur faire comprendre, "son sentiment le plus profond". Et qu'ils sont également capable de comprendre que le fait de se faire esclave d'un esclave, n'exempte personne( aucun véritable gabonais de sa vengeance), et de sa folie meurtrière.

6.Posté par NAUDY le 31/12/2015 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MANIGANCES POUR METTRE UNE AUTRE PERSONNE A LA COUR PIRE QUE MADO

7.Posté par NDEMBI ASSEKO le 02/01/2016 00:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le Président, ma petite soeur apprend à l'IUSO, une école publique du Gabon qui forme les secrétaires de direction, il paraît que depuis l'année dernière la Comptable ne paye pas les enseignants et la directrice à fuit. ma petite soeur raconte que la comptable détourne l'argent des vacations et le budget de fonctionnement. la hierarchie est au courant, mais comme elle a des bras longs, on l'a jamais bougé. Il parait le directrice elle même est invisible. Pourtant dans votre discours, vous dénoncez ce type de comportement qui freine votre action. 2016 est là avec tous ces enjeux. Comment voulez vous que les gabonais continuent à vous faire confiance quand vous laissez les administrateurs de crédit jouer comme ça avec les deniers publics? Ceci est un cas parmi d'autres. A quand les mesures fortes pour endiguer ce type de comportement?

8.Posté par NEM le 04/01/2016 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est triste de voir des journalistes développer des sujets importants partant des rumeurs publiques. Plus malheureux encore ils ne vont pas du tout rechercher la bonne information. D'autre part, Mme Mborantsuo n'a pas à se plaindre après plus de 20 ans d'exercice conditionné à replacer son amant et son beau fils au Pouvoir. Aujourd'hui elle en sait trop et devient un véritable danger pour les dirigeants étrangers du Gabon. Si elle ne comprend pas encore qu'elle est en danger c'est son problème. Mais qu'elle sache que bientôt quelqu'un va prendre sa place car son fils ne l'aime pas, elle doit d'ailleurs en ressentir les soubresauts. Mme Mborantsuo, la Cour Constitutionnelle ne vous appartient pas. Il faut songer à partir avant que les véritables problèmes ne vous atteignent. Le cas de Mme Rogombé fut un exemple, car les langues se sont déliées. A vous de voir! Nous ne faisons que passer!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...