News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Déclaration de l'Union Nationale (UN) Texte intégral

Le site de la Liberté - Lvdpg Actualité en ligne le Samedi 1 Mai 2010 à 22:04 | Lu 2347 fois



Gabon : Déclaration de l'Union Nationale (UN)  Texte intégral
Le Gabon pour Tous

Déclaration du 30 avril 2010
L’actualité politique, économique et sociale du moment offre à l’Union Nationale l’opportunité de s’exprimer sur des points essentiels de la vie de la Nation.

S’agissant des calamités naturelles
Dans un style flagorneur, le communiqué final du Conseil des Ministres du 22 avril 2010 a salué la promptitude dans l’action d’Ali BONGO ONDIMBA, à la suite des dégâts causés par le violent orage qui s’est abattu le samedi 17 Avril dernier sur la Commune de Mouila, Chef-lieu de la province de la Ngounié. Ali BONGO ONDIMBA a fait annoncer le déblocage d’une importante somme d’argent d’un montant d’un 1 milliard de francs CFA par l’Etat gabonais, et d’un demi-milliard de francs CFA au titre de sa contribution personnelle, sur la base d’une évaluation à l’œil nu, dénuée de toute expertise nécessaire en de telles circonstances.

Un premier réflexe pourrait amener le citoyen gabonais à s’extasier devant ce qui peut apparaître comme un élan de bonté, de générosité… mais à y regarder de près, les premières réflexions entraînent la déception, voire l’irritation devant une tendance marquée du pouvoir à la duperie ainsi et à l’obscurantisme.

En effet, nous constatons que dans une affaire qui relève de l’action de l’Etat, Ali BONGO à lui tout seul donne la moitié de la contribution de l’Etat : Une somme d’un demi-milliard de francs CFA qui représente six mille deux cent cinquante fois le SMIG. Si Ali BONGO est capable de sortir un demi-milliard avec autant de facilité, nous sommes en droit de nous interroger sur l’étendue de sa fortune et le niveau de sa contribution fiscale, alors que dans le même temps notre pays enregistre, officiellement, plus de trois cent mille indigents croulant sous la misère la plus sombre.
De qui se moque le Pouvoir ? Déjà dans la nuit du 15 au 16 mars un violent orage s’est abattu sur Oyem.

Les premiers bilans qui en furent dressés faisaient état de 174 habitations ravagées, de plusieurs familles sans-abris dans les quartiers d’Akoakam, Angone, Adzougou, ou encore dans le centre-ville. Les camps de la Brigade de gendarmerie et de la police ont également été touchés, ainsi que l’école catholique Saint-Eloi, qui a dû annoncer l’arrêt momentané des cours, contraignant les élèves à suivre les enseignements dans des églises. Malgré le déplacement sur place du Ministre de l’Intérieur, les populations attendent toujours les mesures d’urgence annoncées par le gouvernement.

Notons au passage que Ali BONGO ONDIMBA n’a pas daigné se rendre à Oyem comme si, à ses yeux, Mouila comptait plus que oyem. C’est l’illustration de la politique de deux poids deux mesures, en violation du serment qui l’oblige a être juste envers tous les Gabonais. Voilà comment gouverne l’Etat PDG : diviser les Gabonais pour mieux régner.

En réalité, nous sommes face à une gouvernance peu orthodoxe, faite d’improvisation et caractérisée par la politique spectacle, à l’image de la descente démagogique, du chef du PDG à Akébé-Kinguélé prétendument destinée à l’ensemble de la population du quartier, alors que en réalité, il rendait visite à une famille amie endeuillée.

Comment peut-on en 2010 tenter de faire croire aux Gabonais, qu’en lieu et place d’une vraie politique sociale, les solutions à leurs problèmes passent par des dons de compatriotes dont les fortunes sont sujettes à caution ? Pourtant le gouvernement a un département social, un service public en charge des calamités… que font-ils Monsieur le Premier Ministre ?

Quelle arrogance, que de venir étaler en lieu et place de l’Etat tant de richesses personnelles devant des dizaines de milliers de Gabonais qui chaque jour ont le plus grand mal à se loger, à se nourrir et à se soigner !

L’Union Nationale observe, pour le regretter, que le PDG et Ali BONGO ONDIMBA ne veulent pas romprent avec la politique des dons prétendument personnels qu’ils font en réalité avec de l’argent public. L’Union Nationale s’étonne enfin que le généreux donateur n’ait révélé aucune identité, aucun montant et n’ait appliqué aucune sanction aux personnes auxquelles il aurait confié des fonds pour des réalisations à Kingélé. Cette curieuse abstention peut conduire à s’interroger la véracité de cette information.

S’agissant du Revenu Minimum Mensuel
La décision d’instituer un Revenu Minimum Mensuel, de porter ce revenu à 150.000 Fcfa, et de l’étendre au secteur privé, illustre, une fois de plus, l’amateurisme d’un gouvernement davantage soucieux de plaire, que de préparer l’avenir à travers une politique économique cohérente, réaliste, et porteuse de croissance.

Cette mesure illustre aussi de façon encore plus éclatante sa méconnaissance profonde des mécanismes de fonctionnement de l’économie réelle, et son mépris avéré du droit.

En s’attaquant avec autant de légèreté à un problème aussi délicat et aussi technique que celui des salaires, le gouvernement fait un bond dans l’inconnu et crée les conditions d’une spirale revendicatrice qui le conduira inévitablement à revoir toute la politique salariale du pays.

Par un effet de domino, les catégories se situant immédiatement au dessus de la tranche des salaires visée par la mesure vont obligatoirement demander qu’on revoit leur situation, ce qui, de proche en proche, conduira à une situation intenable pour les entreprises et socialement explosive. Si l’on considère le salaire-plancher actuellement versé par les entreprises affiliées à la Confédération Patronale Gabonaise (CPG) et qui s’élève à 96.000 F, l’augmentation proposée par Ali Bongo Ondimba appelle de la part de celles-ci un effort considérable de l’ordre de 56% sur les bas salaires. Ce qui est considérable et économiquement absurde.

Le fait d’exclure du bénéfice de la mesure toute une catégorie de travailleurs comme les agents des collectivités locales et les personnels de maison, viole le principe d’égalité entre les Gabonais. Cette mesure illustre, enfin, l’ignorance de ce pouvoir des véritables préoccupations des Gabonais.

En effet, le gouvernement confond accroissement des salaires et augmentation du pouvoir d’achat. L’accroissement des salaires ne vaut pas automatiquement augmentation du pouvoir d’achat dans la mesure où il influe mécaniquement sur les prix. Surtout dans une économie structurellement inflationniste comme la nôtre.

Après avoir sinistré la filière forestière avec la fameuse décision d’interdiction d’exportation des bois en grumes contre l’avis de tous les experts, y compris ceux du gouvernement, et dont les conséquences néfastes se font déjà sentir dans ce secteur stratégique de l’économie nationale, voilà que le gouvernement nous annonce un Revenu Minimum Mensuel plafonné à 150.000 Fcfa, sans études d’impact préalables pour en déterminer le coût et les modalités de mise en œuvre, ni concertation avec les entreprises qui seront, une fois de plus, obligées de mettre la main à la poche et dont certaines ont déjà connu la faillite.

L’Union Nationale s’étonne, au passage, du silence de la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), qui ne s’est exprimée ni sur la mesure d’interdiction d’exportation des bois en grumes, ni sur la journée continue et encore moins sur l’instauration du Revenu Minimum Mensuel.

Certes, il est de la responsabilité d’un gouvernement, surtout s’il en a les moyens, de procéder comme bon lui semble à l’augmentation des salaires des agents du secteur public. Mais, l’extension d’une telle mesure au secteur privé, où les salaires sont habituellement définis, dans le cadre des conventions collectives, en fonction de la productivité du travail, de la qualification des travailleurs et de la santé financière des entreprises aura forcément des répercussions mécaniques sur l’économie de notre pays.

Contrairement à ce qu’estime le gouvernement d’amateurs, l’Union Nationale affirme que l’instauration du Revenu Minimum Mensuel ne se traduira pas par une amélioration du pouvoir d’achat des populations.

En effet, outre le fait que cette mesure est en contradiction avec la volonté affirmée du gouvernement d’assainir les finances publiques, notamment par une meilleure maîtrise de la masse salariale, le Revenu Minimum Mensuel nuira à la compétitivité des entreprises et aggravera le chômage, sans parler des tensions inflationnistes qui en découleront mécaniquement et qui réduiront à néant les effets attendus de la mesure.

Le bien être des populations ne peut se concevoir comme le pense naïvement le gouvernement d’amateurs en terme d’accroissement des salaires. Si le bien être des populations était la préoccupation du gouvernement, le bon sens et la logique économique auraient été d’alléger leurs dépenses d’alimentation, de logement et de santé, qui plombent leurs revenus.

Aujourd’hui, très peu de Gabonais bénéficient de la protection sociale qui ne concerne que les employés du secteur privé, soit à peine 20% de la population active. Quant à la Fonction publique, bien que théoriquement les fonctionnaires bénéficient des prestations sociales, la protection se limite aux pensions dont les montants restent dérisoires à la fois par rapport à leurs revenus en activité et par rapport au coût de la vie.

Enfin le gouvernement ne dit rien ni sur le coût total de cette mesure ni sur les aides prévues pour les entreprises pour opérer les ajustements qu’elle entraînera dans leur trésorerie.

Sur la transparence électorale

Après le hold up électoral du 03 septembre 2009, le pouvoir illégitime d’Ali Bongo Ondimba s’ingénie une fois encore, à organiser la fraude pour les élections partielles du 06 juin prochain. Des manœuvres visant à modifier la liste électorale du 30 août 2009 sont en cours. Il s’agit pour le PDG et ses nouveaux alliés de la Majorité dite républicaine de remplacer certains électeurs de l’opposition par des éléments des forces de sécurité et de défense favorables au pouvoir.

De telles pratiques montrent à l’évidence le peu d’intérêt que les dirigeants actuels accordent à nos lois et règlements et surtout leur refus d’organiser des élections libres et transparentes.

Le renforcement de la démocratie et l’Etat de droit passe obligatoirement par :

• L’introduction des données biométriques dans le traitement du fichier électoral;
• La mise à plat du fichier électoral et sa gestion par une commission électorale revue et corrigée ;
•Le recentrage des compétences de la Cour Constitutionnelle qui a brillamment montré ses limites en matière électorale.

Pour l’Union Nationale, les législatives de 2011 devront être organisées sur la base de ces réformes.
Pour l’heure, l’Union Nationale affirme qu’elle n’acceptera pas d’autre fichier électoral que celui de la dernière présidentielle. L’Union Nationale met en garde le gouvernement contre les pratiques de certains hauts responsables de l’Etat qui préparent des milices pour perturber le bon déroulement du scrutin.

L’Union Nationale appelle ses militants et sympathisants à la mobilisation lors des prochaines élections partielles pour confirmer leurs votes du 30 août 2009 en faveur du changement véritable.
Je vous remercie.

Gerard ELLA NGUEMA

Samedi 1 Mai 2010
Lvdpg Actualité en ligne
Vu (s) 2347 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par Critique Objective le 04/05/2010 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne analyse faite par les dirigeants de l'UN. On sent vraiment qu'ils ont bien fait leurs classes avant de divulguer une analyse truffée de bon sens.
En effet, et ceux qui ont fait économie un temps soit peu au lycée le savent, l'augmentation des salaires a des conséquences plus néfastes que bénéfiques sur la population. Le gouvernement aurait dû jouer, et je me désole de constater qu'ils n'y ont pas pensé, à réduire les taxes et autres impots plutot que de jouer sur la masse salariale qui n'est, d'ailleurs pas, un très bon indicateur de régulation des écarts sociaux. Une baisse des taxes et impots à l'importation des produits finis réduit, certes, les recettes de l'Etat mais contribue à l'augmentation du pouvoir d'achat des population. Une hausse de la consommation entraine, à priori, une hausse des investissements soit une augmentation de la croissance.
Ils aurait pu aussi jouer sur les fortunes de ce pays en instaurant un impot sur la fortune et faire en sorte que les plus riche soient ceux qui paient plus d'impots. (Cependant, connaissant que les plus riches sont ceux qui sont aux affaires, je ne pense pas, sincèrement, qu'ils auraient accepté une telle mesure pourtant salutatire).
En plus de tout cela, le gouvernement avait l'occasion, par l'instauration des grands chantiers, d'employer à plus de 90%, la main d'oeuvre locale. Chose qui, selon mes profanes observations, n'a pas été effectué.
Pour développer un pays, il faut d'abord jouer sur les intelligences en les développant et y en insinuant un esprit d'émulation en les valorisant. Le secteur santé aurait normalement dû déjà voir ses premières réalisations sortir de terre. Pas besoin de plus de 7 mois pour avoir un début de bitumage de nos voies de circulation, pas besoin de 7 mois pour promouvoir l'entreprenariat local, pas besoin de 7 mois pour effectuer un état des lieux et cibler les priorités (Lorsque l'on se présente à la magistrature suprême, on a déjà, en principe, dû faire un etat des lieux plus ou moins précis afin qu'en cas de victoire l'on puisse aller aussitot au front).
Comment ne pas s'etonner de la montée des mouvements d'humeur de la part des populations? Ces mouvements ne sont dûs qu'aux ratés du gouvernement en place. Qu'il prenne ses responsabilités, accepte les critiques constructive, apprenne à demander conseil auprès du peuple et des intelligences de ce pays au lieu de scander à tue-tête LAISSEZ NOUS AVANCER par soucis d'orgueil!
Qu'il arrête de vouloir prendre des décisions précipitées sans toutefois prendre en compte les dimensions économiques et sociales sous toutes leurs coutures au risque de continuer encore et encore dans l'echec et à se chercher des boucs emissaires ou des raisons fallacieuses pour justifier ses bourdes.


14.Posté par Peacemaker le 03/05/2010 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ MAKATA-MA-NGOYE
Voci mon passage préféré:

"Quelle arrogance, que de venir étaler en lieu et place de l’Etat tant de richesses personnelles devant des dizaines de milliers de Gabonais qui chaque jour ont le plus grand mal à se loger, à se nourrir et à se soigner!".

De tous les patrons de UN,il n y a effectivement ke Gerrard Ella Nguéma et BBM pour signer une telle déclaration. Meme Myboto,le boa de Mounana,ne pouvait pas la signer.
Car venant de personnes,ki comme leur complice Ali devenu président,roulent en Hummer et 4x4 routillant acquis en surfant sur la misère des Gabonais,on se demande un peu si effectivement Jesus n´est pas passé par là.
Kel est le politicien ki ayant réjété la biométrie espérait etre élu Président grace à un fichier électoral truké par ses services?Ndoungou va appliker la technike hériter de son prédecesseur.Et on revient à la case départ.
Au fait, Eyéghé Ndong, en temps ke chef du gouvernement a eu koi comme politik sociale?Il n´a pas vu son quartier Nkembo est ces allentours?Il a fait koi pour changer les choses?Il venait juste distribuer des dons.
Cam la classe ki se moka de la misère des Gabonais à l´assemblée nationale car lui le richard et ces enfants consomment du cammembert au petit déjeuner.
On kritik mais on propose koi?On a eu koi comme bilan quant on était aux affaires?Qui parmi ces messieurs n´a jamais pratiké la politik du don?Il n y a ke Pierre Mamboundou ki se retenait.
UN et PDG sont out. Ils vivent dans leur propre illusion.il ya une troisième force ki se déssine à l´horizon emmenée par des jeunes. Et certains vont disparaitre politikement au soir du 06 juin. Wait and see comme dirait St Michael.

13.Posté par MAKATA-MA-NGOYE le 03/05/2010 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je me suis plus intéressé à ce passage à la fin de l'article.

"Le renforcement de la démocratie et l’Etat de droit passe obligatoirement par :

• L’introduction des données biométriques dans le traitement du fichier électoral;
• La mise à plat du fichier électoral et sa gestion par une commission électorale revue et corrigée ;
•Le recentrage des compétences de la Cour Constitutionnelle qui a brillamment montré ses limites en matière électorale
. "

Enfin les UNs sont désenvoutés. Il fallait les voir en août 2006 -Excepté MYBOTO- lors des discussions d'Arambo.

Un des sécrétaires éxécutifs lançait sans vergogne: "la biométrie est une hérésie et ne verra jamais le jour. En tout cas pas avec moi. Le fichier électoral est conçu et organisé conformément à la loi. Vous perdez votre temps"

Le seigneur Jésus a visité les coeurs des UNs?

En tout cas c'est la triste et émouvante histoire de la trappe à souris!!!

12.Posté par ADN le 02/05/2010 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je préfère les textes intégraux aux résumés.

Le résumé d'un texte est déjà - pour ma part - une interprétation du texte intégral.

Bravo encore une fois pour LVDPG qui fait un effort cosidérable pour nous informer et l'UN qui ne ménage aucun effort pour s'opposer clairement et sans hypocrisie au régime en place.

11.Posté par KALMOGOROV IVANOF le 02/05/2010 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Courage l'espoir est là la force en toi ma mère , mon père , ma tante , mon oncle , ma soeur, mon frèrebattallion pour un GABON LIBRE DEMOCRATIQUE JUSTE courage courage .

10.Posté par Larévolte le 02/05/2010 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mes félicitations pour cette analyse, bravo l'UN.

Tous les gabonais favorables à l'alternance politique au Gabon et partisans du processus de démocratie au Gabon ne peuvent pas tous être présidents de la république gabonaise mais ils peuvent tous exercer leurs droits civiques. C'est pour cela que j'incite tous ceux qui se reconnaissent dans l'opposition d'aller voter massivement lors des élections législatives partielles de juin. Que les militants, militantes et sympathisants de l'UN suivent attentivement les consignes de vote. Gardons en mémoire que le bulletin de vote est une arme plus redoutable que le fusil. Des milliers de gens sont morts pour obtenir leurs droits de vote dans le monde et nous au Gabon, nous avons à l'heure actuelle cette chance de pouvoir voter, allons saisissons cette opportunité. Tout gabonais en âge de voter ne possède pas une arme à feu au Gabon, mais tout gabonais en âge de voter a le droit de posséder une carte d'électeur et d'aller exercer son droit de voter. Nous ne devons voter que les candidats de l'UN ou les candidats des partis avec lesquels l'UN a fait alliance. TOUT SAUF PDG et ses alliés.

9.Posté par St.Michael le 02/05/2010 04:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellente analyse digne des membres du plus Grand Parti des Vraies Elites en Afrique subsaharienne.

Cependant, nous ne sommes plus au stade de démontrer s’il y a des calibres dans UN=1 car vous êtes tous nés des calibres avec un Intellect Incomparable.

Nous sommes plutôt au stade des Actes et des Actions Concrètes pour contrer la Continuité du holdup Up électoral du biafrais.

Le Biafrais ignore certainement quand et où il est né et de qui il est l’abominable fils, mais il y a une chose qu’une fauve n’ignore pas c’est l’instinct animalier dans des circonstances de peur.

Le biafrais a peur comme le 30/08/09 il va sans aucun doute être guidé par son instinct animalier et recourir aux bérets rouges et mercenaires cagoulés pour perturber toutes élections au Gabon.

A-t-on un dispositif contre les bérets rouges et les mercenaires cagoulés ?

Si on a ce CP (Contingency plan), allons aux partielles.

Si nous n’avons pas encore ce CP (Contingency Plan), développons le et mettons le en action sinon oublions les élections organisées par Alibetbongo/pdg-francafrique.

Amen.

8.Posté par LeGaboma le 02/05/2010 01:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila ce que c'est qu'une opposition! Le PDG a du pain sur la planche, seule la tricherie peut couvrir la honte d'etre au pouvoir sans connaitre les mecannismes de la gestion des affaires publiques!

Vive l'UN! Le Gabon l'emportera!

7.Posté par Antiquité le 02/05/2010 01:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une opposition plus que jamais crédible! Les analyses sont pertinentes et objectives. Chapeau.

6.Posté par ADN le 02/05/2010 01:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LVDPG, merci de nous avoir donné le texte intégral. Cela nous a permis de faire notre propre analyse. Bravo pour votre contribution à la démocratie de notre pays

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...