News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Déclaration de la fête du travail : 1er Mai 2012

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 3 Mai 2012 à 12:19 | Lu 463 fois



Gabon : Déclaration  de la fête du travail  : 1er Mai 2012
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Chers amis, chers confrères,

Comme le veut la tradition, nous sommes ici réunis à l’occasion de la Fête du travail.
Aujourd’hui, 1er Mai, est le jour où le monde entier célèbre les travailleurs, la population active, les bras, les jambes et le cerveau du corps social.

La Fête du Travail est également le jour où les travailleurs du monde entier se mobilisent pour rappeler qu’ils ont des droits et des libertés à défendre. Lorsque je dis les travailleurs du monde entier, bien entendu, je généralise en restant sur les principes, car, au Gabon, nous sommes dans un tout autre état d’esprit :

On a remplacé le Ministère de l’emploi et de la prévoyance sociale par un Ministère de l’économie, de l’emploi et du développement durable. Apparemment, on a oublié la prévoyance sociale. On va encore faire comment ?

Depuis janvier 2012, la direction générale de la CNSS ne signe plus de documents administratifs des agents hospitaliers. Même pas les attestations d’emploi. On va encore faire comment ?

A la CNSS, les congés sont suspendus, en violation des droits élémentaires des travailleurs. Mais on va encore faire comment ?
Notre assurance-retraite complémentaire est arbitrairement et unilatéralement suspendue, alors qu’elle est partie intégrante de nos contrats. On va encore faire comment ?

Les primes de logement de 150 000 F. sont attribuées par affinité, de manière subjective. On va encore faire comment ?
L’eau et l’électricité font défaut dans les hôpitaux du fait du délestage sans scrupule de la SEEG péril de la vie de nos compatriotes. On va encore faire comment ?

Nous avons terminé des études, souvent au prix de grands sacrifices. Nous exerçons un métier que nous aimons, dans un organisme dont nous avons contribué à l’édification et au développement depuis des décennies. Cet organisme est sur le point de liquider nos hôpitaux pour niveler le plateau sanitaire par le bas. On va encore faire comment ?

Il est vrai que le plateau technique des hôpitaux de la CNSS a été méthodiquement saboté, au fil des ans, par des gens qui ont les moyens de l’Etat, donc les nôtres, pour soigner leur famille privilégiée à l’étranger. Nous sommes tous frustrés de voir des malades qu’il nous est impossible de soigner ou de sauver. Alors que dans les années 80, 90 et jusqu’en 2003, les évacuations sanitaires étaient devenues rares, nos équipements sont tellement inexistants que les évacuations sanitaires sont devenues nécessaires, même pour des maladies bénignes. A moins qu’on laisse mourir le patient. On va encore faire comment ?

L’éducation et la santé, qui sont les premiers domaines régaliens, sont les plus sacrifiées. Il n’y a qu’à voir nos écoles ; il n’y a qu’à voir l’université ; il n’y a qu’à voir nos hôpitaux. L’élite politique procède à une véritable sélection : l’avenir, désormais, appartient aux enfants dont les parents ont les moyens de les envoyer étudier et se faire soigner à l’étranger. Les enjeux sont de taille : il s’agit d’assurer la relève des privilégiés par les seuls enfants des privilégiés. On va encore faire comment ?

Combien de scanners, de lits, d’équipements, de médicaments aurait-on pu acheter avec les dépenses mirobolantes de nos institutions parmi lesquelles la Cour Constitutionnelle qui a bénéficié, en 2010, d’un budget de fonctionnement de 3,679 milliards de francs dont 1,491 milliard de francs pour le seul cabinet du président, auxquels il faut ajouter un budget d’investissement de 6, 035 milliards. L’Assemblée nationale, avec un budget de 26,775 milliards, consacre 1,3 milliards, rien que pour le cabinet du président et 805 millions pour l’achat de véhicules, sachant qu’avec 805 millions, on peut équiper de scanners tous les complexes hospitaliers du Gabon.

Pour installer des caméras de surveillance, l’Assemblée Nationale a dépensé 155 millions en 2008, en 2009, les mêmes ou d’autres caméras de surveillance ont coûté 1,555 milliards en 2009. L’année suivante, la même Assemblée nationale a encore dépensé 438 millions, toujours pour les caméras de surveillance. Pire, entre 2008 et 2010, l’Etat a dépensé très exactement 10 milliards et 192 609 522 F pour la construction de l’annexe de l’Assemblée nationale. Vous pouvez aller voir s’il y a une seule brique, à ce jour. Quand c’est pour leur poche, l’Etat dépense sans compter et sans contrôle, et quand c’est pour nous, pour la santé et l’avenir de nos enfants, on ferme des hôpitaux, on supprime des bourses, et j’en passe.

Et nous, on ne nous prend pas en compte. On brise nos carrières. On méprise la santé et l’éducation des travailleurs et donc de leurs enfants. On nous classe dans une catégorie de citoyens moutouki, loin des vrais citoyens haut de gamme à qui le pays appartient.

Et nous, que faisons-nous ? Qu’est-ce qu’on peut faire ?

A ceux qui continuent de se demander « on va encore faire comment ? », ce jour de 1er mai est l’occasion de nous rappeler à nous-mêmes et de rappeler aux autres qu’en tant que travailleurs, nous avons des droits. Mais en tant que citoyens, nous avons également des droits fondamentaux et nous devons nous réapproprier notre souveraineté, si nous voulons être respectés en tant que citoyens et en tant que travailleurs. Personne d’autre que nous-mêmes ne viendra nous défendre.

Nous vous remercions

Fait à Libreville, le 1er Mai 2012
La Présidente

Dr Sylvie NKOGUE-MBOT



Jeudi 3 Mai 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 463 fois




1.Posté par Griffes d''''Or le 03/05/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soyez plus sérieuse,Dr,en nous épargnant de cette litanie des

"on va encore faire comment" cette expression a beaucoup contribué au galvaudage non seulement de l'élocution franco gabonaiseais aussi à celui des esprits.

Merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...