News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Déclaration de Monsieur Zacharie Myboto Président de l'Union Nationale

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 17 Janvier 2012 à 16:10 | Lu 2200 fois



Gabon : Déclaration de Monsieur Zacharie Myboto Président de l'Union Nationale
Militantes et Militants,
Partisans de l’alternance,
Chers compatriotes,


Le 17 décembre 2011, vous avez sur l’ensemble du territoire national, dans votre très grande majorité, répondu positivement par votre abstention record à la parodie d’élections législatives organisées à cette date, à l’appel de l’opposition et de la société civile réunies au sein du mouvement « ça suffit comme ça », appel contenu dans le mot d’ordre « pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élection ». Nous avons atteint notre objectif ; merci pour la confiance placée en nous. C’est un message de rejet que vous et nous avons envoyé à ce pouvoir en le maintenant, par ces résultats catastrophiques, dans son illégitimité depuis le coup d’état électoral d’août 2009.

Ainsi le Gabon se retrouve-t-il au sortir de cette élection avec une Assemblée Nationale monocolore (114 députés PDG sur 120), encombrante, rétrograde et contraire aux principes constitutionnels de la souveraineté nationale et de la démocratie pluraliste.

C’est le retour au Parti Unique, amorcé lors de la révision Constitutionnelle de 2003 avec la suppression notamment du scrutin uninominal à deux tours pour l’élection du Président de la République et des députés et renforcé par les dispositions autocratiques contenues dans la Constitution révisée au mois de décembre 2010 ainsi que dans les lois 7/96 et 24/96 modifiées récemment par ordonnances et relatives respectivement au Code Electoral et aux partis politiques. Le Gabon vient de connaître depuis 1990 un recul démocratique inédit.

Ce recul démocratique a été marqué aussi le 25 janvier 2011 par la dissolution injustifiée, inique et cavalière de l’Union Nationale. Le prétexte de l’acte posé par Monsieur André MBA OBAME pris par le Ministre de l’Intérieur pour justifier cette décision est, nous le savons tous, d’une légèreté déconcertante. La vraie raison est tout simplement la volonté du pouvoir de se débarrasser d’un adversaire politique redoutable.

Je rappelle une fois de plus au pouvoir les cas du Gabon avec la formation par Monsieur Paul MBA ABESSOLE d’un Haut Conseil de la République puis de la Résistance, la formation d’un Gouvernement et la nomination des gouverneurs et préfets au sortir de l’élection présidentielle de 1993, de la Côte-d’Ivoire avec la prestation régulière de serment du Président GBAGBO, la formation d’un Gouvernement dans la plénitude de l’exercice de ses responsabilités régaliennes sans oublier la guerre civile qui a paralysé le pays après l’élection présidentielle de 2010 et enfin de la République Démocratique du Congo avec la prestation de serment de Monsieur Etienne TSISSEKEDI, à l’issue de l’élection présidentielle qui s’est tenue récemment dans ce pays. Le RNB au Gabon, le FPI en Côte-d’Ivoire et l’UDPS en RDC n’ont pas été, pour autant, dissous.

Quand le Ministre de l’Intérieur cite, dans l’arrêté portant dissolution de l’Union Nationale, des motifs tels : atteinte à l’unité nationale, à la forme républicaine de l’Etat, à l’intégrité du territoire national et trouble à l’ordre public, il n’a fait que reprendre, sans en apporter la moindre preuve, les dispositions de la loi 24/96 relative aux partis politiques, dispositions du reste contraires à celles de l’article 1er alinéa 13 de la Constitution. Il faut que le pouvoir sache que nous ne transigerons pas quant à l’existence de notre parti. C’est un préalable à tout. C’est pour cela que je confirme ici solennellement que l’Union Nationale ne mourra pas et qu’elle vivra toujours.

Oui, les résultats de cette fameuse élection ne nous ont nullement surpris, tant les conditions frauduleuses de sa préparation et de son organisation étaient patentes et scandaleuses. Les tâtonnements et volte-face regrettables du pouvoir devant nos propositions concrètes de transparence électorale traduisaient clairement sa ferme volonté de gagner, à tout prix, cette élection législative, y compris dans le déshonneur le plus total.

En effet, comment accepter toutes les violations de la loi par ce pouvoir qui procède aux inscriptions multiples sur les listes électorales, permet de ce fait les votes multiples sur l’ensemble du territoire national, délivre des pièces d’état civil et d’identité à des étrangers pour leur permettre de voter, dilapide l’argent public pour acheter les consciences avant et pendant le vote !

Comment accepter les grossiers bourrages d’urnes constatés ici et là pour gonfler le taux minable de participation à cette espèce d’élection ! Comment accepter ou oublier les tripatouillages des résultats d’élections à la CENAP ou à la Cour Constitutionnelle devenus légion ! Comment alors, devant tant d’injustices, d’irrégularités et d’illégalités ne pas s’interroger, ne pas s’inquiéter, mieux ne pas avoir peur de l’obsession de conservation du pouvoir de ce régime au mépris de l’intérêt supérieur du peuple gabonais ! La réponse de l’Opposition et de la Société Civile réunies au sein du mouvement « ça suffit comme ça », est claire, c’est non ; d’où notre combat intrépide pour des élections libres, justes, transparentes et crédibles au Gabon, d’où notre mot d’ordre « pas de biométrie, pas de transparence électorale, pas d’élection ».

Alors on nous reproche de n’avoir pas pris part à l’élection du 17 décembre et d’avoir appelé les Gabonaises et Gabonais à faire de même en avançant pêle-mêle comme raisons : la peur, l’incivisme, la chaise vide, l’irresponsabilité, le respect de la durée constitutionnelle du mandat du député etc …

A propos de la peur et de la chaise vide, je voudrais tout simplement, en plus de ce que nous avons déjà dit par le passé, confirmer notre constance, notre clairvoyance et notre rigueur dans l’analyse des faits et de la situation politique de notre pays. Ceux qui y sont allés malgré tout l’ont appris à leurs dépens car ils en sont sortis affaiblis et bredouilles. L’incivisme, l’irresponsabilité et le respect de la durée constitutionnelle du mandat relèvent de la puérilité dans l’appréciation de la situation politique que traverse le Gabon. En effet, quand on foule la loi aux pieds en refusant de l’appliquer, autrement dit quand on procède par exemple aux inscriptions multiples alors que la loi dispose que chaque électeur s’inscrit dans une seule circonscription électorale, fait-on preuve de civisme ou de responsabilité ?

Quand on évoque le respect de la durée constitutionnelle de cinq ans du mandat de député (article 35 de la Constitution) en taisant volontairement l’autre disposition constitutionnelle qui prévoit la prorogation en cas de force majeure du même mandat (article 4, alinéa 4 de la Constitution), ce qui était le cas s’agissant de l’introduction de la biométrie, du reste déjà utilisée dans l’opération de recensement des agents publics de l’Etat, dans l’immatriculation des assurés de la CNAMGS et l’établissement des passeports,fait-on preuve de civisme ? Privilégie-t-on l’intérêt du plus grand nombre, la paix et la stabilité du Pays ? A ces comportements égoïstes, égocentriques et condamnables, nous opposons, notre patriotisme et notre foi au service d’un Gabon pour tous.

Un autre reproche qui nous est fait est que nous serions une opposition archaïque. Qu’est-ce que cela veut dire ? Rien du tout. C’est encore, comme à son habitude, un infantilisme du pouvoir qui concourt inexorablement à son immersion dans les flots tumultueux de l’Océan Atlantique, des lacs et cours d’eau du Gabon. Les personnes âgées comme les moins âgées et les jeunes constituent la population et la richesse de notre pays et se retrouvent dans l’Opposition comme dans la majorité. Penser le contraire, ce qui semble le cas au niveau de la majorité, c’est être jeunet et ses résultats nébuleux dans la conduite des affaires publiques le prouvent. La dérive électorale du 17 décembre 2011 en est un exemple vivant.

Sont aussi des exemples vivants les promesses fallacieuses de constructions de 5 000 logements par an invisibles depuis 2010, de création d’une compagnie nationale de transport aérienne opérationnelle avant la CAN, d’emplois de jeunes diplômés aujourd’hui désabusés car ne voyant rien venir.

Sont également des exemples vivants la destruction, sans solution alternative, d’habitations dans les quartiers, la suppression d’autorité de la bourse à des étudiants, la situation dramatique dans les hôpitaux, les universités et les établissements scolaires, l’insécurité des personnes et des biens avec tous les vols, braquages et assassinats devenus monnaie courante, les difficultés de transport dans les villes et les zones rurales, la cherté de la vie qui gangrène les ménages, la gabégie dans l’utilisation de l’argent public etc…

Oui, comme disait le poète « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Voilà un pouvoir qui, dans sa recherche obsessionnelle d’une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale, a refusé l’organisation d’élection libre et transparente et se retrouve aujourd’hui dans une impasse avec 118 députés sur les 120 que compte l’Institution, un score particulièrement choquant et inimaginable dans une démocratie digne de ce nom. Une honte pour notre pays. La porte de sortie envisagée a été de susciter, chez les perdants, de nombreux recours en annulation auprès de la Cour Constitutionnelle qui pourrait, dans ses décisions, procéder à des repêchages. Dans ce cas de figure, outre les tensions internes au sein du PDG nées des frustrations qui en résulteraient, quel crédit accorderait-on à ces décisions ? Telle est la question de fond. Pour nous, la réponse est connue, ce sera une Assemblée faite de bric et de broc.

Mes Chers Compatriotes,

J’ai fait ci-dessus les développements montrant très clairement que nous avons eu entièrement raison de ne pas prendre part au scrutin du 17 décembre dernier, de vous appeler à adhérer à notre mot d’ordre et à l’appliquer. Cela a été un succès total. Nous vous en remercions très sincèrement une fois de plus. Nous ne sommes pas cette opposition qui se cherche. Nous refusons d’être une opposition complice du pouvoir, une opposition d’accompagnement faisant le lit du pouvoir. Les intimidations, les menaces, le recours à la répression ne nous démotiveront pas.

Toute autre forme d’actions de découragement telle l’élimination physique de certains d’entre nous est un acte lâche et très lourd de conséquences au niveau national. Nous défendons les valeurs républicaines. Nous avons une ambition ; l’alternance. Nous y travaillons sur le plan économique, social, culturel et politique. La partie politique semble prendre le dessus parce qu’elle concerne les Institutions et leur fonctionnement, fondement de la République.

Les attaques souvent mensongères d’une certaine presse publique et privée aux ordres pour nous affaiblir relèvent de la diversion. Il nous est reproché, entre autres, un discours haineux pour expliquer la non exploitation de nos activités. S’il est vrai que la vérité blesse parfois, la dire n’est pas tenir un discours haineux. Il a été par exemple écrit récemment dans un journal que j’aurais dû tenir mon propos sur les résultats de l’élection présidentielle de 1993 du vivant du Président Omar BONGO. Je renvoie les responsables de ce journal à lire les pages 120, 121, et 122 de mon livre « J’assume » paru en mai 2005. Ils verront que tout y est dit.

Les raisons de cette non exploitation de nos activités sont ailleurs. La pertinence de nos analyses et de nos décisions, la fermeté de nos prises de position, l’adhésion de la majorité du peuple à notre vision d’un Gabon pour tous dérangent le pouvoir qui contraint les médias publics à nous ignorer et le Conseil National de la Communication à cautionner, par son silence coupable les actes délictueux de ce pouvoir à notre égard et par la répression systématique de la presse qui exploite objectivement nos activités. Nos démarches de rappel de ses missions auprès de cette Institution sont restées lettre morte.

Ainsi l’exercice de nos libertés d’expression et d’opinion est-il confisqué. C’est de la dictature. Nous invitons le CNC à se ressaisir et à jouer réellement son rôle de régulation et la presse publique et privée à un fonctionnement équitable et objectif comme le lui imposent la loi et la déontologie de sa profession.

Militantes et Militants,
Chers Compatriotes,

Au regard de la situation actuelle, que faisons-nous ?
- Nous n’acceptons pas la parodie d’élection du 17 décembre 2011, n’ayant pas été préparée et organisée dans des conditions de transparence avérée.

- Nous voulons des élections législatives qui obéissent à la volonté de transparence du peuple gabonais après introduction de la biométrie et mise en œuvre des mesures garantissant des élections crédibles.

- Nous ne reconnaissons pas cette Assemblée Nationale très mal élue et en quête de légitimité.
- Nous voulons le rétablissement de l’Union Nationale injustement dissoute en janvier 2011. c’est une exigence du temps. C’est un préalable à tout.

- Notre combat pour l’alternance doit se poursuivre avec davantage de détermination.

Peuple gabonais, ce combat est nôtre et vôtre à la fois pour l’avènement de l’alternance dans notre pays. Merci.

Mardi 17 Janvier 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2200 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

17.Posté par le fils du planteur le 20/01/2012 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par ailleurs PDGiste à mort ; Si au moins au PDG votre connerie pouvait vous servir de carburant, vous pourriez éclairer le Gabon entier sans vous vous soucier des problèmes de ravitaillement. Car la connerie demeure congénitale dans votre secte pédégeomaçonosodomique (n'est ce pas jackie????).

16.Posté par le fils du planteur le 20/01/2012 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PDGiste à mort,
Rappelez vous de cette célèbre phrase "Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous ". Donc à vous entendre parler , Mr MYBOTO serait un faussaire !!!! Alors je vous dis chiche.
Décidément l'appartenance à la secte PDG vous abrutit. Car comment comprendre que les patriotes (sic) intègres et compétents comme vous (resic) aient pu accepter parmi eux avec de telles responsabilités un faussaire doublé d'un incompétent notoire comme ZAC. Sauf erreur ou omission de ma part, c'est le "faussaire" qui de lui même a démissionné. Pourquoi ne pas l'avoir viré si tant est que les faits par vous décrits étaient avérés????
Par ailleurs, votre justice émergente est suffisamment outillée (sic) pour traquer les opposants qui présentent un tel pédigree.

Votre réponse à ces quelques interrogations édifieraient les "pauvres types" que nous sommes.
Bien respectueusement

15.Posté par PDGiste-A-Mort le 19/01/2012 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Totalement d'accord avec Magali. Myboto n'est pas un brave homme. Affirmer le contraire, c'est tro vite oublier son passé fainéant et corrompu au TP où il a laissé de bien tristes souvenirs. Mba-Obame lui confié la présidence de l'UN pour une seule raison : la planche à billets du "Boa de Mounana". Là se résume tout l'intérêt que le fin stratège AMO porte au "Doyen" Zacharie Myboto. En dehors de ses milliards rassemblés en plus de 40 ans au TP, Zacharie Myboto n'apporte rien ni à AMO ni à l'UN, comme pendant toute sa carrière déjà oubliée, il n'a jamais rien apporté au PDG. Les PDGistes l'ont rayé de leurs mémoires parce que nous savons que cet homme est surtout et restera à tout jamais : Le BEAU-PERE De L'AUTRE.
La politique est un métier trop grand pour ses petites épaules.

Bien vu, Magali !!!

14.Posté par Les affaires de nous memes nous memes le 19/01/2012 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA LIBERTE ET L'ESPRIT DUBITATIF DES PEUPLES OPPRIMES . (...) à lire

13.Posté par Les affaires de nous memes nous memes le 19/01/2012 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
- CAN 2012 : ECHOS DES OPPRIMES DU GABON .(.. ) à lire - CAN 2012 : CARTON ROUGE A LA DICTATURE MONARCHIQUE DU GABON . (.. ) à lire

12.Posté par MENDOME ZE Voltaire le 18/01/2012 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un malpropre cet inconscient de "Marshall". vous ne pouvez pas interdire le peuple gabonais de s'exprimer librement. MYBOTO est un brave homme, un homme intègre qui a su dire non au régime PDG. Si vous pouvez vous rabaisser en reconnaissant les valeurs qui sont siennes. Vous croyez que le Gabon va demeurer éternellement dans cet piteux état? Voyager un peu et vous comprendrez que le Gabon, malgré toutes les richesses que regorge son sous-sol est plus pauvre que certains pays de l'Afrique de l'ouest qui ne vivent que du tourisme. Arrêtez de faire croire aux autres Gabonais que le Gabon est riche, peut-être qu'il l'est par son sous-sol mais pauvre au niveau des Ressources Humaines. Le Gabon va bientôt se libérer et de manière définitive.

11.Posté par Orema le 18/01/2012 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'UN vit dans nos coeurs et nous vaincrons avec tous nos frères partisans de l'alternance.

10.Posté par Orema le 18/01/2012 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Magali
Monsieur Myboto est le président de l'Union Nationale et le restera. Lui reprocher tout le désordre soit disant qu'il était pédégiste est injuste. N'oublions pas aussi qu'il y a eu toujours plus de pédégistes de circonstances que de pédégistes convaincus. En plus, tous les anciens pédégistes et ceux qui se cachent ne sont pas tous mauvais. Beaucoup d'entre eux ont une vision claire pour notre pays mais la tête a malheureusement été toujours pourrie et a donc toujours fait place au culte de la personnalité. Et puis, un vrai homme est celui qui sait dire NON à un moment donné de sa vie quelque soit le nombre d'années passées du mauvais côté. Pour tout dire, nous voulons UN GABON POUR TOUS.

9.Posté par Marshall le 18/01/2012 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Myboto! Myboto! Myboto! Myboto! et encore Myboto! Il n'a rien à dire aux gens ce type à aussi bien volé que certains des membres du PDG. Mieux encore les pédégistes !!!!

8.Posté par le fils du planteur le 18/01/2012 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Décidément, Mme MABIALA, que reprochez vous donc à Mr MYBOTO ? D'avoir quitté la secte PDG ou de dénoncer les travers d'un systeme qu'il a certes contribué à mettre en place et qui échappe dorenavant à tout contrôle. Car jusqu' à preuve du contraire il a toujours souhaité débattre sur les médias nationaux de sa responsabilité ou non sur ce qu'il a fait ou n'a pas pu faire. A preuve ses successeurs de Ngari à Nzengue Nzoundou en passant à Boundono; personne n'a pu faire mieux... C'est la preuve que le mal est plus profond que cela. Si voous ne l'avez pas toujours compris, je vous conseille de manger les avocats il parait que ça rend intelligent ...
Par ailleurs, je demeure convaincu que si Myboto avait des casseroles qui trainent le PDG grace à ses multiples réseaux : Presse,service de renseignements.... ne se serait pas gêné de le faire savoir.
Il convient par ailleurs de saluer la grandeur d'âme de ce Monsieur , car de par sa position position passée dans le système, il en connait un rayon (je sais de quoi je parle)sur plusieurs d'entre vous PDGistes qui jouent les tigres en papiers.
Quelqu'un avait dit l'esclave ne mérite que ses chaines ... Si vous Mme MABIALA et vos commanditaires avez décidé de rester esclaves c'est votre droit ; mais de grace, souffrez que les gabonais dans leur écrasante majorité rejettent votre système.Continuez ! vous à bouger les f.... dans les groupes d'animation , c'est votre vraie place....Ne venez pas nous distraire

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...