News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ca ne va plus chez les émergents ! Les têtes doivent tomber !

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 10 Janvier 2013 à 23:17 | Lu 1793 fois

Guy Nzouba Ndama, Président de l’Assemblée Nationale gabonaise, n’a jamais été aussi clair, ni aussi impénitent. Le mercredi 3 janvier dernier, il a soulevé un tollé de réactions diverses en dénonçant l’attitude des ministres boycotteurs des auditions parlementaires. Pour le président de l’Assemblée nationale, certains ministres jugés incompétents ont peur de se faire auditionner par l’Assemblée nationale. Ces membres du gouvernement boycottent les auditions en prétextant se rendre en mission à l’étranger alors qu’on les aperçoit se pavaner dans les rues de Libreville dans leurs rutilants bolides 4×4. D’autres, se cachent derrière le bouclier de l’ANGT, au motif qu’ils ne gèrent aucuns budgets et ne sont donc, dans ce cas, comptables de rien. La réalité, nous a-t-on dit, est que ces ministres sont fatigués de jouer les figurants, vu qu’ils ne décident de rien, selon eux. Et, que c’est quelqu’un d’autre qui décide tout et dépense les budgets à leur place en laissant à ces derniers le soin d’en assumer la responsabilité. C’est au vu de cette situation inacceptable qu’ils refuseraient de se pointer à l’exhibition des soi-disant chantiers et ne veulent plus perdre leur temps précieux pour des soi-disant auditions.



Gabon : Ca ne va plus chez les émergents !  Les têtes doivent tomber !
Guy Nzouba Ndama n’est pas le premier à indexer ces boycotteurs de l’action gouvernementale. En toute impunité, ils refusent de se présenter aux interpellations, ainsi qu’aux conférences de presse. Ils refusent de répondre aux questions d’actualité au Parlement. Pourtant, ces ministres sont nourris et logés aux frais de l’Etat, alors que les Gabonais dorment dans des abris de fortunes et ne mangent pas à leur faim. Ces ministres ont des véhicules de fonction avec chauffeur pendant que les Gabonais ont du mal à se rendre à leur lieu de travail sous un soleil d’aplomb ou sous des pluies torrentielles. En agissant ainsi, ils montrent qu’ils sont incapables de remplir leur fonction. Certains vont se faire soigner à l’étranger pendant que les hôpitaux du Gabon ont du mal à remplir pleinement leurs missions.

Si les faits dénoncés sont avérés, c’est un scandale regrettable qui entrave l’action du chef de l’Etat, du gouvernement et du Parlement et dont les responsabilités doivent être situées. Et, les têtes doivent tomber !

Comment comprendre qu’après les multiples instructions et coups de colère du chef de l’Etat, et après près de huit mois de constat général d’incompétence de l’équipe gouvernementale de Raymond Ndong Sima et de dilapidation des fonds du contribuable gabonais, l’impunité continue à s’ériger en système ? Lors de la cérémonie de présentation des vœux au Président de la République, Guy Nzouba Ndama s’est résolu, mercredi dernier, dans son allocution, à en faire tomber, en suggérant à Ali Bongo de relever certains ministres du gouvernement de leurs fonctions. Et, les ébruitements qui commencent à nous parvenir ne sont pas de bon augure pour l’équipe dirigée par RNS.

En un mot, beaucoup de ministres seraient soit impolis, soit incompétents, d’où le recadrage souhaité par certains. Plus grave encore, certains membres du gouvernement se seraient mis plein les poches en si peu de temps. Les sanctions ne devraient en principe pas tarder à tomber si celui qui devrait le faire (RNS) ne donnait pas l’impression d’avoir les mains liées.

Il se susurre que RNS aurait de bonne raison de ne pas agir promptement et de sanctionner les fautifs. Face à l’épée Damoclès qui planerait aussi sur sa tête, il jouerait des pieds et des mains tant du côté du chef de l’Etat que celui de certains lobbies maçonniques pour ne pas être inquiété. L’avenir jugera. Mais avant, le peuple attend la réaction du Président Ali Bongo Ondimba, pour qu’il use de tout son poids pour assainir ce climat mal sain et relancer la machine. Le peuple gabonais ne veut pas voir les ministres du gouvernement, qui sont payés à prix d’or, torpiller directement ou indirectement, par des comportements indécents et impolis, les ambitions affichées par le chef de l’Etat pour le bien-être des Gabonais et l’émergence du Gabon. Beaucoup en viennent à se poser la question suivante : à quand la fin de cette recréation Monsieur le Président ?

Ali Bongo doit absolument sévir. Car, le coup de colère teinté d’arrogance, de mépris et d’audace que Guy Nzouba Ndama a affiché lors de la présentation des vœux au Président, ainsi que l’ovation qu’il suscita ce jour là, sont autant de signaux et d’indicateurs étalés au grand jour, pour les observateurs avertis, de la capacité de nuisance dont ce vétéran de la politique dispose. La méconnaissance de la gravité de cette réaction émotionnelle ou préméditée peut réserver bien de surprises à la stabilité des institutions.

Au rythme où vont les choses, il n’est pas exclu de voir dans l’avenir, si les maux dénoncés par ce dernier ne sont pas corrigés, le président de l’Assemblée nationale et les siens, qui disposent de l’arme redoutable qu’est la motion de censure, d’en faire, un jour, usage. Avec la majorité écrasante dont il dispose et qui est acquise à sa cause, il a toutes les possibilités de mettre hors d’état de nuire tout gouvernement décrié par l’ensemble des députés durant la 12ème législature ; créant ainsi des conséquences connexes et imprévisibles sur la stabilité des institutions du pays. Une instabilité qui pourrait faire le lit de certains aventuriers ou assoiffés de pouvoir.

« Lors de la prochaine session, les membres du gouvernement qui n’obtempéront pas aux interpellations des députés seront dénoncés sur la place publique », a averti M. Nzouba Ndama. Il appartient dorénavant à Ali Bongo d’anticiper et de châtier tous les torpilleurs potentiels de la quiétude des institutions de la République.

Par Amélie Edwani

Jeudi 10 Janvier 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1793 fois




1.Posté par dothé le 10/01/2013 23:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
de qui se moque t on ne dit on pas que l exemple vient d en haut les ministres gabonais sont a l images de l emergent en chef le gabon ne changera jamais avec ses personnes là ali pourra prendre n importe qu elle individu ça va etre la meme chose si l ANG gere tout le peu que reçois le ministre d ou voulez vous qu il le mette dans sa poche arretons de trop parler le mal de ce pays ce sont les BONGO QU IL PARTENT ON EN VEUX PLUS VOUS PRENDREZ DES TETES BIEN PLEINES ARRIVés AU GOUVERNEMENT ILS DEVIENNENT DES ABROUTIS VIVRA VERRA

2.Posté par dothé le 10/01/2013 23:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C EST BIEN BEAU QUE CE CENTRAFRICAIN DE NZOUBA SE PLAIGNE ET LUI QUI VA L AUDITIONNER SUR SES DETOURNEMENTS PERMENENTS EN MILLIARD QU IL FAIT A L ASSEMBLEE IL EST LOIN D ETRE UN DONNEUR DES LEçons continuez DIEU VOUS VOIT BIENTOT LA FIN VIVRA VERRA

3.Posté par Feu-PDGiste-A-Mort le 11/01/2013 00:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mme Amélie Edwani,

Votre article a beaucoup du clownesque numéro de "fou du roi" auquel vient dernièrement de s'adonner le PAN-A-VIE, Guy Nzouba-Ndama, autrement dit "faire la belle" aux yeux de Sa Majesté El Hadj Ali-Ben Bongo-Ondimba. Et comme souvent une belle femme ne peut donner que ce qu'elle a, vous et Guy Nzouba-Ndama ne disposez que de la seule puissante capacité de ne nuire qu'à des cibles toutes désignées, c'est-à-dire des ministres sur la tête desquels vous faites portez le chapeau des Agences présidentielles qui engagent impunément les fonds de la République, dans des "Grands Travaux", sinon des projets toujours invisibles depuis trois ans.

Quelles têtes doivent tomber, entre des Agences aux mains d'étrangers et des ministres qui se retrouvent privés d'appliquer leur feuille de route ? Quelles têtes doivent tomber, entre un chef de l'Etat qui convoque un Conseil des ministres qu'une fois le mois, et des ministres qui n'ont rien à se mettre sous la dent et ainsi rien à dire d'intéressant à ces conseils si rares d'ennui et de routine ? Quelles têtes doivent tomber, entre un directeur de cabinet du président qui entête certains ministres à défier l'autorité du premier ministre, et des ministres qui ont le sentiment de boucher des trous ? Quelles têtes doivent tomber, entre des députés pour la plupart milliardaires, vieux et frustrés d'avoir été giclés du gouvernement, et des ministres vers lesquels revient la rumeur selon laquelle les députés se foutent de leurs gueules à longueur de journée ?

Mme Amélie Edwani, poursuivez de "faire la belle" comme Guy Nzouba-Ndama, mais vous vous trompez lourdement en responsabilisant les ministres de saboter l'action ou plutôt l'inaction de votre Raïs, d'où a commencé tout le bordel qui résume parfaitement sa présidence infantile, faite de récompenses financières ou promotionnelles destinées à s'entretenir un régulier amant béninois, une suite d'irréguliers amants métis (et musiciens), et une cour large totalement à sa botte. Guy Nzouba-Ndama fait partie de cette cour. Vous aussi, Mme Edwani, grâce à cette minable propagande en guise d'article.

4.Posté par Lola le 11/01/2013 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
veut-il aller discipliner ces ministres étant à la primature ? c'est une ambition qui peut traverser la cervelle d'un tel individu dont la maladie d' Alzheimer s'acharnera bientôt à dévorer. Il peut toujours rêver. Assez de ce genre mise en scène. Les ministres incompétents ce sont les MOUNDOUNGA, sa clic. Qu'il aille en enfer.

5.Posté par velevess le 11/01/2013 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est fou comme le" pedgiste à mort adore pratiquer l'insulte et l'invective. Connait il reelement la signataire de l'article pour en parler en ces termes Cet article est loin d'etre une "minable propagande",il a certes ses limites mais aborde néanmoins la question des Agences et la difficulté d'etre PM au Gabon

6.Posté par Et si le Gabon m'etait conte le 11/01/2013 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve que le discours du PAN est un aveu d'impuissance d'un systeme qui a montre ses limites. Vous me repondrez que c'est un vendu mais en son temps alors qu'il etait president du CES Me LGM denoncait les memes immobilismes. Alors de qui se moque t'on? Il est plus que jamais temps de la tenu d'un dialogue ssouverain pour recadrer et redefinir les responsabilites de chacun. Avant un quelconque remaniement ministeriel que les gabonais s'asseyent et decortiquent la situation socio-politique de notre pays. Nous ne sommes pas a l'abris de ce qui se passe chez nos voisins. Alors si gouverner c'est prevoir, alors vous qui nous gouvernez PREVOYEZ.

7.Posté par mwana mboka le 11/01/2013 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici la liste des têtes qui devraient tomber immédiatement :

- celle d'Ojukwu,
- la tête de l'assemblée nationale
- du sénat
- de la cour constitutionnelle
- des légionnaires
- des agences
- de la cenap.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...