News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: Chantal Myboto dénonce des pressions politiques "l’élément déclencheur est l’acte de naissance d'Ali Bongo"

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 24 Mars 2016 à 23:45 | Lu 7125 fois

"Je sais très bien que l'élément déclencheur (de ce contrôle fiscal) est l'acte de naissance", a affirmé Chantal Myboto, avant d'interpeler le président Ali Bongo: "je veux que tu viennes me prouver de manière officielle devant tous les Gabonais que tu es réellement le fils d'Omar Bongo"
"Vous pouvez fermer le Maïsha, le combat que je mène est pour la libération du Gabon (...) Le Gabon est devenu une véritable jungle", a-t-elle ajouté



Chantal Myboto Gondjout montrant les scellés de la DGI sur la porte du Maïsha, le 22 mars 2016 à Libreville. © Gabonreview
Chantal Myboto Gondjout montrant les scellés de la DGI sur la porte du Maïsha, le 22 mars 2016 à Libreville. © Gabonreview
Chantal Myboto Gondjout, a dénoncé mardi la fermeture de son hôtel de luxe à Libreville après un contrôle fiscal motivé, selon elles, par des raisons politiques, a constaté l'AFP.

Le Maïsha, résidence hôtelière de luxe située dans le quartier le plus huppé de Libreville, a été placé sous scellés lundi soir lors d'une descente des forces de l'ordre et d'agents de la direction générale des impôts (DGI), qui réclame 4.2 milliards de FCFA (6.4 millions d'euros) au titre d'un redressement fiscal.

"Nous savons pertinemment que la DGI n'est qu'un instrument de la présidence de la République pour régler ses comptes avec la résidence Maïsha, et plus particulièrement avec Chantal Myboto Gondjout", a déclaré l'intéressée à la presse devant les portes closes de son établissement, affirmant n'avoir aucune irrégularité à se reprocher dans la gestion de l'hôtel.

L'opposante est la fille de Zacharie Myboto, président de l'Union nationale, un des principaux partis d'opposition, après avoir été longtemps ministre d'Omar Bongo, qui a régné durant 41 ans sur le Gabon.

Elle est aussi la mère d'Onaida Maïsha Bongo Ondimba - issue d'une union avec Omar Bongo - qui a porté plainte pour "faux et usage de faux" en France contre l'acte de naissance de son demi-frère, l'actuel président Ali Bongo, dans le cadre de la succession du défunt président.

Cette plainte a été classée sans suite. Onaida, 25 ans, fille du défunt président, est une de ses 54 héritiers déclarés.

"Je sais très bien que l'élément déclencheur (de ce contrôle fiscal) est l'acte de naissance", a affirmé Chantal Myboto, avant d'interpeler le président Ali Bongo: "je veux que tu viennes me prouver de manière officielle devant tous les Gabonais que tu es réellement le fils d'Omar Bongo".

"Vous pouvez fermer le Maïsha, le combat que je mène est pour la libération du Gabon (...) Le Gabon est devenu une véritable jungle", a-t-elle ajouté.

Cette polémique entre partisans et opposants du pouvoir - dont beaucoup d'anciens caciques du régime - autour de l'état civil d'Ali Bongo, accusé d'être un enfant adoptif né au Nigeria, s'étale depuis bientôt un an dans la presse gabonaise.

La présidence a régulièrement démenti de telles assertions et a porté l'affaire en justice. Selon la Constitution, il faut être né Gabonais pour pouvoir briguer la magistrature suprême.

Le chef de l'Etat, élu en 2009 après le décès de son père, est candidat à un deuxième mandat pour la présidentielle prévue au second semestre 2016.

source : AFP

Version Gabonreview

Colère sourde de la direction et du personnel de la résidence hôtelière Le Maïsha, le 22 mars courant à Libreville, suite à la mise sous scellés effectuée la veille par la Direction générale des Impôts (DGI), appuyée par des éléments des forces de l’ordre.

Persuadée qu’il s’agit d’une mesure de rétorsion suite à la procédure engagée par sa fille contre le président de la République, la propriétaire de l’établissement a affirmé que cette décision n’entamera en rien son combat. «Je sais très bien que l’élément déclencheur est l’acte de naissance : nous irons donc à l’acte naissance», a déclaré Chantal Myboto Gondjout. «Et comme je l’ai déjà signifié à Ali Bongo : le débat est entre lui et moi. Ce face-à-face, nous devons l’avoir. Qu’il vienne me prouver officiellement devant tous les Gabonais qu’il est réellement le fils d’Omar Bongo. Je n’ai aucun problème avec le fisc : ce sont des Gabonais, vos compatriotes que vous punissez et non moi. Car le combat que je mène est au-delà des considérations matérielles. C’est pour la libération du Gabon», a-t-elle poursuivi.

Pour Chantal Myboto Gondjout, il ne fait aucun doute que l’ordre a été donné par le directeur de cabinet du président de la République. «A ce dernier, je lui dis qu’il n’est pas Gabonais et qu’il retournera dans son pays», a-elle menacé, avant de revenir à proprement parler sur cette décision. «Depuis le mois de février, la résidence Le Maïsha a reçu une notification de la direction générale des Impôts (DGI), suite à un redressement fiscal, d’un montant de 4,2 milliards de francs, pour une structure qui n’a que 21 chambres», a-t-elle révélé.

Disant avoir adressé une correspondance à l’administration des impôts pour s’enquérir des motivations de ce redressement, elle a affirmé s’être clairement vue notifier qu’elle ne bénéficiera pas d’abattement, contrairement aux dispositions de la législation sur les investissements touristiques au Gabon. «Selon nos informations, en effet, il y a des cas de sociétés qui devaient 4 milliards et qui ont eu des abattements jusqu’à 500 millions (…) Il y a même une banque de la place qui est passée d’un redressement de 28 à 2 milliards, après abattement. Mais pour nous : c’est 4 milliards de francs cash, sans négociation possible», a-t-elle dénoncé.

Chantal Myboto Gondjout a révélé ne disposer que de huit jours pour s’acquitter de cette somme, même s’il existe une possibilité de recours. «Alors que selon les textes, le règlement est censé s’étaler sur deux mois. Ayant reçu la notification le 24 février, nous avions en principe jusqu’au 24 avril pour gérer cette situation avec les impôts», a-t-elle dit, avant d’en rajouter une couche sur la main noire derrière cette décision. «Nous savons pertinemment qu’en général, la DGI n’est qu’un instrument de la présidence de la République pour régler des comptes », a-t-elle lâché, prévenant : «Je dis ceci à la DGI : ceux qui vous ont demandé de faire cela ne sont pas Gabonais comme vous et moi.

Ils partiront et nous, nous resterons». «Ceux qui ont fait cela vont mettre au chômage des Gabonais car, contrairement à ceux que pensent certains, je ne touche rien dans cet établissement : je l’ai fait par fierté, par honneur. Car voulant la présence dans mon pays d’un établissement de classe, j’ai donc investi au Gabon», a-t-elle conclu. Quelques jours, après sa récente sortie , ce timing est loin d’être judicieux. Bien au contraire, il tend à accréditer toutes les thèses et ouvrent la porte aux supputations sur l’instrumentalisation de l’administration.



Jeudi 24 Mars 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 7125 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...