News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Denis Sassou Nguesso, derrière une rébellion pour déstabiliser le Gabon et Ali Bongo

Le site de la Liberté - Jonas MOULENDA le Samedi 26 Décembre 2015 à 10:49 | Lu 16981 fois



Les nouvelles ne sont pas bonnes en cette fin d’année. Des nuages sombres s’amoncellent dans le ciel gabonais et augurent d’une situation chaotique.

Selon nos informations, une rébellion armée serait en gestation pour prendre le pouvoir au Gabon. Le mouvement dit révolutionnaire comprendra des jeunes extrémistes et des mercenaires recrutés dans plusieurs pays africains à l’expertise avérée.

D’après nos sources, l’initiative émane d’un groupe d’opposants fermement convaincus que l’alternance au Gabon ne se fera que par la force. Ils auraient pris attaché avec trois pays d’Afrique centrale. Il s’agirait du Congo-Brazzaville, de la Guinée-Equatoriale et duTchad dont les dirigeants sont en rupture de ban avec le pouvoir gabonais.
L’Angola pourrait également soutenir le mouvement, à la demande de Brazzaville. Luanda, a-t-on appris, garde une rancune contre Ali Bongo Ondimba pour avoir signé des accords avec son ennemi le Rwanda. La Côte d’Ivoire est aussi sollicitée pour mettre fin à l’hégémonie du régime gabonais.

Un opposant gabonais, ayant fait un enfant avec la nièce du président tchadien Idriss Déby, a des atomes crochus avec dernier. Les deux hommes auraient déjà eu une entrevue pour peaufiner les stratégies du déploiement de la rébellion sur le territoire gabonais le moment venu.

Une partie du Congo a été choisie pour servir de base-arrière. Ce sont les provinces de l’Ogooué-Ivindo et du Woleu-Ntem qui constitueront les portes d’entrée de la rébellion. Les piliers de celle-ci auraient accepté de financer le mouvement, en contrepartie de l’exploitation de l’or dans le massif forestier de Minkébé (nord) et du fer de Bélinga dans la contrée de Mékambo (nord-est).

Le financement des opérations, a confié une source, se fera via des firmes minières basées à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville. Le plan prévoit d’abord la prise de la localité gabonaise de Mekambo, par le village Ekata, frontalier avec le Congo. Les troupes partiraient d’Owando, le chef-lieu de la cuvette ouest de ce pays, situé à 170 km de Mékambo.
Les infrastructures routières constituent un atout indéniable pour l’acheminement des troupes et du matériel de la rébellion. Le goudron est à 100km du lieu choisi comme point d’ancrage de la rébellion. La mine d’or située entre les villages Olaba et Ekata aiguise les appétits du Congo depuis plusieurs années déjà.

Le Congo avait déjà fait reculer le drapeau gabonais de 12 km à la frontière pour mettre le grappin sur les mines de la localité. Un incident qui avait amené le secrétaire général du ministère de l’intérieur, Lambert Mathias, à se rendre sur les lieux pour constater cette violation de l’intégrité territoriale.

A en croire nos sources, Brazzaville a de petits comptes à régler à Ali Bongo Ondimba pour non seulement la guérilla qu’il aurait livrée à sa défunte belle-mère Edith Lucie Bongo, fille du président Denis Sassou Nguesso mais aussi pour la mauvaise gestion du patrimoine de cette dernière.

Les relations entre les deux présidents sont très froids depuis plusieurs années. « Le président Sassou Nguesso s’est rendu dernièrement au sommet de la CEMAC au Gabon parce que l’ordre du jour portait sur la République centrafricaine, dirigée par une femme qui est sa grande amie, et sa famille s’était réfugiée à Libreville après des tensions au Congo, » a estimé une source proche de l’ambassade du Congo à Paris.

Ali Bongo Ondimba est de plus en plus isolé sur la scène internationale. Ses autres homologues de la dous-région ne répondent plus à ses invitations. D’autres ne le prendraient même plus au téléphone. Ne veulent-ils plus le côtoyer pour ne pas éprouver une certaine pitié lors du déploiement de la rébellion ? Rien n’est moins sûr.

Il reste l’option de la prise du pouvoir par un mouvement armé ne fera pas l’économie de nombreuses vies fragiles. Les autorités gabonaises, qui préssentent déjà un danger, veulent prendre le taureau par les cornes. Lors de la journée de la défense nationale cette semaine, Ali Bongo Ondimba a développé un discours de nature à préparer l’armée à l’éventualité d’une bataille avec une rébellion armée.

Selon une source digne de foi, l’armée gabonaise serait divisée. Des officiers supérieurs n’entendent pas se battre bec et ongles pour défendre ce régime s’il est confronté à un mouvement armé. En mésintelligence avec la légion étrangère qui pille le pays, ils entendent croiser les bras, à défaut de sympathiser avec les révolutionnaires.

Jonas MOULENDA

Samedi 26 Décembre 2015
Jonas MOULENDA
Vu (s) 16981 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

28.Posté par richy bec le 14/03/2016 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous ces pays y compris la France n'attendent que sa depuis longtemps voir le Gabon plonger dans un bain de sang, le massacre vu qu'il est l'un des pays africain qui ne l'a jamais connu et qui regorge plusieurs richesses , il seront près à venir en aide à tous ce qui optent pour cette situation!

27.Posté par fam le 31/12/2015 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Président Ndong Sima , tu es vraiment un rêveur qui va le voté? un égoïste comme ca!

26.Posté par Arnaud Mavoungou le 30/12/2015 01:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce scenario de Coup d''Etat au Gabon a été également décrit dans un roman paru en novembre 2015 à Paris aux Éditions EDILIVRE sous le titre pertinent de PUTSCH À LIBREVILLE. Il y a même une scène ou un commando prend d assaut le Palais d''Ali BONGO!

25.Posté par K K Kadangaaah le 29/12/2015 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si cette histoire est vraie ce sera l'occasion de voir ces racketeurs de flics ,gendarmes et autres voleurs habillés affronter les braves cobra de Sassou/on verra s'ils ne petent pas dans leurs frocs.;Ne comptez pas sur la France qui a signé les memes accords avec ses prefectures

24.Posté par NDEMBI ASSEKO le 29/12/2015 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers frères, cette histoire, n'est que pure diversion. Le problème du Gabon aujourd'hui ce sont tous ces étrangers. Ces cafés au lait. Il faut neutraliser cette invasion. D'ici dix ans, les Gabonais pur sang vont disparaître. La stratégie des étrangers à pénétrer notre territoire en acquérant la nationalité par le mariage fait des dégâts. Les étrangers se sont employés à faire des enfants aux jeunes gabonaises désœuvrées, pour semer la pagaille actuelle. après la générations des Daouda, DEGBE, Zekpa, Adéthona, OUGBEDJI, Aworé, etc... Attendons nous à une nouvelle vague, Nkagni, Awoussa, OJOKO, DEKPANOU, Kabinda, et consort. L'époque de Makaya, MBA, Diramba, Ogoula, est finie.

23.Posté par Observateur le 29/12/2015 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sassou Nguesso ne veut pas déstabiliser le pays Gabon. Il veut juste venger sa fille éliminée par le Chef de l'Etat gabonais, Accrombessi et leurs petits bourreaux. Cette élimination a été déjà racontée sur les réseaux sociaux et dans les livres. Simple à comprendre. Et lorsque Sassou prend son bâton de guerrier, il est vraiment à craindre. L'armée gabonaise doit se prépare à travailler un peu contre Sassou au lieu de compter sur la France tout le temps. Nous souhaitons juste que l'armée française basée au Gabon protège les populations. Il y a trop de soldats gradés au Gabon pour avoir donné des sacs de manioc, régimes de bananes à la Présidence de la République gabonaise, puis pour avoir participés à d'autres soumissions.

22.Posté par NDEMBI ASSEKO le 29/12/2015 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@19-20 ALI est pourtant Président, il a quoi de plus que les autres? Le Président NDONG SIMA a déjà fait ses preuves, économiste et réformateur, il a marqué son passage partout où il a été sollicité. Je vous parle, ce n'est pas un rêve. C'est vrai, le scepticisme est là à cause de la triche et des coups d'état déguisés, mais en 2016, c'est l'exception à la règle NDONG SIMA gagnera sans contestation.

21.Posté par Bouala Constant le 29/12/2015 03:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas rêver ,si Ali Bongo tombe,ce sera par le biais d''une élection ,et non par un pusch ou une rébellion quelconque , le Gabon à des accords de Défense avec la France , ils sont solides .

20.Posté par le fils du pays le 29/12/2015 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NDONG SIMA président continu à rêver !

19.Posté par le fils du pays le 29/12/2015 01:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'il viennent ce serra un Guinée Equatoriale bis . Tu crois sincèrement que les FAG auront peurs d'une bande de broussard. Parole d'officier!

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...