News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Contentieux électoral, la Cour constitutionnelle condamnera-t-elle un jour les fraudeurs ?

Le site de la Liberté - LVDPG Auditeur Libre le Lundi 2 Août 2010 à 14:29 | Lu 1784 fois

A quelques mois des élections législatives au Gabon, scrutin jugé très sensible par bons nombres d'observateurs, ils sont nombreux, les Gabonais, à se demander si Madame Marie Madeleine MBORANTSUO est enfin résolue à dire le droit en matière de contentieux électoral.



Gabon : Contentieux électoral, la Cour constitutionnelle condamnera-t-elle un jour les fraudeurs ?
"Par la mutiplication des fraudes aux différentes élections validées par la cour constitutionnelle, les Gabonais finiront par craquer". Voilà, le sentiment qu'expriment les électeurs, quand on aborde la question des élections au Gabon.

Le 17 0ctobre 2005, devant le chef de l'Etat, Omar Bongo Ondimba, chacun des neuf membres de la Haute juridiction a juré de remplir consciencieusement son devoir en se comportant en digne et loyal magistrat".

Moment solennel, les 9 membres de la Cour constitutionnelle ont prêté serment pour un mandat de sept ans, devant le Parlement, la Cour de cassation, le Conseil d'Etat et la Cour des comptes réunis, conformément à l'article 90 de la Constitution gabonaise.

Marie-Madeleine Mborantsuo (président), Jean-Pierre Ndong, Marc-Aurélien Tonjokoué, Michel Anchouey, Hervé Moutsinga, Jean-Eugene Kakou Mayaza, Dominique Boungouéré, Louise Angué et Joseph Mouguiama (Membres) siégent au sein de la haute juridiction constitutionnelle pour un mandat de sept (7) ans. Ils -ont "juré", chacun, selon la formule consacrée, la main droite levée et la gauche posée sur la Constitution, de «remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans le strict respect de ses obligations de neutralité et de réserve, et de me conduire en digne et loyal magistrat».

Les neuf membres ont été nommés à raison de trois par le président de la République, trois par le président du Sénat et autant par celui de l'Assemblée nationale. Après leur serment, ils ont été renvoyés à l'exercice de leur fonction par le président de la République.

Tout au long de leur mandat qui s'achèvera en 2012, ces conseillers ont la latitude d'assurer au sein de cette institution républicaine à la fois indépendante et autonome, le respect des principes fondateurs de l'Etat de droit : l'unité et l'indivisibilité de la République, la souveraineté nationale, la démocratie pluraliste et la séparation des pouvoirs.

Marie-Madeleine Mborantsuo et ses pairs hauts juges ont également à veiller au contrôle de l'expression du suffrage universel, à préserver les droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques etc.

Le constat est cependant navrant, les Gabonais ont divorcé avec la plus haute instance de la République, pour cause, « les décisions rendues ne reflèteraient pas souvent la réalité notamment en matière de contentieux électoral " Selon l'homme de la rue, la cour constitutionnelle serait à la solde du Parti Démocratique Gabonais, parti au Pouvoir. Pour les hiéraques de cette structure qui ne répond plus aux aspirations du peuple, "les élections ne sont plus qu'une mascarade, on fraude, la cour constitutionnelle valide".

La présidente de cette haute cour de juste admet que le contentieux électoral“ C’est le moment le plus passionnant de l’action de la Cour constitutionnelle”, dit-elle en reconnaissant que son institution, en dehors du décompte et de la proclamation des résultats électoraux sous 48 heures, reçoit 300 à 500 dossiers relatifs au contentieux électoral. “Les pressions viennent de tous les côtés, nous recevons des menaces, des insultes, nous sommes caricaturés dans tous les journaux”, regrette cette mère de famille. “Nous essayons de tout faire pour dire le droit et rendre la décision qui s’impose”, rassure-telle.


Juriste, cette femme de lois a contribué à l’élaboration de nombreux textes qui régissent les institutions de notre pays. Actrice au sein de la Commission des Institutions lors de la Conférence Nationale en 1990, elle s’est impliquée notamment au sein d’une commission spéciale de rédaction chargée de l’élaboration de la Constitution transitoire de 1990 qui a réinstauré le multipartisme. Femme de rigueur tant dans la pédagogie que sur l’application des lois, elle a su tempérer les ardeurs et les passions des acteurs politiques. Mais la fin de son mandat semble entachée par les verdicts souvent contestables rendus en faveur du Parti Démocratique Gabonais dont les pratiques en matière électorale (fraudes orchestrées) sont décriées par la majorité des Gabonais.

Mme Mborantsuo, qui a décroché son doctorat d’Etat en droit constitutionnel en 2002 à l’université d’Aix-en Provence, soutient qu’elle retournera à l’Université Omar Bongo Ondimba enseigner le droit constitutionnel une fois partie de la Cour constitutionnelle. “C’est la meilleure capitalisation de mon expérience accumulée ici”, dit-elle.

Alors que les élections législatives arrivent à grands pas et que le contientieux des partielles piétinent encore, la question qui reste posée est celle de savoir si Mme MBORANTSUO est résolue à restaurer la confiance entre le peuple et ses institutions, en demandant aux hiérarques du PDG de respecter enfin le droit et les institutions républicaines.


D’AKOK



Lundi 2 Août 2010
LVDPG Auditeur Libre
Vu (s) 1784 fois




1.Posté par Diaz le 02/08/2010 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mme MBORANTSUO, si'il vous plaît, restez à la cour. Si la constitutionnelle ne vous plaît, trouvez-vous en une autre, même celle de la dévanture du palais de marbre, ou encore la basse cour. Mais, n'osez pas revenir à l'Université. Car vous avez perdu toute carrure universitaire et vous ne ferez qu'ajouter au ridicule ainsi qu'à la nulleté dont souffre déjà l'UOB. Ce n'est pas votre doctorat d'Etat qui va changer grand chose. En plus, tous le monde sait comment les membres du clan Bongo obtiennent leurs diplômes en France.
Merci!

2.Posté par OBALO le 02/08/2010 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Franchement; le ridicule ne tue pas dans ce pays. Qu'est ce que cette maudite dame ira chercher à l'université, allez encore abrutir davantage les pauvres étudiants? j ai vraiment peur et et en même temps pitié de mon pauvre pays. c'est la dérive totale. Cette dame n'a plus aucune credibilité et elle est sans valeur morale.

3.Posté par Paysan le 02/08/2010 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment voulez vous qu'une cours illégale puisse lire le droit? Elle ne peut que lire ce qui qui est illégale et illégitime. Il n'est donc pas étonnant de voir Marie Madeleine lire le non droit. Cette cours est illégitime et elle doit sauter. les gabonais n'attendent rien de cette cour illégitime.

Ah, Pauvre Paysan!

4.Posté par abdallah le 02/08/2010 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un doctorat douteux que celui de son fils Ali Bongo. Les gabonais savent comment les Bongo obtiennent les diplômes en France, si cette est maligne, elle serait mieux qu'elle parte à Kounabéli bouger les fesses comme Patience et compagnies

5.Posté par Bongo le 03/08/2010 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi même leur père quand j'étais en vie, j'avais tout fraudé, je mentais tout temps, volais, détournais, pillais, tuais etc...
C'est mon héritage au mien, ici je suis obligé de dire la vérité quand j'interviens dans vos discussions. Sinon mon enfer sera à haut fourneau. Je vais vous faire bientôt des révélation en forme de repentance. Sinon je suis perdu, je souffres de plus en plus ici...

6.Posté par Gabon Façon-Façon le 03/08/2010 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh Mouana Ebori!!!
Quand tu as rencontré Kabila, Mobutu et Macias Nguema, qu'est ce que vous vous êtes dits?
Ta rencontre avec J H AUBAME a été comme d'habitude houleuse ?
Raconte nous ton compte rendu de l'Etat du Gabon que tu fis à L MBA MINKO
Nous voulons en savoir plus euhhhhhhhhhhhhhhhh, pluchhhhhhhhhhhhhh.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...