News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Communiqué final du Conseil des ministres du mardi 29 décembre, d'Ali Bongo

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 30 Décembre 2009 à 12:56 | Lu 3034 fois



Gabon : Communiqué final du Conseil des ministres du mardi 29 décembre, d'Ali Bongo
Pour prévenir des telles situations dommageables, le Conseil a instruit le Ministre de l’Intérieur, pour engager les Forces de Sécurité à redoubler de vigilance sur les différents points névralgiques des villes afin que la protection des personnes soit assurée en préservant ces dernières des accidents dus au non respect des règles de circulation routière.

Aussi, l’ensemble des compatriotes ainsi que toutes celles et tous ceux qui sont en séjour au Gabon durant cette période des fêtes, pour leur sécurité comme pour celle de leurs semblables, sont-ils instamment invités par le Conseil des Ministres, à observer une conduite suffisamment responsable.

Dans ce souci de consolidation d’un Gabon où il fait bon vivre, le Conseil, Ali Bongo, a décidé une exigence de ravalement des façades extérieures et intérieures de tous les bâtiments administratifs.

Cette mesure ferait en sorte que dès cette année jubilaire 2010, qui marque les cinquante (50) ans d’accession de notre pays à la souveraineté internationale, que les bâtiments administratifs, de Libreville d’abord, puis de l’intérieur du pays ensuite, soient bien entretenus pour créer un effet diffus auprès des propriétaires privés, afin que, dorénavant, toutes les villes soient d’un éclat particulièrement attrayant et davantage attractives ;

De même, et au regard de la dégradation croissante et récurrente de l’offre de service public d’eau et d’électricité, fournie par la SEEG, tenue pourtant d’une obligation de résultat, le Conseil relève, pour Libreville, selon les premiers éléments de l’audit amorcé, que le système de distribution de l’eau est confronté à une pénurie qui remonte à 2003. Ce, en raison de l’obsolescence et de la saturation du système de transport d’eau traitée.

Une aggravation de la situation s’est produite particulièrement pour les quartiers éloignés des centres de livraison, à savoir:
Akebé ; Kinguélé ;Dragon Louis ; Cité Pompidou; Gros Bouquet ; Battérie IV ; Sotéga ; Nzeng Ayong ; notamment les zones de Dragages et de Montalier ; Belle-Vue ; Université Omar BONGO; Okala ; Agondjé; Alibadeng; Awoungou ; Alénakiri.

Sont également concernés, les quartiers situés en hauteur, au Centre-ville, à une altitude de 8 à 10 mètres par rapport au niveau de la mer.
Outre ces quartiers où il n’y a pas d’eau du tout, d’autres connaissent des coupures qui s’étalent sur six (6) à huit (8) heures par jour, ainsi que des baisses de pression ou des coupures sporadiques n’excédant pas quatre (4) heures par jour.


Devant cet état de pénurie permanente d’eau qui créé un véritable malaise compréhensible au sein des populations, et après être vivement instruit par Ali Bongo, son Gouvernement est engagé à faire assurer l’obligation de fourniture continue du service public de l’eau et de l’électricité par la SEEG.

Dans ce sens, la SEEG préconise des solutions immédiates et d’autres à court, moyen et long termes.

Dans l’immédiat, la SEEG s’engage à transférer l’eau provenant de Ntoum, du réservoir du PK9 vers le réservoir du PK6 qui dispose d’une capacité de stockage plus grande et alimente le Nord de Libreville. La SEEG étant au maximum de la quantité d’eau transportée à Libreville, il s’agit, en réalité, à travers ce procédé, de baisser la pression dans les quartiers en surabondance pour alimenter les postes de livraison démunis.

Les tests, qui ont démarré le Lundi 28 Décembre 2009, devront durer une semaine (7jours) et permettre ainsi de récupérer 8 000m3/j.

Ils visent à améliorer la desserte des quartiers situés au niveau médian d’altitude par rapport au niveau de la mer mais aussi à améliorer le remplissage du réservoir de tête du PK6 qui conditionne le remplissage de Nkoloungoum desservant notamment les quartiers Kinguélé, Dragon et Cosmoparc.

A moyen terme, la SEEG va procéder au renforcement « Phase 1 », du réseau de transport d’eau potable de Libreville avec la construction d’un réservoir de 7500 m3 au PK9 et de 10.000 m3 à la Cité de la Démocratie , ainsi qu’une conduite de diamètre 1000 entre les deux réservoirs.

Une convention de financement a été signée avec l’Agence Française de Développement (AFD), l’Etat assurant le portage de ce financement. Ce marché, après plusieurs appels d’offres infructueux, a été attribué aux entreprises SOBEA et ENTRACO. !

En 2011, la SEEG compte poursuivre le projet du renforcement « Phase 2 », par la construction d’une usine de traitement d’eau dite « Ntoum 7 » avec une capacité de 70.000 m3/j ainsi qu’une nouvelle conduite de 1200 mm de diamètre.

Le Ministère de l’Energie, quant à lui, réalisera, dès 2010, un diagnostic du réseau de transport afin d’identifier les fuites d’eau et de procéder aux réparations nécessaires.

Cette opération devrait permettre une amélioration de près de 20% du volume d’eau. Le coût global du projet est de 12 milliards de FCFA et sera cofinancé avec la coopération allemande.

De même, il sera systématisé des opérations « coup-de-poing » contre le gaspillage d’eau notamment dans les services publics, grands consommateurs d’eau, avec l’assistance du Génie Militaire si nécessaire.

Dès 2011, le Ministère de l’Energie et des Ressources hydrauliques compte lancer les travaux de construction de la 3ème conduite d’eau, dont les études seront réalisées en 2010.

Relativement à ces engagements, son Conseil des Ministres a décidé de mettre en demeure la SEEG de rétablir la fourniture d’eau dans les quartiers qui en sont privés et dans ceux qui sont irrégulièrement desservis.

Faute de quoi, le Gouvernement sera obligé de recourir aux stipulations de l’article 61 du contrat de concession, relatif à la « mise sous séquestre et à la substitution d’office », de la convention de concession.

Dans tous les cas, et soucieux d’un développement harmonieux et équilibré, du pays, qui sous-tend l’amélioration des conditions de vie des Gabonaises et des Gabonais, ainsi que l’impulsion et la dynamisation d’un environnement des affaires qui soit attractif, son Conseil des Ministres a décidé d’imaginer tous les scénarii possibles, avec la SEEG et aussi avec d’autres partenaires, pour trouver des solutions pérennes à la question de l’eau et de l’électricité, en quantité et en qualité, sur toute l’étendue du territoire national.

En effet, il doit être question de valoriser le potentiel hydrographique et en nappes phréatiques du Gabon, de sorte que l’eau potable et l’électricité, soient à la portée de toutes les Gabonaises et de tous les Gabonais, où qu’ils se trouvent dans le pays.

PROJETS DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’ELEVAGE, DE LA PÊCHE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL

Sur proposition du Ministre, le Conseil a adopté deux (2) projets de décret :

- le projet de décret portant attributions et fonctionnement du Comité de Biovigilance ;

- le projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission de délivrance de l’Agrément Technique d’Exploitant Agricole.

S’agissant du premier texte, il est pris en application des dispositions de l’article 112 de la loi n° 023/2008 du 10 Décembre 2008, qui dispose que le Comité de Biovigilance est notamment chargé de :

- contrôler la mise sur le marché des végétaux, des semences, des produits antiparasitaires à usage agricole et des produits assimilés, des matières fertilisantes et des supports de cultures composés en tout ou partie d’organismes génétiquement modifiés, en abrégé OGM et leur utilisation ;

- identifier et suivre l’apparition éventuelle d’effets non intentionnels sur l’environnement et les écosystèmes agricoles et naturels ;

- donner un avis sur les protocoles de suivi de l’apparition éventuelle d’évènements défavorables.

A cet effet, il dispose d’un Secrétariat permanent assuré par le Ministère de l’Agriculture.

Quant au second texte, il est pris en application de l’article 30 de la loi n° 022/2008 du 10 Décembre 2008. Le décret crée et place sous l’autorité du Ministre chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, une Commission Administrative, dénommée Commission de Délivrance de l’Agrément Technique d’Exploitant Agricole en abrégé « C.D.A.T.E.A » dénommée la « Commission ».

Cette Commission est chargée :

- de sélectionner, d’analyser et de donner un avis motivé sur chaque dossier de demande d’agrément à soumettre au Ministère chargé de l’Agriculture ;

- d’organiser des séminaires, colloques et ateliers.

Ainsi, l’agrément technique est accordé aux exploitants dont les activités visent à :

- aménager les zones de développement agricole ;

- viabiliser les terres agricoles ;

- acquérir le matériel d’élevage ;

- produire les aliments de bétail ;

- installer les moyens de conservation et de commercialisation ;

- commercialiser les intrants agricoles et promouvoir les activités para-agricoles et d’élevage ;

- multiplier et produire les semences végétales et animales ;

- installer les moyens d’irrigation des terres ou des cultures ;

- acquérir le matériel agricole et agro-alimentaire, les équipements, les instruments et les moyens spécifiques à la production biologique ;

- promouvoir une agriculture biologique durable ;

- créer et améliorer les structures des exploitations agricoles et des unités de transformation ;

- améliorer la qualité, la compétitivité et la commercialisation des produits par l’introduction de nouvelles technologies et des méthodes d’exploitation à faible consommation intermédiaire ;

- susciter la reconversion, la réorientation, la diversification des activités économiques et la promotion des emplois pour une meilleure exploitation du potentiel existant ;

- encourager et soutenir la production non alimentaire et le développement de la sylviculture ;

- protéger l’environnement, notamment les espèces et les écosystèmes ;

- renforcer un tissu social viable et améliorer les conditions de travail et de vie dans les zones rurales ;

- créer les parcours forestiers et les surfaces destinés aux pâturages et plantations d’arbustes.

La Présidence et le Secrétariat de cette commission sont assurés par le Ministère de l’Agriculture.

EN MATIERE DE POLITIQUE GENERALE

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE, DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

Le Ministre a obtenu l’accord du Conseil pour l’organisation des Etats Généraux de l’Education, de la Recherche et de l’Adéquation Formation-Emploi selon le chronogramme ci-après établi :

- du 10 au 23 Décembre 2009 dernier : Travaux préparatoires par le Comité mis en place à cet effet;

- deuxième quinzaine de Janvier 2010 et pour une période de trois (3) mois : réunion de quatre (4) Commissions thématiques interdisciplinaires et inclusives composées d’enseignants, des chercheurs, des partenaires sociaux, des représentants d’étudiants et des opérateurs économiques ainsi que des sociologues, psychologues, économistes, juristes et autres experts.



Aussi, le Conseil a-t-il instruit les Ministres concernés, à savoir :

Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation porte-parole du Gouvernement;
Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle ;
Ministre de la Culture , de la Jeunesse , des Sports et des Loisirs ;
Ministre du Travail et de l’Emploi, chargé de la Prévoyance sociale ;
Ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Artisanat;
Ministre de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme ;
Ministre du Budget, des Comptes Publics, de la Fonction Publique , chargé de la Réforme de l’Etat ;

de tout mettre en œuvre pour conceptualiser et concrétiser des synergies de nature à faire de cette vaste et profonde réflexion, le point d’émergence d’une école plus attractive, plus performante, et capable de répondre aux besoins économiques, sociaux et culturels du Gabon Emergent.

Une école arrimée aux standards africains et internationaux d’offres d’éducation, de formation et de recherche. De même, le Conseil des Ministres invite toutes les personnes ressources qui seront impliquées dans ces importantes assises notamment les experts, les opérateurs économiques et les partenaires sociaux, à faire du Gabon un pôle d’excellence de formation d’une élite capable d’assurer l’édification des piliers « Gabon Industriel », « Gabon Vert », et « Gabon des Services ».

Aussi, le Gabon devra-t-il devenir une destination de prestations des services intellectuels de haut niveau et fortement valorisés.

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE

Sur présentation du Ministre, le Conseil a approuvé la mise en application, dès le 1er Janvier 2010 et sur toute l’étendue du territoire national, du nouvel horaire de travail en République Gabonaise.

A cet effet, il est désormais institué la journée de travail continue sous réserve, toutefois, et dans le respect des 8 heures de travail journalier, des modalités pratiques applicables aux services publics de l’enseignement, de la formation, de la santé et de la recherche ainsi qu’aux entreprises et autres organismes qui travaillent en « deux ou trois huit » ou encore qui nécessitent des gardes ou des permanences.

A ce titre, l’heure d’embauche est fixée désormais à 7 h 30 mn le matin et celle de sortie à 15 h 30 mn. Une pause de 30 mn sera prise, selon un rythme approprié de roulement, entre 11 h 30 mn et 13 h 30 mn.L’activité ne s’arrêtant pas, le temps de suspension est compris dans les 8 heures de travail journalier.

Aussi, le Conseil a instruit les Ministres concernés, sur la mise en place, progressive, des mesures d’accompagnement nécessaires à cette nouvelle organisation du temps de travail.


Mercredi 30 Décembre 2009
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 3034 fois




1.Posté par iBOUANGO le 30/12/2009 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Plus de 40% de cet article(conseil) parle de l'eau et de l'électricité.Notre ami Ali9 commence à se rendre vite compte que avec des entreprises française,c'est l'incompétence oblige(du moins en afrique,car en europe,elles ont véritablement obligation de résusltats).
J'espère qu'il(ALI) essaiera de virer 'VEOLIA" car trop c'est trop,depuis quelques jours,je suis obliger de 'Cabiner" dans les toilets de fortune d'un voisin,car plus d'eau pour tirer la chasse.

By Ibouango

2.Posté par sebdepog le 30/12/2009 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le fonctionnaire gabonais qui arrive au travail à 10h et en repart à 11h30 saura-t-il s'adapter à la nouvelle norme de 7h30? Rien n'est moins sûr.
Le Biafrais a de bonnes idées mais attendons de voir la suite. Il a du pain sur la planche, son père ayant tellement gaspillé ce pays. Il y a des pesanteurs qui mettront du temps à s'estomper.

3.Posté par Odjuan'a Mbédé le 30/12/2009 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme le dit Sebdepog, Ali pense que c'est la vitesse qui importe et oublie qu'il hérite des 42 ans de pouvoir de son père avec tout ce que celà comporte.
L'idée de la journée continue remonte à plusieurs années et le père Mba en avait été le chantre. ce genre de mesure devrait se faire comme un seuvrage car Bongo a donné aux gabonais, des reflexes qu'on ne peut chasser que de manière progressive. en tout cas il l'aprendra à ses dépends!

4.Posté par engogole le 31/12/2009 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour moi, qu'il exécute des mesures ou pas, il a volé une élection et pour cela il est impardonnable.
Quoi qu'il pose comme acte pour bien se faire voir n'enlève pas mon amertume pour ce clan de voleur: BONGO et amis avec la complicité de la France.
Un jour Le Gabonais se sentira vraiment chez lui. J'ai espoir.

5.Posté par Abessolo le 01/01/2010 00:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Libreville, 31 décembre (GABONEWS) - Quand le Père Paul Mba Abessole se livre à cœur ouvert, ce sont des vérités qui éclatent, oui, mais aux allures de sketchs dans une interview exclusive accordée au quotidien « Gabon Matin » , publiée ce jeudi, dans laquelle le président du Rassemblement Pour le Gabon (RPG) épingle André Mba Obame et consorts, tout en levant le voile sur certaines manœuvres politiciennes de la coalition d’opposants formée d’anciens candidats à l’élection présidentielle anticipée.

D’abord prié de s’exprimer sur la journée de méditation en hommage au défunt Omar Bongo Ondimba l’homme braque les gadgets sur le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) initiateur du projet. Il s’écrie : « Si on organise quelque chose en sa mémoire (Omar Bongo), cela ne doit pas se passer en catimini. Le président Bongo appartient au patrimoine national. En célébrant sa mémoire, cela devrait intéresser tout le monde au lieu d’en faire l’affaire d’un parti politique ».
Entrant dans le vif du sujet, à savoir « l’indiscipline » dont ont fait montre les députés RPG, ex-majorité présidentielle, en votant massivement en faveur de la Déclaration de politique générale du Premier ministre. L’ex-prêtre confirme les faits et renvoie le lecteur à la décision de la commission de discipline de son parti commis à cet effet et dont le verdict sera rendu d’ici peu, pour connaître le sort qui a été réservé aux élus RPG qui ne se sont pas abstenus, à défaut de voter contre, comme stipulaient les consignes de leur parti.

Et à Paul Mba Abessole de ne pas faire l’Autriche en reconnaissant ne pas comprendre d’où est partie cette « désobéissance caractérisée » de ses élus.

Vient alors le moment d’expliciter ce que Monsieur Paul Mba Abessole entend par « se mettre en réserve de la République ». Il s’exécute en expliquant : « Cela veut dire qu’à partir du moment où les gens sont d’accord avec mon analyse de la situation actuelle du pays, je discute avec eux parce que nous avons le même souci pour le Gabon. La République ce sont des valeurs et aussi des ambitions ». Une explication qui fait perdurer le flou au-delà de l’intelligence avérée des uns et des autres car le surplus d’explications ne lève pas non plus les ambiguïtés.

Toujours est-il que l’entretien continue sur un tout autre plan, car il est question pour Paul Mba Abessole de dire à tous pourquoi il a rompu avec la majorité présidentielle. En faisant appel à l’intelligence de son interlocuteur il lui démontre que la mort du Président Omar Bongo Ondimba rendait ce contrat caduc et d’affirmer, donnant suite à une autre question, que la majorité présidentielle n’avait pas fonctionné. Serait-ce, questionne le journaliste, parce qu’il n’a pu être nommé Premier ministre ou si c’était plutôt les calculs de l’homme qui avaient été mauvais ?

Non « moi je ne calcule rien du tout ». Il ajoute plus loin « si je suis un homme libre on n’interprète pas ma pensée ». Et de continuer ainsi très offensé et indigné, brandissant son intellect, comme faisant de lui un homme qui pèse chaque propos qu’il avance.

Et il faut bien avancer dans cet entretien de notre confrère avec Paul Mba Abessole pour découvrir bien des choses intéressantes. Allez-vous présenter des candidats aux élections législatives partielles de 2010 ?

Oui, répond-il, « je vais présenter des candidats partout. Je ne vais rien laisser au PDG, je veux tout prendre ».

Arrive alors la partie ou l’ancien compagnon d’arme d’André Mba Obame doit le renier ou le « dépouiller ».Il choisit la première hypothèse, et parle du fait qu’il s’est mué dans un silence de sage pour observer d’abord la grève de la faim de son désormais ancien allié, « un chef se tait » , précise-t-il.

On dirait que votre coalition vole progressivement en éclats ? L’occasion est toute trouvée pour que Paul Mba Abessole apporte toutes les précisions qu’il lui tardait de faire pour rétablir sa « vérité ». Il commence son testament de vérité : « comment voulez-vous que je signe un accord de confiance avec ces gens-là avec qui je suis dans cette coalition », et disséquant chacun nommément, il commence par le cas Mba Obame : « C’est le premier à m’avoir trahi en politique…Il faut juste être dans la logique,… nous avons passé 8 ans à essayer de faire légaliser le RPG, mais le dossier était bloqué par lui ». Et votre soutien ? « Ce n’est pas lui que j’ai soutenu, c’est le peuple »

Une contradiction que seul comprend et peut expliquer l’ancien homme d’église. Une opposition qui jouait à un simulacre d’union, alors que les guéguerres internes n’étaient pas résolues, cette coalition devait avoir des allures d’un panier de crabe vu de l’intérieur. Car le peule était avide de changement et y avait cru. Qui est dupe ?

Ensuite vient le tour d’Eyeghé Ndong de recevoir les affres du Père Abessole : « Vous connaissez tous nos démêlés au deuxième arrondissement de Libreville où il a acheté 3 ou 4 de mes partisans. Comment voulez-vous que je fasse équipe avec quelqu’un qui vient braconner sur mes terres »

Oyé Mba – qui sollicitait le soutien de Paul Ma Abessole en préludes aux prochaines élections législatives et locales - ne bénéficie d’aucune clémence, non plus, encore qu’il a « passé 20 ans comme député à Ntoum sans y laisser de traces ». Le dernier de la liste, Zacharie Myboto, est également loin d’être un Saint. L’homme, aux dires de Mba Abessole, « allait collecter des ordures dans les quartiers pour les déverser sur la voie publique » du temps où il était maire ; sans omettre que le budget qui devait revenir à la mairie « était systématiquement mis à la disposition de l’ALSI la boite de sa fille. « Quelle confiance voulez-vous que je lui accorde? », s’interroge Mba Abessole.

Si l’on doutait encore de la consommation du divorce entre les anciens amis du leader du RPG réunis au sein de la désormais coalition des anciens candidats à l’élection présidentielle, cette interview est venue lever l’équivoque.

Même s’il est vrai que l’on a bien envie de se poser la question de savoir à quoi rime cette déclaration de guerre à peine voilée. Quelles sont, à terme, les ambitions de Paul Mba Abessole ?Réintégrer le gouvernement ou juste bénéficier du bon œil du Président de la République Ali Bongo Ondimba ? Allez savoir !

Toujours est-il que le droit de réponse va être très sollicité prochainement par toutes ces personnes indexées avec un doigt des plus dénonciatrices. A moins de devenir, elles aussi, aphones et de la jouer le très sage africain. Nous serons au rebond pour vous donner les suites de tous ces scénarios qui se projettent à l’horizon.

En tous les cas, les leaders de la coalition précitée étaient réunis, mercredi 30 décembre 2009, au siège de l’Union des Gabonais pour la Démocratie et le Développement (UGDD) de Zacharie Myboto, pour disent-ils, poser les jalons de leur " grand parti de l'opposition " qui, pour l’instant, n’est pas baptisé.

" La logique , c'est d'abord de faire naitre l'enfant, ensuite on verra par ses actes s'il est grand ou pas" , a ironisé l'ex-compagnon de route de la coalition, Paul Mba Abessole.

Coïncidence, provocation, piège ou sabotage ? Aucune hypothèse n’est à écarter quant au choix fait par le regroupement des candidats malheureux à l’élection présidentielle d’organiser cette rencontre à la même date que la « Journée de médiation », dédiée par le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) à feu Omar Bongo Ondimba, dont le déroulement des activités fut couronnée par une réplique cinglante d’Ali Bongo Ondimba, Président de la République, à ses antagonistes qui tentaient de lui jeter l’opprobre, en l’accusant de vouloir altérer le PDG pour créer son propre parti.

En réponse, Ali Bongo Ondimba, manifestement outré par l’esprit de nuisance qui masque la démarche, a renvoyé les instigateurs à étayer leurs allégations de preuves, tout en précisant qu’il n’a nullement la prétention de dissoudre « la première formation politique du pays, la mieux structurée et la plus solide qui soit ». Attendons de voir la suite que nous réservent toutes ses manœuvres politiciennes, car rira qui rira le dernier, dit-on.

6.Posté par Aline le 01/01/2010 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
INTERVIEW DU PERE MBA OBAME du 31 décembre : Qui est qui ? Le peuple est encore manipulé !« Arrive alors la partie ou l’ancien compagnon d’arme d’André Mba Obame doit le renier ou le « dépouiller ».Il choisit la première hypothèse, et parle du fait qu’il s’est mué dans un silence de sage pour observer d’abord la grève de la faim de son désormais ancien allié, « un chef se tait » , précise-t-il.
On dirait que votre coalition vole progressivement en éclats ? L’occasion est toute trouvée pour que Paul Mba Abessole apporte toutes les précisions qu’il lui tardait de faire pour rétablir sa « vérité ». Il commence son testament de vérité : « comment voulez-vous que je signe un accord de confiance avec ces gens-là avec qui je suis dans cette coalition », et disséquant chacun nommément, il commence par le cas Mba Obame : « C’est le premier à m’avoir trahi en politique…Il faut juste être dans la logique,… nous avons passé 8 ans à essayer de faire légaliser le RPG, mais le dossier était bloqué par lui ». Et votre soutien ? « Ce n’est pas lui que j’ai soutenu, c’est le peuple »
Une contradiction que seul comprend et peut expliquer l’ancien homme d’église. Une opposition qui jouait à un simulacre d’union, alors que les guéguerres internes n’étaient pas résolues, cette coalition devait avoir des allures d’un panier de crabe vu de l’intérieur. Car le peule était avide de changement et y avait cru. Qui est dupe ?
Eyeghé Ndong et Mba Obame
Ensuite vient le tour d’Eyeghé Ndong de recevoir les affres du Père Abessole : « Vous connaissez tous nos démêlés au deuxième arrondissement de Libreville où il a acheté 3 ou 4 de mes partisans. Comment voulez-vous que je fasse équipe avec quelqu’un qui vient braconner sur mes terres »
Oyé Mba – qui sollicitait le soutien de Paul Ma Abessole en préludes aux prochaines élections législatives et locales - ne bénéficie d’aucune clémence, non plus, encore qu’il a « passé 20 ans comme député à Ntoum sans y laisser de traces ». Le dernier de la liste, Zacharie Myboto, est également loin d’être un Saint. L’homme, aux dires de Mba Abessole, « allait collecter des ordures dans les quartiers pour les déverser sur la voie publique » du temps où il était maire ; sans omettre que le budget qui devait revenir à la mairie « était systématiquement mis à la disposition de l’ALSI la boite de sa fille. « Quelle confiance voulez-vous que je lui accorde? », s’interroge Mba Abessole.
Si l’on doutait encore de la consommation du divorce entre les anciens amis du leader du RPG réunis au sein de la désormais coalition des anciens candidats à l’élection présidentielle, cette interview est venue lever l’équivoque. »
INTERVIEW DU PERE MBA OBAME du 31 décembre : Qui est qui ? Le peuple est encore manipulé

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...