News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Communiqué final du conseil des ministres du 22 décembre 2010 à Oyem

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre pour tous le Jeudi 23 Décembre 2010 à 16:24 | Lu 1688 fois



Gabon : Communiqué final du conseil des ministres du 22 décembre 2010 à Oyem
Ce deuxième Conseil des ministres délocalisé, après celui de Port-Gentil, est une nouvelle illustration de la détermination d' Ali BONGO ONDIMBA, à aller plus loin dans son engagement, par la concrétisation de Sa Vision de faire bénéficier, aux Gabonaises et aux Gabonais, des bienfaits de l’Emergence.


Aussi, à l’entame des travaux, le Conseil des Ministres s’est félicité des importantes mesures prises par Ali Bongo, dans le cadre de ce Conseil des Ministres d’Oyem.
Il s’agit des mesures de nature à hâter l’alignement du Gabon au rang des pays émergents.

En effet, Ali BONGO ONDIMBA, a décidé à Oyem, les importantes mesures suivantes :

En matière d’Electricité :

Après le lancement des travaux du barrage FE 2 dans l’ Okano et du réseau interconnecté du Nord, les travaux du barrage des chutes de l’Impératrice Eugénie, de Fougamou vont démarrer en juin 2011. La livraison de la première énergie est prévue au second semestre 2013.

Cet ouvrage qui va développer une puissance installée de 54 Mégawatts (MW), pour un coût total de 75 milliards de Francs CFA, est réalisé sur la base d’un partenariat public-privé.

Pour permettre la poursuite du programme de construction d’un réseau interconnecté national, le démarrage des travaux du Réseau Interconnecté de Fougamou – Lambaréné - Ntoum, Fougamou- Mouila et Fougamou-Mandji, aura lieu dès le second semestre 2011, conformément au chronogramme convenu.

Ainsi, toutes les localités situées entre Mouila-Fougamou-Lambaréné et Fougamou-Mandji seront électrifiées.

S’agissant de la Fibre optique :

Un réseau de fibre optique sera couplé concomitamment au réseau interconnecté d’électricité et permettra, ainsi, un accès des populations aux Technologies de l’Information et de la Communication.

En ce qui concerne l’Eau Potable :

Dans le souci d’améliorer la distribution d’eau potable à Libreville, et en complément des travaux de construction des réservoirs du PK9, de la Cité de la Caisse et de la conduite PK6-PK9, en cours d’exécution, il sera procédé, dès 2011, aux études et lancement des travaux de la 3ème conduite reliant Ntoum à Libreville, de diamètre 1200, dont le montant est estimé à 45 milliards de FCFA.

De même, il sera aussi procédé au renforcement du réseau de distribution en eau potable de Libreville. Les travaux, d’un montant de 12 milliards de FCFA, démarreront en 2011.

L’ensemble de ces travaux qui seront complétés par la construction de la station de Ntoum 7, par la Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG), permettra d’accroître la distribution journalière, de plus de 70.000 m3 d’eau et, combler ainsi le déficit actuel.

Des instructions ont été données au Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, pour faire aboutir ces projets, en relation avec l’Agence Nationale des Grands Travaux.

En matière de Routes :

Des études d’aménagement en béton bitumineux seront lancées sur les axes suivants :

Kougouleu- Medouneu-Sam, Sam-Bibasse, Sam-Mitzic.

Ces études seront financées sur la dotation des crédits alloués à l’Agence Nationale des Grands Travaux, dans le cadre du budget 2011.

S’agissant du Foncier :

Afin de soutenir le programme national de construction de logements, il sera mis en œuvre une politique foncière permettant, à chaque Gabonaise et à chaque Gabonais, de disposer d’une parcelle de terrain. Pour ce faire :

1) Le Ministère de l’Habitat va, à nouveau, procéder à l’identification approfondie des zones d’aménagements fonciers, comprenant des pôles de logement et des pôles d’équipements collectifs.

Dans ce cadre, chaque capitale provinciale et chaque capitale départementale, réserveront désormais 15% au moins de leur superficie aux espaces verts à aménager.

2) Il sera procédé au retour immédiat, au domaine public, de toutes les réservations foncières n’ayant donné lieu à aucun investissement. De même, tous les décrets d’attributions provisoires, qui n’ont pas connu, à ce jour, de mise en valeur dans les délais prescrits, sont réputés caducs.

Le Ministre en charge des Domaines et celui en charge de l’Habitat, prendront, chacun en ce qui le concerne, toutes les dispositions nécessaires à la mise en œuvre des présentes décisions, conformément aux textes en vigueur.

Par ailleurs, afin de permettre la modernisation de notre politique foncière, le Ministre en charge de l’Economie et le Ministre en charge de l’Urbanisme, ont été instruits de présenter, au plus tard le 1er juillet 2011, une proposition complète de réforme visant, à la fois, les structures et le cadre régissant le foncier au Gabon.

Au titre du Patrimoine immobilier de l’Etat :

Afin de restaurer l’image de notre administration et d’améliorer son attractivité, notamment à l’intérieur du pays, il a été décidé du lancement d’un programme national de réhabilitation et/ou de construction de logements d’astreinte.

Pour cela, mission est donnée aux Ministres en charge de la Construction et celui en charge de l’Habitat, de présenter, au plus tard fin 1er trimestre 2011, des plans type qui feront l’objet d’une implantation à travers l’ensemble du territoire national.

S’agissant de la Protection de la veuve et de l’orphelin

Des mesures ont été adoptées en vue d’éradiquer le phénomène de spoliation de la veuve et de l’orphelin, notamment :

le renforcement des dispositions pénales en matière de protection de la veuve et de l’orphelin ;
le rehaussement des pouvoirs et des droits du conjoint survivant et des orphelins, face aux héritiers familiaux, et la réorganisation du conseil de famille, source actuelle de plusieurs conflits, transformé, désormais, en conseil successoral ;
la création d’un Défenseur de la veuve et de l’orphelin, chargé d’assister les victimes dans la défense de leurs droits et intérêts ;
la création d’une section spéciale dans les tribunaux de première instance, ayant, pour unique compétence, les affaires de succession.

S’agissant particulièrement de la Province du Woleu- Ntem, seront exécutés les projets suivants :

1. Construction d’une grande caserne militaire dans le département de l’Okano.

2. Achèvement du Lycée public et du Centre Hospitalier de Bitam ;

3. Lancement des études d’un nouvel Hôpital Provincial.

4. Lancement des études en vue d’une nouvelle Rocade à Oyem.

5. Travaux de construction d’une station d’eau potable à Medouneu.

6. Lancement des études d’aménagement en béton bitumineux de l’axe Oyem-Minvoul.

7. Rétablissement de la couverture radio et télé, sur l’ensemble de la Province, permettant de capter, désormais en clair, la RTG1 et 2 ainsi que Radio 9.

8. Renforcement des capacités opérationnelles de l’administration, par l’octroi de 21 véhicules aux Préfets et Sous-Préfets, à la Gendarmerie nationale et à la Région Militaire du Woleu- Ntem ;

9. Dédommagement total de toutes les personnes qui ont été déguerpies des sites réservés à la construction des logements sociaux dans la ville d’Oyem.

Par ailleurs, le Conseil des Ministres s’est également félicité et a exprimé, au nom du peuple gabonais et notamment des femmes que le sort a rendu veuves, le soutien, le témoignage de la reconnaissance et de la gratitude, envers Madame Sylvia BONGO ONDIMBA, pour son engagement, sans relâche, envers les personnes en détresse et notamment la veuve. En effet, les initiatives de protection de la veuve, prises par Sylvia Bongo, vont désormais au-delà des frontières nationales, pour enrichir les normes de droit international, avec la conclusion, sur proposition de cette illustre Mère, qui rentre dans la légende, de la résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies, assurant des garanties importantes à la veuve, dans le monde entier, notamment en matière successorale.

Comme on peut le constater, chaque jour, davantage, le Gabon consolide sa place et son rôle dans le concert des nations et inspire respectabilité et admiration.

Ali Bongo, par Sa Vision de diversification partenariale et d’impulsion des politiques innovantes de coopération bilatérale et multilatérale, mutuellement profitable au peuple gabonais et aux peuples d’Etats partenaires, est en parfaite adéquation avec la nouvelle donne internationale, marquée par la naissance, au Nord, et notamment dans les pays occidentaux, d’une nouvelle classe dirigeante débarrassée des schémas et complexes passés, non adaptables au siècle nouveau.

Les nouveaux dirigeants du Nord et leurs élites intellectuelles de ce 21ème siècle, ainsi que leurs opérateurs économiques porteurs des financements innovants, à l’instar des investissements directs étrangers, sont déterminés à accélérer le développement de l’Afrique pour en faire un grand marché de construction d’infrastructures routières, aéroportuaires, portuaires, des télécommunications et des nouvelles technologies ainsi que des grandes industries de production d’électricité et d’eau, capables d’accueillir des réseaux d’usines de transformation des matières premières du sol et du sous-sol dont regorge l’Afrique.

Dans la même veine, les dirigeants politiques du Nord souhaitent faciliter la formation, sur le sol africain, contrairement au passé, de la main-d’œuvre qualifiée et de l’élite intellectuelle, nécessaires à œuvrer au développement d’une Afrique, dont il faudra, désormais, transformer l’ensemble de ses 950 millions d’habitants, (1,5 milliards d’habitants à l’horizon 2050), en véritables consommateurs des produits manufacturés dont les économies du Nord ont un réel avantage avec leurs chaînes de production.

Mais, force est de constater, qu’au Nord comme au Sud, et au Gabon en particulier, il existe encore quelques cas, mais isolés, de velléité de perpétuation de mécanismes abrogés par les nouveaux accords de coopération.

Face à ces continuateurs et nostalgiques de cet ordre ancien, avilissant et appauvrissant l’Afrique et les Africains, les Gabonaises et les Gabonais, observent que ces derniers sont regroupés, au Gabon, au sein d’une certaine opposition en mal d’audience et en manque de projet alternatif ; une opposition constituée d’anciens dirigeants du pays dont le seul souvenir, laissé dans la conscience collective, est qu’ils ont semé ruines et comportements déviants, dénoncés par le Président Omar BONGO ONDIMBA, dans son discours bilan-prospective, devenu testamentaire, du 1er Décembre 2007. Leurs déviances sont à l’origine de la route qui n’a pas avancé dans le Gabon profond, du système éducatif totalement déstructuré, des structures sanitaires laissées à l’abandon ainsi que des fêtes tournantes dont le peuple a été spolié des investissements prévus.

Les suites à donner au rapport de la Cour des Comptes, gestion 2008, sur ces affaires, ainsi que les audits, en cours, du Juge des comptes, remontant depuis l’exercice budgétaire 1991, et qui provoquent la panique, doivent se poursuivre, car nous savons que c’est la raison principale de la phobie de ces anciens dirigeants et de leurs alliés expatriés, qui se sont, tous, enrichis sur le dos du peuple gabonais.

Cette opposition, en relation avec quelques expatriés à la retraite, auteurs des pamphlets, tracts et autres propos et documents subversifs, ne sauraient distraire le Gouvernement de l’Emergence, déterminé à mettre en œuvre la Vision du Président de la République.

De même, le peuple gabonais ne saurait se détourner du Pacte de Confiance et d’Emergence scellé avec Ali BONGO ONDIMBA, dont l’élection n’a souffert d’aucune équivoque car proclamée, bureau de vote par bureau de vote, département par département, province par province, puis, au plan national, par toutes les institutions constitutionnelles compétentes et que ces élections ont été reconnues crédibles par l’ONU, par l’UA ainsi que par les différents Etats et organismes constitutifs de ce qu’il est convenu d’appeler, la Communauté Internationale.

AU TITRE DES PROJETS DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

MINISTERE DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT, LES INSTITUTIONS CONSTITUTIONNELLES, DE L’INTEGRATION REGIONALE ET DU NEPAD

Sur présentation du Ministre, le Conseil des Ministres a adopté deux (2) projets de décrets, à savoir :

le projet de décret portant attributions et organisation du Secrétariat Général de la Commission Nationale des Droits de l’Homme ;

le projet de décret modifiant et abrogeant certaines dispositions du décret n° 000235/PR/MCDIN du 26 Juillet 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission Nationale pour le Mécanisme d’Evaluation par les Pairs dénommée « GABON MAEP ».

S’agissant du premier texte, il est pris en application des dispositions de la loi n° 19/2005 du 03 Janvier 2006 portant création et organisation de la Commission Nationale des Droits de l’Homme en République Gabonaise, en ses articles 3, 16, 17 et 18. Il vient matérialiser ainsi le rôle prééminent qu’exerce le Secrétariat Général de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, en matière de promotion et de protection des Droits de l’Homme, à travers le suivi, le respect et la mise en œuvre des conventions et autres recommandations internationales dans ce domaine.

A cet effet, le Secrétariat Général, organe permanent de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, en assure l’administration et la gestion.

Il est placé sous l’autorité d’un Secrétaire Général, assisté d’un Secrétaire Général Adjoint.

Quant au deuxième décret, il est pris en application des dispositions de l’article 51 de la Constitution. Il modifie et abroge certaines dispositions du décret n° 000235/PR/MCDIN du 26 Juillet 2006, notamment les articles 2, 3, 4, 5, 9, 10 et 13 du décret susvisé.

Le présent décret vient réorganiser le nouveau processus d’autoévaluation auquel notre pays s’est engagé en Mars 2003.

MINISTERE DE L’ECONOMIE, DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DU TOURISME

Le Ministre a présenté au Conseil des Ministres, qui l’a adopté, le projet de décret portant attributions et organisation du Ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme.

Pris en application des dispositions de la loi n° 010/2005 du 03 Janvier 2006, le présent décret décline les principales missions désormais assignées au Ministère de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme.

Pour ce faire, le Ministère est doté de l’architecture organisationnelle suivante :

Le Cabinet du Ministre
L’Inspection Générale des Services
Le Secrétariat Général
Des Directions Générales
Des organismes sous tutelle

MINISTERE DES TRANSPORTS

Sur présentation du Ministre, le Conseil des Ministres a adopté le projet de décret portant création, attributions et organisation de la Direction Générale de la Météorologie.

Pris en application des dispositions de la loi n° 020/2005 du 03 Janvier 2006, le présent décret crée, au sein du Ministère des Transports, la Direction Générale de la Météorologie, en abrégé « DGM ».

Cette Direction Générale a pour mission d’élaborer, de proposer et de mettre en œuvre, la politique du Gouvernement en matière de météorologie.

EN MATIERE DE POLITIQUE GENERALE

MINISTERE DES TRANSPORTS

Le Ministre a sollicité et obtenu du Conseil des Ministres, l’accord pour : d’une part, mettre en œuvre un programme visant à porter le taux de gabonisation des conducteurs de taxi à 60 % en deux (2) ans, soit trois (3) mille chauffeurs de taxi; d’autre part, mettre en place, auprès de la Banque Gabonaise de Développement (BGD), des mesures incitatives pour l’accès à la profession de chauffeur de taxi, par l’obtention des prêts pour l’achat des véhicules et le soutien à la création d’entreprises de transport, au sein de ladite profession.

Enfin, le Conseil des Ministres a entériné les mesures individuelles suivantes :

MINISTERE DE L’ENERGIE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES

AGENCE NATIONALE DE REGULATION DU SECTEUR DE L’EAU POTABLE ET DE L’ENERGIE ELECTRIQUE, EN REPUBLIQUE GABONAISE

Président du Conseil de Régulation, Représentant de la Présidence de la République : M.

MOUIRI BOUSSOUGOU.

Directeur Général de l’Agence de Régulation: M. Alain HERTH, Ingénieur électricien.


Qui Vivra, Verra

Jeudi 23 Décembre 2010
LVDPG - Média Libre pour tous
Vu (s) 1688 fois




1.Posté par Terranus le 23/12/2010 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de nous informé que durant ses 42 ans de règne, ce sont à eux seuls : AMO, ZAC, JEN, CAM, POPO qui ont ruiné et empêché le développement du Gabon.
Merci de nous informé que vous n'avez rien à voir avec cette gestion calamiteuse des finances et du pillage des ressources du Gabon.

Merci beaucoup de nous prendre pour de vrais cons.

Bon appetit à vous.

2.Posté par Africain le 23/12/2010 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La vague des nominations abusives est-elle finie?

3.Posté par DBD le 23/12/2010 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JEN n'est pas dedans. On parle de CAM, AMO, ZAC et leur nana POPO et certains pedegistes ( car tous ne sont pas mauvais, seulement maudits en s'associant a ce parti). Enfin ce n'est pas en moins de 10 ans qu'il vont retablir leur credibilite. Mais si en 2 mois ils font sauter l'usurpateur et bien nous pourrons leur donner notre pardon en echange. Pour l'instant nous faisons chemin avec eux pour qu'ils nous montrent et devoilent les points faibles des pedegistes et l'usurpateur.

4.Posté par Larévolte le 24/12/2010 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprends plus rien. Du vivant d'Omar Bongo, toute bonne petite action au Gabon était placée " SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE OMAR BONGO" Le moindre petit cadeau, ah j'ai oublié, je veux dire le moindre petit "DON", même un crayon de bois était toujours mis au compte de "SON EXCELLENCE OMAR BONGO" Curieusement, sous le règne de son fils le sultant Ali Bongo, tous les mauvais actes, toutes les mauvaises gestions du Gabon au temps du père Bongo, sont mis sur le compte des autres: ses ministres.
Si je comprends bien Bongo père a fait un parcours exemplaire au Gabon, ce sont ses méchants et incompétents ministres qui ont mis le Gabon dans le désastre actuel. Les seuls responsables du chaos au Gabon ce sont les ministres et eux seuls. Père Bongo n'a rien fait, il est innocent comme tous les criminels, les assassins et les voleurs. De toutes les façons, tous les malfrats clament toujours leur innocence.

Ma question: si donc ce sont les ministes de votre père qui sont les seuls responsables de la gestion calamiteuse des richesses du Gabon, vous même Ali Bongo, ayant fait partie de cette équipe de ministres, puis-je donc en conclure que vous reconnaissez que le Gabon va mal à cause de vous-même aussi?
Dans ce cas, pourquoi vous faire confiance? Vous venez d'affirmer dans votre discours que, si tout va mal au Gabon, ce n'est pas la faute de votre défunt père Omar Bongo mais c'est la faute de vous ses anciens ministres.
Un conseil tout de même, Ali Bongo, il faut parfois refuser de venir réciter certains discours pour ne pas perdre le peu de crédibilité que certains gabonais ont mis en vous. Moi à votre place, j'aurais simplement dit que je viens reparer les erreurs de mon père au lieu de venir remuer le couteau dans la plaie. Les gabonais ont toujours pensé que les miettes qu'ils récoltaient provenant des richesses du Gabon étaient une sorte de générosité de la part de votre père adoptif d'Omar Bongo. Par conséquent personne ne peut croire à votre histoire à dormir débout. Personne ne peut vous croire quand vous dites en d'autres termes ou bien en quelque sorte que votre père ne tenait pas les rênes du Gabon. Nous savons tous que votre père adoptif avait la possibilité de nommer les ministres en France, il pouvait aussi les licencier à cause de l'argent du Gabon. " Un argent qui ne lui appartenait pas". Et vous n'avez pas trouver d'autres endroits sur terre pour aller raconter vos sornettes. Les gabonais du Woleu-Ntem vous feraient-ils si peur? Vous croyez vraiment qu'il y a encore un seul gabonais qui ignore que votre père adoptif était un ignare, un fou qui avait choisi de financer les campagnes en France, au lieu de s'occuper des affaires de son pays et son peuple au point où il a été obligé d'aller mourir lamentablement chez les autres. Comme les anciens ministres de votre père qui sont dans l'actuelle opposition sont les seuls responsables, pourquoi votre père n'a t-il pas pensé à lui même? Et pourant il se savait malade. On dirait que les mots malhonnêteté et mauvaise foi ont été inventés pour vous. Donc quand un français raconte que votre père Omar Bongo s'était mis dans une ire incroyable simplement parce qu'un de ses nombreux invités-mendiants français (blanc) avait refusé un sac d'argent liquide d'une valeur de 400.000 francs français, c'est aussi la faute des ministres.
Trouvez d'autres arguments pour asseoir votre fragile pouvoir qui ne tient plus qu'à un fil.

5.Posté par Bernard N I le 24/12/2010 20:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
'''9. Dédommagement total de toutes les personnes qui ont été déguerpies des sites réservés à la construction des logements sociaux dans la ville d’Oyem.'''

Voilà une façon détournée d'exproprier les personnes qui ont des terres au profit d'oeuvres occultes et appauvrir encore plus les populations.
C'est bien connu, que bongo-fils ne fera rien, mais ses sbires et lui, dérobent leurs terres à des autochtones sous prétexte qu'ils vont construire des logements sociaux.
Gabonais, soyez prudent, car lorsque l'on vous aura tous dépossédés de vos biens, vous deviendrez leurs véritables esclaves car n'ayant même plus de maisons et donc obligés de courber l'échine.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...