News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ce que nous allons faire de la Conférence Nationale Souveraine

Le site de la Liberté - http://www.joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com le Dimanche 9 Septembre 2012 à 11:19 | Lu 5047 fois



Gabon : Ce que nous allons faire de la Conférence Nationale Souveraine
Le Gabon s’illustre par une « révolution » politique non-violente à travers un concept usité dans les années 1990 : la Conférence Nationale Souveraine. Celle-ci, a été proposée par des Gabonais connus et a été approuvée par les Forces de l’Opposition Gabonaise, la Société Civile et la Diaspora Gabonaise (ou Gabonais de l’extérieur). Elle repose à notre sens sur un contenu d’arguments que nous allons exposer pour s’écarter de toute tentative de s’en servir à d’autres fins.

1) LES ARGUMENTS DE DROIT

Il faut qu’il y ait une Conférence Nationale Souveraine au Gabon pour la bonne raison que notre pays doit retrouver « l’esprit des lois », à travers un « nouvel acte démocratique » puisque depuis des décennies en général, et le 30 août 2009 en particulier, la République Gabonaise vit en dehors d’un cadre légal qui garantit le contrat social entre tous les Gabonais.

Seules des résolutions d’une Conférence Nationale Souveraine pourraient orienter notre nation vers un retour satisfaisant à « l’esprit des lois ».

2) UN VIDE JURIDIQUE A COMBLER AU GABON

Nous assistons depuis longtemps en République Gabonaise, à une accumulation de « contentieux » qui sont en train de détruire le tissu du pays, seule une Conférence Nationale Souveraine peut offrir un cadre adéquat au règlement de ces contentieux, les institutions de l’Etat Gabonais ne parvenant pas à les régler.

Il y a eu une succession de coups d’état électoraux dans notre pays dont celui du 30 août 2009 constitue un symbole édifiant ; les nouvelles autorités ont supprimé les salaires et les emplois de nombreux Gabonais dans un contexte économique pourtant dégradé dès le dernier trimestre de 2009 ; ensuite, le parti UNION NATIONALE dont nous avons été un des fondateurs a été interdit ; le Pouvoir Gabonais a, par la suite, négocié avec l’opposant historique Pierre MAMBOUNDOU un co-gestion du pays mais le Président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) a été retrouvé mort le 15 octobre 2011 à son domicile ; en décembre 2011 des « législatives controversées » ont eu lieu et le projet de loi sur la Biométrie a commencé à montrer des insuffisances dans son application (identification et authentification de l’électeur).

Conclusion : le Gabon a accumulé trop de contentieux et il faut donc aplanir des contradictions intenables dans ce pays, avant qu’il ne soit trop tard. L’affaiblissement des normes éthiques, le discours ethnicisant ou la montée de la xénophobie plaident en ce sens.

3) UN COMPROMIS REPUBLICAIN NECESSAIRE

Si la Conférence Nationale Souveraine peut permettre (par défaut) en l’absence de « lois satisfaisantes » de donner un « contenu républicain » au vide actuel, alors, il n’y a aucune raison de ne pas l’accepter. Si la Conférence Nationale Souveraine décide qu’Ali BONGO peut terminer son actuel mandat, ce sera pour lui, l’occasion d’acquérir une « légitimité indirecte » et ce sera quand même au bénéfice de la majorité.

Mais Ali BONGO et son Gouvernement ne peuvent pas refuser de voir que la Conférence Nationale Souveraine pose comme il se doit, la question du « partage institutionnel » du pouvoir au Gabon. Ce partage concerne la Majorité Présidentielle, l’Opposition, la Société Civile et la Diaspora Gabonaise.
En principe ; Ali BONGO n’est pas en mesure de refuser une « relative légitimité » qui ouvrirait le Gabon à la paix, au compromis indispensable à l’unité d’une nation et à l’essor de l’économie. Le court et le long terme de la République Gabonaise annoncent des luttes et ce n’est pas heureux dans un environnement changeant.
4) MESURES DE PRUDENCE POUR UNE CONFÉRENCE SOUVERAINE

- PREMIÈRE MESURE : La Conférence Nationale Souveraine ne doit pas reposer sur les seules épaules de ceux qui ont été associés à la gestion du Gabon et doit favoriser l’arrivée d’une nouvelle génération d’acteurs car cette « Conférence » doit éviter de se transformer en réunion d’ anciens de la politique gabonaise ;

- DEUXIÈME MESURE : il ne faut pas, comme le suggère la Convention des Gabonais des la Diaspora, brader le côté « souverain » des résolutions de la Conférence Nationale ;

- TROISIÈME MESURE : la Conférence Nationale Souveraine ne peut pas éviter de poser la question des 2 corps d’armées qui caractérisent notre république depuis 1990 : une Armée Nationale et une Garde Républicaine.

Le Gabon a besoin de transformer son « Armée » en une véritable armée de métiers (à la lumière des évènements du nord – Mali) qui veille exclusivement sur les frontières nationales d’une part et d’autre part, qui assure vraiment la sécurité des biens et des citoyens gabonais.

Le Conférence Nationale Souveraine doit revoir le rôle de la Garde Républicaine et l’affecter à la seule protection des institutions de la République Gabonaise : le Président, le Gouvernement, les corps constitués mais aussi les élus et un certain nombre de Forces Vives de la Nation. La Conférence Nationale doit pouvoir éviter que la Garde Républicaine joue le rôle de l’Armée Nationale et celui de « gardienne » des institutions.

L’Armée ne doit pas avoir de parti prix dans le jeu politique : elle sert les élus et les intérêts du pays. C’est à ce titre qu’elle accorde la sérénité à l’ensemble des élus. Les chefs des partis doivent bénéficier de la sécurité de tous les élus.

QUATRIÈME MESURE : la Conférence Nationale Souveraine n’a pas besoin d’être longue comme en 1990 : un mois au lieu de deux suffira à tenir ces assises. Cela suppose que le problème de la « direction » de cette « conférence » soit posé le plus rapidement possible : il ne va plus de soi que la médiation d’une personnalité ecclésiastique soit indépassable.

Il faudra alors trouver dans la Société Civile ou dans la Communauté Internationale un « Président » issu d’un consensus ; d’autre part, la Conférence Nationale Souveraine doit régler le problème de « l’arbitrage des élections » : il faut un organe libre au Gabon qui ne sera pas rejeté. Cet organe différent de la CENAP pourra proclamer les résultats de toutes les élections. La Cour Constitutionnelle et le Ministère de l’intérieur se contenteront de prendre acte. De même, le dossier de la « Biométrie » devra être géré par l’instance en question.

CINQUIÈME MESURE : la Conférence Nationale Souveraine n’aura de sens que si un chronogramme est adopté rapidement : Gouvernement transitoire au Gabon pour animer les années post-Conférence Nationale Souveraine, programmation de la dissolution de l’Assemblée Nationale pour réorganiser les équilibres politiques en faveur d’une meilleure représentativité.

La Conférence Nationale Souveraine doit tout remettre à plat : les élections locales et municipales, les futures sénatoriales et les « présidentielles » de 2016. L’Assemblée Nationale du Gabon ne peut aller jusqu’en 2017. Après 3 années de pouvoir d’Ali BONGO, il est désormais clair que notre pays ne peut fonctionner en dehors de la co-gouvernance.

SIXIÈME MESURE : la Conférence Nationale Souveraine ne peut éviter de poser le problème de la dette politique du pays envers l’opposant historique et fondateur de l’UPG Pierre MAMBOUNDOU : il lui a été promis les postes de « Premier Ministre » et de « Vice-président » qu’il a accepté dans l’intérêt supérieur du Gabon mais il en est mort.

La réparation la mémoire de Pierre MAMBOUNDOU est un devoir : en dehors de la « loi sur la Biométrie ». Il s’est battu pour donner un « contenu juridique » au statut de vice-président pour le rééquilibrage des pouvoirs au Gabon : représenter le pays à l’intérieur et à l’extérieur ; en un mot : re-arbitrer et rééquilibrer en certaines circonstances

Un parti (l’UN) a été interdit mais un autre parti (l’UPG) est lésé depuis 1998 et l’Etat gabonais n’a même pas été en capacité d’honorer deux promesses garanties au niveau international. Pierre MAMBOUNDOU a géré de grands dossiers gabonais et son travail pour le pays est considérable. La Conférence Nationale Souveraine ne peut que réparer l’oubli et la négligence dont souffre la mémoire de Pierre MAMBOUNDOU avant 2016.

SEPTIEME MESURE : La Conférence Nationale doit clarifier le fait au Gabon et sur la base du passé qu’en politique, la nécessité « d’entrer en discussion » n’est pas assimilable à de « la compromission ».

La nécessité d’entrer en dialogue s’explique notamment par la nécessité d’intégrer les Nouvelles Générations », qui se sont sacrifiées et ne peuvent pas confirmer leur expertise au service du Gabon du fait des blocages politiques. Les « Forces Vives » du pays sont des toutes les ethnies et ont un point commun : elles sont exclues d’égale manière.

La Conférence Nationale Souveraine ne peut que tenir compte de l’intelligentsia nouvelle en exil qui se considère comme une « génération sacrifiée » car exclue de la gestion du Gabon, un pays qui a pourtant besoin de tous les citoyens gabonais. L’exil profond des Gabonais de l’extérieur doit être pris en compte.

En aucune manière, le débat sur Ali BONGO ou ses trois ans de présidence ne doit étouffer les vrais sujets comme la refondation du Gabon, la relance sociale et le retour de la sérénité en République Gabonaise.

Bruno Ben MOUBAMBA

Dimanche 9 Septembre 2012
http://www.joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com
Vu (s) 5047 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

106.Posté par j'aime mon pays le 01/11/2012 00:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour à tous.
pourqu'oi est ce que les hommes ne comprennent pas?comment peut aimer ses propres interêts au détriment de ceux de son pays?pourqu'oi vivre ausi longtemps sans pour autant avoir appris quelque chose du passé?toujours est il que je ne comprends pas,je vis au gabon depuis plus de 30ans.Et j'ai rarement vu ce que je vois.Nous sommes 1470 000 hbts,notre pib/hbt est de 5000 dollars mais seuls 4% de cette population mange à sa faim.
Durant ses 45ans de règne nous sommes devenus parmi les meilleurs en matiere de crime rituels,d'homosexualité,de pédophilie et j'en passe.98% de la population vit dans des maisons macabre.les pauvre envoient leurs enfant en etranger,quant ils reviennent ont leurs dit que les places sont prises.Nos vieux parents vivent dans des villages sans eaux et sans electricité.Tous les concours qui sont au Gabon sont entre les mains de ceux qui sont au pouvoir depuis les années 60.Le gabon est entre les mains des Etrangers.Notre economie ,notre diplomatie sont pris en otage.
Le peu de Gabonais qui sont au pouvoir ignorent totalement qu'il ya des gabonais qui dorment sans manger et qui n'ont même pas de toit.
Des milliards sont transferés dans d'autres pays chaque jour
Des agences ayant des etrangers à leur tête gèrent notre pays et aucun ministre ne dispose de qu'oi que ce soit.
Nous avons des ministres incompétents
pas d'ecoles pas assez d'hopitaux,pas de routes.Tout ce que l'on nous fabrique est une chimère.
Tout cela a conduit à la guerre dans d'autres Etats mais tt ceci ne vowus dit rien puisque pour le moment cela n'est pas encore arrivé.







105.Posté par kevazingo le 11/09/2012 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bibi ou koi j sais ki vous etes dans le font.vs faites parti de ceux k l PDG envoi semé la zizani au sein de l'opposition. en agissant en bon tribaliste on reconnait la marque des pdégiste.

104.Posté par BIBI BEN MOUNBAMBA le 11/09/2012 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'EST TRISTE TOUJOURS ENTRAIN DE PARLER DE PAOUIN QUAND BIEN MÊME ILS VOUS IGNORENT , NOUS LES BILOPES FAISONS DE MÊME , POURQUOI ÊTES VOUS HORS DE VOUS LORSQU' IL FAUT DIRE FANG ? LE DÉBAT N'EST PAS LA , VOLE PLUS HAUT FRÈRES BILOPES,CE SONT PAS LES FANGS QUI SONT AU POUVOIR DEPUIS BIENTOT 50ANS.
MBOUKOUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

103.Posté par La Sirène de Mouila le 11/09/2012 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les vampireux de Mouila sont des fumeurs de chanvre, des buveurs de sang, des mangeurs de brochettes de clito, des devoreurs de chair humaines et des collectionneurs de crane humain

102.Posté par Ya Pasca le 11/09/2012 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez moi ! Je souffre comme AMO

101.Posté par Ya Pasca le 11/09/2012 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez moi ! Je souffre comme AMO

100.Posté par Ya Pasca le 11/09/2012 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez moi ! Je souffre comme AMO

99.Posté par Ndoumbénéni le 11/09/2012 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Saint Mickael Kass toi Naz KON

98.Posté par Tchango le 11/09/2012 00:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'esprit des lois ... un nouvel acte démocratique c'est bien mais qu'en pense Ali Mbongo ?

97.Posté par Lambaréni le 11/09/2012 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu le texte de Mouila ... il est mois fort que celui de Ben MOUBAMBA. il faut le reconnaître. J'ai suivi la vidéo de Mayila lisant le texte en bégayant. C'est décourageant : ou sont les jeunes ? C'est Mayila l'espoir du Gabon ? C'est comment ! Vive BBM !

1 2 3 4 5 » ... 11
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...