News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : De la stratégie de Jean Ping : La triple faute, mélange des torchons et serviettes

Le site de la Liberté - source : gabonreview le Jeudi 27 Août 2015 à 08:33 | Lu 3340 fois

Pour contourner la question de ses rapports avec les dissidents de l’Union nationale tout en s’efforçant de séduire l’électorat d’André Mba Obame, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine se laisse enfermer dans une logique de confrontation et une lecture ethnique du jeu politique. C’est simple et visiblement commode. Mais, ça semble tout aussi caricatural, hasardeux et contreproductif.



Vincent Essono Mengué vient d’ouvrir le débat sur le sens d’une éventuelle candidature de Jean Ping à la présidentielle. Maladroite et nauséabonde, à bien des égards, la dernière sortie du maire d’Oyem donne, depuis lors, lieu à un festival d’exégèse et de multiples tentatives de reconstruire l’histoire ou d’apprécier notre vivre ensemble. Les exégètes ou traducteurs autoproclamés ne disant pas exactement la même chose, il pourrait bien avoir un quiproquo quelque part. Mais une chose est certaine désormais : la possible candidature à la présidentielle de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine est, de l’avis même de certains de ses soutiens, un pis-aller, une solution par défaut.

Il y a quelque chose d’assez surprenant chez Jean Ping et ses principaux soutiens : leurs carrières professionnelles respectives peuvent impressionner mais leur gestion des subtilités du jeu politique inquiète, étonne et détonne. Sous le regard médusé des observateurs, ils prennent parfois trop de liberté avec certains codes, utilisent un langage pas toujours conforme à leurs statuts respectifs et manient des notions délicates avec imprudence. Le désir de prendre tout le monde de vitesse, les fait tomber dans la précipitation. La volonté manifeste de s’imposer les amène à se poser en victimes. La recherche effrénée d’adhésion populaire les conduit à verser dans le populisme.

Mélange des torchons et serviettes

Tout ceci part d’un postulat pas toujours partagé par le plus grand nombre : Jean Ping aurait redynamisé une opposition prétendument tombée dans l’atonie depuis le retrait forcé d’André Mba Obame. Il lui revient donc naturellement le bénéfice de prendre la suite du désormais regretté secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN). Certains en arrivent même à ne plus faire de différence entre ce parti et lui. D’autres tiennent désormais pour négligeable leur appartenance partisane. Il s’en trouve aussi pour le rebaptiser en lui accolant un patronyme fang. Ce recours à des idées simplistes, cette tendance à en faire un héritier et ce maniement hors contexte de la tradition ou de la question ethnique occultent désormais l’essentiel. Pour ainsi dire, tout ceci brouille son image et ne sert pas ses intérêts.

Au vrai, il faut désormais s’interroger sur les soutiens les plus tonitruants de Jean Ping. Il y a nécessité à s’appesantir sur sa relation avec les dissidents de l’Union nationale. Il faut en rechercher les implications dans la quête d’unité de l’opposition. Peut-on décemment prétendre contribuer à construire une dynamique unitaire en s’affichant ostensiblement avec des personnalités en quasi-rupture de ban avec une formation politique dont on a vocation à être l’allié ? Evidemment, certains diront n’y voir aucune contradiction.

Et pour cause : répondre par l’affirmative reviendrait à remettre en cause toute la démarche de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine depuis l’officialisation de sa rupture avec le Parti démocratique gabonais (PDG). Ainsi, pour contourner cette question, on mélange les genres, les torchons et les serviettes. Concrètement, on feint de ne plus tenir compte de la vie interne aux partis politiques pour regarder uniquement le devenir du Front de l’opposition pour l’alternance.

Tout aussi fumeuse est la référence systématique à André Mba Obame et au groupe ethnique dont il était issu. Jean Ping serait Josué, le continuateur de l’œuvre de Moïse – surnom attribué au regretté secrétaire exécutif de l’Union nationale durant la présidentielle de 2009. Il aurait été adoubé par la communauté fang, consciente de l’existence d’un pernicieux et sournois «tout sauf un Fang». Comme si l’ancien président de la Commission de l’Union africaine devait absolument chausser les bottes de l’illustre disparu. Comme s’ils avaient le même rapport à la religion. À croire que les groupes ethniques concourent à l’expression du suffrage universel. À croire que l’Etat gabonais est construit sur le modèle communautariste.

Moins de passion et davantage de réflexion

La prétention à la captation de l’héritage politique d’André Mba Obame est un piège. La demande faite aux Fangs de se ranger derrière Jean Ping une absurdité. Les soutiens de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine tentent de minimiser l’existence de l’Union nationale et le lien entre cette formation politique et son défunt secrétaire exécutif. Ils font mine de croire que les groupes ethniques investissent des candidats à l’élection présidentielle. Or, en choisissant d’aller protéger la bière d’André Mba Obame au siège de l’Union nationale, sa base électorale a clairement exprimé, l’existence, selon elle, d’un lien consubstantiel. Mieux : au regard de l’ampleur de la mobilisation observée à ce moment-là, il apparaît évident que l’homme rassemblait au-delà des ethnies. N’en déplaise à Vincent Essono Mengué, on est bien obligé de rappeler que l’Etat gabonais est fondé sur l’universalisme républicain et non sur le communautarisme.

Potentiel candidat à la présidence de la République, Jean Ping gagnerait à recadrer ses soutiens, à les inviter au respect de certains fondamentaux, à moins de passion et d’exubérance et finalement à davantage de finesse et de réflexion. Au lieu de se lancer dans une hasardeuse manipulation du fait ethnique et dans une course à la captation de l’héritage politique d’André Mba Obame ou au débauchage des cadres de l’Union nationale, il serait mieux inspiré de s’en tenir à la conception républicaine et universaliste de l’unité sociale tout en s’attelant créer une mouvance politique propre. C’est la logique de la République et la seule qui vaille pour un candidat à la présidence… de la République.

Jeudi 27 Août 2015
source : gabonreview
Vu (s) 3340 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

18.Posté par Gabon d'abord le 29/08/2015 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Suis tout à fait d'accord avec poste17 et je connais quelques exemples de candidats ayant échoué au concours néanmoins reçus parce que ressortissants de la bonne province.

17.Posté par La douane gabonaise anti constitutionnelle le 28/08/2015 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les altogovéhéens n'ont toujours pas libérés la Douane à la république du gabon.

Les rcettes douanières gabonaises sont à 550 milliards de cfa par an contre 700 milliards au sénégal !



GABON/ LE MAFIEUX CONCOURS DE DOUANE TOUJOURS EN MARCHE

A l'époque, le concours d'entrée à la douane était officiellement annoncé. De nombreux jeunes se bousculaient au portillon pour faire acte de candidature.
De nos jours, ce n'est qu'à l'affichage des résultats qu'on réalise qu'il y a ce fameux concours aux pratiques villageoises, aux relents ethniques et régionaux.
L'information circule de bouche à oreille entre les familles de ceux qui ont fait de la direction générale des douanes leur chasse gardée. Un groupuscule d'individus tapis dans l'ombre du Ministère de l'Economie, en effet, planifie tout, l'on parle de recrutements anarchiques et non respectueux des procédures en la matière.
On retrouve les mêmes sorciers non seulement au ministère de l'Economie mais aussi à la direction générale des douanes.
L'entrée dans ce service public relève de procédés ésotériques, c'est comme l'entrée dans une secte maçonnique où il est question de cooptation, privant ainsi d'autres compatriotes méritants et désireux d'y accéder.
Depuis près d'une dizaine d'années, en effet, il n y a plus eu officiellement de concours organisé au Gabon, mais curieusement, chaque année la direction des douanes envoie à l’école des douanes de Ouagadougou, soit des douaniers ou de nouveaux étudiants.
Des anciens de la boite lorsqu'ils y vont dans le cadre du renforcement des capacités, une fois à Ouagadougou, reçoivent une bourse des impôts payée via le trésor public.
Vaste magouille orchestrée par des durs du ministère de l'économie et de la direction générale des douanes. L'on peut dès lors comprendre pourquoi les enfants qui y sont admis portent des noms bien connus de la République.
La machine est si bien ouillée que les recrutements se passent par coup de téléphone. Un enfant en formation à Dakar, au Canada, en France..., on lui téléphone pour lui demander de rejoindre Ouagadougou où il doit suivre une formation de deux ans sans qu'il ne fournisse d'efforts.
Aujourd'hui, accéder à la douane, suppose que vous êtes un enfant issu de la haute bourgeoisie gabonaise. Les recrutements devraient pourtant se faire selon les besoins de l'Etat, ce qui est loin d'être le cas là-bas, où ils se font selon la volonté du puissant lobby.
Les ministres qui se sont succédé, n'y peuvent rien, car changer la donne relève d'une gageure à laquelle ils ne peuvent se risquer de peur de perdre les plumes.
Face à la toute-puissance du lobby ayant imposé ce qui devient la règle dans cette administration, le ministre de tutelle, mis sur le fait accompli, n'a d'autres choix que d'y adhérer, après tout, il peut lui aussi jouir de gros avantages de cette pratique : il peut à son tour envoyer sa progéniture ou des proches.
La douane compte un trop plein d'argent qui ne sert à rien. On parle même de certaines lignes budgétaires qui sont en réalité de niches d'argent gérées dans la plus grande opacité. "Et le ministre en est conscient", indique une source proche du Ministère de l'Economie.
L’avis de concours publié le jeudi 20 aout 2015 dernier, dans le quotidien national l’Union n’est qu’un feu de paille, pour distraire l’opinion, les dés étant pipés depuis bel lurette.

Si le flou artistique entoure l'entrée à la Douane gabonaise, le partenariat avec l'école des douanes de Ouagadougou souffre des mêmes ambigüités.

16.Posté par spears le 28/08/2015 15:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attendez donc si moi MAKAYA, j''ai aussi le courage de Faire du bruit je pourrai être investi candidat de l''opposition? Ventre affamé n''a point d''oreilles. Le peuple a Faim, conséquence il mange tout ce qu''on lui présente.

15.Posté par laurenzo lamas le 28/08/2015 13:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avez vous déjas retiré votré carte de membre pr le vote a la primaire de l''opposition pour élire l candidat de l''opposition

14.Posté par JE WANDA !!! le 28/08/2015 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
donc si je suis bien tout ces post, on a deja choisi ping quoi? C'est Celui qui fait du bruit qu'on suis. 2016 C'est encore loin donc nous avons la possiblité de reculer pour mieux cerner toutnos prétendant, mais non on fonce tete baissé chez ping sans pou autant s'intorroger sur quelques un de ces propos ou réaction???
wow!!! c'est fort on mérite vraiment ce qui nous arriveb[

13.Posté par nfufup le 27/08/2015 19:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
certains journalistes sont là pour nuire on vous corrompt dans les bureaux feutrés et vous vous cachez derrière vos plumes .jean est courageux les autres nulle

12.Posté par nfufup le 27/08/2015 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les gabonais de tout bord vont voter utile jean ping

11.Posté par nfufup le 27/08/2015 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous commencez à fatiguer le peuple tous ces docteurs en ceci ou cela soyez des garons pendant que vous faites sa ali et sa bande se réjouissent nous sommes les makaya on ne veut plus de ali

10.Posté par nfufup le 27/08/2015 19:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est ali qui doit partir et les bongos laissez jean ping a eu le courage de venir réveiller l'opposition qui dormait ou etait deja tombé durant la maladie de amo. kan quelque chose est bonne il faut l'accepter tous ceux qui veulent nuire à jean ping jouent le jeu de la réélection de ali alors laissez nous les pauvres chasser ali on est fatigué de vos longues articles moi mes enfants vont voter jean ping meme toute ma famille elargie on a deja choisi essono ne peut pas etre president le poste de maire suffit

9.Posté par Arc-en-ciel le 27/08/2015 11:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hoooo les gabonais vous avez quel problème laissez ping tranquille lui au moins il nous donne un peu d''espoir.l''UN dort ils font la politique de la télé.2016 est presque là on attend toujours leur candidat,il arrivera comme jesu

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...