News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Daniel Mengara sera-t-il Député de Minvoul?

Le site de la Liberté - LVDPG Auditeur Libre le Mercredi 4 Août 2010 à 14:41 | Lu 1251 fois

Après ses déboires aux élections présidentielles anticipées de 2009, Daniel MENGARE va-t-il enfin se décider à se mettre au service de sa localité et du pays en siégeant à l’Assemblée Nationale ?



Gabon : Daniel Mengara sera-t-il Député de Minvoul?
Daniel Mengara, dont la candidature avait été rejetée par la Cour constitutionnelle gabonaise lors des élections présidentielles de 2009 viendra-t-il renforcer l’opposition qui s’organise déjà à Libreville, afin de remporter largement les élections législatives de 2011 ?

Le paysage politique gabonais doit se renouveler c’est le vœu exprimé par le peuple lors des dernières élections présidentielles. C’est un impératif pour son rayonnement tant sur le plan national qu’international.

L’arrivée des jeunes tels que Ben MOUBAMBA, Daniel MENGARA et bien d’autres a été accueillie avec enthousiasme. Au-delà des archaïsmes maintenus par le système-Etat-PDG, ces jeunes constituent un socle incontournable de la vie politique gabonaise au cours des années avenirs, mais leur absence sur le terrain inquiète plus d’un.

Dans sa localité de Minvoul, Daniel MENGARA fait figure d’un leader incontesté. Il incarne l’avenir et a toutes les chances de s’imposer.

Classé comme un fief de l’opposition depuis l’indépendance du pays, le département du Haut-Ntem est abandonné, malgré la richesse de son sol et du sous-sol, et en dépit de l’impressionnante de ses ressources intellectuelles (un agrégé au pour mille habitant). Cette localité est quasiment coupée du reste du pays.

Une particularité qui confirme sa position de fief de l’opposition, deux candidats aux élections présidentielles étaient de cette localité, le Docteur Daniel MENGARA et le Professeur Albert ONDO OSSA.

Si les positions de Daniel MENGARA sont bien connues de tous : « il faut barrer le chemin au bongoïsme au Gabon, pour que plus jamais le Gabon n’ait à traverser 42 années d’immobilisme sous un régime mafieux et génocidaire qui n’a d’autres objectifs que la destruction du Gabon. »

Selon le professeur Albert ONDO OSSA, candidat indépendant à la présidentielle, sa motivation pour participer à cette élection relevait de l'expérience acquise pendant trois ans au Gouvernement qui lui a permis de confronter l'abstraction à la réalité.

« Le passage au Gouvernement m'a permis d'entrer en contact avec des populations que je n'imaginais pas aussi pauvres, aussi désemparées, de connaître leurs véritables préoccupations et de comprendre les limites profondes de notre système politique », a déclaré Albert Ondo Ossa, indiquant que « le principal adversaire du Gouvernement, c'est le Gouvernement lui - même ».

Le souhait des gabonais est de voir toutes ces énergies s’investir à nouveau la scène, pour tirer définitivement un trait sur ce passé dont la majorité n’est plus attachée. Et, Minvoul attend indéfiniment d’être bien représentée tant à l’Assemblée nationale qu’au SENAT. Qui vivra, Verra.

D’AKOK.


Mercredi 4 Août 2010
LVDPG Auditeur Libre
Vu (s) 1251 fois




1.Posté par LE REALISTE le 04/08/2010 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'encourage notre compatriote MENGARA, a sortir enfin de la politique virtuel pour du concret.C'est de celà que nous voulons.Les minvouloises & minvoulois vous attendent sur le terrain.C'est au pieds de ce "petit " mur que l'on jugera votre capacité à entrainer le gabon dans son ensemble dans l'ère du MENGARAISME.

2.Posté par snt le 04/08/2010 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme d'habitude, on attend quelqu'un, ou quelque chose. Mengara ne peut rien faire. Il est professeur aux USA (si je ne me trompe guère). Vous voulez qu'il abandonne sa situation actuelle pour venir faire quoi?
Le Gabon a besoin d'intellectuels. On devrait normalement aller le chercher avec un solide contrat à proposer. Mais non, on attend... Mengara, au vu de nos institutions, ne peut rien faire.
Le Gabon pourrit les intellectuels, au lieu de les écouter. Alors... à quoi déranger Mengara. Les USA au moins, ont tout de suite vu son talent, et l'ont gardé. Eux au moins savent reconnaître la valeur d'un homme.

3.Posté par Paul le 04/08/2010 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A l'analyse de la problématique Mengara Daniel, je crois qu'une analyse poussée n'a pas lieu d'être. D'abord, Mengara ne peut pas, en l'état, travailler dans une institution de la république. Pas qu'il n' pas les atouts ou le talent nécessaire, mais simplement parce qu'il incarne la valeur. Pas aussi qu'il ne peut pas faire comme les autres compatriotes qui sont rentrés au pays après leur formation, mais parce que le contrat qui le lie avec l'Université qui l'emploi et le salaire qu'il y gagne n'ont rien avoir avec celui de Député au gabon, encore moins Sénéteur. la valeur intriseque du portefeuille de Professeur d'Université aux USA est incomparable à la notoriété salariale au Gabon. Sur ces deux problèmatiques, s'ajoute celle relative à la culture politique au Gabon. Il est difficile de changer les choses telles qu'elles se présentent en ce moment. la société gabonaise regorge un ensemble d'individu aux moralités politique douteurses; ceux qui l'ont compris ont préféré rester à l'extérieur ou pris leur distance. Je prends pour exemple, Joel Mbiamany Ntchorere, Bruno Ben Moubamba, Daniel Mengara, Cyril Edzo Ndong... et les autres. Mais il y a par contre une frange qui s'est vite adpatée et intégrée les rangs et la culture politique actuelle au gré de leur intérêt et de leur ventre: Haron Mouloungui, Ministre des PME du régime de l'Emergence au passif.

Pour conclure, je pense que le retour au gabon de Daniel Mengara, à moins qu'on ne m'apporte le contraire, n'interviendra que lordque celui-ci aura bouclé son cursus professoral de cours intensif et magistraux dans les universités américaines, à l'age de la retraite que je pourrai appelé, l'age d'or . Donc se focaliser dans le contxte actuelle à la médiocrité, n'est pas du domaine de Daniel Mengara. ce qu'il fait actuellement n'est qu'ne esquisse d'appartenance à son pays, un devoir de mémoire. il sait aussi qu'il peut apporter qu'elque chose à ce pays, mais pas comme député, je m'en doute fort. Certes, il a été approché (...) pour faire partie de ce gouvernement! Mais en politique, il faut être prudent pour dévoiler les secrets infinis et finis.
Cache t-il quelque chose? Je n'ose à ce niveau ne pas me prononcer, car trop d'inconnus sont du domaine même de la politique cachée à la quelle je ne pourais vous donner la teneur des conclusions tacites qui se nouent et se renouent.

4.Posté par aaa le 04/08/2010 18:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette idée est en contradiction avec Dr Mengara .sauf si les Bongo partent finalement .

5.Posté par Dr OBIANG le 04/08/2010 21:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Dr Daniel MENGARA a une ambition beaucoup plus grande pour le Gabon qu’un simple petit poste de député qui n’a aucune valeur en terre Gabonaise et sous le régime d’un bongo illégitime. Au delà même de toute considération sur la rémunération que touche ce valeureux compatriote aux USA par rapport à son poste de professeur d’université, nous savons tous que l’homme est prêt au sacrifice pour son pays, et son intransigeance et la clarté de sa position vis-à-vis du système bongo depuis 1998 le prouve à suffisance.

Une chose est certaine c’est qu’il faut véritablement accorder plus d’intérêt à cette nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques le Dr MENGAR, Monsieur MOUBAMBA, Monsieur MALEKOU…; car pour la première fois dans notre pays nous avons au moins un compatriote qui parle de stratégie politique pour faire tomber définitivement ce régime qui ne tient plus qu’à un fil de maïs.

Mais comment expliquer qu’après 20 ans d’opposition, nos leaders « expérimentés » tombent toujours dans le même piège de participer à des élections que nous savons tous perdues d’avance, dans la mesure où depuis la dernière présidentielle rien, je dit bien rien n’a changé, ni la CENAP, ni la cours constitutionnelle manioc de notre pays, ni les fameuses listes électorales que le ministère de l’intérieur « pdg » choisi en fonction du type d’élection , et encore moins une infinitésimale révision constitutionnelle qui pourrait peut-être nous permettre de trouver un semblant d’explication à l’amnésie chronique dont souffre notre opposition gabonaise, pourtant renforcée depuis la dernière présidentielle pars des transfuges du pdg état.
Plus étonnant encore, même ces nouveaux opposants, qui savent parfaitement que la tricherie est depuis kalakala une réligion au pdg, « et ils en ont même été eux victime pour leurs premiers pas dans l’opposition », n’ont pas trouvé mieux que de rêver avec nos anciens leaders de l’opposition, et faire rêver encore une fois de plus le peuple à une "triomphante" cohabitation avec ali bongo, après les nominatives « législatives » de 2011 . Comme si ce président illégitime méritait d’être là ou il est aujourd’hui.

Et nos frères et sœurs qui ont été assassinés à Port-Gentil pour assoire ce pouvoir illégitime qu’est qu’on en fait ?
Et l’honneur des Gabonais et des gabonaises qui a été bafoué au cours de ce scrutin, et qui l’est d’avantage chaque jour qui passe depuis l’installation de cette mongole dictature émergente qu’est-ce qu’on en fait ?
Et la scission progressive Nord-Sud de notre pays prôné par ces émergents qu’est-ce qu’on en fait ?
Et le tribalisme grandissant mise en avant par les putschistes qu’est-ce qu’on en fait ?

Mes frères et sœurs de l’opposition, nous voulons tous que les choses changent dans notre pays, mais commençons par être un minimum rigoureux et posons nous les bonnes questions.

1) Comment comprendre que les partisans de l’opposition jubilent pour une simple annonce de leaders "experimentés" de l’opposition demandant tous comme un seul homme l’introduction de la biométrie aux élections, comme si cette technologie seule suffisait à assurer la victoire de l’opposition en 2011?
Et si avec la biométrie le pdg n’enregistre sur sa liste électorale biométrique, que des potentiels électeurs des candidats pdg on fait quoi ?
Et si le jour de l’ élection de 2011 avec des listes biométriques fiables, à 18 h 00, le ministère de l’intérieur proclame le pdg vainqueur on fait quoi ?
Moi je vais vous le dire, nous ne ferons rien, nenni, biouuuu : Les leaders vont tous allées se cacher comme après chaque élection depuis 1990 (certains dans les ambassades étrangères, d’autres dans les mapannes de Libreville et voir même à la présidence de la république) par peur de se voir passé à tabac par le peuple qui est vraiment à bout, et sous prétexte qu’ils ont peur d’être assassinés par le régime ; pourquoi s’être engagé en politique si on a peur d’être assassiné ?
Ensuite, ils vont demander à dame mborantso de trancher, et cette gardienne du temple de la victoire éternelle des bongos-pdg aux élections, dira que le pdg a gagné, ce sera bingo pour l’imposteur ali qui légitimera ainsi son pouvoir en ayant une assemblée forte , une opposition humiliée et un peuple désabusé et de ce fait facilement corruptible. Et nous dirons tous amen à la monarchie bongo.

2) Qui sait aujourd’hui très exactement combien de gabonais sommes-nous ?
Et là encore personne, pas même les émergents, et pourquoi nos opposants ne parlent pas de faire un recensement de la population avant les législatives ?

De plus

3) Acceptons-nous d’avoir à la tête de notre pays un chef des bandits « dixit madame Menzui son porte parole lors de la dernière présidentielle » ?
4) Acceptons-nous d’avoir un président imposé par un groupuscule de terroriste de la démocratie ?
5) Acceptons-nous d’avoir un président qui pose comme premier acte l’envoie de milices assassinés des compatriotes ?
6) Acceptons nous d’avoir un président qui ne rêve que de l’instauration d’une monarchie au Gabon ?

Si à au moins une de ces questions, vous avez répondu une seule fois NON, alors c’est que le Dr Daniel MENGARA a perdu le monopôle de la stratégie insurrectionnelle pour changer le Gabon. Cette solution se présente donc pour un plus grand nombre de compatriotes comme évidence, et malheureusement c’est le prix à payer pour changer le cours de l’histoire de notre pays.

Alors plutôt que de spéculer sur une éventuelle candidature du Dr Daniel MENGAR aux législatives de 2011, essayons d’apporter un soutien massif au seule mouvement : « le mouvement bongo doit partir (BDP) » de toute la classe politique gabonaise, du milieu associatif gabonais et de la société civile gabonaise , à proposer une stratégie « affiné depuis 1998 » et partagée par de plus en plus de compatriotes : c’est-à-dire un autre modèle stratégique pouvant nous permettre de chasser définitivement le pdg du pouvoir.

On ne peut parler un langage d’intellectuel qu’ à un intellectuel, mais un barbare ne comprendra que le langage de barbare : c’est maintenant qu’il combattre le régime bongo plus que jamais.

Patriotiquement

Dr OBIANG

6.Posté par +++++++ le 05/08/2010 02:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'auteur de cet article et le fameux réaliste du poste 1 (que je trouve irréaliste) ont la mission de distraire le peuple gabonais. Pour vous qu'est ce qui a changé depuis le 30 Août 2009?
La machine est présente et prête à servir, Cam la class et Paulette en savent quelque chose. Le pouvoir ne laissera jamais l'Assemblée aux mains de l'opposition. De plus qu'est ce que le député peut décider dans notre beau pays? Il me semble que vous ne vivez pas au Gabon!
Par conséquent, laissez le Dr Mangara Tranquille.

7.Posté par Ngone le 05/08/2010 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que lorsque l'on écoute notre compatriote Mengara, on se met à rêver. De là à lui demander mainenant d'aller se jetter de plein gré dans la gueule du loup ! Lorque le Gabon sera une réele démocratie, tous ses fils et filles qui sont à l'extérieur et qui ne demandent qu'a rentrer le feront sans hésitation, mais pour l'instant, nous sommes en phase d'observation et se sacrifier maintenant, surtout pour un peuple qui n'a pas encore une vision réelle des choses serait de l'énergie dévoyée et donc gaspillée. Chaque chose a son temps.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...