News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Communiqué : AMO & BBM rencontrent les gabonais de France le Samedi 13 Mars 2010 à Paris à partir de 13h

le Mercredi 10 Mars 2010 à 13:38 | Lu 7269 fois

AMO & BBM rencontrent les gabonais de France



Gabon : Communiqué : AMO & BBM rencontrent les gabonais de France   le Samedi 13 Mars 2010 à Paris à partir de 13h
Union Nationale

Le Gabon pour Tous

Paris le 10 mars 2010

Communiqué de presse

Mercredi 10 février 2010 l’Union Nationale (UN) est né à Libreville au Gabon au terme d’un processus de regroupement des forces politiques pour le changement consécutif à l’élection présidentielle du 30 août 2009.

Ce nouveau grand parti procède de la fusion de trois partis dont l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UDGG), le Mouvement africain pour le développement (MAD) et le Rassemblement national des républicains (RNR) auxquels se sont associés cinq autres candidats à cette dernière élection..

Ce mouvement, établi dans une stratégie d’alternance démocratique au pouvoir, prône la devise « Le Gabon pour tous ».

Il regroupe plusieurs grandes personnalités du monde politique gabonais :

Zacharie Myboto le Président, Casimir Oye Mba, Jean Éyeghe Ndong, Pierre Claver Nzeng Ébome, Jean Ntoutoume Ngoua, Bruno Ben Moubamba, Paulette Missambo et André Mba Obame entre autres.

Le Secrétaire Exécutif de l’Union National André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur et candidat aux dernières élections présidentielles déclaré « officiellement » 3ème avec 25,33% du suffrage, séjourne actuellement à Paris.

Il entend profiter de cette occasion pour présenter l’Union Nationale à la presse internationale et à la communauté gabonaise de France.

Le Secrétaire Exécutif de L'Union Nationale

Mr André Mba Obame,

le Vice-Président de L'Union Nationale

Mr Bruno Ben Moubamba



convient la Diaspora gabonaise en France à une rencontre le Samedi 13 Mars 2010 à Paris,

à partir de 13 Heures, dans la salle du MAS, au 10 Rue des Terres au Curé 75013 Paris (métro Olympiade ligne 14). CONTACT PRESSE : 06 88 12 88 21
.

Cette rencontre sera l'occasion de présenter l'Union Nationale et de répondre à toutes les questions de la communauté, suite au ''Coup d'État électoral'' du 30 Août 2009.

Nous comptons, chers compatriotes, sur votre présence nombreuse.

Union Nationale

Le Gabon pour Tous

plan_d_acces_espace_mas.pdf Plan d'accès Espace MAS.pdf  (86.04 Ko)


Mercredi 10 Mars 2010
Vu (s) 7269 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

47.Posté par AKOMA MBA le 12/03/2010 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AMO démocrate mon oeil, pauvre Gabon, si BONGO pouvait revenir à la vie, je suis sûr et certains beaucoup iront vite se prosterner devant leur grand maître, père spirituel, oncle, mari, le sage d'Afrique, le patron, le soleil et la lune du Gabon. Aujourd'hui les hypocrites nous disent qu'ils sont démocrates. Mon oeil.

46.Posté par Alkhassani le 12/03/2010 00:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au Gabon on a tout vu, même si l'opposition (UN) est dans la gibecière de la France, ça ne me dit rien.

Je sais que le Gabon ne pourra pas changer sans la violence (bain de sang), ne nous mentons pas. Cet homme(Ali9) qui est aussi bête que son père, il doit partir delà. Le chemin de l’avenir vient d’être tracé. Mba Obame, regarde la voie qu’a empreinté Niger. C’est le chemin de l’avenir

Alkhassani

45.Posté par N le 11/03/2010 21:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il apparait donc clair que le Gabon est un département français. Dans ce cas, trêve d'hypocrisie ! Le peuple gabonais est meurtri, desespéré et pour cela désorienté en ce moment. Le mieux serait qu'on ne marche pas sur son cadavre en le manipulant une fois encore.
Dorénavant, nous jugerons selon les actes et non plus la parole, car comment comprendre que les politiques gabonais refusent de se prendre en main et se soumettent comme des gamins à la france. Nous avons une monnaie d'échange, les richesses de notre pays et nous pouvons les mettre en avant pour nous faire respecter. Au lieu de cela, tout le monde court à Paris, encore et toujours, c'est à en pleurer ces vieux nègres et la médaille. C'est au Gabon, avec le peuple que vous devez dépenser votre énergie à convaincre. Sinon, entre nous, dites nous clairement ce qui se cache dans les accords que Léon Mba a signé avec la france en 1960 ? Qu'est-ce qui maintient le gabon à genoux vis à vis de la france ? Les gabonais ne seront pas des moutons éternellement.

44.Posté par la pensee gabonaise le 11/03/2010 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'opposition gabonaise dans les bras de Sarkozy
Gabon, Politique
Par Baraka le 11/03/2010 à 13:08, vu 584 fois, 0

Huit partis se réclamant de l’opposition, ont profité d’une rencontre avec le président français Nicolas de passage à Libreville, pour lui remettre un mémorandum de doléances et solliciter son soutien, dans la perspective des prochaines échéances électorales.


Les responsables de huit partis de l’opposition gabonaise ont remis à Nicolas Sarkozy, de passage à Libreville mercredi dernier, un mémorandum de doléances. Cette curieuse démarche souligne un fait : l’opposition gabonaise a toujours du mal à se démarquer de la paternité française. Elle est toujours encline à chercher le soutien du président de la France.

Certains opposants, après avoir vainement recherché le soutien de l’Elysée avant et pendant la dernière élection présidentielle gabonaise, se sont à nouveau mis à l’évidence pour aller pleurnicher dans les bras du président Sarkozy, comme le fait tout gamin qui cherche du reconfort auprès de son père. Et en bon père et fin politicien, Sarkozy a joué le jeu, en qualifiant d’utile l’entretien qu’il a eu avec l'opposition gabonaise, question de faire baisser le thermomètre.

En dehors ‘’d’éclaircir des malentendus’’ relatifs aux accusations de soutien de la France à Ali Bongo Ondimba, l’opposition pense-t-elle avoir infléchi, dans un entretien de moins d’une heure, la volonté de Sarkozy d’accompagner le président gabonais dans sa courageuse entreprise de transformer le Gabon ?

En fait de malentendus, il fallait comprendre que le président français, Nicolas Sarkozy, très remonté, après avoir écouté le discours à la limite indécent de Zacharie Myboto à son endroit, a demandé au porte-parole de la délégation, Myboto, de s’excuser publiquement pour comportement outrageant, a révélé Moussavou King, un autre membre de cette délégation.

Nous avons cru entendre le président de l’Union nationale (UN), Zacharie Myboto, parler de contact utile dans l’intérêt supérieur du Gabon et de nos relations bilatérales. Moralement, cela réconforte, mais sur le plan strictement politique, il n’y a pas beaucoup de perspective qui devait enchanter l’opposition dans cette démarche pour le moins bancale.
Les questions de transparence électorale et de biométrie que Zacharie Myboto évoque ne sont pas un programme de gouvernement. Si avec l’union gabonaise pour le développement et la démocratie (UGDD), Myboto n’a pas gagné grand-chose, est-il sûr d’avoir la majorité avec l’UN ? Ce n’est pas évident. André Mba Obame peut tout au plus avoir quelques sièges dans le Woleu-Ntem, sans plus, mais cela ne suffira pas pour avoir une majorité à l’Assemblée nationale.

Avant de ressasser sur la transparence électorale en 2011, année des législatives, il faut que l’opposition sache qu’il y aura sur le terrain en 2011 trois grandes forces pour la conquête de 120 sièges, le parti démocratique gabonais (PDG), l’Alliance pour la construction et la restauration (ACR) et l’UN.

A ce titre, le PDG est sur le terrain depuis trois mois, les responsables de ce parti s’organisent pour être prêts en 2011. Pendant ce temps, que font les autres ? Ils multiplient les show à la télévision en revenant sur une élection qui appartient désormais au passé. L’opposition doit faire surtout un travail d’explication sur le terrain. Ce n’est pas en glissant sur les élucubrations institutionnell es et faire de l’extravagance, qu’elle va prendre le pouvoir. Alors, au lieu de faire comme le PDG, l’opposition gabonaise a préféré aller s’éponger les yeux dans les bras de Sarkozy. Et si demain on dit qu’elle est allée chercher le soutien de Sarkozy pour arriver au pouvoir, elle va se défendre en répétant que ‘’ce contact était utile dans l’intérêt supérieur du Gabon’’, qu’est-ce que cela veut dire si ce n’est demander le soutien de la France pour arriver au pouvoir ?

Cela marche quand Sarkozy reçoit et console l’opposition, mais pour peu que le même où les membres de la diplomatie française prononcent des mots aimables vis-à-vis du président Ali Bongo Ondimba ou de son action, l’opposition gabonaise se rue dans les brancards pour crier que l’Elysée met entre parenthèses le processus démocratique au Gabon.
En dehors du vice-président de l’UN, Bruno Ben Moubamba, qui a jugé inopportun l’entretien entre Sarkozy et l’opposition, les autres ont raté une occasion de montrer aux yeux de l’opinion leur incapacité à rompre avec les méthodes ‘’France Afrique’’ qui consistaient, entre autres choses, à aller solliciter aide et assistance auprès de l’ancienne colonie.

Cette démarche dénote qu’on est resté attaché à cette logique d’avoir recours systématiquemen t à l’ancienne puissance coloniale pour arranger une palabre entre deux frères. La manière dont l’opposition s’est montrée toute heureuse d’avoir obtenu un entretien avec Sarkozy est un bon signe qui montre l’état d’esprit de l’opposition, avec ses avancées incertaines, ses retards dans la conception des idées novatrices et ses reculades en confortant les réseaux ‘’françafrique’ ’.
27/02/2010 - Source :LE POST

43.Posté par la pensee gabonaise le 11/03/2010 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Maintenant jugez de vous-meme!!!!

42.Posté par la pensee gabonaise le 11/03/2010 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Interview complete de AMO le moise bongoiste a l'Expresse!!!!!

Ancien ministre de l'Intérieur, rival malheureux d'Ali Bongo Ondimba lors du scrutin présidentiel du 30 août 2009, André Mba Obame, de passage à Paris, a répondu mercredi aux questions de L'EXPRESS.fr.
L'ex-candidat à la présidence gabonaise, Andé Mba Obame, le 28 août dernier à Libreville.

AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

L'ex-candidat à la présidence gabonaise, Andé Mba Obame, le 28 août dernier à Libreville.

André Mba Obame est aujourd'hui le secrétaire exécutif de l'Union nationale, une coalition née de la fusion de trois partis d'opposition, que préside Zacharie Myboto. Interdit de voyage durant sept mois, "AMO" a obtenu un nouveau passeport début mars. "Moi qui ai envoyé des gens à l'ombre, confie-t-il, j'ai l'impression de sortir de prison. On apprend beaucoup de la vie et de ses épreuves.".

A la veille de la venue à Libreville de Nicolas Sarkozy, le 24 février, vous aviez souligné la nécessité de "dissiper des zones d'ombre" et de "lever des équivoques". La brève rencontre entre le président français et les leaders de l'opposition gabonaise a-t-elle en la matière répondu à vos attentes?

André Mba Obame: Disons que cette rencontre a été utile. Nous comprenons mieux aujourd'hui la volonté de neutralité des autorités françaises. S'il y a eu chez nous un coup d'Etat électoral, on ne peut l'imputer à Paris. L'opposition n'a jamais cherché à se retrancher derrière un paravent français. Il s'agit d'abord d'une affaire gabono-gabonaise.

Vu de Libreville, épicentre historique de la Françafrique, que reste-t-il des promesses de "rupture" de l'Elysée?

La relation entre la France et l'Afrique vit une période de transition. Mais à mon sens, le choix fondamental a été fait. La volonté de rompre, de tourner la page est là. Nicolas Sarkozy a intérêt à cette rupture. Lui n'a pas partie liée avec le système françafricain. Il a d'ailleurs pris des décisions courageuses, telle la révision des accords de défense.

Mais il a aussi fait de l'avocat Robert Bourgi, incarnation de la persistance des archaïsmes dénoncés par ailleurs, son invité personnel lors du voyage de février.

Une politique, même bien pensée, ne vaut que ce que valent ceux qui la mettent en oeuvre. Robert Bourgi connaît du monde, mais sans doute n'a-t-il pas envie d'utiliser son carnet d'adresses au profit de la rupture. On a toujours besoin d'émissaires, d'intermédiaires. Encore faut-il que ceux-ci n'aient rien à gagner au statu quo ou à la collusion avec les milieux affairistes. Il y a, à l'évidence, un risque de piratage, de manipulation, de la part d'individus qui agissent au nom de Sarkozy, voire à son insu.

Il y a un risque de piratage, de manipulation, de la part d'individus qui agissent au nom de Sarkozy, voire à son insu.

Quel bilan brossez-vous des premiers pas présidentiels d'Ali Bongo?

Dire qu'il s'est donné tant de mal pour prendre le pouvoir. Quand on voit l'usage qu'il en a fait... Son échec est patent. Echec politique d'abord, qu'atteste une régression démocratique. L'opposition n'a pas droit à la parole. Elle n'a pas accès aux médias et ne peut tenir meeting public. Quant à la fonction publique, elle est le théâtre d'une chasse aux sorcières. Aujourd'hui, les meilleurs cadres du pays sont assis à la maison. On a viré en un jour 400 d'entre eux, à commencer par des directeurs généraux ou des secrétaires généraux de ministères et leurs adjoints, remplacés par des nouveaux venus inexpérimentés.

Ainsi décapitée, l'administration est en panne. Sous prétexte d'assainir, il s'agit de promouvoir les siens aux postes-clés. De même, au nom de la lutte contre le gaspillage, on place diverses agences d'Etat -et leur budget- sous la coupe de la présidence.

Cela signifie-t-il qu'à vos yeux, le Haut-Oogoué, fief de la famille Bongo, demeure privilégié?

Je n'ai pas envie de le dire ainsi, mais les faits sont là. Que cette région soit bien représentée, c'est normal. Qu'elle soit sur-représentée, ça ne l'est pas.

Que traduisent les soubresauts observées récemment sur le front social?

Le mécontentement est général. La pilule de l'élection frauduleuse n'est pas encore passée. Même si nous faisons tout pour calmer le jeu. Il n'y a pas eu de marches ou d'appels à la désobéissance civile. Nul doute que, dans cette hypothèse, le pouvoir n'hésiterait pas à tirer sur les gens. Il y aurait des morts et la situation échapperait à tout contrôle.

La pilule de l'élection frauduleuse n'est pas encore passée.

Récemment, les étudiants sont descendus dans la rue pour réclamer le versement de bourses en souffrance depuis deux mois. On leur a envoyé la gendarmerie. Il y a eu des blessés, et peut-être même un tué. Les enseignants ont certes mis un terme à quatre mois de grève, mais je ne serais pas surpris que le mouvement reprenne. On a l'impression que le gouvernement s'en fout, qu'il laisse sciemment pourrir les conflits. Même topo dans le secteur de la santé. Si ça continue comme ça, on va au coup d'Etat avant la fin de l'année. Un coup d'Etat à la nigérienne. Voilà peu, plus de 300 militaires ont donné 24 heures au gouvernement pour que leur soit enfin versée la solde due. Et ils ont obtenu gain de cause.

Le secteur privé lui-même n'échappe pas au marasme. Il y a quelques années, le parlement avait adopté un code forestier selon lequel, à l'horizon 2012, 75% du bois gabonais devrait être transformé localement. Et voilà que le pouvoir décrète fin 2009 une interdiction d'exporter portant sur la totalité des grumes, et ce dès l'exercice 2010. De quoi affecter gravement un secteur qui constitue le deuxième gisement d'emploi du pays après la fonction publique.

Quel objectif assignez-vous à l'opposition pour les législatives de l'an prochain?

L'Union nationale présentera alors un candidat pour chacun des 120 sièges à pourvoir. Et nous discutons déjà d'un accord de gouvernement avec l'ACR, l'autre pôle de l'opposition -référence à l'Alliance pour le changement et la restauration, coalition emmenée par l'Union du peuple gabonais (UPG) de Pierre Mamboundou, NDLR.

Ali Bongo peut-il selon vous, à l'instar de son défunt père, monnayer le ralliement de ses opposants?

Je crois qu'on est vacciné contre ce péril. A ce stade, personne de chez nous n'a traversé la rivière. Aucune figure de notre mouvance n'est allée à a la soupe. Au contraire, la volonté d'agir ensemble prévaut. Tout le monde a compris que l'émiettement interdit l'alternance.

Qu'est-il advenu de votre relation, hier privilégiée, avec le nouveau président?

Nous étions proches car nous étions l'un et l'autre au service d'un même chef, hélas disparu pour ne plus revenir. Nous faisions ce que lui nous demandait de faire. Ali, c'est toujours mon frère. Même si lui me considère simplement comme un compatriote. Je reste le parrain d'un de ses enfants. Mais il est vrai que nous avons emprunté des chemins différents. Nous sommes adversaires politiques. D'ailleurs, on ne se parle pas.

41.Posté par jurgent le 11/03/2010 19:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
juste savoir celui ou celle qui vous a dit ici que BRUNO B M EST UN OPPOSANT?sai dur de le savoir mais vue que l histoire vous ne le connaiser pas ,sai encore dommage.VS NE POUVEZ PA UN JOUR ARRETER DE VS FAIRE AVOIR?QUE DIEU VSS OUVRES LS YEUX CAR J VOI QUE SAI PLUS DU FANATISME MAIS DU MAGNETISME

40.Posté par St.Michael le 11/03/2010 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Biboulou et Revolte, vos posts #35 et #37 sont du ‘Crystal Clear’....Welldone, I am proud of you.

Quant à mon compatriote Olame, ton message s’est affiché plus de 5 fois sur ce site et plus de deux fois sur le site UPG. Y a t-til encore autres choses dans votre panier ou bien il est vide ?

UN=1 devrait traverser les frontières géographiques, physiques, mentales et politiques.
Nous voulons que UN=1 soit UNI-VERSELLE pour servir le peuple et non desservir le peuple.

C’est pour cette raison que des non-politiciens comme nous autres ne connaissant ni AMO, ni MYBOTTO, ni JEN, ni CAM, ni BBM….nous donnons à UN=1 tout notre support, technique, professionnel, spirituel et émotionnel sans contre partie.

Your Humble Servant St.Michael.

Amen.

39.Posté par la fleur le 11/03/2010 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gabon : Mba Obame bat campagne à Paris
Le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), André Mba Obame, est actuellement en séjour à Paris où il organisera le 13 mars un meeting avec la diaspora gabonaise pour présenter le nouveau parti de l’opposition.




© D.R



Dans la foulée de la visite du président français au Gabon, le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) s’est rendu à Paris où il doit rencontrer le 13 mars prochain la diaspora gabonaise.

Porté sur ses fonds baptismaux il y a tout juste un mois, le nouveau parti qui rassemble la plupart des candidats malheureux de la dernière élection présidentielle, devrait s’entretenir avec les ressortissants gabonais de France sur le déroulement de l’élection et la nouvelle stratégie de l’opposition pour imposer l’alternance politique au Gabon.

Lors de la visite du président Sarkozy à Libreville, l’opposition lui avait remis un mémorandum dans lequel il demandait à l’Elysée de faire pression sur les autorités gabonaises pour le renforcement de la transparence et la garantie des libertés publiques.

Dans les coulisses de l’UN, on affirme qu’André Mba Obame, accompagné de Chantal Myboto, membre du parti et fille du président de la formation Zacharie Myboto, auraient rencontré à Paris le président français.

Pendant que le nouveau parti de l’opposition lance une campagne d’adhésion dans l’arrière pays pour mobiliser les militants à l’approche de l’échéance des élections législatives partielles, André Mba Obame entretien le contact avec la communauté gabonaise de France, qui avait activement dénoncé le déroulement des élections en août et septembre dernier.

Le séjour d’André Mba Obame à Paris soulève la question du maintien de l’interdiction de sortir du territoire pour les opposants, qui n’a toujours pas été officiellement levée. La sortie du territoire du secrétaire exécutif de l’UN marque-t-il la fin ou un assouplissement tacite de ladite mesure ?




Publié le 10-03-2010 Source : Gaboneco Auteur : Gaboneco




38.Posté par Larévolte le 11/03/2010 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au fait M. Olame, comme vous avez si bien servi M. Mamboundou depuis 1989, à quoi ça lui a servi? 1989-2010, ça fait à peu près 21 ans.
Ah les gabonais!!! les grands mots, les grandes déclarations, la vantardise!!!
Quan on relate les faits comme vous le dites, on ne fait pas de commentaires.
J'en ai fini.

1 2 3 4 5

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 17 Septembre 2016 - 14:24 France : Grand Rassemblement Citoyen pour le Gabon

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...