News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Déclaration liminaire du Point de Presse du MORENA, animée par le Président Luc BENGONO-NSI

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Lundi 10 Janvier 2011 à 09:22 | Lu 1462 fois



Gabon : Déclaration liminaire du Point de Presse du MORENA, animée par le Président Luc BENGONO-NSI
MOUVEMENT DE REDRESSEMENT DEMOCRATIE-PROGRES-JUSTICE-PAIX
NATIONAL
B.P. 1265
TEL. 06.24.30.42/ 07.39.46.69
LIBREVILLE (GABON)

Libreville, le 29 décembre 2010


Déclaration liminaire du Point de Presse du MORENA, animée par le Président Luc BENGONO-NSI, Membre fondateur, à sa résidence du Beau-Séjour, à l’occasion des fêtes de fin d’année 2010 et de la nouvelle année 2011


Mesdames et Messieurs les Représentants
des organes de presse

Le Mouvement de Redressement National, heureux de vous accueillir en ces lieux devenus très symbolique de la lutte pour une expression citoyenne libre et contradictoire, vous souhaite, par ma voix, la très chaleureuse bienvenue.

Il saisit la présente circonstance pour vous adresser, à vous-mêmes, à vos familles, au Peuple Gabonais et à tous les Patriotes antimonarchistes qui aiment sincèrement leur cher et beau Pays, ses meilleurs Vœux de Noël et de Nouvelle Année 2011. Que cette Année apporte à tous : Bonheur, Prospérité, SANTE, Réussite et plus de Responsabilité pour l’avenir. En passant par la reconquête de la souveraineté dont nous sommes dépositaires, notre grand amour pour le Gabon nous inviterait à rompre les chaînes de la servitude permanente qui nous lie à la France.

Le MORENA achève ses vœux en saluant la tempérance et l’exceptionnelle retenue qui ont caractérisé le peuple Gabonais, dès l’annonce, à la fin de ce dernier trimestre de l’année 2010 des drames suivants :

Sur le plan national

- Le peuple Gabonais a appris le mercredi 20 octobre, au soir, que le Chef de l’exécutif a décidé de faire réviser la Constitution de la République. Le peuple constatait, de par le nombre d’article à réviser (36/117) et les innovations introduites que les libertés publiques difficilement acquises, étaient largement restreintes au profit d’une restructuration tendanciellement monarchisante des pouvoirs dont s’arrogent le Chef de l’Etat et d’une prétendue raison d’Etat qui commanderait la « préservation de la tranquillité publique ».

Stupéfié ! Au peuple de se demander, après 20 ans de démocratie institutionnelle, en violation de l’Esprit du constituant, comment les représentants du peuple pouvaient accepter de se dessaisir de la volonté générale ou de la retirer subtilement à la souveraineté populaire pour confier autant de pouvoir à un seul homme, au risque d’en faire un potentat. ; et enfin comment le sacrifice des libertés publiques, sur l’autel de la préservation de la tranquillité publique pourrait-il être présenté comme une réforme constitutionnelle fondamentale lorsque le peuple qui a soif d’alternance attend des réformes comme le retour à un mandat présidentielle de 5 ans renouvelable une fois, la suppression de la fonction de Vice-président de la République, toutes choses qui vont dans le sens du perfectionnement de la démocratie et de la rupture d’avec des régimes despotiques. La constitution qui se dessine sous nos yeux est de beaucoup semblable à celle du parti unique, ce qui représente un recul démocratique regrettable.

- Les Gabonais sont horrifiés d’apprendre, le dimanche 05 décembre 2010 au journal télévisé de 20 heures, qu’un certain MORENA, lors d’un pseudo congrès, a exclu M. Luc BENGONO-NSI, Président du MORENA qui plus est Membre Fondateur du MORENA. Il n’y a l’ombre d’aucun doute, ce pseudo-congres porte la griffe habituelle du pouvoir, qui a tenté, une nième fois de déstabiliser le MORENA, en usant des manœuvres cyniques.

Ces manœuvres sont issues du dispositif de pouvoir PDG qui consiste à dresser un frère contre un autre pour une lutte fratricide interethnique. Le mercenariat politique du PDG qui voudrait liquider définitivement le MORENA et la personne de BENGONO-NSI Luc suscite une certaine interrogation.

- Serait-ce pour le fait d’avoir rappelé dans sa requête en annulation de la candidature du locataire actuelle du Palais de verre du bord de mer, l’application de l’article 2 de la Constitution qui fait du «gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple », le sacro-saint principe de la République et l’article 10, Alinéa 4 de la même Constitution qui dispose je cite : « Toute personne ayant acquis la nationalité Gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération. » ? A travers ces deux articles, le constituant exprime le souci de ne pas confier la magistrature suprême à un candidat dont la nationalité serait récemment acquise.

La démarche du MORENA n’eut d’autres motivations que l’expression du Grand amour pour le Gabon et la défense de son intégrité comme nous le recommande l’article premier, Alinéa 21 de la constitution de la République : « Chaque citoyen a le devoir de défendre la patrie et l’obligation de protéger et de respecter la constitution, etc. »

- En outre, le financement du mercenariat politique à coûts de dizaines de millions est une preuve de dilapidation des deniers publics qui auraient dû servir les desseins plus nobles. Si nous tenons une comptabilité des investissements dans le domaine propre du mercenariat politique ou le désir de maintenir à tout prix la stature monopolistique du PDG en anéantissant toute velléité de contradiction ou d’opposition, vous y trouveriez englouti des centaines de milliards depuis 1968 ; vous repéreriez l’une des destinations de l’argent publique et vous comprendriez pourquoi le Gabon, pays immensément riche en ressources minières, accuse un si grand retard en matière de développement. In fine, nous pensons que les différents gouvernements PDG, en finançant la désertion et la diabolisation de l’opposition à coup de milliards, en organisant le type d’activité délinquante et attentatoire exposé ci-dessus, nous fournissent la preuve de leur rejet systématique d’une démocratie véritable.

Cette tyrannie politique, qu’elle empreinte le masque de la corruption, celui de l’intimidation et principalement la confiscation du pouvoir est vouée tôt ou tard à l’effondrement ; car rien ne résiste indéfiniment à la préférabilité démocratique, seul choix de société authentiquement humain et progressiste. Les Pédégistes n’ont malheureusement rien compris de l’esprit de nos lois. Pourtant, le choix porté sur la démocratie pluraliste est claire comme le confirme l’article 117 : « La forme républicaine de l’Etat, ainsi que le caractère pluraliste de la démocratie sont intangibles et ne peuvent faire l’objet d’aucune révision ».

Le constituant reste soucieux de la nécessité de préserver et de défendre sans relâche, le caractère pluraliste de notre démocratie. Le morcellement du MORENA et les tentatives de mise à mort de l’opposition Gabonaise constituent des actes anticonstitutionnels.

Pour le MORENA M. Luc BENGONO-NSI Membre fondateur du MORENA et Président en exercice, ne peut faire l’objet d’une quelconque exclusion. A ce titre, il reste membre de droit du MORENA et Président jusqu’à l’organisation du futur congrès. S’il est vrai que l’opposition n’est pas une profession, il est tout aussi vrai que ce soit l’alternance qui met fin à l’opposition et non le débauchage.

- Sur le plan international

- Les révélations suite à la prospérité de la plainte sur les « Biens Mal acquis » ; dispositif de pillage systématique du Gabon par ses propres dirigeants ; produits de la France-à-fric et adeptes des loges maçonniques. En effet, la plainte sur l’affaire dite des « Biens Mal acquis » prospère, suite à l’autorisation, par la Cour de Cassation française le mardi 9 novembre, de la reprise des poursuites judiciaires sur les richesses malhonnêtement accumulées par feu Omar BONGO ONDIMBA et ses proches.

-Le 9 et le 16 décembre, les Gabonaises, les Gabonais et la communauté internationale furent profondément indignés et soulagés après la confirmation par la chaîne de télévision publique France 2 que « l’élection du 30 août 2010 fut truquée. Selon le Documentaire intitulé Françafrique, « la raison d’Etat »(Etat Français et non l’Etat Gabonais) ou cinquante ans de secrets, ces résultats ont été simplement inversés.

Le Documentaire a démontré que la souveraineté populaire et le suffrage universel étaient des fictions ; pour maintenir le système d’exploitation colonial et préserver ses intérêts économiques colossaux, l’Hexagone se contenta de changer habilement le vocabulaire et la grammaire de sa politique africaine. Au lieu d’imposer des gouverneurs-noirs qui venaient d’ailleurs, il en fabriqua sur place.

Toujours selon le documentaire, la paix dans les territoires d’Afrique francophone conquis n’est rien d’autres qu’une paix des marchés ; autrement dit une paix sous la menace dissuasive de l’impressionnante et lancinante présence militaire française. Sous d’autres cieux, ces révélations qui sont à la fois dégoutantes et troublantes auraient pu dégénérer en violence inouïe. Bien que révolté, le peuple Gabonais a une fois de plus refoulé sa colère ; mais pour combien de temps ?


Tous les présidents de la Ve République ont en effet maintenu des relations privilégiées avec des dictateurs africains, comme l’a illustré la longévité au pouvoir d’Omar BONGO. Tous ont donné leur feu vert à des opérations militaires hasardeuses et criminelles. Tous ont cautionné les détournements d’argent public au profit de l’enrichissement de quelques individus, comme le dévoile l’affaire des « Biens mal acquis ».

Tous ont laissé perdurer un régime d’exception confiant tous les pouvoirs à l’exécutif, bafouant souvent l’indépendance de la justice pour protéger des intérêts diplomatiques. Depuis son élection à la présidence de la république, Nicolas Sarkozy n’a de cesse d’évoquer une supposée rénovation des relations entre la France et l’Afrique, notamment les pays du traditionnel pré-carré ; nous doutons même que cette intention ait existé, à la suite du coup d’Etat électoral au Gabon ou à l’implication directe de la France dans le conflit Ivoiro-ivoirien, sous le masque de la CEDAO ou de la Communauté internationale.

La promptitude avec laquelle la CPI est intervenu dans la crise Ivoirienne devrait être la même pour les crimes politiques et économiques commis dans notre pays depuis notre prétendue indépendance, comme le démontre le documentaire Françafrique « la raison d’Etat » par la chaine française ‘‘France 2 ’’. La Côte d’Ivoire en subissant la foudre de la Françafrique, risque de basculer à court terme, dans une guerre civile certaine.

Le MORENA y croit fermement, la libération de l’Afrique et du Gabon en particulier, passe par la liquidation définitive de la Françafrique. Voilà l’unique grand combat de notre temps, combat auquel est accroché le destin de l’ensemble des Etats d’Afrique francophone.

Le MORENA vaincra !
La victoire au Peuple.
Vive le Gabon dans la quête de son indépendance !
Vive le MORENA, nouveau souffle de libération de l’Afrique !

Lundi 10 Janvier 2011
LVDPG - News
Vu (s) 1462 fois




1.Posté par ratzinger2010 le 10/01/2011 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
discours d'un patriote, quand je vous lis j'ai des larmes aux yeux, ces gens là (Français) n'ont pas pitié de nous. on ne peut pas continuer à les regarder tuer nos espoirs, il est temps de passer aux actes, laissons ces beaux discours, car nous ne pouvons pas libérer le Gabon avec ces discours pendant que eux et leur sous-préfet alilebiafra se foutent de nous. Nous devons nous libérer des chaines de servitude en allant au front car c'est la seule issue qui nous reste pour accéder à notre vraie indépendance et au respect de la voie du peuple qui est la DÉMOCRATIE, sans une insurrection du peuple on pourra rien, les discours n'y changeront rien, à coeurs vaillants mes chers frères rien n'est impossible nous avons assez dormi il est grand temps de se réveiller car la liberté ne se donne pas mais s'arrache. Que Dieu soit avec nous dans cette lutte avenir et très proche.

2.Posté par Indigène le 10/01/2011 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bizarre, presque toute l'opposition s'est exprimé sur la récente révision constitutionnelle sauf l'UPG.
Pourquoi un tel silence face à un recul de la démocratie ?
Chers UPGistes merci de m'éclairer.

3.Posté par le penseur le 10/01/2011 11:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LUC le PDG ne peut pas te destabiliser tu es notre père le père de tous les gabonais tous t'aimons et te soutenons papa tu es le vrai symbole vivant de la lutte au GABON tu n'a jamais trahi ni volé ni meme changé ta détermination le boss la jeunesse est très fier de toi que DIEU t'accorde longue vie et qu'il guide toujours ta pensée je viendrai te voir quand je serai à LBV

4.Posté par Citoyen Libre le 10/01/2011 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo! Belle intervention. J'ai juste peur que l'opposition passe maître de belles interventions. Nous voulons la libération du Gabon, mais elle ne se fera pas avec des communiqués de presse; elle ne nous sera pas donner sur un plateau d'or par la France. Il faut l'arrager, cette liberté!

SVP, il faut passer à l'action. Soyez de vrais leaders, osez! Les Gabonais attendent l'action. Je crois que ça suffit avec les discours.

5.Posté par bodi le 10/01/2011 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
soutien tu es vraiment un garçon le contraire m,etonnerai . voila ce qu,il faut; encore une fois soutien soutien soutien. nous attendons toujours maganga moussavou et compagnie
sont ,ils satisfait de la revisio? ils ne dorment pas par hasard? OU BIEN ILS NE SONT PLUS AU PAYS parcequ,ils sont aussi cite dans les bien mal acquis?

6.Posté par Opposition unie le 10/01/2011 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci ce rappel des faits, il ne faut surtout pas nous resigner, la lutte continue.

Opposition unie = ACR + UN + MORENA + PEUPLE GABONAIS.

Ensemble tout est possible.

7.Posté par DAFRIKA le 10/01/2011 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ACR MOINS UPG. UPG n'est plus dans l'opposition.

8.Posté par Africanus le 11/01/2011 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'opposition est aux abois depuis le coup d'état réussi sans renverser le pouvoir en 1964. Si les intérêts des français n'étaient pas supérieurs aux intérêts gabonais, le 18 février 1964 serait la date de la libération. A part cet évènement, le pouvoir PDG et la famille Bongo n'ont guère été inquiétés jusqu'à ce jour. Tout ce qui s'est passé depuis 1990 n'est pour eux que de l'agitation pour donner l'impression qu'il y a multipartisme et non démocratie dans notre pays. 21 ans plus tard, on peut se rendre compte que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effet, le système Bongo-PDG est toujours en place et certains naifs peut encore croire qu'au Gabon ce système va décider par la volonté du saint esprit d'abandonner le pouvoir par jeux démocratiques!La seule chose qui puisse faire partir ces gens, c'est d'utiliser les mêmes armes qu'eux : la terreur (armée), la violence, le mépris. Si l'opposition continue avec des discours dythiranbiques comme d'habitude, elle leure et ruine tous les espoirs du peuple de voir d'autres gabonais, en dehors de la cette famille Bongo, diriger et faire décoller le pays vers la dignité, le respect, le développement humain, la liberté, la joie et le bonheur de vivre chez soi!
L'opposition doit continuer à former, sensibiliser les Gabonais vers l'idée de nation et non le repli ethnique, elle doit également élaborer une stratigie d'actions militaires, violentes envers le gropuscule que sème la terreur au gabon depuis plus de 44 ans. Ces personnes sont identifées et c'est envers qu'eux qu'il faudra répondre par la violence, elle ne sont qu'une centaine soit 1% de la population. Les actions ciblées constituent le seul moyen de voir le changement et l'alternance dans ce pays avant de croire à un changement démocratique.

9.Posté par St.Michael le 12/01/2011 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si St.Michael est un Arch-Angel, Luc Bengone Nsi est un Arch-Type (the Bringer of a new consciousness…a True Elite and Enlightment for a new Earth) qui inspire et qui confirme à ceux qui auront encore des doutes qu’un anti-bongo/pdg-francafrique inné peut exister. Nous sommes des anti-bongo/pdg-francafrique innés.

Ce respectueux et respectable compatriote conclue en disant : ‘’…Le MORENA y croit fermement, la libération de l’Afrique et du Gabon en particulier, passe par la liquidation définitive de la Françafrique. Voilà l’unique grand combat de notre temps, combat auquel est accroché le destin de l’ensemble des Etats d’Afrique francophone…’’.

St.Michael y croit aussi et confirme qu’aussitôt l’axe du mal bongo/pdg-francafrique sera démantelé, le développent économique, culturel, scientifique, technologique…du Gabon et de l’Afrique ne serait qu’un simple corolaire.

Cher Bengone Nsi, merci pour les vœux de 2011 et St.Michael vous adresse pareillement et à tous ceux qui vous sont chers.

Amen !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...