News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Certains cherchent l'eau "comme au désert" où est l'émergence ?

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Lundi 22 Mars 2010 à 10:40 | Lu 810 fois



Gabon :  Certains cherchent l'eau "comme au désert"  où est l'émergence ?
LIBREVILLE - "Ici, pour avoir l'eau, il faut chercher. Nous sommes comme au désert!", lance Jeannine, une mère de famille exaspérée par les coupures d'eau longues et récurrentes à Libreville, alors que son pays, le Gabon, a un important réseau hydrographique.

"Des fois, nous, on fait deux semaines, un mois sans eau!", explique Jeannine Bibila, lavant un immense tas de linge posé devant une fontaine publique à Kinguélé (nord-est de Libreville).

Avec ses rues qui deviennent boueuses après la pluie, Kinguélé est un des 85 quartiers officiellement dits "sous-intégrés" sur les 100 que compte Libreville. Ici, quasiment tous les ménages se ravitaillent en eau à la fontaine publique... quand il y en a, comme ce week-end de mars.

"Quand on voit l'eau comme ça, on est content! On ramasse les choses et on vient ici", explique la voisine de Jeannine. Pendant la discussion, des riverains viennent remplir des bouteilles, bidons, seaux et bassines. Des enfants s'amusent à se glisser sous les jets d'eau, par une forte et humide chaleur.

Quand il n'y a pas d'eau, reprend Jeannine, "on va au puits, mais pour laver le linge et les assiettes seulement. On ne peut pas boire cette eau là. Il y a eu des fois, c'est les militaires qui nous ont amené de l'eau. Ici, nous souffrons".

En décembre, des habitants de Kinguélé avaient érigé des barricades et bloqué des artères après être restés plusieurs jours d'affilée "sans une goutte d'eau au robinet", rappelle "Bijou", de Kinguélé-Transfo, secteur voisin. Les autorités avaient alors dépêché le génie militaire pour leur approvisionnement.

Puis le gouvernement a mis en demeure la Société d'eau et d'énergie du Gabon (SEEG), filiale à 51% du groupe français Veolia, d'exécuter correctement sa mission sous peine de rompre la convention de concession liant depuis 1997 l'Etat à Veolia.

Au terme de ce contrat signé pour 20 ans, la SEEG est chargée de produire, transporter et distribuer l'eau potable et l'électricité dans ce pays de 1,5 million d'habitants, dont une grande majorité vit à Libreville et Port-Gentil (sud, capitale économique).

Sur son site, Veolia déclare desservir 1,03 million d'habitants en eau potable et 1,26 million en électricité, assurant que "les raccordements aux services d'eau et d'électricité" ont augmenté de 50% et le nombre de personnes recevant l'eau potable "de 70%" depuis 1997.

Le gouvernement gabonais espère atteindre un taux de "100% d'accès à l'eau potable" en sept ans, a assuré dimanche le ministre de l'Energie et des Ressources hydrauliques, Régis Imongault, lors d'un débat télévisé à la veille de la Journée mondiale de l'eau.

Au coeur de la capitale, à Venez-Voir, autre mini-bidonville où les enfants n'ont que les routes défoncées comme espaces de jeu, tous ces chiffres ne représentent que des mots.

"Ils parlent, ils parlent seulement. Il y a tout le temps des coupures d'eau. Ca fait neuf ans que je suis là et c'est toujours comme ça", soutient Aïcha, vendeuse malienne. "On a les habits sales, la cuisine à faire, on doit donner à boire à la famille et on n'a pas d'eau. On ne pense pas que le Gabon est comme ça avant de venir" dans ce pays à cheval sur l'équateur, bénéficiant d'une abondante pluviométrie et doté de nombreux fleuves et cours d'eau.

Outre les coupures d'eau, des inondations et la pollution par les eaux usées affectent nombre de quartiers "sous-intégrés" de Libreville, des zones marécageuses peuplées à la faveur de l'exode rural et de l'arrivée de migrants attirés par les salaires de ce pays pétrolier.

(©AFP / 22 mars 2010 10h32)


Lundi 22 Mars 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 810 fois




1.Posté par La Citoyenne le 22/03/2010 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un Gabon emergence?Ce n'est que pure utopisme!
Vous n'êtes même pas capable de fournir le besoin le plus vital à une population d'à pein 1,5millions d'habitants!!!!

L'avenir en confiance?Avec ce que nous vivons au quotidien notre avenir est très sombre...
Les hôpitaux pas d'eau ni électricité, les foyers idem

Pitéééééé
Véolia n'agit pas de cette façon en France alors pourquoi se comporte-t-elle de ce façon au gabon?

Eh bien parce que c'est un pays anti-démocratique où les droits de l'homme et du citoyen ne sont nullement respecté.

en france où en europe elle aura fait l'objet d'une poursuite judiciaire faite par les organismes de défense des consommateurs!

Un besoin élémentaire et vital comme l'eau cette société n'est même pas capable de respecter ses engagements pourtant les populations respectent leurs engagements en honorant leurs factures.

Mais qu'est-ce qui ne va pas chez nous?

2.Posté par St.Michael le 22/03/2010 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le plan diabolique et machiavélique de la ruine et la souffrance du peuple gabonais avait bien été mis en place par le maillon de tête de l’axe du mal bongo/pdg-francafrique.

N’avait il pas dit inconsciemment ou consciemment (avant ses crises de folie) qu’il laissera le Gabon en cendre ?
N’avait il pas menacé que si on essayait de le déloger de la mine d’or du Gabon, il ferait disparaître le Gabon de la carte du monde?

N’ayant pas eu le temps d’appuyer lui même sur le détonateur de sa bombe-A (Alibet) qu’il a fabriquée, son fils adoptif a le plaisir de finir le boulot inhumain et criminel de ces criminels venus de l’étranger.

Qu’on ne se fasse pas d’illusion, il ne peut y avoir de développement ou amélioration sans au préalable passer par l’alternance politique, démocratique et transparente.

Commençons par le commencement dans l’ordre chronologique :
1-Liberer le Gabon des forces du mal Alibetbongo/pdg-francafrique par tous les moyens,
2-Restorer un état de droit et démocratique où le pouvoir est restitué au peuple qui fait et défait ses gouvernants,
3-Developper le pays sur tous les secteurs avec et pour tous les Gabonais(es).

Faire autrement ne serait qu’une illusion et accoucher un autre bongo junior 9000 fois plus maléfique que bongo fils qui lui-même est déjà 9 fois plus maléfique que bongo père.

Amen.

3.Posté par ojuku emeka fils de pute le 22/03/2010 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous avez votez ABO ,vous avez voté ce programme ne vous plaignez pas

4.Posté par ADN le 23/03/2010 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ceux qui soutiennent ce système politique qui appauvrit les Gabonais ont une lourde responsabilité devant l'histoire.
Je n'arrive pas à concevoir pourquoi, au XXIe siècle, les Gabonais doivent encore vivre comme s'ils étaient au Moyen âge. C'est malheureux.

5.Posté par Larévolte le 23/03/2010 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ ADN,

Même au moyen-âge, les hommes avaient au moins de l'eau. Vous parlez de lourde responsabilité, il faudrait d'abord que ceux qui soutiennent ce système sachent ce que signifient ces expressions. Sont-ils lucides comme vous, moi et tous ceux qui pensent comme vous?

6.Posté par UGDD le 24/03/2010 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi pour ma part je ne peu pas condamner le nouveaux gouvernement pour ce probleme d'eau. car c'est pas au bout de quelque mois qu'on peut pouvoir alimenter une ville aussi complexe que LBV. ils faut leur accorder du temps pour qu'ils fasse leur preuves. les choses sont entrai de changer au Gabon.et on espere que cela va perduré.donc arretons de jouer les opposant par opposition,non quant quelque chose est bien,ilfaut le dire.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...